L’enseignement du latin (et du grec) en Suisse

En Suisse, l’enseignement relève des cantons et non de la confédération. Cependant, comme une uniformisation de la structure des enseignements paraissait s’imposer, une « votation » a eu lieu le 21 mai 2006 où de nouveaux articles constitutionnels ont été adoptés avec une double majorité, celle du peuple suisse à 86% mais aussi celle de la majorité des cantons [1]. Comme pour bien comprendre la place du latin (et du grec) dans l’enseignement il faut la situer dans l’ensemble du système éducatif, il est important de comprendre celui-ci [2].

L’enseignement primaire débute à 4 ans mais dure un an de plus qu’en France. Le secondaire 1, équivalent du collège, débute de ce fait à 12 ans et c’est à cette âge que va débuter la possibilité de l’enseignement du latin qui débute donc au même âge qu’en France mais selon des modalités différentes selon les cantons. Ces classes de secondaire 1 sont, dans les cantons francophones, désignées par l’année de scolarisation obligatoire : ce sont donc la 9ème, la 10ème et la 11ème.

Le passage du secondaire 1 au secondaire 2, qui correspond au lycée se fait au même âge qu’en France entre le collège et le lycée (car le primaire est plus long d’un an et le secondaire 1 plus court d’un an), c’est-à-dire à 15 ans. Mais comme en Allemagne ou autrefois en France, ce sont des institutions différentes qui accueillent les élèves ; soit le lycée ou le collège appelé aussi gymnase (particulièrement en Suisse alémanique) pour l’enseignement général, soit des institutions de formation professionnelle, soit des structures diverses de fin d’études.

D’une manière très approximative (car il n’existe pas de statistiques au niveau global en Suisse), et comme l’indique le schéma ci-dessus, l’enseignement général regroupe un peu moins de la moitié de la population, la formation professionnelle un peu moins encore et les autres formations (de rattrapage) le reste. Le degré tertiaire d’enseignement comporte des structures universitaires (hautes écoles universitaires et hautes écoles pédagogiques) et des formations professionnelles supérieures.

Si pour les contenus des enseignements les cantons conservent une forme d’autonomie, cependant une coordination se fait par aires linguistiques majeures, romande pour le français et alémanique pour l’allemand (on laisse de côté les spécificités du Tessin et des Grisons).

Le latin dans les cantons francophones au secondaire 1

Voici la situation générale pour les cantons francophones [3] : un cours d’initiation obligatoire pour tous à la langue et à la culture latine existe  à Genève et est donné d’une manière analogue à Neuchâtel où il peut durer 2 ans pour les élèves forts en français et où il est également obligatoire pour tous la première année. Dans le Valais il n’y a aucun enseignement du latin à ce niveau et dans les cantons restants (Vaud, Fribourg, Jura et Berne francophone), il peut être étudié pendant 2 ou 3 ans. Plusieurs cantons francophones utilisent comme manuel Latin Forum [4]. Ce manuel a renouvelé les bases de l’enseignement du latin et très récemment dans le même esprit, le canton de Genève a conçu Monstrum pour la première année (que nous allons voir en détail), et est en train de rédiger des manuels pour les deux années suivantes.

Ces fascicules Monstrum 1 et 2 sont destinés aux élèves de 12 ans qui entrent en première année du secondaire 1 (donc classe de 9ème). Cet enseignement de Langue et culture latines est obligatoire pour tous les élèves de l’enseignement public [5]. Son but, selon le préambule du premier fascicule, est d’offrir « à chaque élève de 9ème une culture générale classique lui permettant de saisir l’influence de l’Antiquité gréco-romaine sur le bassin méditerranéen (…) d’ancrer la sensibilisation au latin et à l’étymologie dans la découverte de l’histoire et de la civilisation romaines, de la mythologie gréco-romaine avec un éclairage philosophique et l’observation des permanences culturelles de ces dernières dans le monde moderne. »

Chaque chapitre offre des possibilités d’études différentes : un premier texte met en scène une famille romaine (et son chien Monstrum), afin de préparer le point de grammaire du chapitre. Ce texte peut être traduit oralement et vise à l’être d’une manière intuitive. Des exercices permettent d’approfondir un point de grammaire. Ces aspects grammaticaux sont introduits de manière très progressive, chaque cas faisant l’objet d’un chapitre : en voici la liste et il n’y en a pas dans tous les chapitres.

