Le langage inclusif vu de Bruxelles

La parution récente d’un guide de rédaction inclusive par la fédération Wallonie-Bruxelles est une incitation à examiner ce moyen de rendre les femmes plus visibles dans l’espace social [1]. Ce n’est pas le seul moyen et j’ai déjà traité dans le présent carnet de l’accord de proximité. En ce qui concerne la féminisation des noms de métiers, elle est maintenant en cours et semble acceptée par tous, y compris, comme on le verra, par l’Académie française.

En résumé, ce guide dont les auteures sont deux linguistes, cherche à promouvoir des normes qui à la fois respectent la place des femmes et soient cohérentes avec d’autres objectifs comme la lisibilité des textes pour les lecteurs et la nécessité de réduire les difficultés d’apprentissage.

J’ai écrit « les lecteurs » et nous voilà au cœur du problème : j’aurais pu employer un doublet : « les lecteurs et les lectrices », ou une abréviation « les lecteur·trice·s »

Pour les auteures, l’abréviation rend l’écrit plus difficile à décoder et suppose des capacités rédactionnelles qui sont rares (et donc difficiles à enseigner). De même l’accumulation des doublets alourdit le texte et est une entrave à sa lisibilité. Mais la raison fondamentale de leur opposition à certains usages est plus profonde et est liée au statut grammatical du masculin et du féminin qu’il faut maintenant examiner.

Le fonctionnement du genre en français

Pour se faire comprendre les auteures font un détour : elles prennent l’exemple suivant : le chat était vénéré dans l’ancienne Égypte. Ici le chat est au singulier mais représente tous les chats : un singulier peut désigner un ensemble. Pour les temps du verbe, on a une situation analogue : un verbe au présent désigne d’abord une situation bien présente (il pleut aujourd’hui) mais peut désigner un futur (mardi prochain, il pleut, à côté d’il pleuvra) ou un passé (Marie Curie est lauréate du Prix Nobel en 1903) mais inversement un passé ne peut pas renvoyer au présent.

C’est un contraste de ce genre qui existe entre masculin et féminin. Le masculin, surtout s’il est utilisé au pluriel, peut désigner des ensembles composés des deux sexes : les habitants du quartier, sauf si le contexte de la phrase va dans un sens inverse : les Anglais se rasent la barbe tous les matins.

Les linguistes parlent de marqué opposé à non-marqué : ce qui caractérise le pluriel est la marque du s (ou du x). Le pluriel est marqué, le singulier ne l’est pas. Ce qui caractérise un temps du futur, c’est un ajout au temps du présent (nous calculons contre nous calculerons). Il en est de même pour le féminin qui souvent possède la marque d’un -e final (bleu/bleue).

En général les termes non-marqués (absence du signe du pluriel, verbe au présent, genre masculin), font référence à l’ensemble, y compris aux termes marqués : les voyageurs sont invités à descendre du train invite tout le monde, hommes et femmes, à descendre (ici le terme voyageur est bien marqué pour le nombre mais pas pour le genre).

J’introduis ici un débat : je note que c’est au nom de l’opposition marqué / non-marqué, que l’Académie française à refusé en 1984 la féminisation des noms de métiers car le masculin, genre non-marqué représente les deux sexes. Comme l’indique Bernard Cerquiglini [2] l’Académie a été aidée par Georges Dumézil et Claude Lévi-Strauss afin de pouvoir utiliser cet argument technique mais son but était fondamentalement de s’opposer aux tentatives en cours de féminisation des noms de métier. Mais l’usage a été plus fort et en 2014 l’Académie a dû battre en retraite par une Mise au point dans laquelle elle admet finalement que les appellations soient féminisées si les personnes concernées le souhaitent [3].

Reprenons l’argumentation du guide : que le masculin puisse désigner à la fois une partie et l’ensemble peut sembler introduire une polysémie difficile à gérer. D’abord la polysémie est une propriété de la langue qui permet son évolution : prendre un café, puis aller au café. C’est toujours le contexte qui permet de résoudre les ambigüités : c’est vrai pour le café boisson ou le café lieu mais c’est vrai aussi pour le masculin quand il désigne un groupe.  C’est notre connaissance de la société qui nous fait penser que dans la phrase les sidérurgistes sont en colère, le groupe professionnel est masculin ; que dans une allusion aux contribuables, aux jeunes ou aux stagiaires, il y a aussi bien des hommes que des femmes et enfin que les dans la phrase on a engagé trois secrétaires il s’agit plutôt de femmes. Tous ces mots étant épicènes, c’est-à-dire ayant la même forme au masculin et au féminin, ce n’est pas un indice linguistique qui nous guide dans l’interprétation mais notre connaissance des réalités sociales.

