Langage inclusif et masculin générique : le débat

Dans mon précédent billet, j’ai présenté un guide d’écriture inclusive mis au point par la fédération Wallonie-Bruxelles mais dans un commentaire, Marie Loison-Leruste s’est exprimée de la façon suivante : « je ne suis pas d’accord avec le guide en ce qui concerne le masculin dit « générique ». Le masculin est devenu générique à partir du 17ème siècle et l’économie de la langue actuelle a bien à voir avec un favoritisme masculin ». Suivait un ensemble de références qu’il m’a semblé indispensable d’étudier, ainsi que quelques autres, pour pouvoir lui répondre.

A l’origine de cette thèse, il y a l’ouvrage d’Éliane Viennot ci-dessus, paru en 2014 et réédité en 2017 [1]. Sa thèse est que le sexisme de la langue ne vient pas de la langue elle-même mais vient d’un refus de l’égalité des sexes qui s’est mis en œuvre depuis le 17e siècle et que l’on voir toujours à l’œuvre aujourd’hui. Éliane Viennot fait l’histoire de la lutte des femmes dans la langue contre sa masculinisation : cette histoire est faite dans une écriture inclusive qui manifeste par l’exemple que l’on peut utiliser ce type d’écriture tout en restant très lisible. L’argument historique lui semble doté d’une grande efficacité et c’est lui qui doit être examiné par exemple sur la question de l’accord de proximité.

L’accord de proximité

L’accord de proximité, c’est ce fait que dans une phrase comme « les hommes et les femmes sont beaux », le masculin, dit-on, l’emporte sur le féminin. Dans un précédent billet, j’avais étudié cette question en latin (et en grec) pour arriver à cette conclusion qu’une différence fondamentale existe entre les règles qui concernent les noms de choses, où l’accord de proximité peut s’appliquer, et celles qui s’appliquent aux noms de personnes où l’accord se fait au masculin. Pour ce qui est des choses, l’aspect conventionnel du genre fait que quand il y a différence de genre, c’est le neutre qui est utilisé pour l’adjectif.

Pour Éliane Viennot, « l’ancienne langue ne voyait là [l’accord de proximité] aucun problème, se contentant d’accorder le ou les mots en question (jusqu’au verbe conjugué) avec le dernier substantif exprimé » (p.64). Mais qu’en est-il précisément ? Un article de Marie-Louise Moreau où a été constitué un corpus de 249 textes du Moyen français va nous permettre d’apporter une réponse [2]. Cet article examine ces  textes pour voir si l’accord au masculin ou l’accord de voisinage (autre nom de l’accord de proximité) étaient présents et en quelles proportions en cas d’accord d’un adjectif ou d’un participe avec des noms de genres différents. Soit les exemples suivants pour rendre compte de la méthode :

1) Accord au féminin avec une proximité au féminin :
lesdictes laynes et draps, ilz les fist chargier sur vaisseaux (Anonyme, Les affaires de Jacques Coeur, 1453-1457, p. 510)
Il s’agit ici d’un accord de proximité entre le mot souligné qui est au féminin, proche d’un mot féminin (laines).

2) Accord au féminin malgré une proximité au masculin :
et ès villes et villages enclavées en iceulz (Olivier de LA MARCHE,Mémoires, t.1, 1470, p. 220)
Un seul cas dans le corpus (peut-être une modification hasardeuse du texte).

3) Accord au masculin avec proximité également au masculin :
comme sesdiz maistre et maistresce estoient en pelerinage (Registre criminel du Châtelet, I, 1389-1392, p. 307)

4) Accord au masculin malgré une proximité au féminin :
en ung vergier cloz de treilles de rosiers, faict très gentement, avoit ung chevalier et une dame assiz à table (Olivier de LA MARCHE, Mémoires, t.2, 1470, p. 352)

Jusqu’ici ne sont examinés que des exemples situés à l’intérieur d’un groupe nominal dont on peut donner le résultat final sous cette forme :

Donnons directement les résultats quand est utilisé le verbe être, par exemple : li orgoels et la negligense estoient si grandes en l’ostel dou roi Phelippe (Jean FROISSART, Chroniques, après 1400, p. 630) :

Il reste divers cas de type : laissans pere et mere / Penetrés de douleur amere (Anonyme, La Cene des dieux, c. 1492, p. 123.

