La langue gauloise

Dans un passage de la Guerre des Gaules, (VI, 14.3), César nous apprend que les druides n’écrivaient pas et confiaient leur savoir à leur mémoire, ce qui fait qu’il ne nous est pas parvenu d’écrits notables en langue gauloise. Notons que ce n’était pas rare à l’époque où par exemple les brahmanes ont transmis oralement les rites védiques pendant des générations  [1] . Quelques textes ont cependant été découverts que nous examinerons en suivant Pierre-Yves Lambert qui nous fournit une description de cette langue [2].

Le gaulois est une langue celtique (de la famille des langues indo-européennes) qui était parlée avant la conquête romaine et, avec des variations dialectales sur une vaste partie de l’Europe allant depuis l’Europe centrale jusqu’aux iles britanniques.

Hervé Abalain, Destin des langues celtiques, Ophrys, 1989

Les Gaulois ont également franchi les Pyrénées et les Alpes d’où la présence de peuples gaulois dans le nord de l’Italie, peuples qui ont soutenu Hannibal après son franchissement des Alpes.

Cette expansion à divers époques a marqué les esprits car elle s’est accompagnée de raids sur Rome (avec le vae victis du chef gaulois Brennus). Si à Rome ils sont connus sous le nom de Galli, Gaulois, en Grèce c’est sous le nom de Κελτοί, Celtes, et ils sont restés célèbres pour un raid sur Delphes. Ils se sont installés durablement au-delà de l’Hellespont en profitant de la faiblesse des royaumes hellénistiques dans ce qui s’appelle dans l’antiquité, la Galatie (car Galatas était un autre nom des Gaulois). On a un témoignage antique sur cette question : Saint Jérôme, dans son commentaire de l’apôtre Paul aux Galates  (II,3) dit :
Galatas excepto sermone graeco, quo omnis Oriens loquitur
Les Galates, faisant exception à la langue grecque que tout l’Orient parle,
propriam linguam eamdem paene habere quam Treuiros
ont leur propre langue qui est à peu près la même que celle des Trévires (c’est-à-dire les habitant de Trèves).

Jérôme se demande ensuite si cette langue s’est corrompue comme le phénicien sous l’influence des Africains et, éternel pourfendeur de son époque, se demande si
ipsa Lainitas et regionibus cotidie mutetur et tempore.
la langue latine elle-même n’est pas modifiée tous les jours selon les régions ou les époques.

En prenant en compte des différences dialectales, il y a intercompréhension entre tous les celtes : on pense que c’était en particulier le cas entre les deux rives de la Manche. Les langues de ces peuples possèdent  des variantes dialectales comme pouvait en connaitre la Grèce avant de se fondre dans la koinè. Comme les Grecs, ils formaient des peuples divers qui pouvaient se faire la guerre.

Pour les Gaulois du continent, cette langue commune deviendra plus tard le latin, c’est-à-dire que le gaulois sera devenu une langue morte. Dans les Iles britanniques il évoluera et survivra ensuite comme langue vivante  avant de revenir en Bretagne entre le 3e et le 6e siècle avec des immigrants.

Le gaulois a des ressemblances avec le latin : il y a quatre cas bien attestés :

Il existe également des thèmes en -u- et des thèmes consonantiques. Examinons maintenant quelques textes gaulois.

Le calendrier de Coligny ou « la science gauloise »

On a découvert à Coligny dans l’Ain des fragments en bronze d’un calendrier qui formaient une table d’environ 1,5 m sur 90 cm. Voici une représentation d’un mois et de sa transcription tirée de l’ouvrage majeur sur le calendrier de Coligny tiré du Recueil des inscriptions gauloises [3].

Examinons quelques intitulés pour comprendre la méthode utilisée pour déchiffrer ces inscriptions :  
– M abréviation pour le mois ; 
– SAMON fait partie de l’intitulé d’un mois qui dérive d’un mois d’été comme le montre la comparaison avec l’irlandais sam-rad
– ATENOVX pourrait se décomposer en ATENO « nouveau » par comparaison avec l’irlandais et VX serait du numérique en suivant l’usage les langues celtiques insulaires qui utilisent l’expression « cinq-dix » comme le breton pemzeg ; il s’agirait du départ d’une nouvelle quinzaine.

