Le latin (et le grec) au Luxembourg : un cas d’école

Le Grand-Duché de Luxembourg, approximativement de la taille d’un département français, est moins peuplé (635 000 habitants) que la Meurthe et Moselle voisine (734 000 habitants). On y parle le luxembourgeois, le français et l’allemand. Du point de vue scolaire cette diversité linguistique se traduit par l’usage du luxembourgeois de 3 à 5 ans, de l’allemand (6-12 ans) pour l’apprentissage de l’écriture, un cours de français oral (à 6-7 ans) et de français écrit (à 8-9ans). Au secondaire le français et l’allemand sont utilisés.

A la suite d’une procédure d’orientation à la fin du primaire basée sur le niveau et les motivations de la famille, l’élève peut être dirigé vers deux types d’enseignement : l’enseignement secondaire général (ESG) qui oriente vers la vie professionnelle, et l’enseignement secondaire classique (ESC) qui oriente, après un diplôme de fin d’étude, vers les études supérieures et universitaires. Pour l’année scolaire 2020-2021, l’enseignement général comptait 20 049 élèves et le classique 13 774 (59% contre 41%). Le classique est plus féminin (à 55%), le général à peine plus masculin (à 51%) [1].

Il faut noter que le terme « classique » n’a plus le sens d’enseignement avec latin qu’il a eu autrefois mais un sens plus général d’enseignement valorisé par un bon niveau d’études. L’enseignement secondaire se fait sur 7 ans (de la 7e à la première classique) l’âge théorique étant de 12 ans en 7e (où 83% sont à l’heure) et donc de 18 ans en première (où ils ne sont plus que 67% à y être).

Les matières fondamentales de l’enseignement sont : français, mathématiques, géographie, histoire, allemand, anglais, sciences naturelles. A partir de la 3e l’ajout de diverses spécialisations font se répartir les élèves en huit sections qui sont par ordre d’importance décroissante : sciences naturelles et mathématiques 26% (public plus féminin), sciences économiques et mathématiques 22% (plus masculin), sciences humaines et sociales 21%, puis viennent math-info 12% (plus masculin), arts plastiques 9%, langues vivantes 7% (plus féminin), musique 2%, infocom 1% (année 2019-2020).

à partir de la 6e (donc en 2e année de secondaire classique) l’élève doit choisir une option entre anglais, latin et chinois. Le choix de l’anglais est très majoritaire (autour de 90%) de la 6e à la première, le latin variant de 9 à 12%, le chinois autour de 2%. Pour le latin cela correspond à un effectif total de 900 latinistes répartis sur six classes ; ces chiffres sont stables depuis plusieurs années.

Le nombre d’heures de cours est de 6h par semaine la première année (6e), 4,5h la deuxième année (5e) puis 3h les années suivantes. De ce fait le programme de 6e est ambitieux : on veut y faire découvrir l’essentiel de la morphologie et de la syntaxe latines ainsi qu’assimiler un vocabulaire de base. Ce dernier point est essentiel car tout au long de la scolarité, l’usage du dictionnaire ne sera pas autorisé pour les devoirs sur table (et les examens, ce qui entraine des notes explicatives sur certaines particularités syntaxiques). On fait jouer aussi l’étude de la civilisation et de l’étymologie [2].

En deuxième année (5e), les nouvelles acquisitions sont les suivantes :

Durant ces deux premières années, des textes latins simplifiés sont utilisés pour la traduction.

A partir de la 4e le programme se penche sur les particularités des conjugaisons latines ainsi que des points de syntaxe plus complexes, comme, le discours indirect, les verbes déponents, la morphologie des adverbes, la morphologie et la syntaxe du gérondif et de l’adjectif verbal.

Le programme de la 3e annonce que : « Après trois années d’apprentissage du latin, l’élève latiniste de 3CL est capable d’aborder, i.e. d’analyser, de traduire et de comprendre des textes latins authentiques / originaux non seulement en prose (notamment César, Cicéron, Sénèque, Salluste, Pline le Jeune et Tite-Live), mais aussi en poésie (p.ex. Virgile, Ovide, Horace, Catulle, Lucrèce, …) ». Le but est aussi d’acquérir une vue d’ensemble détaillée de la culture romaine. L’élève peut arrêter l’étude du latin et reçoit un certificat équivalent du Kleines Latinum allemand. Les classes de seconde et première sont d’approfondissement.

Les manuels employés sont :
– pour toute la durée de la scolarité : Vocabulaire de latin 6e – 1re de Myriam Melchior, ouvrage éditée au Luxembourg par le Ministère de l’Éducation nationale.