Le total général, quelle que soit la situation, est le suivant

L’accord de proximité existe bien en Moyen français mais pas d’une manière systématique : quand le genre du mot le plus proche est au féminin, dans 90 cas sur 133, soit 67,7% , l’accord se fait au masculin ce qui montre la tendance nette à la masculinisation des accords, bien antérieure aux prises de position des grammairiens à qui on fait le procès d’avoir masculinisé la langue.

Impersonnel ou masculin ?

Patrick Charaudeau signale que si, en français, l’article le masculin s’oppose à la féminin, il peut comme en espagnol désigner une réalité que les Espagnols appellent sans hésitation neutre. Soit la phrase, le plus important est le respect, qui se dit en espagnol lo mas importante es el respeto où l’on distingue bien le neutre lo, du masculin el [3]. Grévisse pose également la question : « Le neutre a-t-il disparu en français ? Oui, si on le considère comme forme spéciale du nom ou de l’adjectif. Mais si on le considère dans sa valeur linguistique, il est vrai de dire qu’il continue de vivre en français ; il joue un rôle sémantique réel dans les pronoms: Je vous LE dis. (…) QUE dites-vous ? Sont neutres, par leur valeur sémantique, les infinitifs, les adjectifs et les adverbes substantivés : Le boire, (…) le beau, le mieux, etc.[4]

Un tel type d’utilisation « neutre » permet de rendre compte de beaucoup d’expressions : le froid et le chaud, le rouge et le noir, le pour et le contre, le haut et le bas, le bien et le mal, le moi (haïssable), le plus vite possible. Le masculin joue un rôle de neutre également pour il : il est temps, il faut, il pleut.

Il pleut

Il pleut : on disait autrefois ça pleut. Cela se dit encore mais comme beaucoup de tournures anciennes, cette forme est aujourd’hui socialement dévalorisée ou réduite à des situations familières (ça pleut rudement !). Un comptage sur Ngram Viewer des deux formes montre actuellement un rapport des fréquences de 1 à 170 entre ça pleut et il pleut.

Martine Willems fait remarquer dans un commentaire du précédent billet qu’en ancien français, et encore en moyen français, les verbes impersonnels s’emploient souvent seuls : « Et encoires plouvoit et neigoit, et ventoit et faisoit moult froit » dans les Chroniques de Froissart, ou, avec le pronom neutre « il », qui est déjà attesté dans un des plus anciens textes français « La Vie de Saint Alexis » au 11e s. « Quant li jurz passet e il fut anuitet » (au sens de « quand il fit nuit) ou en moyen français chez Christine de Pizan: « maison ou il pluet » [5].

Rôle du masculin

Dans deux articles, André Chervel[6] montre que le rôle du masculin dans la langue dépasse largement la question de l’accord de proximité. Le masculin, comme on l’a vu plus haut sert de neutre mais également dans des expressions comme taper fort, marcher droit, couter cher, ou dans l’usage des pronoms comme pour il pleut déjà vu ou pour c’est beauça n’est pas dit ou le qui interrogatif : qui est venu ? On peut dire que le masculin l’emporte statistiquement car il est présent dans tous ces usages ainsi que dans la moitié masculine des noms. Dans la structure de la langue on retrouve d’autres structures de base, non marquées, outre le masculin par rapport au féminin, que sont le singulier par rapport au pluriel, l’indicatif par rapport aux autres modes ou enfin la première personne du verbe par rapport aux autres. Les structures de base servent pour construire les formes dérivées, marquées, comme le pluriel ou le féminin.

On pourrait dire qu’Il s’agit là d’un phénomène linguistique et de ce point de vue, on ne devrait pas plus sentir de supériorité du masculin sur le féminin que l’on en ressent celle du singulier par rapport au pluriel. Il n’en est rien évidemment car la différence des rôles sociaux des hommes et des femmes, la lutte pour l’égalité et contre l’invisibilité a fait que cette différence de rôle linguistique est apparue comme un décalque de la domination masculine. Il est peu probable qu’un simple changement de terminologie comme proposé par certains comme genre un à la place de masculin et genre une pour féminin soit efficace du fait de l’imprégnation réciproque, pour les humains, du genre grammatical et du genre sexué.