La division en quinzaines s’explique par le fait qu’il s’agit d’un calendrier lunaire et qu’un point de départ facilement repérable est le premier quartier, toujours visible en soirée et dont la forme formant un diamètre exact est assez facilement repérable. Cette quinzaine dure jusqu’au dernier quartier et la nouvelle quinzaine peut avoir 15 ou 14 jours du fait qu’une lunaison dure 29,5 jours.

Le calendrier est lunaire mais il doit tenir compte de l’année solaire : en 12 mois (7mois de 30 jours et 5 de 29) il arrive à 355 jours et prend rapidement un décalage par rapport à une année de 365,25 jours (en première approximation). Pour compenser ce décalage, le calendrier de Coligny donne cinq années successives avec un mois complémentaire au début de la première année et un autre au milieu de la troisième année. Mais il reste cependant une dérive par rapport à l’année solaire et un témoignage de Pline nous permet de comprendre comment elle était prise en compte :

(luna) quae principia mensum annorumqque his facit,
c’est par la lune que (les Gaulois) règlent le début du mois et de l’année
et saeculi post tricesimum annum
et aussi celui du siècle au bout de trente ans [4].

On se souvient que le saeculum, c’est d’abord une génération, d’où cette durée de trente ans qui correspond donc à six répétitions du calendrier de cinq ans [5]. Pour rétablir la concordance entre le soleil et la lune, il suffisait d’ôter un mois intercalaire à chaque saeculum de 30 ans.

Les romains qui avaient aussi 355 jours dans leur calendrier, introduisaient quand il le fallait pour se caler sur l’année solaire de 365,25 jours  un mois intercalaire de 22 ou 23 jours à la fin de février. Le système gaulois était beaucoup plus précis et ne laissait pas, comme chez les romains, de possibilités de manipulation par les pontifes. C’est pourquoi, César, peu avant sa réforme du calendrier, reconnaissait la compétence des druides en astronomie :

Multa praeterea de sideribus atque eorum motu (…) disputant
Ils se livrent en outre à de nombreuses spéculations sur les astres et leurs mouvements [6].

Maitriser les astres et leurs mouvements concerne le soleil dont la connaissance de la durée exacte de l’année est indispensable pour tout calendrier, mais aussi la lune qui donne le mois et la quinzaine, et d’autres astres comme les étoiles dont la disparition dans le soleil levant marquait le temps de telle ou telle activité agricole [7].

Comme le dit Paul-Marie Duval ce calendrier « est le fait d’un peuple hautement doué, arrivé à un degré de civilisation avancé et devenu sédentaire depuis assez longtemps pour qu’une partie de son élite, celle qui tient en main les chose de la religion, ait pu se livrer à des observations très longuement répétées de la course apparente du soleil » (p. 399).

Nous sommes loin des clichés sur les gaulois « poilus, barbus, vêtus de peaux de bêtes » chers à Ricet Barrier, ou du druide d’Asterix réduit à cueillir le gui.

Un texte gaulois

Si nous n’avons pas de grands textes gaulois, ceux que nous avons relèvent de l’usage privé comme par exemple la tablette de plomb de Chamalières (Puy-de-Dôme) découverte en 1971 dans ce qui fut un site thermal gallo-romain où le texte invoquait la malédiction d’une divinité au détriment de personnages cités ensuite [8].

Ce texte, écrit en cursive latine nous semble peu lisible mais si on prend comme référence le tableau présenté par Edward Maunde Thompson [9], on peut en déchiffrer le début.

