Street Art et Antiquité

À Paris dans le sixième arrondissement, au coin du Boulevard Saint-Michel et de la rue Serpente, on peut voir cette fresque du duo d’artistes espagnols PichiAvo (Pichi né en 1977, Avo en 1985), et ce jusqu’en septembre prochain. Selon les auteurs, Poseidon et une néréide seraient présents pour rendre hommage à la Seine proche et Nikè, déesse de la victoire marquerait le triomphe de la culture (bien que derrière les panneaux on fasse le deuil de la vieille librairie Boulinier).

Examinons quelques-unes de leurs autres productions pour voir si le thème de l’Antiquité est présent ce qui est le cas si on regarde le catalogue de leurs productions dont cet échantillon : [1]

On y voit la permanence de la statuaire antique toujours présentée en rose et bleu pâle. Ils nous montrent par ailleurs, toujours sur leur site, leur stock imposant de plâtres de copies antiques :

En examinant attentivement la vidéo du bd St-Michel on peut voir comment ils procèdent.

Dans un premier temps, un fond uniforme est peint (visible à droite), qu’ils recouvrent ensuite entièrement à la bombe aérosol par un nouveau fond de lettrage, c’est-à-dire en utilisant la technique traditionnelle des tagueurs. Plusieurs styles sont utilisés, depuis la simple signature faite d’un seul trait qui consiste à marquer son territoire dans le style du tageur débutant,

jusqu’aux lettres arrondies quand le lettrage est devenu une technique artistique par le biais des bordures et du remplissage afin de donner du relief à l’ensemble,

comme on peut en voir un peu partout : [2]

Sur ce qui semble être maintenant un mur tagué à outrance, Pichi et Avo dessinent ensuite une figure mythologique non plus à la bombe mais au pinceau avec une peinture acrylique légère (qui laisse paraitre le fond tagué) : voici un détail de Niké :

Quelques tags sont ajoutés avec en particulier « Niké » sur l’aile de la déesse et « Nereida » sur la néréide :

L’impression générale voulue est de faire émerger des statues mythologiques rigoureuses dans leur forme et translucides dans leur apparence, sur un mur saturé de tags de multiples origines où les lettrages de divers styles se recouvrent les uns les autres dans une lutte d’occupation et où dieux et déesses émergent dans un calme olympien.

On peut avoir une idée de la qualité de la représentation en comparant l’évocation de Léda et le cygne réalisée pour un festival à Glasgow en 2018 avec un original de Carrier-Belleuse de 1878 [3].

ou encore l’utilisation de cette statue de Jean-Baptiste Pigalle de Mercure (1744) utilisée pour un mural au Crush Walls Festival de Denver en 2018.

La statue de Pigalle est au Louvre.

Sous le street art, le Louvre

Un livre d’un conservateur du Louvre, Cyrille Gouyette, Sous le Street Art, le Louvre, sous-titré « Quand l’art classique inspire l’art urbain » [4], est une tentative d’aller plus loin que la description que nous avons faite de PichiAvo et de proposer des interprétations de l’utilisation de l’art classique dans le street art.

La page de couverture, Peanuts Mona de Jo Di Bona (2019), nous donne une des clés possibles d’interprétation : les œuvres les plus connues, dont la Joconde, tournent et retournent sur Internet à une cadence si élevée que les utiliser, c’est récupérer pour son propre compte une partie de l’aura dont elles disposent. Elles peuvent aussi être réutilisées à des fins de résistance en montrant la Vénus de Milo bâillonnée, symbole en 2013 de la Grèce méprisée par l’Europe :

Par ailleurs les œuvres classiques (et non plus seulement antiques) peuvent servir pour lutter contre le sexisme, mais aussi pour rendre hommage aux œuvres en les mettant à la vue de tous ou pour les désacraliser par une présentation ironique.

Quand il évoque PichiAvo, l’auteur se pose la question de savoir si ce genre de confrontation entre l’univers du tag et des graffitis et l’art classique, n’est pas simplement la recherche d’un « choc visuel qui semble se suffire à lui-même ».

Voici la conclusion générale de l’auteur :

« Le rapport aux œuvres du passé, loin de paralyser les artistes urbains, est au contraire une source à laquelle beaucoup vont puiser. Loin d’être complexés par les chefs-d’œuvre de leurs ainés, ils cherchent à se les approprier et à construire avec ces références un nouveau pan de l’histoire de l’art. Cependant, ils ne s’arrêtent plus à ces seules citations canoniques mais absorbent toute formes d’œuvres d’art et d’images. Ils convoquent désormais photos, BD, jeux vidéo, imagerie pop… sans les hiérarchiser. Si les références se valent toutes, c’est probablement aussi par leur mode de réception, via Internet. Toute œuvre est aujourd’hui reléguée au rang d’une image numérique, réduite à un minimum de pixels. Au-delà des citations d’œuvres iconiques, la modernité du street art réside dans l’usage de nouveaux media (bombe aérosol), d’une nouvelle technologie (numérique) ; d’une nouvelle monstration (réseaux sociaux)… qui changent les modes de réalisation, de diffusion et de réception des œuvres. À chaque époque l’artiste exprime, témoigne, dénonce des situations qui sont propres aux problématiques de son temps. Quand les artistes urbains contemporains se réfèrent à des œuvres du passé ou du présent, ils nous disent autre chose de notre société contemporaine. Mais ils nous rappellent aussi d’où ils viennent »

Peut-on aller plus loin ? Nous avons vu de nombreuses fois dans ce carnet que l’Antiquité utilisée dans des productions actuelles est source de respectabilité, est une mise en valeur de ce qu’elle touche comme par un coup de baguette magique, qu’il s’agisse de chiffres romains, d’un rappeur, de marques commerciales, de nomenclature scientifique. D’où vient cette aura, ce surplus apporté par l’Antiquité ? Il faut proposer une réponse à cette question et c’est ce que je tenterai de faire dans un prochain billet.

***

Pour terminer examinons une production de PichiAvo déjà montrée dans un précédent billet consacré à l’enseignement du latin (et du grec) en Suisse où j’ai longuement rendu compte d’un livre, Monstrum, destiné aux débutants en latin de la ville de Genève. Les couvertures des deux tomes sont des œuvres de PichiAvo.

 

  1. Source : site des auteurs []
  2. ici plusieurs tentatives de « Q8 » : pont sous l’A6 en forêt de Fontainebleau []
  3. aujourd’hui au Metropolitan Museum of Art de New York []
  4. Cyrille Gouyette, Sous le Street Art, le Louvre, Editions Alternatives, 2019 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.