Enseignement du latin : évaluation et perspectives

L’arrivée d’un nouveau ministre de l’Éducation nationale est l’occasion d’évaluer la situation actuelle et éventuellement de faire des propositions pour améliorer le statut des langues anciennes. Reprenons d’abord l’évolution de l’enseignement en 5e, première année de latin :

Comme nous l’avions déjà remarqué à la rentrée 2018 (Statistiques : rentrée 2017 et concours 2018), Public et Privé ont des évolutions parallèles et la période 2014 à 2017 est marquée par la réforme de la ministre de l’Époque, Najat Vallaud-Belkacem puis par sa remise en cause lors de l’arrivée de Jean-Michel Blanquer. Par ailleurs, le creux 2020 est lié au Covid qui a empêché les traditionnelles présentations du latin en 6e.

Si l’on examine l’évolution de l’ensemble Public et Privé, on voit que de 2000 à 2008 la proportion est restée stable autour de 23% et que depuis, on assiste à une baisse régulière de 0,5% tous les ans, ce qui est visualisé sur le graphique par le trait fin Évolution modélisée. Une telle perspective doit faire réfléchir et en particulier inciter à voir ce qui se fait dans d’autres pays qui arrivent à maintenir des proportions plus fortes d’élèves dans le courant de la scolarité.

L’option facultative latin : une singularité française

L’option latin est déjà une singularité à l’intérieur du système français d’enseignement : en règle générale, quand un enseignement est dit à option, c’est qu’on laisse le choix entre plusieurs options comme le choix d’une deuxième langue vivante en 5e ou le choix entre plusieurs spécialités au lycée. Avec le choix de l’option facultative entre langues anciennes ou rien, on fragilise automatiquement cet enseignement : son recrutement est à la charge de l’enseignant ; certains élèves peuvent chaque année abandonner l’option (3% entre la 5e et la 4e en 2021) et ils le font massivement à la fin du collège (seul un quart poursuit au lycée). L’enseignant doit captiver ses élèves pour les conserver, ce qui certes favorise une pédagogie active mais dissuade l’enseignant de faire des investissements sur le long terme qui soient un peu difficiles. Enfin le statut d’option fait que l’enseignant de LCA doit négocier l’existence même de ses heures de cours auprès du chef d’établissement et de son conseil d’administration. Cette situation de fragilité est spécifique à la France : je vais résumer la manière dont les choses se passent dans les pays que j’ai étudiés dans de précédents billets.

–  En Espagne (L’enseignement du latin (et du grec) en Espagne), pendant les trois premières années de l’équivalent du collège, un système d’option existe mais il est obligatoire d’en choisir au moins une : il y a une option de culture classique (que j’étudierai plus loin). En dernière année une option latin existe mais c’est également une des options dont une est obligatoire.

– Au Luxembourg (Le latin (et le grec) au Luxembourg : un cas d’école), dans l’enseignement général et à partir de la 2e année du secondaire, le choix de l’option langue se fait entre l’anglais, le latin et le chinois.

– En Suisse (L’enseignement du latin (et du grec) en Suisse), la situation varie selon les cantons : à Genève, en première année de l’équivalent du collège il existe un cours obligatoire d’initiation au latin et à la culture latine. En France, L’option d’une initiation obligatoire a déjà été essayée mais a été abandonnée devant la réticence des enseignants de lettres modernes.

 -En Allemagne, (L’enseignement du latin en Allemagne), il n’y a pas d’équivalent du collège mais une séparation après le primaire entre le lycée (gymnasium) et un enseignement technique (realschule) : au lycée, le latin est bien une option, mais une option de deuxième langue.

Comme en Belgique (L’enseignement du latin en Belgique) il existe un système d’option assez proche du système français et qu’en Italie (Débat en Italie sur le lycée classique) il n’y a pas d’enseignement du latin au niveau du collège, nous ne retiendrons pas de ces pays de propositions pour le collège.

Ce que l’on peut retenir des options rencontrées est qu’elle se situent en Espagne, au Luxembourg et en Allemagne comme des enseignements obligatoires mais qui peuvent être choisis entre plusieurs options. C’est le système de l’option langue qui peut se faire entre langues vivantes et langues anciennes.

Un tel système pourrait exister en France : il faudrait modifier l’intitulé « Deuxième langue vivante » en « Deuxième langue vivante ou ancienne » (c’est l’intitulé allemand) et y intégrer le latin (et le grec) qui serait alors en parallèle avec les langues vivantes mais jouirait du même nombre d’heures (2h30 en 5e) et du même statut d’obligation.