On utilise la 3e colonne qui correspond à des graphies du 2e siècle et l’on peut lire ainsi les deux premières lignes (on notera la présence d’un i long écrit accentué) :

Je résume le début de la lecture de Pierre-Yves Lambert (1994, p. 152) :
uediíu-mi : je prie, j’invoque (irlandais guidid, « il prie », gallois gweddi « prier » + me, « moi»
Mapon(on) ; le dieu Maponos, connu des légendes médiévales du Pays de Galles sous le nom de Mabon

Cette invocation utilise la force du dieu Maponos pour prononcer un sortilège de malédiction sur la liste des gens située en-dessous. Pour l’auteur, l’apport de ce texte long permet de s’affronter à la syntaxe du gaulois en faisant des comparaisons avec les états anciens des langues celtiques et des langues indo-européennes proches. D’autres textes analogues ont été découverts depuis : les plombs du Larzac en 1983, la tuile de Châteaubleau en 1997.

Que reste-t-il de la langue gauloise ?

Il en reste de nombreux mots : alouette, ambassade, arpent, auvent, bec, bercer, béret, bief, bièvre, bille (tronc d’arbre), blaireau, bouc, boue, bouleau, braie (pantalon gaulois), brigand, broc, brochet, bruyère, caillou, cervoise, change, char, charpente, charrue, chemin, chêne, combe, coule (vêtement à capuchon), craindre, crème, creux, drap, dru, étain, gaillard, glaise, glaner, gober, gosier, grève, jante, jarret, javelot, lande, lauze, lieue, limande, lotte, luge, marne, mine, mouton, palefroi, petit, pièce, quai, raie, roche, ruche, sillon, soc, souche, suie, tanche, tarière, trogne, truand, truie, vanne, vassal.

S’il s’agit d’un ensemble varié, l’essentiel est issu de l’agriculture, de la pêche, des techniques du travail du fer où les gaulois étaient réputés ce qui fit que de nombreux noms gaulois sont passés également en latin, par exemple : gladius, lancea pour les noms d’armes, carpentum (voiture ou char à deux roues), carrus (chariot) pour les véhicules.

Explorons quelques cas intéressants :
– certains mots arrivent au français en passant par l’italien comme « brigand » (brigante) ou « ambassade » (ambasciata) : à l’origine de ce dernier mot il y a le latin médiéval ambactia qui vient du germanique ambahti (fonctionnaire, d’où Amt, fonction, en allemand moderne), lequel venait du celtique ambactos. Les « ambactes » celtiques étaient les clients d’un puissant.

– la « lieue » gauloise était estimée par les romains comme faisant une fois et demie le mille romain (de 1 478,5 m), soit 1 478,5 x 1, 5 = 2 217,75. Cette approximation n’est pas trop mauvaise puisque la lieue gauloise est estimée aujourd’hui à 2 450 m, et elle a le mérite d’être simple [10].

– braie, pantalon gaulois (qui a laissé en français « débraillé », vient de braca, terme connu des romains qui se moquaient de cet ample pantalon. Un spécialiste des celtes de la fin du 19e siècle, d’Arbois de Jubainville fait l’histoire des attestations de ce mot et conclut : « Les gaulois paraissent avoir porté, dès le 3e siècle avant notre ère, le pantalon qui, moins long et devenu culotte, s’est introduit chez les Romains sous l’empire, et qui reprenant son ancienne forme, est aujourd’hui d’usage universel dans le monde civilisé. C’est la revanche de l’aristocratie gauloise, qui, vaincue, dut pour subsister subir la honte de revêtir la toge romaine. Cette toge n’est plus portée par personne, c’est elle qui aujourd’hui est la vaincue et le pantalon gaulois a triomphé » [11].

Mais le secteur où il reste le plus de mots d’origine gaulois ou celtes en général est celui des noms de lieux car, comme le souligne Xavier Delamarre, si les noms de personne gaulois ont été remplacés par la romanisation puis par la christianisation, « Paris, Lyon, Milano, London, Bonn, Nijmegen (Nimègue), Wien, La Coruña sont les formes modernes des noms celtiques qui nous sont parvenus par une tradition ininterrompus sur plus de deux millénaires : Parisioi, Lugudūnon, Mediolānum, Londinion, Bonā, Noviomagos, Viduniā, Clouniā ». [12] Prenons quelques exemples parmi les plus de 5000 noms cités (dont 84% en France):

Medio-lānum  qui pourrait signifier, « centre sacré, point central » : Milan mais aussi Mâlain (Côte d’or), Meillant (Cher), Méolans (Alpes de Haute Provence), Meylan (Isère), Le Miolan et Miolans (Rhône), Moëslains (Haute-Marne), Moislains (Somme), Moliens (Oise), Mujolan (Hérault), Moyenneville (Oise), Medelingen (Allemagne), Metelen (Westphalie), Meilen (Suisse), Mallon (Autriche) ; etc.