Grammaires et accord de proximité

Quant est-il du traitement de cette supériorité pour l’accord de proximité ? C’est l’objet du deuxième article d’André Chervel où il remarque en premier lieu que le problème de l’accord de proximité est qu’il peut mettre en conflit deux règles : celle de la grammaire et un refus de « blesser l’oreille » comme on disait au 17e siècle. On peut appliquer la règle de grammaire dans l’expression son gout et sa noblesse sont charmants mais cela choquerait l’oreille d’entendre cet acteur joue avec un gout et une noblesse charmants.  Ici, c’est le fait que le verbe être s’interpose entre noblesse et charmant qui fait que l’accord de proximité n’est pas nécessaire et l’usage impose des exceptions à la règle de grammaire.

Mais y a-t-il eu abandon de cette pratique souple au 17e siècle ? Effectivement Malherbe, (dans ses commentaires de Desportes) prend une position nette contre l’accord de proximité mais Vaugelas en 1647 le défend au nom de l’usage et en particulier de l’usage de la Cour, ce qui lui semble « la raison décisive ». De plus Vaugelas dans ses écrits pratique lui-même l’accord de proximité. Évidemment on peut trouver une solution accommodante en mettant à la fin de l’énumération le nom masculin, ce qui évite le problème : cette solution, avec également le souci de ne pas « blesser l’oreille » sera répétée par les grammaires scolaires ultérieures.

« Malade, je la suis »

C’est ce que disait Mme de Sévigné quand on lui demandait si elle était malade et elle aurait répondu à Ménage qui la critiquait de parler de cette façon : « je croirais avoir de la barbe au menton si je disais autrement ». Si cet usage a disparu, on peut penser que c’est un facteur linguistique et non une politique misogyne qui en est à l’origine. En effet quand il y a variation selon le genre (il/elle, le/la), il y a toujours la possibilité d’une forme du pluriel (il/ils, elle/elles,  le-la/les). Les deux vont ensemble alors que dans le cas de malade, je la suis, le pluriel ne peut être malades, nous les sommes mais nous le sommes. C’est l’impossibilité du pluriel qui, en réaction, à rendu impossible l’emploi du féminin.

Que disent les manuels de grammaires de l’époque de la scolarisation ?

Bien qu’elle soit très fréquemment citée, la règle « le masculin l’emporte sur le féminin » est pratiquement absente des grammaires françaises. Ceci voudrait dire qu’elle fait partie d’une « tradition grammaticale de qualité inférieure ».

Si l’on examine les manuels (de 1800 à 1914), on voit qu’ils emploient le terme de voisinage plutôt que celui de proximité et l’on y invite à pratiquer l’accord avec le dernier substantif en particulier quand on veut mettre l’accent sur lui. On peut également faire exception à la règle grammaticale de l’utilisation du masculin quand il s’agit de nom de choses, ce qui permet de rappeler le vers de Racine « Armez-vous d’un courage et d’une foi nouvelle ». Enfin le conseil de Vaugelas de mettre à la fin le nom masculin, ce qui évite le problème, est enseigné à partir du cours moyen, ce qui montre que le désir d’éviter les rapprochements qui heurtent l’oreille est constant.

Je citerai pour terminer sur ce point la conclusion d’André Chervel  qui pense que « toute entreprise visant à faire refluer le masculin dans la morphologie et dans la syntaxe est condamnée à s’en prendre tôt ou tard à la structure même de la langue. Démasculiniser la langue française, c’est vouloir la détricoter » (p.114).

La grammaire du français inclusif d’Alpheratz

C’est précisément une entreprise de démasculinisation que tente Alpheratz [7] en ajoutant systématiquement des formes neutres, par exemple aux pronoms personnels :

Exemples :
al : al fait nuit (p. 298) ; que t’arrive t’al ? (p. 289) ; al faut dire (p. 23),
als : peu s’en rendent compte, tant als ont intériorisé la domination (p. 300),
lu : ces personnes (…) confrontent notre société et notre langue binaires (…) à des réalités qui ne lu sont pas (p. 32)
li : si une personne choisit cette façon de gagner de l’argent, pourquoi li interdire ? (p302).

