L’actualité de Julien l’Apostat

Julien dit l’Apostat, le livre de Lucien Jerphagnon (1921-2011) est justement célèbre : Paul Veyne qui le préface nous dit qu’il se lit comme un roman, mais comme un roman véridique du fait des qualités scientifiques de son auteur. Expérience faite, il est vrai qu’il est difficile de ne pas être pris par cette succession d’évènements qui constituent la vie de Julien qui a failli être mis à mort à l’âge de 6 ans et qui terminé sa vie sur un champ de bataille à 32 ans. Je vous invite à faire cette expérience : vous y trouverez une bonne dose d’histoire de l’Antiquité et un livre que l’on a du mal à lâcher, donc un livre parfait pour les vacances [1].

Rappel des faits

Constantin se convertit au Christianisme en 313 et meurt en 337. Julien a 6 ans à l’époque et échappe, parce que trop jeune, au massacre des frères et neveux de Constantin qui auraient pu mettre en cause ses trois fils qui se partagent le pouvoir. Deux de ceux-ci sont rapidement éliminés et il ne reste que Constance qui règne jusqu’en 361. Julien, baptisé jeune, est initié par son pédagogue aux grands classiques de la culture grecque, Platon, Aristote, stoïciens, puis les approfondira lui-même ensuite.

En 355 il est désigné comme César, c’est-à-dire vice-empereur par l’empereur Constance qui l’envoie en Gaule pour lutter contre les rébellions. Julien y réussit très bien et met en œuvre une bonne gestion des provinces. Son succès est tel que (à Lutèce) ses soldats l’acclament empereur. Peu après l’empereur Constance meurt et Julien devient réellement empereur.

Il traduit alors dans les faits son imprégnation philosophique, remet en cause le christianisme sans faire pour autant de persécutions, promulgue un édit de tolérance et restaure le culte des dieux anciens. Cependant il interdit de fait aux chrétiens les carrières de l’enseignement. Il tente de lutter militairement contre les Perses mais meurt au combat. Ses officiers désignent un chrétien pour lui succéder et le christianisme s’impose maintenant définitivement même si l’interdiction des cultes païens ne date que dernières décennies du siècle.

La lecture de Lucien Jerphagnon

En 1986 au moment de la parution du livre, un spécialiste de l’antiquité tardive, Jean Bouffartigue, publie un compte-rendu du livre dans le Bulletin de l’Association Guillaume Budé [2] dans lequel, à la fois il critique le style accrocheur du livre où des prêtres païens sommés de se réformer se demandent « ce qu’ils ont bien pu faire aux bons dieux », tout en lui reconnaissant une érudition impeccable et un désir de démythifier l’histoire de Julien, d’en faire un récit où les conduites soient rationnelles, même si elles sont le fait d’une victime du pouvoir impérial qui l’a volontairement tenu à l’écart. D’ailleurs, Paul Veyne dans sa préface concède que le livre est écrit « en un style rapide et primesautier, pour ne pas dire familier ».

Que Veyne ait écrit une préface à ce livre est révélateur d’une connivence en ce sens que Jerphagnon pratique comme Veyne l’art de trouver des analogies avec notre siècle et d’employer le vocabulaire du registre commun pour faire comprendre une attitude antique. Cette connivence est d’ailleurs expliquée par Lucien Jerphagnon lui-même quand il préface l’ouvrage de Paul Veyne Sexe et pouvoir à Rome [3] où il explique que lui, philosophe de l’antiquité avait découvert un historien des mêmes population qui avait la même attitude et « c’est ainsi qu’un historien philosophe et un philosophe historien correspondirent à de milles de distance par la poste publique, comme l’avaient fait jadis un Pline et un Tacite, cela vingt-deux années durant, et sans seulement s’être entrevus ».

Ce que ces deux auteurs ont en commun, c’est précisément d’allier philosophie et histoire pour Jerphagnon et histoire et philosophie pour Veyne : une enfilade de batailles et de traités ne donnera jamais un principe de cohérence mais une philosophie sans histoire ne serait qu’une suite d’abstractions dénuées de sens.

Lucien Jerphagnon regarde Julien avec empathie : il nous fait vivre de l’intérieur les vicissitudes d’une enfance où s’affirme progressivement la rupture avec un christianisme au reste peu sympathique par la manière dont il est vécu ; où l’admirateur de Marc Aurèle tente de mettre en œuvre une gestion correcte du politique ; où le restaurateur des cultes païens se laisse fourvoyer par ses émotions mystiques.

Dans un ensemble de textes revu peu avant sa disparition, « Les dieux de la cité et la Cité de Dieu » [4], Lucien Jerphagnon compare les vies de Julien empereur (331-363) et Augustin évêque (354-430). Cette comparaison en une dizaine de pages vaut aussi le détour mais je n’en retiens que la finale : dans ces vies il s’agit de « deux philosophies qui l’une et l’autre se voyaient éternelles. L’une en retient plus d’un aujourd’hui encore : l’autre fut tôt ensevelie, dirait Renan, dans le linceul de pourpre où dorment les dieux morts ». Est-ce bien exact ? Le Christianisme en retient-il plus d’un aujourd’hui encore ? Est-ce que les dieux antiques sont bien morts ? Ces deux questions marquent l’actualité de Julien l’Apostat car ce retour du message chrétien officiel à la religion des anciens qui fut son souhait fut un échec historique, mais il semble bien que la situation actuelle accomplisse d’une certaine manière ce dont il a rêvé.