Cela reste vrai même si les mots sont seulement masculins comme quand on parle des électriciens, des bouchers et des balayeurs dont on sait que ce sont des professions masculines (il y a redondance entre le genre grammatical et la connaissance sociale de la réalité). Mais cela vaut aussi pour des mots masculins comme passagers, habitants ou commerçants où là la connaissance sociale identifie parfaitement que cela évoque l’un ou l’autre sexe. Ce n’est pas réciproque : les formes féminines passagères, habitantes, commerçantes ne désignent que des femmes. C’est uniquement dans le cas masculin que l’interprétation doit jouer.

Ce procédé permet une économie qui est toujours recherchée par la langue : c’est elle qui nous conduit à utiliser des pronoms à la place des noms : Jules a téléphoné au boucher et il lui a passé une commande est plus économique que de répéter le nom et Jules lui a passé une commande (j’ajoute que le même principe d’économie fait qu’à l’oral le pronom peut même être omis : et lui a passé commande).

Les règles d’utilisation et d’accord sont intégrées à l’oral par les enfants et elles viennent de leur environnement non de règles de grammaire : Papa et maman sont amoureux, ils se tiennent toujours par la main. Le problème est que ces règles, qui ont une origine dans le latin et l’ancien français, ont été décrites au 17e siècle par les grammairiens d’une manière malencontreuses en disant que le genre masculin l’« emporte » sur le féminin, ce qui entraine aujourd’hui une protestation tout à fait justifiée. D’un point de vue symbolique, il faut lutter contre cette formule mais laisser en l’état l’aspect fonctionnel en disant que « la forme utilisée pour le masculin sert aussi pour les groupes mixtes ».

Recommandations du guide

Quand faut-il aller contre l’usage du masculin collectif ? Quand on se réfère à des ensembles mixtes où les femmes sont peu visibles : on peut dédoubler (les enquêteurs et les enquêtrices), utiliser des termes épicènes (des spécialistes en informatique), des formes qui déjouent les stéréotypes (des informaticiens, tant femmes que hommes), des collectifs (la direction plutôt que les directeurs) mais ce dernier procédé invisibilise les femmes et multiplie les termes abstraits.

Le guide propose par ailleurs de casser les stéréotypes comme gérer en bon père de famille, ou le panier de la ménagère :

Je note qu’à l’Insee l’ancienne dénomination de « chef de famille » a été remplacée par celle de « personne de référence » qui désigne la personne qui dans le couple est le principal apporteur de ressources.

Le guide se termine par une présentation simplifiée en cinq conseils (p .72) :
– Utilisez toujours des noms féminins pour renvoyer à une ou à des femmes.
– N’essayez pas à tout prix d’éviter les noms masculins.
– Ne recourez pas aux doublets abrégés.
– N’écrivez rien qui ne puisse se dire.
– Ne formulez pas la règle d’accord en employant l’expression l’emporte.
Pour approfondir le sens de de ces règles, lisez le texte complet du guide.

Avant de proposer une réflexion conclusive, je voudrais éclairer le débat en examinant les pratiques actuelles telles qu’elles peuvent être repérées dans un corpus de textes : ici celui d’une liste de diffusion professionnelle dans le milieu des sciences humaines.

Examen d’un corpus

J’ai examiné 83 courriels envoyés sur cette liste en septembre 2020. Il s’agit toujours de collègues de la discipline considérée qui s’adressent à d’autres collègues car j’ai éliminé les envois qui ne comportaient pas ce point. Examinons les manières initiales de s’adresser aux destinataires :

Bonjour sans autre indication : 34 (41%)
Bonjour à toutes et à tous : 24 (29%) ; sans abréviations (mais avec quelques variations possibles) 21, avec abréviations 3 (tou.te.s, tous-tes, tou-te-s)
Chères et chers collègues : 24 (29%) ; sans abréviations (avec variantes) 13, avec abréviations 11 (Cher.e.s Collègues, Cher.e.s collègue.s, Chèr.e.s collègues, Cher·ère·s ami·e·s)
Chers collègues : 1

On voit que la manière de s’exprimer avec doublement de l’adresse initiale est majoritaire (58%) et que le reste (sauf une exception non inclusive) est neutre. Ceci nous montre la prégnance dans le milieu de la norme du langage inclusif.

