Les chiffres romains : passé, présent, avenir

Au début du mois de mars dernier, la polémique enfle dans des médias à propos d’une décision du musée Carnavalet qui aurait décidé d’éliminer les chiffres romains de ses textes de présentation. Il semblerait cependant que deux mesures seulement soient en cause : utilisation des seuls chiffres arabes dans des cartels de présentation destinés à des publics jeunes ou handicapés mais aussi numérotation des siècles dans le parcours général du musée.

Avant de s’inscrire dans le débat sur l’avenir des chiffres romains, il faut peut-être faire le point de la situation et examiner d’où ils viennent, comment ils ont été utilisés depuis Rome et quels en sont les usages actuels indépendamment des prescriptions dont ils sont l’objet.

Les chiffres romains à l’origine

Pour Georges Ifrah [1] les premières valeurs des chiffres romains I, II, III, IIII (car la numérotation soustractive IV n’existait pas à l’origine) sont, comme dans beaucoup de civilisations pastorales, une juxtaposition de l’unité souvent faite sous forme d’une entaille sur un morceau de bois. Mais un problème surgit ensuite car il devient difficile de reconnaitre d’un coup d’œil IIIII ou des valeurs supérieures, quatre semblant être aux limites de notre perception instantanée. Une solution a été de marquer la valeur V avec deux entailles partant du même point, puis deux entailles croisées pour le X. Une numérotation de ce style apparait chez les Étrusques auxquels les romains doivent beaucoup. Par exemple, dans ces monnaies étrusques, on trouve à gauche le cinq sous la forme d’un V inversé et le X à droite :

Monnaies Étrusques, source Ifrah p. 153

Ce système de base dix avec l’unité I, les signes  X, C, M pour dix, cent et mille et un sous-système de base cinq avec V, L, D pour cinq, cinquante et cinq cents est encore bien connu aujourd’hui et toujours utilisé (ce que l’on verra plus loin). Il s’est de plus rapidement adapté à la comptabilité financière en particulier pour désigner de grandes sommes d’argent par l’utilisation de l’abaque et de la table de calculs.

Examinons un abaque (pour son utilisation, voir le détail dans un précédent billet) :

Geneviève Guitel, Histoire comparée des numérations écrites, Flammarion, 1975, p. 210

et fixons notre attention sur la ligne de notation des valeurs à partir de l’unité :

De droite à gauche on a l’unité I, les dizaines X (incomplet), cent C puis un signe C|Ɔ pour mille : ce pourrait être (Ifrah p. 140) une ancienne forme notée Φ (et qui aurait été coupée en deux pour former le D de 500). On ajoute ensuite ce signe d’accompagnement pour 10 000 et 100 000 ce qui donne CC|ƆƆ et CCC|ƆƆƆ. Ensuite le X encadré signifie dix multiplié par cent mille soit un million.

Une autre possibilité est de surligner des valeurs qui sont alors multipliées par mille  [2] : on peut voir l’usage de cette numération dans ce texte de l’Histoire Naturelle de Pline l’Ancien (livre 33, chap. 17) mais  pour des raisons pratiques d’édition, le surlignement est remplacé ici par un soulignement.