Cette neutralisation vaut aussi pour toutes formes de mots :
auz (eux/elles) : les attentes de plusieurs groupes de francophones qui n’ont pas de point commun entre auz (p. 41)
an (un/une) : cet objet n’est pas satisfaisant pour an linguiste (p. 47)
cherchaires (chercheurs/chercheuses) : mentionnons les cherchaires (p. 67)
autaire (auteur/autrice) ; lectaire (lecteur/lectrice) : le roman (…) crée une rencontre polyphonique entre deux conceptions du monde : celle de l’autaire (…) et celle du lectaire (p. 71)
usagær (usager, usagère) : l’essentiel pour un dictionnaire est que ce soit le mot, et non sa base, qui soit « reconnaissable » par l’usagær (p. 80).

Pour reprendre l’expression d’André Chervel, cette tentative de démasculinisation tourne au détricotage de la langue par l’invention d’une langue nouvelle qui se greffe sur le français mais en rejette la structure d’un genre marqué, langue nouvelle qui demande pour être utilisée beaucoup d’énergie. Dans un petit groupe de gens motivés il est possible que l’usage de certaines expressions proposées par Alpheratz puisse se développer.

Des effets de la masculinisation

Pascal Gigax en 2008, dans un article de Language and Cognitive Processes [8] examine le point de savoir si, quand on évoque une profession au masculin pluriel (par exemple les musiciens), ce fait oriente vers une compréhension masculine plus que féminine de la réalité. Il est totalement conscient que les stéréotypes sociaux peuvent avoir une influence et que parler des espions ou des couturiers n’est pas équivalents du fait des connaissances qu’on les gens sur le rapport des sexes dans ces professions (alors que skieurs est neutre). Pour déterminer l’influence réciproque de ces connaissances préalables (genres typés masculin, féminin ou neutre) sur la désignation comme homme ou comme femme, il utilise un dispositif expérimental auprès de francophones auxquels il présente des textes comme : Les assistants sociaux marchaient dans la gare. Puis aléatoirement (c’est-à-dire soit l’une soit l’autre) était proposée une suite comme du beau temps étant prévu plusieurs femmes n’avaient pas de veste ou au contraire du beau temps étant prévu plusieurs hommes n’avaient pas de veste. Chaque participant doit dire si la phrase proposée lui parait une « continuation possible » de la précédente.

Les résultats sont les suivants en pourcentages d’accords sur la phrase de continuation :

En moyenne, quel que soit l’aspect typé du rôle professionnel proposé, l’accord pour que la phrase de continuation proposant un homme soit acceptée est beaucoup plus grand que quand une mention de femme est proposée (78% contre 58%) et cela reste vrai quel que soit le type du rôle professionnel proposé. Ceci implique bien une tendance vers une représentation masculine. Ceci montre un effet déterminant de la présentation grammaticale plus important que la perception sociale des stéréotypes des rôles professionnels.

Cette étude est cependant problématique du fait du vocabulaire précisément masculin qui est utilisé pour présenter les rôles professionnels puisque la liste était la suivante pour les rôles typés féminins : couturiers, coiffeurs, assistants sociaux, danseurs, vendeurs, etc. Dire qu’il y a une influence de la grammaire en se servant précisément d’une présentation grammaticale masculine conduit automatiquement au résultat recherché. Reprenons à titre d’exemple la proposition de phrase suivante avec la continuation proposée :
(2a) Les assistants sociaux marchaient dans la gare.
(2b) Du beau temps étant prévu plusieurs femmes n’avaient pas de veste.
Dans la mesure où en français l’usage courant est de parler d’assistantes sociales, il est fatal qu’une telle continuation ne soit pas acceptée et que le masculin de la phrase engendre une dissonance cognitive[9].

Dans un article récent de 2019, Pascal Gigax se pose la question de la compréhension par le cerveau humain des différences de sens que le terme masculin implique (sens générique collectif contre sens spécifique d’un groupe masculin) et de la manière dont un type d’écriture inclusif pourrait contrecarrer l’effet dominateur du masculin générique [10]. Il étudie à cette fin divers types d’écriture inclusive pour arriver à la conclusion suivante : « Il apparaît donc que certains changements de pratiques langagières doivent vraisemblablement être précédés par des remises en question de l’ordre établi ou du système en place ». Ceci est particulièrement vrai pour les noms attribués aux femmes et je terminerai par cette question où l’accord (social) est plus facile à trouver car le rôle des femme a beaucoup évolué et elles occupent toutes sortes de rôles sociaux autrefois réservés aux hommes.

Les noms attribués aux femmes.

