L’écriture étrusque

Si vous voulez voir les inscriptions étrusques dont il va être fait mention dans ce billet, allez au musée du Louvre, montez au premier étage, laissez la Victoire de Samothrace à votre droite, passez deux salles et entrez dans la salle 662 (plafond : Les oiseaux de Georges Braque) puis dans la salle 663 (avec le plafond de Cy Twombly). Ces salles des antiquités étrusques contiennent de nombreuses inscriptions funéraires, des marques de possession et d’autres catégories d’inscriptions, 115 selon le Catalogue des inscriptions étrusques et italiques du Musée du Louvre réunies par Dominique Briquel [1] qui sera notre guide pour l’examen que nous allons faire de certains de ces objets.

Le miroir d’Aphrodite

La représentation d’Aphrodite (ou de Vénus) montée sur un cygne est traditionnelle : elle se trouve ici sur un miroir (ref. Louvre Br 1720, Catalogue Briquel 102). Approchons-nous de plus près :

 

On voit de plus que la déesse est en train de se dévoiler de la main droite mais nous pouvons voir une inscription :

A gauche on repère ce qui ressemble à un N à l’envers : par chance les étrusques nous ont laissé un abécédaire qui va nous permettre de nous repérer  [2] :

On voit que l’écriture va de la droite vers la gauche, ce qui est assez général dans les écritures étrusques. On peut mettre ces lettres en rapport avec les majuscules de l’alphabet grec de Chalcidie (à l’ouest de la Grèce) en notant qu’il indique dans certains cas des lettres de l’ancien alphabet sémitique (à l’origine de l’alphabet grec) et qui ont été conservées pour noter des nombres [3]. Voici les différentes lettres de la Tablette de Marsilliana avec les noms des lettres grecques correspondantes et leur valeur phonétique [4].

Toutes ces lettres n’ont pas été utilisées par les étrusques (et ils ont ajouté un f en forme de 8) et elles n’ont pas toutes conservées le son de la langue grecque.

Revenons maintenant à notre inscription du miroir :

Si on lit maintenant de droite à gauche, la première lettre peut est lue comme un T la seconde comme un U, on trouve ensuite un R de forme D, un A où il manque la barre oblique et un N. On lit donc Turan nom de la divinité équivalente d’Aphrodite chez les Etrusques.

Une inscription parlante

Voici la base d’un pichet à vin (œnochoé de réf. Louvre D70, Catalogue Briquel 64) où se trouve une inscription :

Isolons l’inscription (et sa continuation à gauche issue d’un autre cliché) et notons la valeur des lettres de droite à gauche.

Les mots ne sont pas isolés mais on peut diviser l’ensemble de la manière suivante :
mi qutum karkanas
et cette division est possible parce que sur un autre vase de forme différente on peut lire
mi karkanas θahvna
on peut donc faire l’hypothèse que l’on se trouve devant une inscription parlante, c’est-à-dire que l’objet dit à qui il appartient « je suis le X de Y ». Ici le mot qutum peut être rapproché du mot grec κώτων désignant un vase [5]. En comparant donc avec la pratique d’autres langues utilisées à la même époque, on peut déduire que mi est la première personne au cas sujet et que le nom du possesseur, ici karkana est au génitif avec -s. Je (suis) le pichet de karkana semblerait donc une traduction possible, le verbe être étant sous-entendu. Comme pour l’identification de Turan avec Aphrodite, la méthode employée est celle de la comparaison de situations analogues dans des langues d’une même civilisation antique. C’est la seule méthode employée car la langue étrusque n’est pas une langue indo-européenne (c’est également le cas du basque) et on se trouve privé de toute possibilité de comparaison étymologique. Par ailleurs il n’existe pas de textes bilingues et si quelques textes longs sont en notre possession, on peut déterminer du fait du contexte de la découverte ce qu’ils évoquent mais on ne peut aller plus loin. La grande masse des dizaines de milliers d’inscription connues sont des épitaphes funéraires.

Autre inscription parlante

Voici une coupe où l’on voit au dos une inscription d’appartenance (Ref. Louvre CA 604, Catalogue Briquel 67)

Cat67

Par rotation progressive du fond on peut reconstituer le texte d’une manière linéaire, d’abord en suivant l’ordre du texte, de droite à gauche, puis dans l’ordre inverse.

On peut donc lire : mi velenus . num. clanies. On voit ici des points qui coupent non les mots mais des syllabes fermées. On retrouve le mi initial « je (suis la propriété) ». Le génitif d’appartenance -s se trouve sur le dernier mot : le possesseur étant désigné par son prénom Velenus et son nom Numclanie mis au génitif.
« Je suis la propriété de Velenus Numclanie »

Inscriptions funéraires

Elles sont nombreuses : sur les 115 inscriptions du Louvre répertoriées dans le catalogue de Briquel (cf. note 1), 62 sont des inscriptions funéraires. Voici par exemple une urne recueillant les cendres d’une personne que nous allons pouvoir identifier (Ref. Louvre Cp 4223, Catalogue Briquel 12).