– les divers ouvrages Invitation au latin de l’Editeur Magnard :
Invitation au latin 5e, Jacques Gason, Alain Lambert avec la collab. de Henri Tréziny, Paris : Magnard, 1997
Invitation au latin 4e, Jacques Gason,… Alain Lambert avec la collab. de Henri Tréziny, Paris : Magnard, 1998
Invitation au latin 3e, Jacques Gason,… Alain Lambert avec la collab. de Henri Tréziny, Paris : Magnard, 1999

Comme ces ouvrages ne sont plus aujourd’hui réédités, le besoin s’est fait sentir de nouveaux supports de cours et un futur manuel didactique (Itinera) est en préparation.

– les trois ouvrages des Lettres latines de Morrisset Thévenot issus de :
Thévenot, Georges (1899-1983), Morisset, René (1899-1989), Les lettres latines histoire littéraire, principales œuvres, morceaux choisis, Paris : Magnard, 1950

La ressemblance avec l’enseignement du latin en France d’avant les réformes de 1979 est nette [3]. Le nombre d’heures de latin par semaine est pratiquement le même que ce qui était la situation des années 1950 [4]. Les manuels sont proches (La première édition des Lettres latines est de 1950). La méthode d’enseignement est la même : par un investissement fort sur l’apprentissage de la morphologie et de la syntaxe les premières années avec thèmes et versions, (à partir de textes adaptés) on arrive au bout de trois années à l’étude de textes d’auteur. La situation est également la même que celle de la Belgique d’avant la réforme de 1970 qui a supprimé la répartition entre filières classiques et modernes analogues à celles de la France [5].

La grande différence est l’absence de dictionnaire dans les épreuves écrites dont la contrepartie est l’insistance sur l’apprentissage du vocabulaire. L’autre grande différence est que pour la France, le latin a cessé d’être une option obligatoire (après 1968) pour devenir une option facultative avec la baisse d’exigences qui en a suivi. Au Luxembourg, comme en Allemagne, il s’agit d’une option à prendre obligatoirement ce qui renforce le niveau d’exigence [6] (Il en est de même pour le grec qui est une des options de 4e langue vivante ou grec ancien qui existe à partir de la 3e). Au vu des statistiques et en comparant avec les élèves de l’autre option (Anglais), on constate que la réussite scolaire est meilleure pour l’option latin :. il reste à comprendre comment on en est arrivé à la situation présente.

Retour historique

Le Luxembourg contemporain, sous la forme d’un Grand-Duché, date du Congrès de Vienne qui solde la défaite de Napoléon (1815) qui le crée à côté du Grand Royaume des Pays-Bas qui éclatera en 1830 lors de la révolution belge où les provinces catholiques se séparent de la Hollande calviniste. Le résultat de la création de la Belgique fut le rattachement de la partie francophone du Luxembourg qui devient province belge du Luxembourg en 1839. A cette date, ce qui reste est germanophone mais les élites qui pratiquent le français obtiennent le maintien de cette langue qui domine la vie culturelle, l’administration, la justice et la vie politique, y compris à la Chambre des députés [7].

La position du français est maintenue volontairement depuis cette date. Il faut dire que si le Luxembourg se lie après sa création à l’Allemagne d’un point de vue économique par le biais du Zollverein, l’union douanière, la relation a été gravement perturbée par la deuxième guerre mondiale. En effet, face à une Allemagne qui voulait l’annexer, le Luxembourg pratiqua une résistance opiniâtre contre l’occupant. Après la guerre et pour bien montrer sa spécificité et sa neutralité, le Luxembourg adopte le parler luxembourgeois comme langue qui forge son unité.

L’importance du français rend compte d’une certaine façon de l’importance de l’enseignement du latin qui est dans la tradition française de l’après-guerre (avant 1968) qui donne par exemple son nom à la filière classique et dont les méthodes et les manuels sont identiques. Comme en France, l’enseignement du latin est l’héritage des collèges jésuites qui a été repris par les lycées napoléoniens en France et qui était présent dans le premier lycée du Luxembourg, l’Athénée, fondé en 1604 par les Jésuites.

Avant la réforme de 1968 (parce que le Luxembourg à connu aussi des mouvements étudiants), l’enseignement du latin était obligatoire pour faire des études universitaires conduisant à des postes d’enseignants de lettres, de sciences, de droit, de médecine. Après 1968 où cette exigence a été supprimée et les effectifs de latin ont fondu de moitié mais les enseignants de latin de l’époque insistent sur le fait que le latin permet une promotion sociale [8].

