L’Histoire Auguste

L’Histoire Auguste relatant la biographie d’empereurs romains à partir d’Hadrien et s’achevant avant la période de la tétrarchie initiée en 285 par Dioclétien, examinons-en les empereurs les plus connus dans la frise chronologique suivante qui commence à Auguste :

Suétone, dans sa Vie des douze Césars était parti de César et avait traité des vies d’empereurs jusqu’à Domitien, ce qui correspond au début de la première ligne de la frise. L’Histoire Auguste traite de la deuxième ligne mais la comparaison s’arrête là car Suétone est un auteur bien situé historiquement tandis que l’Histoire Auguste est due à six auteurs totalement inconnus : il y a là un problème et beaucoup d’autres que nous suivrons  à partir de l’introduction faite par André Chastagnol dans son édition bilingue [1].

Un élève de l’éminent spécialiste d’histoire romaine du 19e siècle Theodor Mommsen, Hermann Dessau, montre en 1889 que les six auteurs présumés de l’Histoire Auguste n’en font qu’un, dont on ignore le nom et qui vécu à la fin du 4e siècle, entre 390 et 400. Prenons un exemple de sa méthode : soit le cas d’un certain Toxotius qui selon l’Histoire Auguste vivait vers 240. Ce patronyme est totalement inconnu à cette époque mais est connu dans les lettres de saint Jérôme qui cite en effet Julius Toxotius qui a été le mari d’une veuve chrétienne et qui était mort en 380. Dessau cite plusieurs exemples de ce type de patronymes inconnus de l’époque où ils sont censés vivre dans l’Histoire Auguste mais connus à la fin du 4e siècle. Il en conclut que le véritable auteur de l’Histoire Auguste était un lettré qui vivait dans les milieux aristocratiques de Rome où saint Jérôme avait ses entrées.

Du point de vue stylistique, les manières de s’exprimer des six auteurs sont tellement semblables que l’unité de l’écriture par un seul auteur en découle.

Dessau traque (déjà) le plagiat et il trouve un extrait d’Aurelius Victor, (historien et haut fonctionnaire qui rédige une vie des Césars vers 360) dans la vie de Septime Sévère de l’Histoire Auguste. L’auteur de celle-ci a bien corrigé une erreur d’Aurélius Victor mais n’en a pas tiré des conséquences ce qui trahit le plagiat. L’auteur de l’Histoire Auguste est donc postérieur à Aurélius Victor et a donc écrit vers la fin du 4e siècle.

Qui est l’auteur de l’Histoire Auguste ?

Stéphane Ratti, que nous avons déjà rencontré dans un précédent billet à propos de la recherche de l’auteur du Satyricon propose une solution basée sur le raisonnement suivant :  il montre d’abord à travers divers exemples qu’au 4e siècle on ne distinguait pas le genre littéraire des Histoires, de celui des Annales. Or on trouve sur une inscription de la statue d’un certain Nicomaque Flavien (désigné comme senior pour le distinguer de son fils) une allusion au fait qu’il est l’auteur d’une œuvre historique sous formes d’Annales et l’on sait par ailleurs que Nicomaque Flavien senior était un auteur historique éloquent (historicus disertissimus). Stéphane Ratti fait alors remarquer que quand il est fait mention d’un texte reconnu dans l’Antiquité, même s’il a disparu, on en a toujours des traces, des extraits, des citations, ce qui n’est pas le cas ici, d’où cette idée que ces Annales en question pourraient simplement être l’Histoire Auguste [2].

Resituons cet auteur présumé dans son époque et son milieu : en 313 Constantin mettait fin aux persécutions des chrétiens et Théodose en 380 fera du christianisme la religion d’état. C’est l’époque d’Ambroise de Milan (339-397), d’Augustin d’Hippone (354-430), de Jérôme de Stridon (347-420) et il y une lutte d’influence entre ces auteurs chrétiens et le milieu sénatorial attaché au paganisme. Symmaque par exemple (342-403) fut préfet de Rome en 384 et 385 et consul en 391 : il est connu pour s’être opposé à Ambroise à propos de l’autel de la Victoire qui fut enlevée du Sénat en 382.

Nicomaque Flavien est également partie prenante dans l’opposition à Ambroise et au christianisme. Il est préfet du Prétoire en 390. Les Symmaque et les Nicomaque ont par ailleurs des liens familiaux.

