L’écriture du royaume de Méroé

Le royaume de Méroé est actuellement à l’honneur au Louvre pour une exposition temporaire « Pharaon des deux terres », notée en sous-titre « L’épopée africaine des rois de Napata ». Géographiquement, la carte minimaliste ci-contre nous permet de voir que ce royaume se situe en Haute-Egypte, dans le Soudan actuel, avec ses deux capitales successives, Napata, à l’époque de la conquête de l’Égypte par un de ses rois, puis Méroé, plus au sud. Cette civilisation, influencée par l’Égypte pharaonique, s’est développée depuis le troisième millénaire : le royaume de Méroé, son dernier représentant, peut être situé entre 300 av. J.C. et 350 après. L’exposition du Louvre nous présente l’épopée d’un roi de Napata nommé Piânkhy (vers -780) qui envahit l’Égypte et crée ainsi la 25e dynastie qui s’écroule quand en -663 Assourbanipal conquiert Thèbes [1].

Transcrire l’écriture méroïtique

L’écriture méroïtique, comme l’écriture étrusque, fait partie de ces écritures que l’on arrive à lire mais non à traduire. Les scribes du royaume de Méroé se sont inspirés du démotique égyptien pour créer un alphabet qui comme lui s’écrit de droite à gauche, ou plus exactement un syllabaire car si, par défaut, un a est supposé après chaque consonne, les autres voyelles seront notées en ajoutant un autre signe à la consonne.

Beaucoup de stèles funéraires possèdent des inscriptions qui par leur répétitivité permettent de se faire une idée de leur contenu : invocation aux dieux, nomination du défunt et de ses origines puis viennent des bénédictions.

En voici un exemple : la stèle funéraire de la dame Adeliye, originaire de Karanóg en Nubie égyptienne enregistrée dans le Répertoire d’épigraphie méroïtique sous le numéro 0273 [2].

Pour translittérer cette inscription on utilise le syllabaire suivant :

On note la présence d’une écriture hiéroglyphique, issue de hiéroglyphes égyptiens modifiés, qui est utilisée pour les textes concernant le personnel royal. La première translittération date du début du 20e siècle et est due à un égyptologue anglais du nom de Griffith.

Toujours en suivant Claude Rilly, tentons de déchiffrer les premières lignes de l’inscription :

Reprenons la traduction proposée dont on voit que beaucoup de points d’interrogation subsistent :

« Ô Isis ! ô Osiris ! Celle-ci, c’est Adeliye. Apilaye l’a enfantée ; Telepula l’a engendrée. Elle était nièce (?) de vizirs (?); elle était nièce (?) de vice-rois (?). Elle était ressortissante (?) de Nalote [Karanóg]. D’eau abondante, puissiez-vous l’abreuver (?). De pain abondant, puissiez-vous la nourrir. Un bon repas, puissiez-vous lui accorder (?). C’était (une femme) de valeur »[3]

Pour aller plus loin

Claude Rilly, spécialiste du méroïtique (qui travaille au laboratoire Langage, Langues et Cultures d’Afrique, LLACAN, UMR 8135), dans son dernier ouvrage de 2012  [4] nous donne l’état actuel de la recherche dont le but est comparatif. Il s’agit de trouver une langue qui présente des analogies avec les termes déjà connus du méroïtique dans les domaines de la phonologie, du vocabulaire ou de la grammaire à défaut de posséder un texte bilingue. L’hypothèse actuelle est que le méroïtique est une langue ayant des liens avec des langues de l’Afrique de l’Est mais qui ont peu été décrites jusqu’à présent. Voici la répartition géographique de ces langues proposée dans un ouvrage antérieur [5]

Rilly 2007, p. 43 (Cliquer sur l’image pour la visualiser)

La famille de langues sur laquelle va porter la comparaison est le soudanique oriental nord car une comparaison avec un ensemble de termes méroïtiques connus se retrouve dans ces langues : la tâche actuelle de la recherche est de reconstituer, à partir d’une meilleure connaissance des langues actuelles, ce qui pourrait être la protolangue dont elles seraient issues et qui serait apparentée au méroïtique [6].

***

A la différence de l’étrusque vu dans le précédent billet, le méroïtique peut être mis en rapport avec une famille de langues proches mais la lecture des ouvrages de Claude Rilly, si elle nous donne des espérances, ne nous donne pas encore de déchiffrement. Pour nous consoler, il faut relire le récit d’un déchiffrement réussi, celui du linéaire B dont John Chadwick a rendu compte en 1958 et qui a été traduit en français en 1972 [7].

  1. Dossier pédagogique de l’exposition (PDF), Claude Rilly, L’écriture méroïtique (PDF) Synthèse des principes de l’écriture méroïtique et de son apparition, Section française de la direction des antiquités du Soudan, 2010 []
  2. Source pour la suite : Claude Rilly 2010 cité en note 1 []
  3. Voici également l’ensemble de la translittération du texte où les chiffres indiquent les lignes de l’inscription :

    1Wos-i : Sorey-i :
    qo A2deliye-qowi :
    Api3lye ted!e-l-o-wi :
    Te4lepol : terike-l-o-wi :
    5pqr-leb : yetmde-l-o :
    6peseto-leb : yet7mde-l-o-wi :
    mlomrse : N8lote-te-l-o-wi
    ato 9m”e : pso-“e-kete :
    a10t m”e ps-!r-kete
    11!-mlo-l : p-“ol-kete :
    m12lo-lo
    Rilly 2010, p. 13 []

  4. Claude Rilly, Alexander Johan de Voogt, The meroitic language and writing system, New York, Cambridge university press, 2012 []
  5. Claude Rilly, La langue du royaume de Méroé, Honoré Champion, 2007 []
  6. on trouvera également des détails de cette recherche dans : Claude Rilly, Le méroïtique et sa famille linguistique, Louvain, Paris, Peeters, 2010 []
  7. John Chadwick, Le déchiffrement du linéaire B. Aux origines de la langue grecque, Gallimard, 1972 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.