À propos du projet Français et culture antique

Le 8 décembre dernier sur BFM TV, Jean-Michel Blanquer annonce « que l’on va développer l’apprentissage du latin-français notamment pour les élèves en réseau d’éducation prioritaire en 6e à titre expérimental ». L’annonce a pris tout le monde de court mais dans une lettre du 24 décembre dernier, le ministre a saisi le Conseil supérieur des programmes (CSP) pour lui demander de réfléchir à la création d’un enseignement facultatif « Français et culture antique » en classe de 6e.

Selon ce texte, il ne s’agit pas d’un apprentissage précoce d’une langue ancienne mais de pouvoir aborder « de manière plus consciente la structure et la sémantique de la langue française  (…) cet enseignement, proposé à raison de deux heures hebdomadaires, répondra ainsi aux besoins cruciaux des élèves, notamment des moins favorisés ». Cet enseignement, qui serait facultatif, vise trois objectifs : la consolidation des acquis grammaticaux (par le biais du latin) ; la maitrise et l’enrichissement du lexique (par le biais du latin et du grec) ; l’enrichissement culturel par le récit de fiction, mythologique et fabuleux, par l’apprentissage de la mythologie. Enfin, par la comparaison des mythes de création, ils découvriront « l’histoire de la croyance et du fait religieux » et développeront « leur conscience humaniste ». Une réponse du CSP est espérée pour la fin du mois de février 2021 pour une mise en œuvre expérimentale à la rentrée de cette même année.

Si la comparaison de la Genèse et de la Cosmogonie d’Hésiode risque de n’être pas simple, sur les premiers points, du fonctionnement de la langue, du lexique et de l’imaginaire antique, les professeurs de LCA se sentiront aptes à mettre en œuvre ce projet (indépendamment des questions de moyens qui continuent de se poser).

Pour réfléchir sur ce projet, il est intéressant dans un premier temps, d’examiner en détail ce qui se fait en matière d’initiations dans des pays voisins : en Suisse, en Belgique, en Espagne. On notera qu’il n’y a pas d’initiation en Italie, où l’enseignement du latin se fait dans une filière du lycée, ni en Allemagne où le latin peut être enseigné comme seconde langue à partir de 12-13 ans (c’est-à-dire l’âge de la 5e en France) [1].

Espagne : initiation à la culture classique

Il existe en Espagne un enseignement de Culture classique indépendant de l’enseignement de la langue latine. Cette option est une des options obligatoires de spécialités du niveau collège : il faut en prendre une au minimum et quatre au maximum. Cette option est présente les quatre années (avec un programme renforcé la dernière année). Elle a pour but de présenter les divers domaines littéraires, artistiques, philosophiques, scientifiques et linguistiques des civilisations grecque et latine et d’en faire évaluer la présence aujourd’hui. On pourra en examiner le détail en examinant les « critères d’évaluation » qui en sont donnés et on trouvera par le biais de ce qui est proposé par le site Materiales para la cultura clásica, ce que peut être l’enseignement concret de cette option.

Par rapport à la future option de Latin pour le français, cette option d’initiation à la culture classique ne correspond qu’à un seul des aspects prévus et semble-t-il, le plus facile à mettre en œuvre car les élèves sont intéressés par des récits mythologiques qui parlent à leur imagination mais l’enseignement de Culture classique ne se réduit pas à cela.

Belgique : initiation au latin

L’enseignement catholique propose une initiation au latin dont les objectifs sont fondamentalement un apprentissage du latin. L’objectif reste la lecture de textes d’une manière autonome, textes authentiques dont la traduction est la finalité.

Dans l’enseignement de la communauté française (donc hors enseignement catholique),  dans la première piste pédagogique proposée qui veut traiter de la cuisine romaine, on fait écouter la chanson d’Astérix « quand l’appétit va, tout va »  et immédiatement après on propose une liste d’expressions latines et leur traduction où l’élève doit deviner les correspondances. En fin de cette première présentation le texte suivant est proposé :

      Vita quotidiana

Mane domina ancillas vocat :
ancillae cenam bonam parare debent.
Filia tabulas capit et epistolam scribit.
Hodie puella amicas suas invitat.

La consigne est la suivante : « Ton rôle est de traduire ces quelques phrases en français correct. Pour t’y aider, tu disposes d’un vocabulaire à la page suivante. Observe bien les terminaisons de chaque mot et, avec l’aide de ton professeur, découvre les bases du fonctionnement de cette langue qui en a donné tant d’autres ! »

Il est évident que cette piste pédagogique doit être animée par l’enseignant auquel on indique simplement qu’il faut une progression lente centrée ici sur le nominatif et l’accusatif de la première déclinaison.

En un mot il s’agit bien d’une initiation au latin qui même si elle est progressive ne correspond pas aux objectifs de la nouvelle option en France.

Genève : Monstrum, deux fascicules d’initiation

Un cours d’initiation obligatoire pour tous à la langue et à la culture latine existe à Genève en première année de ce qui correspond au collège (12 ans, secondaire 1). J’invite le lecteur à relire la présentation que j’en faisais dans mon précédent billet sur la Suisse, où l’on verra que son préambule souligne que l’enseignement de Langue et culture latines veut sensibiliser l’élève à la langue latine, à l’étymologie, à l’histoire et à la civilisation romaine, à la mythologie gréco-latine avec leur influence toujours présente aujourd’hui, ce qui veut dire que son but correspond assez bien aux objectifs de la nouvelle option en France [2].

Quelles que soient les qualités de cette initiation, sa finalité est de proposer un apprentissage du latin et de la culture antique et non de se servir du latin pour améliorer la connaissance du français : il nous faut donc réfléchir à ce que pourrait être un enseignement tourné en priorité sur le lexique, la grammaire et l’enrichissement culturel.