Dans son ouvrage Le ministre est enceinte (Seuil, 2018), Bernard Cerquiglini a retracé l’histoire des querelles qui en France ont accompagné la féminisation des noms, de titres, de fonctions ou de métiers et comment l’Académie française après une offensive forte contre cette féminisation a dû se soumettre à un usage croissant. Le récit se termine donc par la fameuse mise au point de 2014 dans laquelle l’Académie reconnait la possibilité de la féminisation à condition que l’on respecte l’usage dont seule l’Académie est « la gardienne » : ce dernier terme au féminin, mais entre guillemets, montre cependant une certaine ouverture par rapport à l’époque antérieure où elle s’en estimait « le greffier » de l’usage.

Depuis l’ouvrage de Cerquiglini, publié en 2018, l’Académie a tenté d’approfondir la question un créant en son sein une commission qui a rendu un rapport approuvé par elle en février 2019 et qui mérite l’attention. On y trouve le constat de l’implication des femmes dans des métiers et des fonctions qui nécessitent que les noms associés puissent être féminisés. Cependant le rapport souligne que ces évolutions doivent se faire dans le respect des règles de formation du féminin en français, rappel de l’autorité de la structure de la langue mais qui va cependant être modifiée par l’usage car le rapport ne critique pas les diverses options prises par exemple pour auteure ou autrice et en acceptant écrivaine.

Pour les titres et fonctions, le rapport distingue la situation des métiers (qui définissent la situation d’une personne) des fonctions qui font référence à un rôle social impersonnel, donc non genré, donc masculin générique. On peut croire à un retour en arrière mais la seule conséquence de ce rappel est qu’il faut désigner fonctions et titres (par exemple dans les lois et règlements) sans rapport au sexe mais que pour désigner des personnes concrètes on peut tout à fait féminiser les appellations. Si autrefois ces formes féminines désignaient l’épouse de celui qui exerçait une fonction, l’évolution sociale fait que ce n’est plus le cas et que si une femme était élue au titre de président de la République, elle pourrait être désignée comme la présidente (comme la chancelière allemande l’est actuellement).

Il est du ressort de l’Académie d’être gardienne également du respect des règles syntactiques du français : par exemple pour la féminisation du titre d’adjudant-chef, s’il n’y a aucune difficulté à féminiser adjudant en adjudante, il ne faut pas dire adjudante-cheffe (bien que cheffe soit un terme tout à fait admis par le rapport) mais prendre en compte que dans adjudant-chef, chef joue un rôle d’adverbe (en chef) non déclinable et qu’il faut donc parler d’adjudante-chef.

Au vu de ce rapport on peut voir qu’il n’existe plus de réticences à la féminisation des métiers, titres et fonctions, mais qu’en est-il de l’usage ? Soit les termes suivants : auteure, cheffe, professeure, avocate, autrice, écrivaine, cheminote, colonelle, proviseure, rectrice : utilisons cette fois encore Ngram Viewer pour voir les dates d’apparition de ces termes dans les livres et leur fréquence d’utilisation.

On voit immédiatement que l’apparition de tous ces termes débute aux années 1980 sauf pour avocate dont la fréquence, faible, est antérieure à cette date [11]. On distingue bien deux blocs de termes : les plus fréquents (auteure, avocate, professeure et écrivaine) et les autres qui sont tous en bas de l’échelle (dans l’encadré). Voici la représentation de ces derniers en laissant écrivaine pour avoir un point de comparaison en termes de fréquences.

Les six termes sous écrivaine correspondent à une deuxième vague plus récente, postérieure de plusieurs décennies à la précédente des années 1980.  On voit que cheffe semble émerger, que autrice (dans un rapport d’environ 1 à 20 par rapport à écrivaine) est en croissance ainsi que proviseure et rectrice (mais plus lentement) mais que cheminote, terme lancé dans les années 2000 semble stagner. Quant à la colonnelle, seule terme existant dès avant les années 1960, son maintien semble plus lié à la littérature (d’origine anglo-saxonne) qu’à la promotion de femmes au sein des officiers supérieurs de l’armée française.