Auri in aerario populi R. fuere
Il y avait en or dans le trésor du peuple romain
Sex. Iulio L. Aurelio cos.,
Sextus Julieu et Lucius Aurelius étant consuls,
septem annis ante bellum Punicum tertium,
sept ans avant le troisième guerre punique
pondo XVII CCCCX,
17 410 livres
argenti XXII LXX,
d’argent 22 070
et in numerato |LXI| XXXV CCCC,
et en numéraire 6 135 400 sesterces
Sexto Iulio L. Marcio cos., 
sous le consulat de Sextus Julius et Lucius Marcius,
hoc est belli socialis initio
c’est-à-dire au commencement de la guerre sociale
auri (…) |XVI| XX DCCCXXXI.
en or (…) 1 620 831 [en muméraire]
Caesar primo introitu urbis
César lors de sa première entrée dans la Ville
ciuili bello suo
lors de la première guerre civile qui porte son nom
ex aerario protulit laterum aureorum XV,
tira du trésor public quinze mille lingots d’or
argenteorum XXX,
trente mille d’argent
et in numerato |CCC|.
et trente millions en numéraire
nec fuit aliis temporibus res p. locupletior.
jamais depuis la République ne fut plus riche
intulit et Aemilius Paulus Perseo rege uicto
de même Paul Emile versa [au trésor] ayant vaincu le roi Persée
e Macedonica praeda |MMM|,
les trois cent millions du butin de Macédoine
a quo tempore populus Romanus
c’est depuis cette époque que le peuple romain
tributum pendere desiit.
a cessé de lever l’impôt [3].

Détail du calcul : utilisons des puissances de dix pour les grands nombres :
I = 100,  X = 101,  C = 102,  M= 103
si on souligne, on multiplie par 1 000 soit 103 et on ajoute 3 aux exposants
I = 103X = 104C = 105M= 106
si on encadre, on multiplie par 100 000 soit 105 et on ajoute 5 aux exposants
|I| = 105, |X| = 106, |C| = 107, |M|= 108
pour abandonner les puissances de dix, il faut simplement noter que 103 est égal à mille et 106 correspond à un million.

Reprenons différents chiffres du texte :
XVII CCCCX correspond à 17 mille 410 : 17 410,
|LXI| XXXV CCCC correspond à (61 x 100 000) + (35 x 1 000) + 400 soit 6 135 400
|CCC| correspond à 300 x 105 soit 3 x 102 x 105 soit 3 x 107 ou 30 x 106 = 30 millions
|MMM| correspond à 3 000 x 105 soit 3 x 103 x 105 soit 3 x 108 ou 300 x 106 = 300 millions.

Pour le calcul proprement dit, on trouvera dans un précédent billet, la manière de faire des additions en chiffres romains, apprentissage qui était le lot de tous les enfants, enfants libres qui auront à faire leurs propres comptes et esclaves qui devront rendre des comptes à leur maitre [4]. On pourra s’initier également au comput digital dans un autre précédent billet Compter sur ses doigts à Rome mais l’essentiel des calculs se faisaient sur abaque ou sur des surfaces planes, dites tables de calcul, avec des rayures analogues aux valeurs des abaques et où les boules étaient remplacées par des cailloux. Le terme calculus qui désigne ce caillou a donné son nom à l’opération arithmétique dans son ensemble, notre calcul.

Comment est-on passé à la fin du Moyen-Age de la numération arabe orientale, reçue des savants indiens,  à celle de l’Occident ?

Le passage à la numération actuelle

Il semble bien que ce soit une évolution des mécanismes de calcul sur abaque qui soit à l’origine de la diffusion des chiffres arabes. En effet depuis Rome, le calcul pratique se faisait sur abaque avec l’inconvénient qu’une colonne entière de boules (ou de jetons sur les tables de calcul) est nécessaire pour rendre compte de la valeur des unités, des dizaines, etc. Cette amélioration serait due à Gilbert d’Aurillac qui peut après l’an mille, ayant eu des contacts avec la mathématique arabe en Andalousie, l’a mise au point.

Source Ifrah, p. 507

Observons d’abord les colonnes : on y retrouve les chiffres romains pour l’unité, les dizaines, les centaines, puis les mêmes surlignés pour les multiplier par mille. La grande innovation est que chaque ligne à elle seule représente un chiffre (ce qui permettra par exemple leur addition) : dans chaque case il y a un jeton particulier pour chaque unité en chiffre arabe qui indique la valeur de la case selon les unités de la colonne.

Comme les jetons sont posés sur l’abaque, leur orientation n’est pas fixe et ce serait là l’origine de certaines graphies comme par exemple notre sept actuel qui est une rotation du 7 arabe ٧.