Réflexions sur le projet « Français et culture antique »

Sur la question du lexique, on dispose déjà sur EduScol de fiches Lexique et culture pour le cyle 3 sur les préfixes et les suffixes, ainsi que tout un éventail de fiches (uns soixantaine) sur des mots du français qui sont mis en rapport avec leur origine, le développement de leur histoire et où des approfondissements de tous ordres sont proposés.

Pour ce qui touche l’enrichissement culturel, le site Odysseum, propose quant à lui un grand nombre de fiches pédagogiques sur des personnages, des évènements et des lieux de l’Antiquité. Cependant, ce site ne peut convenir pour une initiation au niveau de la 6e car il est destiné à des élèves plus âgés. Pour des choses plus élémentaires on pourra adapter ce que propose l’option « culture classique » en Espagne qui est bien une initiation destinée à un public de collège. On trouvera également des éléments permettant le lien entre la culture antique et notre époque dans le site d’Arrête ton char !

Je voudrais donc me centrer sur l’utilisation du latin pour la consolidation des acquis grammaticaux mais en précisant bien qu’il s’agit de l’approfondissement de la grammaire du français et non pas d’acquisition de la grammaire latine. Il faut donc réfléchir à cette situation toute nouvelle où, par rapport à un enseignement de LCA ordinaire, la finalité à profondément changée. Il ne s’agit plus d’apprendre le latin, et, en passant de montrer la différence avec le français, mais de « consolider » des éléments de grammaire, c’est-à-dire ceux enseignés en 6e, donc en dernière année de cycle 3.

Il faut revenir sur les objectifs du cycle 3 (Programme 2015 p. 98-125) dont la base est l’opposition du groupe nominal et du groupe verbal. Ceci à une incidence sur la terminologie employée vis-à-vis du latin qui ne doit pas être celle habituelle sous peine de transformer l’aide du latin en fardeau d’un apprentissage nouveau. Par exemple parler de nominatif est à exclure puisque la notion de sujet suffit. A la notion de génitif on substituera celle prévue dans la terminologie (p. 117) de complément du nom. De même pour l’accusatif qui sera repris sous le terme de complément du verbe auquel on ajoutera éventuellement dans le groupe verbal les compléments d’attribution ou de circonstances [3].

Le point fondamental est que ce qui est presque transparent pour exprimer la structure syntaxique en français, l’ordre des mots, ne joue pas ce rôle en latin où la désinence marque explicitement la fonction grammaticale du mot. Traduire une phrase française en latin peut être l’occasion de sortir de l’implicite et permet ainsi de rendre conscientes les fonctions grammaticales et de mieux les maitriser. Dans la traduction de « Pierre appelle Paul » ou de son apposé « Paul appelle Pierre », en latin c’est seulement la désinence qui permet de lever l’ambigüité Petrus(-um) Paulum(-us) vocat.

Peut-être faudrait-il proposer aux élèves d’imaginer une scène d’Astérix où des soldats romains communiqueraient entre eux, ce qui permettrait un travail dans un cadre ludique avec proposition d’un vocabulaire latin à utiliser et de son mode d’emploi, c’est-à-dire ses désinences. Autant lire du latin n’est pas motivant pour un élève de 6e, autant écrire en latin peut l’être s’il s’agit de créer un message codé, compréhensible par ceux seulement qui en possèdent la clé.

Le but des exercices à faire sur cette question sera de partir du français et, en proposant un vocabulaire latin, de faire écrire l’élève en latin puis de lui proposer le problème inverse mais toujours au même niveau de complexité faible, élémentaire (comme dans la Vita quotidiana vue plus haut dans l’exemple belge). Écrire en latin et lire le latin sont des activités profondément liées et en commençant par des exercices très simples on peut permettre à l’élève de se dire que « c’est facile » de communiquer en latin. Attention, les enseignants devront utiliser la prononciation française des mots latins et non la prononciation restituée sous peine de casser toute possibilité de lien avec ce qui est déjà connu (les expressions latines du français) et la proximité visuelle du vocabulaire latin. Il faut être guidé par l’objectif : consolider les acquis de grammaire du français et les mots latins doivent être au plus près du français.

On pourra aussi utiliser les expressions latines utilisées en français en proposant de traduire en latin des expressions comme le cours de la vie (curriculum vitae) à partir de cette première liste d’expressions fréquentes que j’avais utilisée pour mon initiation du latin du français qui comprend environ 120 mots latins. Cette initiation ne peut être ici utilisée directement car sa finalité est l’initiation au latin proprement dite et non le passage du français au latin. Cependant à titre d’enrichissement culturel en lien avec l’antiquité, ces expressions peuvent être proposées en tant que telles.

Je terminerai par cette phrase d’une directrice de l’École La Source à Meudon, haut lieu des pédagogies nouvelles, qui donnait comme précepte en 1946 (et le style est bien celui des pédagogues de l’époque) : « ne point permettre aux élèves d’entreprendre des tâches démesurées » la prudence est de mise dans l’utilisation du latin.

  1. Toutes les informations concernant l’enseignement du latin (et du grec) dans les pays voisins sont issues du présent carnet de recherche et tous ces pays peuvent être retrouvés dans la rubrique pédagogie de la table des matières []
  2. Les fascicules 1 et 2 de Monstrum sont édités par le Service enseignement et évaluation, Chemin de l’Echo 5A 1213 Onex []
  3. Sur l’enseignement de la grammaire on pourra relire le précédent billet Rénover l’apprentissage de la grammaire []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.