Droits de l’Homme ou droits humains

Ayant effectué la première partie de ma carrière dans la Maison des sciences de l’Homme (MSH) du bd. Raspail à Paris et le reste en enseignant les sciences humaines, j’ai bien eu conscience du passage de l’expression sciences de l’homme à sciences humaines qui s’est fait sous la pression de l’internationalisation de la recherche dominée par le terme anglais human sciences. J’y vois une évolution parallèle au désir, porté par le mouvement féministe, de refuser l’usage générique (collectif) du masculin du fait que les droits concernent aussi bien les femmes que les hommes et qu’il faut rendre visible ce fait en neutralisant droits de l’Homme en droits humains. C’est déjà fait depuis 1948 pour la Déclaration universelle des droits de l’Homme au moins en anglais puisqu’elle fut intitulée Universal Declaration of Human Rights. Les italiens parlent de diritti umani, les espagnols de Derechos Humanos mais les allemands utilisent comme en français Menschenrechte. Cette évolution vers le terme droits humains est légitime puisque des femmes la demandent.

Depuis 2018 la Ligue belge des droits de l’homme est devenue Ligue des Droits Humains [12]. Une nouvelle fois, en matière d’évolution de la langue française, la Belgique francophone montre le chemin à la France.

***

Je remercie Marie Loison-Leruste et Martine Willems pour leurs commentaires du précédent billet et Marie-Louise Moreau pour ses conseils.

Post-scriptum du 15/11/2020 : j’ai sollicité une réponse d’Éliane Viennot et elle m’ a répondu par un courrier qu’elle m’a autorisé à insérer ici :

Cher collègue,
Merci pour le lien vers votre article, et pour votre invitation à réagir, mais je n’ai pas actuellement le temps de le lire de A à Z — d’autant qu’il est long et qu’il comprend des graphiques impressionnants! De fait, j’ai beaucoup lu, réfléchi, écrit sur les relations entre langue, histoire et idéologie depuis cinq ou six ans, et mon opinion est faite. La domination écrasante du masculin sur le féminin, qui ne date pas de l’âge des cavernes (du reste très revisité ces temps-ci), a commencé à régresser depuis 40 ans. Et elle va continuer le faire, si (et seulement si) celle des hommes sur les femmes diminue dans la société.  
Je suis contente de voir que j’ai donné du grain à moudre aux linguistes. La multiplication des colloques, des revues, des recherches, des thèses en cours, dont l’objectif est de mener des investigations conséquentes là où je n’avais fait que des «carottes» et proposé des pistes, me ravit. C’est exactement ce que j’appelais de mes voeux. J’observe aussi que d’autres ronchonnent, peut-être vexé·es de n’avoir pas découvert le pot-aux-roses eux-mêmes, elles-mêmes, peut-être franchement réactionnaires, et mettent leur énergie à soutenir que l’idéologie n’a pas influencé la langue, comme d’autres que le nuage de Tchernobyl n’est pas entré en France. Tant pis pour elles, tant pis pour eux. Quant à celles et ceux qui, tout en ferraillant contre les partisan·es de «l’écriture inclusive», apportent de l’eau à son moulin (Moreau, Chervel…), je les plains aussi un peu, mais je les remercie pour leur travail.
Je suis contente, également, de prouver tous les jours ce que vous admettez en ouverture de votre article: «on peut utiliser ce type d’écriture tout en restant très lisible». Belin et Gallimard, pour ne citer que des maisons peu soupçonnables de militantisme échevelé, ont accueilli mes écrits depuis trois ans — tous rédigés en langage non sexiste. Et les journaux sont de plus en plus intéressés. Les seules questions qui demeurent, à mon avis, sont psychologiques (pourquoi tant de gens déboussolés par le recul du masculin?), politiques (comment faire pour que le dossier avance, notamment dans l’éducation nationale et les textes réglementaires – jusqu’à la Constitution) et techniques (sur l’usage du point médian). Il y a aussi des réflexions intéressantes à mener sur l’accord de proximité (intégral, comme avant qu’on lui vole dans les plumes, c’est-à-dire en nombre comme en genre, ou limité au genre?) et sur les solutions à apporter aux masculins-singuliers naturalisants, type «le lecteur» ou «le consommateur» (d’autant plus illégitimes que ces populations sont massivement féminines!). Je suis sûre qu’on va trouver. Enfin… les gens qui cherchent vont trouver. Les gens qui veulent que s’accélère le rythme de la marche vers l’égalité.
Quant à moi, je vais sûrement continuer à m’intéresser à ces recherches-là, mais je dois avant tout me reconcentrer sur mes travaux historiques. Et continuer de semer du poil à gratter sur une autre population d’universitaires, qui auraient dû s’intéresser avant moi à la loi salique, à la construction de la culture masculiniste dans le champ historique, à la Querelle des femmes, aux dirigeantes de la Renaissance, etc.
Bien entendu, si vous estimez que ces quelques lignes sont une contribution au débat, vous pouvez les insérer sur votre blog.
Bien à vous,  
Eliane Viennot