Con-date (candate) « réunion (de deux rivières) » : c’est l’ancien nom de Rennes, au confluent de l’Ille et de la Vilaine, et de Lyon (Rhône et Saône) ; sous des formes diverses, Candes, Condes, Condres, Candé, Condac, Condat, Condax, Condé, Condey, Condel, il se retrouve dans une soixantaine de noms en France.

Lugu-dūnon « fort de Lugus », ville fortifiée, Lugus étant le dieu suprême des Celtes : Lyon mais aussi Laon (Aisne), Lion-en-Bauce (Loiret), Loudon (Sarthe), Montlezun (Gers), Laudun (Gard)

Du gaulois au latin (en passant par le français en Côte d’Ivoire)

On parlait gaulois en Gaule quand César l’a conquise et on y parle latin au 5e siècle : est-il possible de savoir comment s’est effectué cette transition et quelles en furent les conséquences linguistiques ? Sur la transition, à dire vrai, on ne sait pas grand-chose : tout ce que l’on peut dire c’est qu’il s’agit d’une procédure de colonisation et que l’on en a d’autres exemples que l’on connait bien. Prenons l’exemple de la colonisation de la Côte d’Ivoire et de ses conséquences [13].

La colonisation française depuis la fin du 19e siècle installe des écoles à visée utilitaire où l’enseignement se faisait en français : il s’agit de former à des métiers manuels ou des agents de l’administration et des employés de commerce. A des niveaux plus élevés, des écoles de la capitale suivent le programme de la métropole mais ne sont destinées qu’à une très petite élite. Dans les écoles de village, l’enseignement se fait dans la langue locale.

Se développe ensuite un sabir bien connu, le petit-nègre ou français-tirailleur qui avait été développé par l’armée française pour pouvoir communiquer avec l’ensemble des soldats issus de toutes les colonies françaises d’Afrique pendant la guerre de 14-18 [14]. Il en est resté longtemps célèbre le Y’a bon banania qui montrait un tirailleur sénégalais. Après la deuxième guerre mondiale la politique linguistique change et le français est enseigné dès l’école primaire. Cette politique qui bannit toute langue locale de l’école utilise, comme en France au 19e et au 20e siècle pour lutter contre les langues régionales, le « symbole » objet qui stigmatise le fautif et que celui-ci doit porter sur lui jusqu’à ce qu’un nouveau fautif l’en délivre.

A l’indépendance en 1960, le français devient la langue officielle : l’influence de Félix Houphouët-Boigny est forte : il voyait dans l’utilisation de la langue française une manière d’assurer la cohésion du pays et de lui permettre de s’insérer dans le marché mondial. Les élites parlent un français standard, la scolarisation s’accroit et le développement de l’urbanisation entrainent l’apparition d’un Français populaire ivoirien qui marque une tendance à la créolisation.

Analogies avec le cas gaulois

L’influence de la civilisation gréco-latine en Gaule est largement antérieure à Jules César : de ce fait, après la conquête de la Gaule, la civilisation la plus réputée étant passée de la Grèce à Rome, les élites locales se convertirent à l’usage du latin qui devint la langue de prestige : ils y formèrent leurs enfants. Pour les besoins du commerce et de l’armée (pour les mercenaires), le latin devint une langue de communication usuelle mais déformée, ce qu’on appelle latin vulgaire ou latin parlé tardif : comme le soulignent les écrits de Michel Banniard [15]. Il insiste sur le fait qu’il n’y a jamais eu de rupture mais qu’il y a toujours eu intercompréhension d’une génération à l’autre. Il faut aussi souligner le rôle de l’Église qui s’exprime en latin jusqu’au jour où elle prendra conscience en 813 au Concile de Tours qu’il faut faire les homélies
in rusticam Romanam linguam aut Theodiscam,
dans la langue romane rustique ou la langue tudesque

La comparaison avec le cas Ivoirien nous permet de comprendre comment un pays colonisé, la Gaule, entrainé par ses élites et les besoins de l’échange (et de l’armée), peut adopter le latin du colonisateur puis le transformer en une nouvelle langue qui s’est transmise et s’est modifiée de générations en générations jusqu’à aujourd’hui.