1) L’écriture et la prononciation
2) Le nominatif singulier / L’indicatif présent du verbe esse au singulier
3) L’accusatif singulier / L’indicatif présent des cinq conjugaisons au singulier
4) Les compléments de nom : l’adjectif et le génitif singulier
5) les chiffres romains
6) le présent de l’indicatif au pluriel
7) le pluriel des noms et des adjectifs
8) le datif
9) l’ablatif

les chapitres 10 et 11 ne comportent pas de nouveaux éléments de grammaire. Au final, seules les deux premières déclinaisons et l’indicatif présent sont étudiés.

Un point d’organisation scolaire doit être souligné : la première année du secondaire est à Genève une période d’orientation et en fonction des résultats du primaire, les élèves sont regroupés en trois niveaux. Les niveaux 1 et 2, les plus en difficulté scolaire, suivent l’enseignement de Langue et culture latines, mais sans l’ensemble des éléments de grammaire (ils apprennent cependant le nominatif et l’accusatif ce qui peut les aider à l’apprentissage de l’allemand, obligatoire en Suisse). Cet enseignement se fait à raison, non pas d’une heure par semaine car les cours durent 45mn mais donc d’une période. Au niveau 3 (environ 60% des élèves), l’enseignement se fait à raison de deux périodes par semaine.

Tous cependant reçoivent un enseignement des aspects de la civilisation gréco-romaine : la famille, les noms des romains, les habitations, les dieux de l’Olympe, la guerre de Troie, l’Énéide, la période royale, la République, l’Empire, les monuments de Rome. Des récits tirés de la mythologie gréco-latine sont présentés (et illustrés par des œuvres d’art) : Hercule et l’hydre de Lerne, Prométhée, Épiméthée et Pandore, Persée et la Gorgone Méduse, Écho et Narcisse, Thésée et le Minotaure, Dédale et Icare.

Un point important de l’enseignement est l’apport linguistique du latin au français : expressions latines, mots et préfixes et tous étudient ces questions. Voici à titre d’exemple la grille du premier exercice de ce genre de recherche de mots latins toujours utilisés en français :

L’élève est guidé par des définitions avec la première lettre du mot
en spécifiant s’il est horizontal ou vertical : il y en a treize à trouver

Un autre point qui est envisagé est la permanence de la langue et culture latine aujourd’hui. Par exemple est proposé vers la fin du 2e fascicule cet exercice :

L’expression est « Curia Confoederationis Helveticae » : il s’agit du fronton du Palais fédéral de Berne. La question de savoir pourquoi cette expression est en latin peut amener un enfant d’un canton francophone à prendre conscience qu’il n’existe pas de langue fédérale en Suisse et que latin est une manière de résoudre le problème [6].

La traduction au sens traditionnel est proposée, mais plusieurs autres techniques sont envisagées comme des textes à trous dont voici le premier ci-dessous.

et le dernier :

Au total 200 mots latins auront été étudiés.

La totalité des élèves de 12 ans de l’enseignement public à Genève (soit 6000 élèves) reçoit cet enseignement de langue et culture et plus de la moitié découvre aussi la partie d’apprentissage de la langue elle-même.  Mais que deviennent-ils ensuite ?