L’urne représente un héros se battant en utilisant son araire, scène que l’on rencontre plusieurs fois (on trouve aussi souvent le combat d’Étéocle et Polynice).

Nous agrandissons l’inscription en lettres peintes du haut en proposant au-dessus la transcription des lettres et en dessous la même inscription lue de gauche à droite.

Il s’agit d’une femme dont le prénom est Fasti, de la gens Sethrnei, épouse de Ucrislane, la finale -sa exprimant le génitif féminin.

Les mots les plus fréquents des inscriptions du Louvre

Le mot le plus fréquent est suthina mot dérivé de suth qui signifie tombe avec un suffise -na qui marque l’appartenance. Il est inscrit sur des objets funéraires associés à la tombe. Ainsi sur broc on peut lire les premières lettres du mot (Ref Louvre Br2738, Catalogue Briquel 51).

Le deuxième mot le plus fréquent est mi, je (suis) de X qui est une marque d’appartenance dont nous avons vu deux exemples plus haut.

On a ensuite Thana, qui est un prénom courant de femme ; Arnth, Vel, Venel  et Larth prénoms masculins également courants ; puis Karkana (vu plus haut cat.64) que l’on trouve sur trois vases qui forment peut-être un service. Environ 160 autres mots se trouvent une ou deux fois.

Inscription de don

Je terminerai ce parcours des inscriptions par un bijou en or, une agrafe servant à fixer les pièces d’un vêtement (Fibule ref. Louvre Bj 816, Catalogue Briquel 99).

Il s’agit pour cette fois d’un texte qui se lit de gauche à droite et en voici la transcription issue de l’ouvrage d’Enrico Benelli [6].

La transcription ne porte que sur la première partie du texte, la seconde, sous la première n’a pu être faite que par des analyses des composantes des minuscules boules d’or qui constituent le texte.

Il s’interprète de la façon suivante : « Je (suis) le zamathi d’Aranth Velasna : Mamurke Tursikina (m’)a donné ». Les noms sont présentés sous la forme prénom + nom de gens (gentilice) : le premier prénom Aranth est comme nous l’avons déjà vu un prénom courant de femme, son gentilice est au génitif en -s. Le deuxième gentilice, celui du donateur, Tursikina est intéressant car il est formé sur une racine qui donnera Tuscum en latin, c’est-à-dire étrusque. Au vu de la matière de l’objet zamathi en or avec une inscription très soignée en perles d’or, on peut penser qu’il s’agissait d’un personnage de très haut niveau social.

Destinée de l’alphabet étrusques

Si la langue étrusque a disparu lors de la conquête romaine, l’alphabet a été récupéré pour noter l’écriture latine avec quelques adaptations. Comme les étrusques avaient donné au gamma le son C dur (celui de case), notre alphabet commence par une série A B C et non A B G ce qui aurait été le cas s’il était venu directement du grec [7]. L’alphabet latin récupère de l’alphabet étrusque les lettres B, D et O non utilisées par eux [8]. Mais ceci est déjà une autre histoire destinée à un futur billet.

***

Je vous invite donc à aller voir ces inscriptions au Louvre mais je signale également que le Musée d’Art-Histoire-Archéologie d’Evreux propose jusqu’au 18 septembre 2022 un ensemble d’objets d’origine étrusque. Sur les Étrusques eux-mêmes, il faut lire le Que sais-je ? de Dominique Briquel, Les Étrusques, PUF, 2018.

  1. Picard et Louvre éditions, 2016 []
  2. Tablette de Marsiliana, musée archéologique national de Florence []
  3. Pour un tableau complet de l’utilisation des lettres grecques pour désigner des nombres et où ces lettres anciennes subsistent, voir le billet précédent sur Archimède []
  4. Source pour les valeurs phonétiques : Enrico Benelli, Lire et comprendre les inscriptions étrusques, Spartacus IDH, 2015 []
  5. Massimo Pallottino, La langue étrusque, Les Belles lettres, 1978, p. 27 []
  6. Enrico Benelli, Lire et comprendre les inscriptions étrusques, Spartacus IDH, 2015, p. 194 []
  7. Dominique Briquel, Les Étrusques, PUF, 2018, §25 []
  8. Alexandre Grandazzi, Inscriptions latines archaïques, in Jean Leclant (dir.), Dictionnaire de l’Antiquité, PUF, 2005, p. 1134 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.