La notation des dates

On retrouve la notation C|Ɔ pour mille et |Ɔ pour 500 dans la notation des siècles au 17e siècle comme pour 1637, année de la parution du Discours de la méthode :

Source Gallica

Au 18e siècle, l’usage est d’écrire en chiffre romains avec M pour mille de D pour cinq cents comme dans le Traité des études  (selon sont titre abrégé traditionnel) de Rollin avec ci-dessous une édition de 1730 :

La Révolution, très férue de l’Antiquité, compte ses années en chiffres romains ce qui fait que la numérotation en chiffres arabes se développe ensuite en réaction à l’usage révolutionnaire.

Joseph de Maistre fait paraitre son ouvrage « Du Pape » en 1836 sous cette forme :

On trouve cependant encore des publications utilisant les chiffres romains dans des publications récentes comme ces Mémoires de l’Académie des Inscriptions et belles-lettres dont le tome XXVII parait à la date suivante :

L’usage actuel

Un guide typographique résume bien la norme en cours.

On compose en chiffres romains grandes capitales :
– les divisions principales d’un ouvrage : tome II
– les millénaires : le IIe millénaire
– les régimes politiques : la IIIe République
– les numéros dynastiques appliqués à un nom de personne : Louis XIV
– les réunions : le Ier congrès mondial de la détergence
On compose en chiffres romains petites capitales :
– les siècles : le xxie siècle
– les divisions secondaires d’un ouvrage : chapitre v du tome II
– les pages de préface : page vi

Si la norme est claire, qu’en est-t-il de l’usage ? Pour y répondre utilisons Ngram Viewer afin de comparer les fréquences d’écrits en chiffres romains contre la numération standard dans diverses situations.

Il est inutile de faire un graphique pour noter la République qui est toujours notée en chiffres romains, comme les rois de France. Avant d’aborder les siècles, regardons le deuxième millénaire :

Si la notation en chiffres romains domine largement celle en numération standard, elle a une distribution proche de celle en toutes lettres du fait que celle-ci est encore simple.

Examinons le siècle :

On voit que les chiffres romains dominent toujours. Il en est de même pour l’acte d’une pièce de théâtre ou d’un évènement qui se répète (comme Gilets jaunes, acte XXV) :

Mais ce n’est plus vrai pour les scènes de ces actes :

Ni pour les chapitres d’un livre :

Cependant,  on voit se développer de nouveaux usages : le spectateur assidu de La guerre des étoiles sait que le premier épisode de la série, diffusé en 1977 est devenu l’épisode IV (en chiffres romains) du fait que les épisodes I à III diffusés de 1999 à 2005 sont censés se situer auparavant.

Prenons enfin le cas des treize universités parisiennes ou de banlieue créées en 1971 à la suite de l’éclatement de l’Université de Paris. Leur grand nombre imposait de leur donner un numéro et ce furent les chiffres romains qui furent choisis par les arrêtés officiels de création afin de leur donner une antiquité qu’elles n’avaient pas. Si elles ont dans les années suivantes ajouté à leur numéro un lien avec : la Sorbonne, leur lieu d’implantation ou le nom de personnalités illustres, elles demeurent encore aujourd’hui et malgré des fusions récentes, désignées par leur numéro et par écrit, avec des chiffres romains.

Le lien s’est fait par une revendication de leur implantation dans la Sorbonne (Paris I Panthéon-Sorbonne, Paris III Sorbonne-Nouvelle, Paris IV Paris-Sorbonne) ou avec la ville de Paris et une illustre personnalité (Paris V Paris-Descartes, Paris VII Paris-Diderot) où avec un lieu géographique d’origine (Paris VIII Vincennes-St-Denis, Paris IX Paris-Dauphine, Paris X Nanterre, Paris XI Paris-Sud, Paris XII Paris-Est-Créteil, Paris XII Paris-Nord) et il y a enfin  Paris II Panthéon-Assas et Paris VII Pierre et Marie Curie.