Les deux dernières années du secondaire 1 à Genève

Les deux dernières années (13 ans et 14ans), c’est selon les résultats de la première année que les élèves sont orientés en trois sections : communication et technologie ; langues vivantes et communication ; littéraire-scientifique avec profil latin ou langues vivantes ou sciences. C’est cette dernière sous-section (littéraire-scientifique avec profil latin) que peuvent choisir ceux qui ont suivi l’enseignement complet de l’année précédente : ils sont environ 10% à le faire à raison de 4 périodes (de 45mn) par semaine. Il ne s’agit pas d’un enseignement optionnel (au sens de l’enseignement français) mais d’une sous-section dite « option spécifique ». A titre de comparaison, les mathématiques et le français sont enseignés sur 5 périodes, l’allemand, l’anglais et l’éducation physique sur 3, l’histoire et la géographie respectivement sur 2 chacune, sur un total de 32 ou 33 périodes par semaine. Le programme est celui du plan d’étude spécifique de la Suisse romande [7] qui est basé sur les six points suivants (et il est précisé que tous ces points sont à égalité ce qui semble viser l’ancienne prédominance de la traduction comme objectif).

1) Étude d’un vocabulaire de base et identification de son évolution dans d’autres langues
2) Appropriation des outils de base en morphologie et syntaxe
3) Traduction de textes et prise des décisions nécessaires à une lecture cohérente
4) Découverte de sources littéraires antiques (en version originale ou en traduction)
5) Utilisation de ressources documentaires pour découvrir les civilisations antiques et visite des lieux et musées archéologiques de façon réelle ou virtuelle
6) Observation des permanences culturelles dans les arts, le droit, la politique et les sciences

Enseignement privé à Genève

Voici un exemple, pour le secondaire 1, de ce que fait l’enseignement privé à Corsier, près de Genève (et qui en suit le Plan d’études) : l’enseignement du latin n’est prévu que dans les deux dernières années du secondaire 1 (10ème et 11ème année, à 13 et 14 ans). Après une présentation par l’enseignant l’année précédente, environ un quart des élèves choisissent de prendre l’option Latin (contre l’option Sciences voir plus haut). Le programme est le suivant :

Première année (10ème)
– Morphologie : déclinaison des noms et des adjectifs ; verbes : temps simples
– Syntaxe : observation de la phrase simple, proposition infinitive
– Civilisation : les grandes périodes, les guerres Puniques
Deuxième année (11ème)
– Morphologie : en connaître l’essentiel, y compris la conjugaison passive
– Syntaxe : connaître les subordonnées complétive et circonstancielles avec la concordance des temps
– Civilisation : les grandes périodes, la vie quotidienne, la République

Le manuel utilisé est Latin Forum et les traductions s’effectuent sur des textes pédagogiques.

On voit que la principale différence d’avec l’enseignement public, mais cela tient à la composition sociale de l’enseignement privé, est la plus forte participation des élèves dans la section latin (25% dans cet établissement privé contre 10% dans le public).

Le latin dans les cantons francophones au secondaire 2

Au secondaire 2 et parmi les matières fondamentales habituelles (Mathématiques, biologie, physique, chimie, histoire, géographie, arts) la situation linguistique de la Suisse impose d’étudier non seulement la langue de son canton qui sert à la scolarisation (première langue) mais aussi une autre langue nationale : français, allemand, italien (deuxième langue) mais encore une troisième langue qui peut être l’anglais ou une langue ancienne à raison de 3 périodes par semaine pendant 3 ou 4 ans, c’est ce qu’on appelle en Suisse la « discipline fondamentale ».

Chaque élève doit choisir une option où il se spécialise (dite « option spécifique ») : ce peut être dans toutes les matières (dont les langues anciennes) avec une intensité plus forte de 4 périodes par semaine pendant 3 ou 4 ans. Une autre possibilité est enfin de suivre un enseignement facultatif mais qui n’est pas compris dans l’examen final de maturité gymnasial (équivalent du bac).