Voyons maintenant si cette norme est suivie d’effets dans le corps du texte : le texte peut être neutre (sans occasion d’opposition masculin/féminin), respectueux de la norme du langage inclusif, ou ne pas l’être.

Par exemple :
– Texte neutre : Je me permets de vous communiquer la conférence de X qui aura lieu à Y à telle date et qui portera sur le sujet Z.
– Texte inclusif avec mention de doublets comme : participant-es, étudiant·es enseignant·es et enseignant·es,-chercheur·ses, vous serez nombreux et nombreuses.
– Texte non inclusif : les textes où les règles du langage inclusif ne sont pas respectées

Si on fait l’inventaire des 83 textes, 44 (53%) sont neutres, 28 (34%) sont inclusifs et 11 (13%) ne le sont pas. Il y a bien des associations entre le style des adresses et le style, inclusif ou non, des textes mais pas dans le sens que l’on pourrait imaginer car l’on pourrait croire que commencer par un doublet (Chères et chers collègues par exemple) conduirait à un texte inclusif.

C’est plutôt le contraire : un « bonjour » neutre introduit plus que la moyenne un texte inclusif et un doublet conduit plus que la moyenne a un texte neutre [4]. On peut rendre compte de cette tendance par le fait que l’adresse inclusive montre avec clarté que l’on accepte la norme : que le texte ensuite soit respectueux ou non de la dite-norme montre la difficulté de cette acceptation et je vais plus loin entrer dans les détails. Inversement, quand le texte est inclusif, l’adresse initiale perd de son importance.

Examinons enfin qui parle : un homme, une femme, un collectif ? Là, les résultats sont plus conformes aux attentes communes : les hommes utilisent moins que la moyenne un langage inclusif, les femmes davantage mais ce sont surtout les collectifs qui, plus que la moyenne, les utilisent. En effet c’est là que se trouvent les militants et les militantes les plus actifs en faveur du code inclusif.

Examinons cette dernière phrase du point de vue inclusif : qui sont les plus actifs dans les collectifs, les militants ou les militantes ? Faut-il dire alors les plus actives ? Ou utiliser une abréviation comme acti·f·ve·s qui est bien difficile à analyser visuellement (et impossible à enseigner au primaire).

Voici les solutions proposées par le guide bruxellois :
« Quand vous référez à des ensembles où les hommes sont minoritaires, dédoublez la dénomination » (p.67). Dans le cas présent, il faut dire à propos des collectifs les militants et les militantes. Ce que j’ai fait.
Pour l’accord, le guide indique que dans le cas présent, il faut accorder au masculin pluriel (p. 71), ce que j’ai fait également pour les raisons expliquées plus haut car un masculin, surtout s’il est pluriel, renvoie à l’ensemble. Il y a là une économie de la langue dont le guide donne de nombreux exemples et qui n’a rien à voir avec un favoritisme masculin. Mais revenons au corpus pour discuter quelques textes.

– un texte émanant d’un collectif ajoute aux doublets des accords contraires à l’utilisation du français standard. Premier exemple : les membres du groupe X, réuni·es pour etc. Ici on ne voit pas ce qui justifie un accord au féminin pluriel puisque le groupe X est bien au masculin dans l’original et que le mot membre peut faire référence à des personnes des deux sexes. Il s’agit ici, me semble-t-il, d’un désir d’insistance, de manifestation de l’importance de la règle qui relègue au second plan le sens du texte. Plus loin on lit que les rapports préparatoires nous avaient déjà fortement alarmé·es : l’accord dédoublé se fait ici avec le pronom nous qui désigne ici le groupe X. Ce désir de souligner que ce nous désigne des hommes et des femmes donne l’impression que cette revendication surplombe les revendications exprimées dans le texte.