On peut dire en conclusion qu’en dehors des cas de personnages (Louis XIV, Jean-Paul II) les usages évoluent : le chiffre romain est un moyen de mettre en valeur des éléments qui se répètent (épisode, acte). Quand l’élément se standardise, il rentre dans la numérotation standard (comme le chapitre ou la scène). Quand un élément nouveau apparait, il peut avoir droit à des chiffres romains pour le mettre en valeur (Actes des Gilets-Jaunes, Universités nouvelles).

Munis de cette clé d’interprétation, nous pouvons revenir à la querelle initiale due à une initiative du Musée Carnavalet.

La polémique

La polémique a non seulement été française mais s’est étendue aussi à l’Italie où dans le Corriere della sera, l’illustre historien Luciano Canfora évoque un choix du Musée Carnavalet en rapport « avec une plaie plus commune, le politiquement correct » [5]. C’est un peu une réaction de même genre qu’a eue Michel Zink dans la Croix du 18 mars 21 :

« Supprimer les chiffres romains, c’est effacer le passé »
Michel Zink, médiéviste, académicien français et secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et Belles-Lettres

« Dans toutes les langues romanes, italien, français, espagnol, on utilise les chiffres romains. Ils sont d’usage pour la désignation des siècles, des souverains et des papes (Louis XIV, Benoît XVI…), pour les régimes politiques (IIIe République…), les actes d’une pièce de théâtre, les chapitres d’un livre, la date d’édification d’un bâtiment… De la part des musées français, cette suppression est une faute très grave. L’Académie française se prononcera sur la question et l’Académie des inscriptions et belles-lettres le fera probablement aussi.

« En apprenant à lire, tout le monde apprend aussi à lire les chiffres romains. Cela n’a jamais représenté de difficulté, pour aucun élève, à aucune époque, dans aucun milieu. Alors pourquoi les supprimer aujourd’hui ? Cela va dans le sens d’un mouvement beaucoup plus profond et extrêmement dangereux, qui se rattache à la « culture de l’effacement » (« cancel culture »). Les tenants de cette pensée considèrent qu’il faut du passé faire table rase pour repartir sur des bases nouvelles et établir une société et des relations humaines entièrement neuves. Je n’insiste même pas sur ce que cela a de terrible pour les croyants des différentes religions révélées, puisque révélées à un moment de l’Histoire.

« Ce mouvement est dangereux parce qu’il suppose la fin de l’Histoire, et que les opinions et les sensibilités d’aujourd’hui sont définitives. Or, l’Histoire nous enseigne que chaque époque s’est considérée comme meilleure et plus vertueuse que la précédente, mais que les époques suivantes ont mis le doigt sur ses faiblesses et cruautés. Chaque époque a un point aveugle sur ses propres cruautés. Et on nous reprochera à l’avenir des choses auxquelles nous ne pensons pas maintenant.

« Supprimer les chiffres romains, c’est effacer le passé pour imposer plus sûrement une pensée contemporaine éphémère. Ces démarches se font au nom d’un prétendu universalisme qui est une dictature de la pensée unique, interdisant toute véritable comparaison avec ce qui nous a précédés et, de fait, toute prise en compte de ce qui nous est étranger.

« Ce sont de grands mots au regard de petits cartels de musée, mais si le directeur du musée ne défend pas par tous les moyens la connaissance et la compréhension du passé, c’est-à-dire de ce qui a été différent de nous, y compris les chiffres romains dont nous nous servons depuis des siècles, alors à quoi servent les musées ? Chaque fois que l’on considère naturel de ne rien connaître à ce qui nous a précédés, ce renoncement est une défaite de la pensée en général ».

Comme il le dit lui-même, Michel Zinc est bien conscient qu’invoquer les ravages de la cancel culture et la dictature de la pensée unique « au regard de petits cartels de musée » est peut-être exagéré mais l’occasion était belle pour lui de réagir contre l’effacement du passé.