Vers l’implosion ?

Cet entretien de deux sociologues, Danièle Hervieu-Léger et Jean-Louis Schlegel, sur le présent et l’avenir du catholicisme est révélateur de la situation du catholicisme 18 siècles après Julien [5]. D’une situation majoritaire en France, les catholiques risquent de devenir une diaspora de groupes antagonistes (traditionalistes, conciliaires, évangélistes).

Au plan statistique, une enquête faite pour le journal La Croix en 2016 [6] avait permis à Ipsos de voir que si 53,8% des français se déclaraient catholiques, seulement 1,8% allaient à la messe chaque semaine, 2,3% quelques fois par mois, 2,5% seulement à de grands rassemblements, 11% aux grandes fêtes (Noël ou Pâques) et 36,2% n’y allaient jamais (ou seulement à des mariages ou enterrements). Par ailleurs 36,4% se déclaraient sans religion et les 9,8% qui restaient se répartissant entre refus de répondre 3,8%, protestants 1,8%, musulmans 1,6%, juifs 0,5%, bouddhistes 0,6% et autres religions 1,5%.

Par ailleurs les maitres de Julien : Platon, Aristote et les stoïciens exercent toujours une influence forte sur nos sociétés mais qu’en est-il des dieux ? Il faut distinguer les pratiques les concernant, ce que fait Cicéron dans De la divination où il se demande par exemple si l’interprétation des rêves ne doit pas être faite par une interprétation rationnelle mais qui d’autre part donne la parole au pontife Cotta dans La nature des dieux qui montre que le propre de la religion romaine est d’être une religion civique (comme l’a souligné John Scheid) [7]. La démarche de la religion civique existe toujours mais laïcisée dans le culte de l’État ou de la République mais il est un endroit où les dieux anciens font toujours autorité, c’est celui de l’art.

Comme je le disais dans mon billet consacré à L’Autorité de l’art antique, on ne vient plus adorer les reliques des saints mais la Joconde est au Louvre devenue une icône à laquelle on vient faire ses dévotions. Des collections d’art grec de la haute société romaine après la conquête de la Grèce, aux collections actuelles du Louvre, la continuité vient de l’Autorité de l’art antique qui n’a jamais été remise en cause.

Que conclure ?

« Julien dit l’Apostat » précise bien le titre de Lucien Jerphagnon : il n’a jamais apostasié le christianisme car il n’y a jamais cru. Il a simplement abandonné une religion vide de sens à ses yeux pour revenir à la religion antique, même s’il y ajoutait une forme de mysticisme propre à l’esprit du temps. Il a voulu revenir aux dieux antiques qui ont fait Rome.

Notre société semble revivre la même évolution : une religion qui semble vide de sens est abandonnée de plus en plus et lui est substitué un agnosticisme qui a aussi des racines dans le scepticisme ancien. Par ailleurs, ce pur produit de la cité romaine qu’est le droit fait partie de son héritage ainsi que le civisme et la Concorde cicéronienne [8]. Quant aux divinités du Panthéon, elles vivent toujours parmi nous dans les livres, les films, les séries, la bande dessinée , la publicité et bien sûr en majesté dans les musées.

Le prochain billet sera mis en ligne le 1er septembre prochain

  1. Lucien Jerphagnon, Julien dit l’Apostat, le livre est paru en 1986 au Seuil et a été réédité en poche chez Taillandier dans la collection Texto en 2020 []
  2. En ligne []
  3. Première édition 2005 chez Taillandier []
  4. Lucien Jerphagnon, Connais-toi toi-même… et fais ce que tu aimes, Albin Michel, 2012, p. 211-217 []
  5. Danièle Hervieu-Léger, Jean-Louis Schlegel, Vers l’implosion ? Entretiens sur le présent et l’avenir du catholicisme, Seuil, 2022 ; on pourra lire également à propos de ce livre un entretien avec Danièle Hervieu-Léger dans Le Monde du 28 juin 2022, p. 29 []
  6. et publiée le 11/01/2017 []
  7. sur toute cette question, cf. mon billet : Les Romains croyaient-ils à leur religion? []
  8. sur ces question voir : L’invention du droit en Occident (1/2), L’invention du droit en Occident (2/2). De la République à l’Empire, Lecture de Cicéron (2) Pensée du politique []

2 réflexions sur « L’actualité de Julien l’Apostat »

  1. Très touchée cher Professeur de votre mise en lumière de l’empereur Julien. Sans aucun doute l’ouvrage où mon père aura glissé une part secrète de lui-même, pour qui connait in extenso sa vie…
    Bien à vous,
    Ariane Jerphagnon

    1. Je pense que vous faites allusion à ce qui est écrit dans la rubrique de Wikipedia le concernant : “Il est ordonné prêtre le 29 juin 1950. Il enseigne alors la philosophie au grand séminaire de Meaux entre 1951 et 1961, date à laquelle il choisit de quitter les ordres”. J’y ai pensé en rédigeant mon billet : si votre père a tellement investi dans la figure de Julien, c’est qu’il avait le sentiment d’avoir fait comme lui l’expérience d’un catholicisme vide de sens et d’un retour nécessaire à la philosophie antique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.