Un demi-siècle de Statistiques du Ministère sur l’enseignement du latin (et du grec)

La première publication de statistiques du ministère de l’Éducation nationale date de 1966. Il s’agit d’un ouvrage de 11,5 cm sur 17,2 avec une reliure en moleskine, brillante comme un agenda pour en faire ressortir le caractère annuel. Il est inspiré, c’est dit dans la préface, des tableaux de l’Economie nationale de l’INSEE dont la première édition est sortie sous le même format en 1956.

Cette édition datée de 1966 (qui traite de la rentrée 1964) est peu prolixe sur l’enseignement du latin et du grec : on n’y trouve qu’une page (p.86) où l’enseignement classique est distingué de l’enseignement moderne, uniquement pour l’enseignement public et pour les seules classes de la 5e à la 3e. Dès l’édition suivante de 1967 (rentrée 1965) un chapitre « langues » apparait où l’on trouve le nombre total d’élèves étudiant le latin (337 039) mais uniquement pour l’enseignement public. Malgré l’absence du privé, c’est de cette année scolaire 1965 que je ferai partir l’analyse des statistiques qui iront jusqu’à l’édition de ce qui s’appelle maintenant les Repères et Référence statistiques édition 2021 pour la rentrée 2020. On y constate que les élèves étudiant le latin dans le public sont de 307 367 (p. 115) ce qui laisserait penser qu’il n’y a guère eu de modifications depuis la rentrée 1966.

Le but de cette étude va être, par l’intermédiaire d’un graphique, d’essayer de comprendre les évolutions du latin, du grec tant dans le public que le privé par rapport à l’évolution globale de la population susceptible d’étudier ces langues.

Évolution de la rentrée 1965 à la rentrée 2020

On peut partir de 1965 (désormais je fais référence à l’année de la rentrée et non à celle de l’édition) [1]. En 1968, la situation change car Edgar Faure repousse l’enseignement du latin en 4e et les statistiques de langues pour 1968 et 1969 ne portent que sur les langues vivantes. A partir de 1970 on trouve des pages consacrées au latin et au grec et on peut y voir que cet enseignement se fait non seulement dans les lycées classiques mais aussi dans les Collèges d’enseignement général (CEG) et les Collèges d’enseignement secondaire (CES) pour le public ; dans les Cours complémentaires et les établissements de second degré du privé.

Ce sont tous ces établissements qui vont constituer la population susceptible d’étudier ces langues en tenant compte des évolutions ultérieures qui font qu’aujourd’hui il s’agit de la population des collèges et des second cycles longs des lycées.

Dans le graphique ci-dessous, on a donc indiqué les nombres d’élèves de latin et de grec du public et du privé (et les totaux pour chaque langue) ainsi que la population susceptible d’étudier ces langues. On notera que comme les effectifs se situent à des niveaux très différents, en millions d’élève pour la population de référence, et centaines de mille pour le latin du public et en milliers pour le grec du privé, j’ai utilisé une représentation logarithmique des effectifs afin de pouvoir comparer des évolutions. En effet, si on utilise ici une représentation ordinaire, seule l’évolution des plus forts effectifs serait visible (sur cette question, on peut aller voir ma présentation en ligne  : Comparer visuellement les phénomènes évolutifs. Comment expliquer l’échelle logarithmique).

Population de référence : de 1965 à 1973 on est passé de 2,6 millions à 4 millions du fait de la croissance de la scolarisation. Les évolutions ultérieures relèvent des évolutions démographiques avec une populations de 4,8 millions en 1993, de 4,5 millions en 2007 qui remonte ensuite à 5 millions à partir de 2018 [2].

Pour le latin et le grec, la réforme Faure prive les effectifs des classes de 6e et de 5e ce qui explique la baisse par rapport à l’année de départ de 1965 mais étudions ce qui se passe pour la réforme Bayrou de 1996 qui rend possible de faire du latin à partir de la 5e. En 1996 donc il y a croissance des effectifs de latin mais très curieusement, cela entraine une baisse des effectifs du grec l’année suivante. Alors que le grec dépassait en 1990 son niveau d’avant 1966 (total grec en 1990 : 51 mille élèves contre 39 mille en 1965), il chute après la réforme Bayrou pour se maintenir entre 30 et 40 mille élèves jusqu’aux années récentes (que j’étudierai plus loin). Le total du latin baisse régulièrement depuis 1996.