Cette indication du rôle du latin comme permettant une promotion sociale est évidemment une manifestation de l’importance sociale qu’il avait auparavant, mais cette motivation va évidemment perdre de l’importance après 1968 et être remplacée par le fait que le niveau y est meilleur qu’ailleurs.

La pédagogie du latin aujourd’hui

Comme on l’a vu, l’histoire du Luxembourg fait de ce pays une aire où plusieurs langues cohabitent : le luxembourgeois, le français et l’allemand (et le portugais langue de 8% des élèves de l’enseignement secondaire classique). Ceci fait que l’élève de latin peut traduire du latin en français c’est-à-dire dans une langue qui peut ne pas être sa langue maternelle. Cela augmente la difficulté mais peut améliorer la réflexion sur les pratiques linguistiques.

L’exigence de connaissances sur la structure morphosyntaxique et sur le vocabulaire conduit à se donner un idéal de « lecture à vue » (équivalent de la « lecture cursive »). Sont ainsi formés des « élèves traducteurs » capables de déchiffrer au niveau de l’examen de fin d’études Cicéron et Sénèque en prose, Virgile et Lucrèce en poésie.

Cette insistance sur l’élève traducteur fait que l’enseignement de la civilisation a longtemps été vu comme une simple explication nécessaire pour comprendre les textes, enseignement qui était d’ailleurs plus ou moins développé selon les enseignants. Aujourd’hui beaucoup sont bien conscients que tant pour mieux motiver les élèves que pour mieux comprendre les textes et former l’esprit, il faut développer l’enseignement de la civilisation.

Ainsi les enseignants qui développent le futur manuel Itinera destiné aux trois premières années (6e à 4e) envisagent de faire évoluer une héroïne gauloise de l’âge des utilisateurs du manuel de 6e (13-14 ans) dans l’environnement gaulois du premier siècle avant J.-C. dans la région occupé par les Trévires et où se situe l’oppidum du Titelberg au Sud du Luxembourg actuel. Ce manuel comprendra :
1) un aspect d’apprentissage de la morphologie, de la syntaxe et du vocabulaire à travers des exercices de version et de thème,
2) un souci de découverte de la civilisation à la fois de Rome mais aussi de la région à travers les nombreuses traces archéologiques que les élèves peuvent y découvrir,
3) des activités ludiques et culturelles utilisant les ressources du numérique.

Un cas d’école

On peut dire en conclusion que le Luxembourg constitue d’une certaine façon un cas d’école en ce sens qu’en dépit d’une baisse des effectifs après la réforme de 1968, il a su maintenir un haut niveau d’exigences de compréhension de la langue par le biais d’horaires importants. Ceci n’a été possible que dans la mesure où l’option latin ne se rajoute pas à l’enseignement commun mais qu’elle est une option obligatoire où le niveau (d’une manière générale) est plus élevé que dans l’option majoritaire (anglais). La deuxième raison me semble l’exigence d’un apprentissage du vocabulaire qui fait que le recours au dictionnaire n’est pas le début de toute recherche de sens, mais simplement un moyen d’approfondissement. Aujourd’hui les enseignants sont bien conscient qu’on ne peut plus faire apprendre par cœur des listes impressionnantes de vocabulaire : pour qu’un mot soit acquis, il y faut la répétition, les activités motivantes, l’acquisition du gout de l’activité de traduction.

***

Je remercie Frank Colotte, président de l’ALPLG (Association luxembourgeoise des professeurs de latin et de grec), qui m’a été d’un grand secours pour la rédaction de ce billet en particulier sur la question de la pédagogie.



Citer ce billet
Philippe Cibois (2022, 1 avril). Le latin (et le grec) au Luxembourg : un cas d’école. La question du latin. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ofj5

  1. Sources statistiques (PDF) pour l’enseignement secondaire général, pour l’enseignement secondaire classique []
  2. Lien concernant les programmes []
  3. Cf sur le présent site le billet 1979-2014 : histoire d’un échec de l’apprentissage de la langue latine []
  4. Apprendre le latin en 1950 : réflexions sur un échec []
  5. L’enseignement du latin en Belgique []
  6. L’enseignement du latin en Allemagne, et Simulations du latin comme « option obligatoire » []
  7. Selon Gilbert Trausch, Histoire du Luxembourg, Hatier, 1992 []
  8. Rosemarie Kieffer, La situation du latin au Grand-Duché du Luxembourg, in Concilium Eirene XVI, proceedings of the 16th International Eirene conference, Prague, 31, 8-4, 9, 1982 ; ed. by Pavel Oliva and Alena Frolíková, Prague : Kabinet pro studia řecká : římská a latinoká C̕SAV, 1983, volume 3,  p. 192-197 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.