Le style de l’Histoire Auguste

Pour voir quel est le style de l’Histoire Auguste nous allons en examiner un passage qui, précisément à propos d’Apollonios (ou Apollonius) de Tyane, montre un lien avec Nicomaque Flavien. Il s’agit de la vie d’Aurélien, (célèbre par ailleurs pour l’édification du mur qui porte son nom à Rome) et qui fut empereur de 270 à 275. Il lutta contre Zénobie, reine de Palmyre qui s’était proclamée impératrice. Il arrive ainsi devant la ville révoltée de Tyane (au sud de la Turquie actuelle, en Cappadoce)

Histoire Auguste Vie d’Aurélien, chapitre 22 à 24 (texte et traduction d’André Chastagnol)

Nam cum Tyanam venisset eamque obclusam repperisset,
Par exemple, arrivant à Tyane et trouvant fermées les portes de la ville
iratus dixisse fertur : « canem in hoc oppido non relinquam »
il s’écria, dit-on, furieux : « Je ne laisserai pas un chien vivant dans cette cité ! » (22,5)

La ville est prise : les soldats s’appuyant sur la déclaration d’Aurélien exigent de mettre la ville à sac.

Respondit his : « canem » inquit, negavi in hac urbe me relicturum :
il leur répondit : « j’ai dit que je ne laisserai pas un chien vivant dans cette ville ?
canes omnes occidite »
Eh bien ! tuez tous les chiens »

Ce genre de plaisanterie, totalement apocryphe, est tout à fait typique de l’auteur de l’Histoire Auguste qui aime fabriquer des faux, raconter des histoires plus ou moins salaces, inventer des épisodes farfelus. Cependant cette bienveillance soudaine d’Aurélien n’est pas arrivé sans cause mais est due à une apparition d’Apollonius de Tyane lui-même, ce philosophe néoplatonicien du premier siècle dont la vie par Philostrate a été souvent comparée par ses aspects merveilleux à la vie de Jésus. Voici le récit de cette apparition :

Aureliane, si vis vincere, nihil est quod de civium meorum nece cogites.
Aurélien, si tu veux vaincre, cela ne te mène à rien de méditer le massacre de mes concitoyens.
Aureliane, si vis imperare, a cruore innocentium abstine
Aurélien, si tu veux régner, épargne le sang des innocents
Aureliane, clementer te age,si vis vivere »
Aurélien, montre-toi clément si tu veux vivre (23,4)

On trouve ici une allusion à la conversion de Constantin où le Christ lui dit aussi qu’il vaincra s’il utilise un étendard marqué de son signe  X P  (In hoc signo vinces). Aurélien, quant à lui, converti à la clémence, change donc d’opinion sur le sort de la ville et s’affranchit de sa promesse par une pirouette. Dans les deux cas, c’est en suivant le message de la providence divine que l’empereur peut vaincre.

L’auteur de l’Histoire Auguste enchaine en citant à l’origine de ce récit une source tout à fait invérifiable mais qui chante les mérites d’Apollonius de Tyane :

Quid enim illo viro sanctius, venerabilius, antiquius diviniusque inter hominis fuit ?
Qui en effet fut jamais, parmi les hommes, plus saint, plus vénérable, plus transcendant, plus divin que lui ?
Ille mortuis reddidit vitam, ille multa ultra homines et fecit et dixit.
Il ressuscité des morts, accomplit des actions et prononça des paroles qui dépassent les possibilités humaines (23,8)

Et l’auteur parle ensuite en son nom :

Ipse autem, si vita suppetit atque ipsius vivi favor visguerit,
Pour ma part, si je vis assez longuement et si sa bienveillance me fortifie,
breviter saltem tanti viri facta in litteras mittam
je consacrerai au moins brièvement un ouvrage aux actions de ce grand homme (23,9)

Selon Stéphane Ratti [3] Nicomaque Flavien est l’auteur avéré d’une traduction de la Vie d’Apollonios de Tyane mais comme l’Histoire Auguste est censée être écrite à l’époque de Constantin, soit 50 ans plus tôt, il ne peut dire que cet hommage à Apollonius est déjà rendu. Cependant il donne des indices aux lecteurs lettrés de son milieu sénatorial pour qu’ils comprennent que c’est lui, l’auteur de l’Histoire Auguste.

La lutte contre le paganisme

Le pouvoir des chrétiens est grand : rappelons l’épisode de Thessalonique de 390 (cf. un précédent billet sur Ambroise) où, après un massacre de l’armée de Théodose dans cette ville, Ambroise le contraint à la pénitence : Théodose cède.