Voici la réponse de Marie-Louise Moreau :

Les partisans de l’écriture inclusive, avec doublets complets (« les enseignants et les enseignantes ») ou abrégés (« enseignant.e.s », « enseignant·e·s », « enseignant-e-s », etc.) utilisent ces nouveaux procédés d’écriture comme un  acte de militance en faveur de l’égalité des femmes et des hommes. C’est une valeur démocratique à laquelle je souscris entièrement.  Mais je tiens aussi à une autre valeur, tout aussi démocratique : l’accessibilité de la langue au plus grand nombre, tant aux femmes qu’aux hommes, accessibilité qui se trouve compromise par ces nouveaux procédés graphiques.

1) Rédiger un texte sans recourir systématiquement à des doublets, ou en contournant le masculin, en utilisant , par exemple, des termes abstraits (« le corps professoral » au lieu de « les professeurs », « les flux migratoires » au lieu de « les migrants ») n’est pas à la portée de tous, c’est une capacité que seule une élite est à même de s’approprier ; plus que jamais, beaucoup vont se sentir exclus de la possibilité d’une activité rédactionnelle compatible avec les attentes sociales ordinaires. 

2) Les textes rédigés par des rédacteurs moins experts dans le maniement de la langue,  qui cumulent les « .e.s », et autres  « –teurs-trices » sont plus difficiles à lire ; leurs écrits sont moins accessibles ou rendus inaccessibles aux personnes qui ont des rapports tendus avec l’écrit.

3) Ces nouveaux procédés d’écriture amplifient l’écart entre l’écrit et l’oral, écart pourtant déjà important en français. Ils concernent essentiellement les règles qui régissent le nombre et le genre ; or, les règles conventionnelles relatives au nombre et au genre ne sont pas acquises par  une proportion importante d’écoliers à leur entrée dans l’enseignement secondaire, et même bien au-delà ; les nouvelles « règles » ne pourront que jeter le trouble dans les apprentissages,  et être source d’un plus grand nombre d’échecs scolaires, chez les filles comme chez les garçons, sans parler des dyslexiques, à qui la maitrise de l’écrit risque d’apparaitre comme un objectif inaccessible.

 À défendre une valeur, on risque donc d’en mettre d’autres à mal. Parfois, il faut hiérarchiser les unes et les autres. Quand on est féministe, doit-on nécessairement plaider pour le bien des femmes, quand celui-ci contrarie le bien de tous, hommes et femmes ?  

  1. Éliane Viennot, Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin, Donnemarie-Dontilly, Éditions iXe, 2017 []
  2. Marie-Louise Moreau, L’accord de proximité dans l’écriture inclusive. Peut-on utiliser n’importe quel argument , in Anne Dister et Sophie Piron (Eds), Discours de référence sur la langue française, Presses de l’Université Saint-Louis, Bruxelles, 2019, en ligne []
  3. Patrick Charaudeau, L’écriture inclusive au défi de la neutralisation en français, Le Débat, n° 199, mars-avril 2018 []
  4. Maurice Grévisse, Le Bon usage, 1975, § 240, rem. 1, cité par le CNRTL à l’article « neutre » []
  5. Source : site de l’atilf, sauf l’exemple de la Vie de Saint Alexis, vers 51 « Quant li jurz passet ed il fut anuitét » édition  de Christopher Storey chez Droz, 1968, coll. Classiques littéraires français []
  6. André Chervel, La place du masculin dans la langue française ; L’accord de proximité et la grammaire, in Danièle Manesse et Gilles Siouffi, (dir.), Le féminin et le masculin dans la langue, ESF sciences humaines, 2019  []
  7. Alpheratz, Grammaire du français inclusif, Châteauroux, Vent solars, 2018 []
  8. Gygax, P. M., Gabriel, U., Sarrasin, O., Oakhill, J., & Garnham, A. (2008). Generically intended, but specifically interpreted: When beauticians, musicians, and mechanics are all men. Language and Cognitive Processes, 23, 464–485, en ligne []
  9. on pourra a contrario examiner une autre étude, celle de Marie-Louise Moreau de 2001 intitulée « La féminisation des textes : quels conseils à la politique linguistique ? Revue Parole, 20, 2001, 287-314, parue également dans DiversCité-langues en 2002, en ligne []
  10. Gygax, P., Gabriel, U. & Zufferey, S. (2019). Le masculin et ses multiples sens : un problème pour notre cerveau… et notre société́. Savoirs en Prisme, 10, en ligne []
  11. la première femme à obtenir le titre d’avocate fut Jeanne Chauvin qui obtint de haute lutte ce droit en 1900 []
  12. Source []