  1. Xavier Delamarre, Que doit le français à la langue gauloise, France culture, 20/03/2003, en ligne []
  2. Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise, Errance, 1994 []
  3. Paul-Marie Duval (dir.), Recueil des inscriptions gauloise. 3, Les calendriers, Ed. du CNRS, 1986 []
  4. Pline, Hist. Nat. 16.250 []
  5. sur la durée du siècle cf. l’annexe du billet Quand commence la nouvelle décennie, sur le présent carnet de recherche []
  6. Bellum Gallicum, VI, 14.6 []
  7. sur le coucher des Pléiades, cf. l’annexe du billet Traverser les Alpes avec Hannibal, sur le présent carnet de recherche []
  8. Pierre-Yves Lambert 1994, p. 150 []
  9. Edward Maunde Thompson, Handbook of Greek and Latin paleography, London, 1893, p. 216 []
  10. Jacques Dassié, « La grande lieue gauloise », Gallia, Tome 56, 1999. pp. 285-311 []
  11. Henri d’Arbois de Jubainville, Les Celtes dans les temps les plus anciens jusqu’en l’an 100 avant notre ère, étude historique, 1904, p. 77 []
  12. Xavier Delamarre, Noms de lieux celtiques de l’Europe ancienne, Errance, 2012, p. 9-10 []
  13. Jérémie Kouadio N’Guessan, Le français en Côte d’Ivoire : de l’imposition à l’appropriation décomplexée d’une langue exogène, Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 2008, 40/41, en ligne []
  14. sur cette question voir le billet Lingua franca dans le présent carnet []
  15. sur le présent carnet voir les billets Du latin parlé tardif au protofrançais, et Du latin aux langues romanes []

3 réflexions sur « La langue gauloise »

  1. Site très intéressant, dont cette page.
    En m’inspirant de différents livres dont ceux de Jacques LACROIX, j’ai recensé en français un millier de mots probablement issus du gaulois, avec les dérivés, dont certains essentiels comme chemise (pas arabe), jambon et jambe … Le gaulois serait alors la seconde source du français avant le francisque, l’arabe, etc. Il y aura d’autres mots à attester parmi les mots issus du bas latin de Gaule.
    Au hasard de mes lectures, j’ai trouvé une hypothèse étonnante concernant l’origine de « gauche », d’origine incertaine selon Rey, ca 1225 guauche « mal tourné, mal fait, de travers » et formulée par André LANLY (P.U.N., 2005), éminent philologue et professeur d’université, auteur d’une thèse récemment rééditée : « Le Français d’Afrique du Nord ». Son explication, issue de « gallica » est pour moi intéressante :
    – évolution phonétique possible : gàllica > *galca > *galkya > * galtche, gauche
    – et de sens intéressante : de gauloise, la partie populaire et colonisée de la population, le sens est passé à maladroite, « manus gallica », « gaoutsa » en occitan, puis « gauche » dans Rabelais ou Montaigne remplaçant senestre …
    Le « travail gaulois » serait ainsi l’équivalent de « travail d’arabe », expression employée dans l’Afrique du Nord sous influence française, un transfert amusant s’il est confirmé.

    1. Merci de m’avoir fait découvrir les publications de Jacques Lacroix qui a beaucoup écrit sur les traces de la langue gauloise. En voici la liste (selon la BnF) : La Gaule des combats, 2003 ; La Gaule des activités économiques, 2005 ; La Gaule des dieux, 2007 (les trois volumes aux éditions Errance) ; Enquête aux confins des pays celtes, 2019, Lemme ed.

  2. Article très utile, surtout pour les enseignants de la langue francophones. Merci beaucoup pour votre travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.