On n’a pas de statistiques mais voici un exemple : dans le Valais (pour sa partie francophone), il n’y a pas d’enseignement des langues anciennes en secondaire 1 mais le « collège de maturité gymnasiale » (équivalent de notre lycée) peut commencer dans la dernière année du secondaire 1. Au « collège » donc où l’on peut rester de ce fait 5 ans (de 14 à 19 ans), en première année on a le choix entre l’italien et le latin. Pour les 4 années restantes, dans l’option spécifique il peut y avoir latin-anglais ou latin-grec. Au total un élève peut avoir fait 5 ans de latin et 4 ans de grec. A titre de repère statistique voici la situation à Sion (mais c’est représentatif de la partie francophone du canton) : en première année 23% des élèves font du latin et environ 12% font du latin les 4 années restantes. Le grec est plus rare : environ 4%.

Le latin dans les cantons germanophones

Prenons Bâle : une initiation au latin est donnée en secondaire 1 avec un manuel intitulé Aurea bulla [8], qui met l’accent sur les aspects linguistiques : par exemple au tout début il propose de comparer, pour l’étude du genre des noms, le texte du Cantique du Soleil de François d’Assise et une traduction en allemand.

Laudato si, mi signore, cun tucte le tue creature, spetialmente messor lo frate sole
Laudato si, mi signore, per sora luna e le stelle …

Gelobt seist du, mein Herr, mit allen deinen Geschöpfen, zumal dem Herrn Bruder Sonne
Gelobt seist du, mein Herr, durch Schwester Mond und die Sterne…

Il est demandé à l’élève ce qu’il pense de la traduction qui pose évidemment un problème puisqu’à l’inverse de l’italien le genre du soleil est féminin en allemand et celui de la lune masculin. De plus, appeler « frère » en allemand un soleil féminin n’est pas très réussi.

D’une manière générale, au secondaire 2, le latin peut être choisi soit comme discipline fondamentale (3 périodes par semaine) soit au titre d’une option spécifique (4 périodes par semaine). L’examen du latinum helvétique [9] , analogue au latinum germanique est préparé comme preuve de l’obtention d’un niveau de compétences (il est passé également en Suisse romande).

L’examen comporte une épreuve écrite et une épreuve orale.
L’épreuve écrite est identique à celle de l’examen de latin (discipline fondamentale) de niveau normal de l’examen suisse de maturité. L’épreuve, d’une durée de trois heures, consiste dans la version d’un texte en prose d’une longueur approximative de 180 mots dans la langue première de la session d’examen. Le texte est pris dans les auteurs suivants : Cicéron, Salluste, Tite-Live ou Sénèque. Le recours à un dictionnaire (sans notes, fiches, etc.) est autorisé. De plus, l’examinateur/trice peut expliquer certains mots du texte. L’évaluation porte sur la compréhension du texte qui ressort d’une version traduite correcte.
L’épreuve orale, d’une durée de 15 minutes, consiste dans la traduction commentée d’un texte d’une quinzaine de vers en hexamètres ou distiques. Le texte est remis au candidat ou à la candidate 15 minutes avant le début de l’examen. Il est pris dans Virgile, Horace ou Ovide et fait partie du corpus de 400 vers que le ou la candidate aura spécifié lors de l’inscription à l’examen. La lecture métrique, l’interrogation sur des questions de langue et le contrôle des connaissances d’histoire littéraire et de civilisation antique entrent pour un tiers dans la note de l’épreuve orale, et la traduction, pour deux tiers.

L’orientation actuelle de l’enseignement en Suisse alémanique, comme le souligne Martin Stüssi (Président de l’Association suisse des philologues classiques) est de développer une culture générale linguistique comme en témoigne le livre Sprache und Allgemeinbildung. Neue und alte Wege für den alt- und modernsprachlichen Unterricht am Gymnasium (Langue et enseignement général. Nouvelles et anciennes façons d’enseigner une langue ancienne et moderne au Gymnasium) qui, produit par des linguistes des langues anciennes est un plaidoyer pour un enseignement pluridisciplinaire du latin et de l’enseignement de la langue allemande (et des autres langues enseignées au secondaire) afin de développer une conscience de ce qu’est une langue et son évolution, au lieu de se centrer sur sa seule utilité.