La suspicion se porte sur les auteurs qui défendent les pratiques des anciens comme Libanios. Celui-ci en 360 écrit un discours qui contient des attaques contre le pouvoir et il signale à un ami que c’est dangereux pour lui, Libanios, et que s’il lit ce texte à des amis, il leur recommande la discrétion. Libanios fut un soutien de Julien l’Apostat et sa vie fut ensuite mise en danger. On relève qu’il ne conservait pas la copie de toutes ses lettres car il craignait une perquisition des agents du pouvoir. Comme le signale Stéphane Ratti, « la saisie des documents était une pratique usuelle de la police et des délateurs qui avaient besoin de preuves matérielles pour appuyer leurs dénonciations, au risque de passer sinon eux-mêmes pour des calomniateurs » [4]. On comprend que dans l’Histoire Auguste la critique du christianisme soit indirecte, comme la promotion d’Apollonius de Tyane vue plus haut, ou humoristique, comme nous allons le voir.

L’hostilité aux chrétiens de l’Histoire Auguste

Un bon exemple à la fois des facéties de l’auteur de l’Histoire Auguste est la manière dont il se moque de Jérôme dans la vie d’Élagabal (4,3-4)

Fecit et in colle Quirinali senaculum, id est mulierum senatum,
Il installa également sur le Quirinal un mini-sénat, c’est-à-dire un sénat de femmes,

Sub Symiamira facta sunt senatus consulta ridicula
Sous l’impulsion de Symiamira furent promulgués des senatus-consultes ridicules
de legibus matronalibus : quae quo vestitu incederet,
concernant les règles à appliquer aux matrones : quel vêtement porterait chacune en public ?
quae cui cederet, quae ad cuius osculum veniret,
A qui chacune céderait la préséance ? Laquelle donnerait un baiser à l’autre ?
quae pilento, quae equo, quae sagmario, quae asino veheretur
Qui devrait voyager en char, qui à cheval, sur une bête de somme ou un âne ?

Pour les lecteurs de l’Histoire Auguste du milieu de l’aristocratie, l’allusion se faisait clairement à un texte de Jérôme : celui-ci correspondait avec un cercle de dames romaines chrétiennes qui se réunissaient chez une veuve, Marcella, sur l’Aventin. En effet Jérôme en s’adressant à Marcella (dans une lettre de 385) évoque plaisamment à propos de ce cercle un Sénat des matrones.

Le jugement de Dieu

Nicomaque Flavien, est un serviteur fidèle et reconnu de Théodose mais la situation change en 392 lorsque le chef de la milice de l’empereur d’Occident Valentinien II, le franc Arbogaste (ou Arbogast) fait disparaitre Valentinien et lui substitue Eugène, un chrétien, mais qui va soutenir la restauration païenne : Nicomaque Flavien s’engage à ses côtés et est nommé préfet du prétoire. L’autel de la Victoire est rétabli et le culte de Vesta est subventionné.

Cette opposition ouverte à Théodose va se régler sur un champ de bataille près de la rivière Frigidus (ou Rivière froide, en Aquilée) où s’affrontent l’usurpateur Eugène avec les troupes d’Arbogaste contre les troupes de Théodose : c’est un affrontement mené avec des signes religieux, la Croix pour les troupes de Théodose, Hercule pour les païens. Un vent contraire aux troupes païennes gêne leurs tirs de flèches, ce qui est interprété comme un soutien du dieu des chrétiens à l’armée de Théodose et un abandon des païens par leurs dieux. Arbogaste et Nicomaque Flavien se suicident, ne résistant par à ce qui semble bien un jugement de Dieu. Alors que l’épisode de Julien avait laissé des espoirs de restauration à l’aristocratie païenne, désormais la cause est entendue, l’aristocratie romaine se christianise ensuite rapidement et la liberté des cultes, abrogée par Théodose en 392 pendant l’usurpation d’Eugène devient la règle après la défaite de 394. Les Sacrifices et les prières sont abolis et il ne reste que les manifestations de la vie populaire. La liberté de conscience persiste jusqu’en 529 où elle sera supprimée par Justinien [5]. Avec la mort de l’auteur de l’Histoire Auguste, le paganisme a livré son dernier combat armé.

  1. André Chastagnol, Histoire Auguste, Édition latin-français, Robert Laffont, 1994, coll. « Bouquins » []
  2. Stéphane Ratti, « Nicomaque Flavien Senior auteur de l’Histoire Auguste » dans Antiquus error : les ultimes feux de la résistance païenne, Turnhout, Brepols, 2010, p. 217-222 []
  3. Stéphane Ratti, Antiquus error : les ultimes feux de la résistance païenne, Turnhout, Brepols, 2010, p. 264 []
  4. Stéphane Ratti, Polémiques entre païens et chrétiens, Les Belles lettres, 2012, p. 41 []
  5. Pierre Chuvin, Chronique des derniers païens, Les Belles Lettre/Fayard, 1990, p. 74-77 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.