– on trouve dans un autre texte : chaque séance sera constituée d’une ou deux intervention·s suivie·s d’une discussion. De la mise en avant des spécificités de genre, on passe à la mise en avant des spécificités de nombre dont le problème est résolu ainsi. La lisibilité en souffre qui aurait été satisfaite avec une ou deux interventions suivies d’une discussion.

– un texte après un bonjour neutre, indique qu’il s’agit du recrutement de chargé-es de cours. Le reste du texte mentionne des doctorants ou post-doctorants, des candidats, des étudiants, en employant le simple masculin pluriel. Il finit en utilisant le mot « personne » qui évite tout problème : les personnes intéressées sont invitées etc. Ce texte est cohérent avec ce que souhaite le guide à la réserve que celui-ci utiliserait plutôt dans les offres d’emploi un système très employé dans les petites annonces : des chargés d’enseignement (H/F/X) [5]. Il propose aussi une solution alternative en indiquant après le terme masculin pluriel, les candidats et les candidates etc. J’ajoute que dans le vocabulaire universitaire, l’expression chargé-es de cours est devenu si courante qu’elle est bien intégrée dans la lecture rapide.

Difficulté de l’écriture inclusive

L’écriture inclusive pose des problèmes de compréhension et d’enseignement mais il est une difficulté qui vient de la négation d’une écriture mixte telle qu’elle est portée aujourd’hui par le masculin à valeur collective. Le linguiste Jacques Poitou sur son site à la rubrique féminisation (dont je recommande vivement la lecture), décrit très bien le risque de l’écriture inclusive et je lui laisserai la parole à titre de conclusion.

S’il est employé de façon systématique, ce procédé fait apparaitre tout ensemble d’individus comme scindé systématiquement en deux sous-groupes, chacun avec une représentation linguistique spécifique. Le critère de distinction des deux sous-groupes est le sexe, c’est-à-dire l’une des propriétés des référents, érigée dès lors au statut de la propriété la plus pertinente : pas de groupe d’individus sans division entre personnes de sexe masculin et personnes de sexe féminin. La féminisation et le souci de rendre « visibles » les femmes par le biais de désignations spécifiques aboutit ainsi à abolir la représentation linguistique de la mixité par une séparation stricte entre termes désignant les hommes et les femmes.

Retour à Rome

Dans son cours du 6 mars 2019 au Collège de France (disponible en ligne), Dario Mantovani, titulaire de la chaire Droit, culture et société de la Rome antique, commente un texte du Digeste de Justinien (50.16.116) qui est un extrait du livre 7 des lettres de Javolénus, un conseiller de Trajan. Dans ce texte, quelqu’un demande à Javolénus si une fille peut hériter quand dans un testament on trouve la mention suivante :
Quisquis mihi alius filii filiusve heres sit
Au cas où j’aurais d’autres fils ou un autre fils, il sera mon héritier

Le Digeste dit que pour Labéon (époque d’Auguste) l’héritier ne pourrait être une fille ; Proculus, de la génération suivante, pense le contraire et Javolénus à qui on a fait la demande pense que c’est ce dernier qui a raison. En refusant, Labéon s’en est tenu à l’expression linguistique (filius et filii sont du genre masculin), tandis que Proculus en acceptant s’est attaché à l’intention du testateur qui pensait à ses enfants sans considération de genre car, pense Dario Mantovani, dans les expressions communes on utilise un masculin qui englobe le féminin. Nous sommes bien dans un cas de masculin collectif reconnu comme tel dans le droit.

Annexe statistique à la portée de tous (sic)

Croisement entre la question type d’adresse au destinataire (en ligne) et nature du texte quant à la norme inclusive (en colonne) :

Lecture : le premier chiffre (entier) indique l’effectif de courriels ayant à la fois la caractéristique de la ligne et celle de la colonne. Dans la première case (en haut à gauche), il y a 29 courriels, ce qui représente 60,4% du total de la ligne (c’est le deuxième chiffre de cette case), c’est-à-dire des 48 où a été utilisée une adresse inclusive (chères et chers, toutes et tous, etc.). Ces 60,4% sont dans la colonne du texte neutre, c’est-à-dire où l’écriture inclusive n’était pas nécessaire.