On peut lui répondre que la pratique des chiffres romains est fonctionnelle : il s’agit de mettre en valeur des réalités (évènements, personnes, divisions temporelles, institutions) qui sont dotées ainsi de l’aura du passé antique. Cette pratique est toujours vivante comme on l’a vu plus haut et entraine des évolutions. Pour ma part, dans le présent carnet de recherche (où je pense montrer l’intérêt du passé antique), j’ai pris l’habitude de noter les siècles par la numération standard et non par des chiffres romains (mais ce n’est pas systématique) car les siècles sont des réalités banales de repérage, sauf quand on veut mettre en valeur un siècle précis comme le XVIIe siècle quand on parle du « Grand siècle ».

A travers les chiffres romains, c’est le passé qui est présent, comme à travers la numération arabe vit toujours la science indienne, comme à travers la division sexagésimale du temps vivent encore les savants de l’ancien Orient, comme à travers les langues romanes, le latin est toujours présent. C’est cette présence du passé qu’il faut montrer.

Post-scriptum du 9 mai 2021

Un lecteur bruxellois me signale une inscription latine qui se trouve sur la Maison du Roi d’Espagne de la Grand Place de Bruxelles [6].

On peut lire sous le trophée une partie de cette inscription :

haC statVIt pIstor VICtrICIa sIgna trophæI
qVo CaroLVs pLena LaVDe seCVnDVs oVat.

Que l’on peut traduire comme suit :

Le boulanger a dressé ici les drapeaux victorieux du trophée
Par lequel Charles II, en pleine gloire, triomphe

(la mention du boulanger fait référence au rôle de la corporation des boulangers à qui l’on doit cette construction)

Ce qui nous intéresse ici est la succession de grandes et de petites majuscules dans l’inscription. Ces grandes lettres désignent des chiffres romains et si l’on en fait la somme on arrive au total suivant :

I = 1, 7 fois, soit 7 unités
V = 5,  8 fois, soit  8 x 5 = 40
L = 50, 3 fois, soit  3 x 50 = 150
C = 100, 5 fois, soit 5 x 100 = 500
D = 500, 2 fois, soit 2 x 500 = 1000
Total 1697 qui est la date de construction de l’édifice.

L’utilisation de lettres d’un texte pour signifier une date a semble-t-il été assez utilisée à cette époque, la technique étant appelée chronogramme  on en trouvera des exemples sur le site qui lui est dédiée.

  1. Georges Ifrah, Histoire universelle des chiffres, Seghers, 1981 []
  2. Geneviève Guitel, Histoire comparée des numérations écrites, Flammarion, 1975, p. 215 []
  3. Texte latin établi par Hubert Zehnacker, les Belles lettres, 1998 []
  4. Gérard Minaud, La comptabilité à Rome, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2005, p. 182 []
  5. Source []
  6. Source []

2 réflexions sur « Les chiffres romains : passé, présent, avenir »

  1. Bonjour,

    Il y une erreur dans le calcul du chronogramme se trouvant sur la maison du Roi à Bruxelles.

    La somme des chiffres indiqués est 1697 et pas 1687.

    C’est probablement la date de 1697 qui est correcte (et donc l’addition qui est fausse) car les 13,14 et 15 août 1695, le maréchal de Villeroy détruisit toutes les maisons de la grand place par un bombardement qui utilisait la flèche de l’hôtel de ville comme point de repère (ce qui explique qu’il aie été le seul à survivre à ce bombardement). Toutes les maisons de la Grand Place ont été reconstruites après cette destruction mais dans le style des années 1600-1650 pour la plupart. Il serait peu logique d’admettre 1987 car ce serait avant le bombardement et la reconstruction a du être faite ensuite. Le bâtiment sur lequel apparaît cette inscription est clairement une reconstruction et pas la construction originale qui était sans doute beaucoup moins importante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.