Si l’on raisonne en pourcentages par rapport à la population de référence on a le résultat suivant (de 5 en 5 ans) :

on constate que les pourcentages sont à peu près les mêmes en début et en fin de période. Sur cette longue période de 50 ans, le latin a fluctué autour de 10%, le grec autour de 1%. Il reste à essayer de comprendre ce phénomène.

Le pourquoi de la stabilité

Il est en effet paradoxal que l’évolution profonde du système scolaire n’ai eu qu’un effet mineur sur le latin et le grec. D’un système scolaire qui partait d’une situation très différenciée avec d’une part des lycées classiques et modernes qui conduisaient les élèves de la 6e au bac et d’autre part des enseignements courts comme les CEG ; on est passé (avec la réforme Haby de 1975) à un système unifié qui conduit 87% des élèves au baccalauréat en 2020. Pour tenter de rendre compte de la relative stabilité des langues anciennes il faut prendre en compte la population des familles intéressées à les faire étudier par leurs enfants : ce sont des familles qui ont toujours fréquenté l’enseignement des lycées et cette population n’a pas été concernée par les évolutions scolaires. Cette prise en compte de la position sociale élevée de ces familles permet d’expliquer la stabilité autour de 10% des latinistes (et de 1% de grec).

Cette composition sociale est explicative mais sert aussi d’argument contre ce type d’enseignement depuis Bourdieu, dont le livre, La reproduction, date de 1970  (cf. le billet de ce blog sur la critique de Bourdieu). Cette critique se retrouve implicitement dans les statistiques elles-mêmes puisque dans les Repères et Référence statistiques des éditions 2018 à 2021 on trouve des statistiques sur le choix du latin selon l’origine sociale es élèves. C’est la seule matière où ce type de statistiques est présenté régulièrement et je pense qu’il s’agit là d’une manifestation de l’opposition de la haute administration du Ministère à l’enseignement des LCA car on aurait également une domination des classes supérieures si on examinait les orientations scientifiques au bac.

Cette stabilité est-elle remise en cause par les évolutions récentes ? C’est ce que nous allons maintenant étudier en reprenant les évolutions des séries récentes à la suite de ce que j’ai déjà présenté dans des billets des années précédentes.

Évolutions récentes

Collège :

Les soubresauts des années 2015 à 2017 sont le reflet des réformes de Najat Vallaud-Belkacem remises en cause en 2017 par Jean-Michel Blanquer (voir la rentrée 2017) mais la chute de 2020 est due au Covid du fait de l’impossibilité de faire des présentations de l’enseignement du latin aux futurs élèves. On peut faire l’hypothèse raisonnable que l’on retrouvera des chiffres plus élevés pour les rentrées à venir.

Lycée :

 

La chute des secondes en 1992 est due à la rénovation pédagogique des lycées qui s’est effectuée cette année-là et qui s’est répercutée en 93 et 94 pour les premières et les terminales. La chute de la rentrée 2020 est probablement due également au Covid.

En conclusion, donnons-nous rendez-vous dans les années futures pour pouvoir juger plus sereinement de l’évolution statistique des enseignements de latin et de grec.

***

Avant que les sections de terminales ne disparaissent au profit d’options, notons l’évolution des dernières années des latinistes qui montre que la section S avait, depuis une dizaine d’années, davantage de latinistes que la section L :

  1. Pour pallier l’absence des chiffres du privé en 1965, on fait une estimation en prenant le rapport entre le public et le privé dans l’année la plus proche disponible c’est à dire 1970 : le privé représente 30% du public et on se sert de ce rapport pour estimer le privé à partir du public en 1965 et 1966. J’extrapole la tendance pour 1967 []
  2. Données disponibles []

Une réflexion sur « Un demi-siècle de Statistiques du Ministère sur l’enseignement du latin (et du grec) »

  1. La réforme du bac de M. Blanquer a fortement fait baisser les effectifs au lycée : l’option perd en attractivité , désormais en contrôle continu et rapportant bien moins de points. Il sera utile de comparer les chiffres de 2021-2022, années de vraie rupture de l’enseignement des LCA et particulièrement du grec ( disparu dans mon établissement à cettte rentrée 2021).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.