4 réflexions sur « Langage inclusif et masculin générique : le débat »

  1. Merci pour toutes ces références et explications !
    J’essaye d’apprendre les bases à des élèves qui ont un langage pauvre, je constate d’ailleurs depuis 4 ou 5 ans la disparition du « elles », en effet mes élèves disent « Les filles, ils font ça…. »

    1. Je trouve cette observation très intéressante. J’aimerais savoir quel âge ont ces élèves et comment ils font les accords : « Les filles, ils sont plus fortes en maths » ou « …ils sont plus forts en maths » ?
      Merci pour l’information.

  2. « Cette étude est cependant problématique du fait du vocabulaire précisément masculin qui est utilisé pour présenter les rôles professionnels puisque la liste était la suivante pour les rôles typés féminins : couturiers, coiffeurs, assistants sociaux, danseurs, vendeurs, etc »

    Donc, si je vous comprends bien, le masculin ne peut pas être compris comme une valeur générique pour les termes stéréotypés féminins. Là je suis d’accord avec vous. Je me permets de poursuivre votre idée pour les termes stéréotypés masculin (par ex., des mécaniciens). Là aussi, l’usage du masculin ne peut être compris comme une valeur générique. C’est juste, vous avez raison. Donc, pour résumer votre raisonnement, le masculin est compris comme une valeur spécifique (et non générique ou neutre) pour les termes stéréotypés féminins, et pour les termes stéréotypés masculins. Jusqu’ici, je suis d’accord avec vous. Maintenant, vous omettez tout de même, j’imagine à dessein, de décrire ce qu’il se passe avec les termes sans stéréotypes (comme skieurs ou musiciens). Comme vous l’avez remarqué (dans le tableau que vous présentez), et j’imagine que vous avez lu une grande partie des articles répertoriés ici : https://osf.io/awsek/?view_only=a385a4820769497c93a9812d9ea34419, les résultats sont les mêmes pour les termes sans stéréotypes que pour les termes stéréotypés féminins et les termes stéréotypés masculins.

    Donc, pour reprendre votre raisonnement, il est impossible de comprendre le masculin comme générique (ou neutre) pour les noms de rôle stéréotypés féminins, mais également masculins, et les données que vous présentez montrent que c’est également le cas pour les noms de rôle sans stéréotypes.

    Intéressant.

    1. Visiblement, je me suis mal fait comprendre : mon but était simplement comme je l’indique à la fin (mais il faut lire de A à Z), de poser le problème dans ce genre d’expérimentation de la dissonance cognitive rencontrée quand on associe un terme stéréotypé féminin avec une proposition de contexte masculin. Votre étude montre que même dans ce cas (et à 83% des cas, le plus fort pourcentage), la continuité avec contexte masculin est acceptée. Cette forte valeur de 83% pourrait être due au phénomène de dissonance cognitive résolue par le fait de l’exceptionnalité de la présentation : le terme « assistant social » étant rare, il n’évoque pas une valeur générique incluant les assistantes sociales et devient spécifique d’un métier peu connu typiquement masculin qui serait celui d’assistant social.
      Examinons les fréquences réciproques des différents termes dans les livres, reflet de l’usage social. Cf. graphique En 2019 le rapport des fréquences entre « assistants sociaux » et « assistantes sociales » est de 3 à 1 tandis qu’à l’inverse le rapport entre « skieurs » et « skieuses » est de 1 à 58. On voit les rôles parallèles entre « skieurs » et « assistantes sociales » dont les fréquences plus fortes « marquent » le terme comme masculins et féminins (mais « skieurs » fait partie des stéréotypes neutres : le mot au masculin est normalement plus fréquent qu’au féminin du fait de l’usage de sa forme générique). Intéressant, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.