Ce pourcentage est à comparer avec la dernière ligne qui indique le total de chaque colonne et, pour la ligne de total ligne, le total général de 83. Ce pourcentage de 53,0 % (l’usage de décimales, qui n’a ici aucun sens interprétable, sert simplement à distinguer visuellement les effectifs des pourcentages). En moyenne, 53,0% des textes sont neutres mais pour des gens qui utilisent une adresse inclusive, ce pourcentage est supérieur (60,4%) ce qui permet de dire qu’il y a une attraction entre le fait d’utiliser une adresse inclusive et un texte neutre. Avec cette méthode canonique de lecture des tableaux croisés on retrouvera les tendances dont j’ai parlé dans le texte (car une attraction indique une tendance, qui peut être plus ou moins forte).

On pourra appliquer les mêmes règles pour la lecture du tableau qui utilise en ligne le type d’interlocuteur.

  1. Anne Dister et Marie-Louise Moreau, Inclure sans exclure, Les bonnes pratiques de rédaction inclusive, Fédération Wallonie-Bruxelles, 2020, PDF disponible en ligne []
  2. Bernard Cerquiglini, Le ministre est enceinte, Seuil, 2018 []
  3. Cette Mise au point ne se trouve plus sur le site de l’Académie mais a été conservée en archive []
  4. voir le tableau croisé en annexe []
  5. le X est en Belgique le fruit d’une injonction ministérielle venant d’une résolution du Conseil de l’Europe []

6 réflexions sur « Le langage inclusif vu de Bruxelles »

  1. Bonjour Philippe, j’ai beaucoup aimé l’analyse de cette question tant débattue. Je vais m’en servir pour écrire et pour le diffuser auprès de mes étudiants. Merci de nous guider clairement. Cordialement Maria Cosio, Professeur émérite de démographie, Université Paris Nanterre.

  2. Bonjour M. Cibois
    Je vous remercie pour cette analyse que j’ai trouvé très intéressante. Je me permets toutefois de vous donner quelques références car je ne suis pas d’accord avec le guide en ce qui concerne le masculin dit « générique ». Le masculin est devenu générique à partir du 17ème siècle et l’ « économie de la langue » actuelle a bien à voir avec « un favoritisme masculin ».

    Cf.
    – le petit livre écrit par le collectif « Droits humains pour toute·s (FRANCK Géraldine, 2020, Droits humains pour tou.te.s, Paris, Libertalia.), )
    – Les travaux d’E. Viennot (par exemple VIENNOT Éliane, 2017, Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin ! : petite histoire des résistances de la langue française, Donnemarie-Dontilly, Éditions iXe, 142 p.),
    – ceux de Claudie Baudino (par exemple BAUDINO Claudie, 2018, Le sexe des mots, un chemin pour l’égalité: émanciper le langage pour construire une culture de l’égalité, Paris, Belin, Laboratoire de l’Egalité.).
    – Quant aux guides, il en existe de nombreux (la grammaire inclusive d’Alpheratz, celle, en ligne, de Raphaël Haddad https://www.univ-tlse3.fr/medias/fichier/manuel-decriture_1482308453426-pdf), etc.

    Une remarque pour l’exemple « il pleut » : il ne s’agit pas d’un neutre. On disait avant le 17ème « ça pleut » et le « il » n’a été introduit (à coup de forceps) qu’après
    De même une femme répondait à la question : »Etes-vous malade? Je LA suis » et non « je LE suis »

    De nombreux travaux ont montré que le « masculin collectif » renvoyait… au masculin et pas aux deux genres…
    Cf. par exemple l’étude de Sato S., Gygax P. M. et Gabriel U., Gender inferences: Grammatical features and their impact on the representation of gender in bilinguals, Bilingualism : Language and Cognition, vol. 16, n°4, p. 792-807.