Enseignement du grec en Suisse

Au secondaire 1 (12-15 ans), il est proposé comme enseignement facultatif par quelques cantons souvent quand il existe dans ces cantons une « voie prégymnasiale », c’est-à-dire que la sélection a joué et que les meilleurs élèves sont dans des sections orientées « lycée ou gymnase » (2 à 4 périodes par semaine). Au secondaire 2 (lycée-gymnase à partir de 15 ans), dans les cantons francophones (sauf Jura et Berne) et dans la moitié des cantons germanophones le grec est enseigné soit comme option spécifique (4 périodes par semaine) soit comme discipline fondamentale (3 périodes).

A Genève par exemple, avoir fait du latin au secondaire 1 n’est pas indispensable pour faire du grec (mais vouloir faire du grec sans avoir fait de latin est assez rare). Le grec ne s’enseigne qu’en option spécifique : depuis peu, seuls deux établissements l’enseignent. Depuis quelques années il y avait 75 élèves qui faisaient du grec contre 110 latinistes mais un seul établissement permet aujourd’hui de faire les deux langues en même temps.

Évolutions et perspectives

Il n’existe pas de statistiques officielles mais l’Association suisse des philologues classiques en 2012 a mené une enquête directe auprès de ses correspondants cantonaux qui permet d’estimer au plan global de la Suisse à une proportion de 17,2% le pourcentage de latiniste en cursus gymnasial (secondaire 2) et de 2,1% pour le grec [10] . Cependant depuis cette date la situation s’est modifiée : selon Antje Kolde, professeure en didactique du latin et du grec à la Haute École pédagogique de Lausanne, l’enseignement du latin et du grec se porte mieux en Suisse romande et au Tessin qu’en Suisse alémanique

D’une manière générale, les enseignants de langue ancienne ont à lutter contre la mise en cause de leurs enseignements : à Genève par exemple, une pétition récente a circulé pour que l’enseignement du grec puisse être maintenu dans certains établissements du « cursus gymnasial » de Genève. Dans cette même ville, les enseignants de latin confrontés au besoin de rentabilité de la société disent subir la concurrence des autres options sensées apporter une plus-value réelle et visible aux élèves.

En conclusion, ce qu’il est important de souligner dans les perspectives de l’enseignement en Suisse en général, c’est le désir de faire un enseignement des langues anciennes qui s’appuie sur les connaissances d’autres langues et qui favorise cette connaissance, tant entre langues romanes qu’entre familles de langues, romanes et germaniques. Si la dimension culturelle reste forte, la dimension d’apprentissage linguistique est maintenant une préoccupation importante.

***

Remerciements : Antje Kolde, déjà citée, a réalisé le chapitre suisse d’un ouvrage à paraitre coordonné par M. John Buwler (Euroclassica), intitulé « Teaching Classics in Europe and Beyond » : ce document qui m’a été communiqué m’a permis de me repérer dans la diversité cantonale helvétique. Je remercie également Nicole Simon qui a dirigé la mise au point de Monstrum à Genève et qui m’en a communiqué les fascicules. Merci à Nadège Renaud, (Corsier), Vincent Roch (Sion), Debora Diolosa (Genève), Gisela Meyer (Fribourg), Martin Stüssi (Président de l’Association suisse des philologues classiques) et Matteo Capponi (Université de Lausanne).

  1. Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique []
  2. Structures scolaires cantonales []
  3. Source : plan d’études roman []
  4. Agocs, M., et alii (2012-2014), Latin Forum 9ème – 11ème, Lausanne, adaptation romande des séries du manuel Invitation au latin (5e à 3e) de Jacques Gason et Alain Lambert paru chez Magnard de 1996 à 1999 []
  5. Source Langue et Culture à Genève en pdf []
  6. Cf. un précédent billet du présent carnet de recherche précisément nommé Curia Confoederationis Helveticae []
  7. Programme de latin en Suisse romande []
  8. programme général dans le plan d’étude du canton et Aurea bulla []
  9. Source Latinum en pdf []
  10. Source des statistiques []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.