    1. La question du masculin « générique » ou « collectif » est effectivement très débattue et il y a beaucoup d’ouvrages sur la question. Elle l’est tellement que je vais y consacrer le prochain billet de ce carnet de recherche pour faire l’état de la question.
      Pour ce qui est du français avant le 17e siècle, je ne peux donc encore rien affirmer mais dans mon dernier paragraphe, j’ai fait référence à un texte du Digeste, cette compilation de textes juridiques romains constitué au 6e siècle à Byzance par l’empereur Justinien. Or, le texte que j’ai cité a été conservé précisément parce qu’il interprète un masculin pluriel comme collectif, comme concernant aussi bien des fils que des filles.
      En effet, si le latin connait le neutre, cela ne vaut évidemment pas pour les êtres humains. Quand un testateur se pose la question de ses « fils » à venir, il emploie le masculin pluriel et l’interprétation collective (fils et filles) qui date du début de l’Empire a été conservée plusieurs siècles plus tard comme exemple à suivre. Comme le français vient du latin, on peut penser que la pratique juridique romaine a eu une influence dans la suite en sachant que la redécouverte du Digeste au 11e siècle à l’université de Bologne marque le début de la renaissance des études au Moyen-Age.

    2. « Une remarque pour l’exemple « il pleut » : il ne s’agit pas d’un neutre. On disait avant le 17ème « ça pleut » et le « il » n’a été introduit (à coup de forceps) qu’après ».
      Cette remarque est un très mauvais exemple parce que c’est faux. En ancien français, et encore en moyen français, les verbes impersonnels s’emploient souvent seuls : « Et encoires plouvoit et neigoit, et ventoit et faisoit moult froit » dans les Chroniques de Froissart, ou avec le pronom neutre « il », qui est déjà attesté dans un des plus anciens textes français « La Vie de Saint Alexis » au 11e s. « Quant li jurz passet e il fut anuitet » (au sens de « quand il fit nuit) ou en moyen français chez Christine de Pizan: « maison ou il pluet » .
      Je ne sais donc pas de quel coup de forceps il s’agirait au 17e s.
      C’est bien de débattre, à condition de ne parler que de ce qu’on connaît.

    3. Il ne faut pas croire tout ce qu’on raconte. Il faut distinguer les faits et les idéologies. En l’occurrence, seule une certaine idéologie peut amener à dire que le masculin n’a pris de valeur inclusive qu’au 17e. Bien avant le 17e, on employait le masculin pour renvoyer à des ensembles composés d’hommes et de femmes. Voir des exemples ci-dessous, datés du 14e et du 15e. Et – je ne le cache pas – c’est assurément une autre idéologie qui souligne que l’écriture inclusive est source d’exclusion sociale et d’exclusion scolaire, notamment. N’est-on pas amené parfois à hiérarchiser ses valeurs ?
      • aint Prist me vint querre, par foy,/ Et sainte Agnès et saint Lorens/ Et me trairent hors des tourmens Ou li ennemi m’ orent mis,/Et puis com bons et vraiz amis/ Entre eulx troys hors m’en amenérent. (ANONYME, Miracle de un prevost que Nostre Dame delivra, 1352, p. 271)
      • Marion, tu porteras ces chapeaux-cy et yras en l’ ostel où les noces sont, et quant tu verras que l’ espouse et espousée danseront, leisse cheoir et mect cesdiz deux chapeaux à terre, en feignant que tu relies ta chause …] et fay tant que iceulx espousez marchent par dessus; et s’ilz y passent ou marchent des piez, ta besoigne sera faite, et te promectz que tu vendras à ton entente.( ANONYME , Registre criminel du Châtelet, t.1, c.1389, p. 341)
      • allegant que elle venoit de par leurs bons amis et hostelains, Joachim et sainte Anne. (GERSON Jean, Sermon pour la fête de la Conception de la Vierge. Tota pulchra es, amica mea !, 1401, p. 396)
      • est yci venue Oroison la devote de par tes deux bons serviteurs et amis, Joachim et saincte Anne, pour demander lignie. (GERSON Jean, Sermon pour la fête de la Conception de la Vierge. Tota pulchra es, amica mea !, 1401, p. 396)
      • touz les sainz et saintes qui sont en la grace de Dieu (PHÉBUS Gaston, Livre de chasse, 1387, p. 51)
      • Chiere seur, pour ce que vous estans en l’eage de quinze ans et la sepmaine que vous et moy feusmes espousez… (Le ménagier de Paris, c. 1393, t.I, p. 1)
      • Les barons et dames pour sa bonne renommée la venoient visiter, et tous se partirent de lui joyeux et consolés. (Le ménagier de Paris, c. 1393, t.I, p. 67)

Répondre à Philippe Cibois Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.