Le problème est que l’on mettrait en concurrence l’allemand et le latin qui sont deux matières perçues (à tort ou à raison) comme « d’excellence ». En 2021 il y avait 80 853 élèves de latin en 5e et 100 441 d’allemand 2e langue [1]. On voit que les effectifs étant de même taille et les finalités d’excellence semblables, il est fort probable que des conflits entre germanistes et latinistes se produiraient pour accaparer ces élèves. Seule une étude fine croisant le choix du latin et celui de la deuxième langue vivante permettrait de voir la faisabilité d’une telle réforme. En effet si le latin allait avec le choix de l’espagnol (616 410 élèves) les problèmes de concurrence se poseraient moins. A titre expérimental, il serait possible de tester cette possibilité dans certains collèges : le latin y gagnerait une pérennité qui lui fait défaut actuellement mais qui est liée aussi au contenu de l’enseignement, ce que nous allons envisager maintenant.

Le contenu de l’enseignement

Ce qui est attirant pour les élèves dans l’enseignement du latin, ce n’est pas la langue elle-même, mais tout ce dont elle est le reflet : la mythologie, la vie quotidienne à Rome (comme on peut la voir lors d’une visite à Pompéi), d’une manière générale la culture antique telle qu’elle se trouve aujourd’hui dans les arts, les lettres, le street art, le cinéma, la bande dessinée. Il faut donc aller voir ce qui se fait en Espagne où une option à choisir (parmi plusieurs dont l’une est obligatoire, j’y insiste) est précisément de « Culture antique ». Voici comment elle est définie.

« L’option de culture classique a pour objectif de fournir aux élèves une première approche générale de l’étude des civilisations grecque et latine dans les domaines littéraires, artistiques, philosophiques, scientifiques et linguistiques, de manière à leur permettre de prendre conscience de la survie, de l’influence et de la présence de nombre de ces aspects dans la culture occidentale, améliorant ainsi leur compréhension de ce qui constitue leur identité culturelle dans ses diverses manifestations » [2].

On trouvera dans la note précédente le détail de ce qui est fait et qui concerne la géographie, l’histoire, la mythologie, l’art, la société et la vie quotidienne, le langage et le lexique, l’actualité de la culture antique. Il ne s’agit que d’une initiation mais qui permettra aux élèves de voir la permanence sous leurs yeux de la culture antique, ce qui est très motivant.

Où positionner cette option : si on la veut obligatoire en 6e (comme à Genève), cela supposerait qu’elle soit faite par les professeurs de lettres qui, on le sait, sont souvent opposés au latin pour des raisons de lutte contre l’inégalité sociale. Comme il ne s’agit pas d’une option de langue au sens strict, on ne peut pas la proposer en deuxième langue en 5e. On pourrait envisager de proposer ces éléments de culture antique en 6e, en option facultative comme actuellement, et de n’envisager le latin comme deuxième langue qu’à partir de la 5e . Quoi que l’on fasse, y compris le maintien du système actuel, commencer par une année de culture antique élargirait les possibilités de recrutement. L’exemple de l’Espagne nous montre qu’il est possible ainsi d’arriver à un taux de latinistes de 16% en fin de secondaire ce qui est loin d’être le cas de la France comme nous allons le voir.

Situation de l’enseignement du latin au niveau du lycée

Si au total 10% des élèves de l’enseignement général font du latin (et 0,7% du grec), on voit que la masse principale de ces élèves se situe au niveau du collège (14,6%). Au lycée, après 2019, la création du système des spécialités a fait chuter les effectifs de latinistes qui sont actuellement en terminale à 2,9% (0,7% pour le grec), situation tout à fait singulière par rapport aux autres pays car ce score est le plus faible [3]. Que faire ? Examinons également ce qui existe dans des pays voisins.

En Espagne, 16% font du latin dans la dernière année du secondaire (bachillerato 2e année) : il s’agit d’une section « humanités » à côté des sections « sciences » (45%), « sciences sociales » (33%) et « art » (5%). En Italie, au lycée classique (6% des élèves) on fait à la fois du latin et du grec mais on fait du latin sans le grec au lycée scientifique (22%). Dans le cas de l’Espagne et du lycée classique italien, le latin est intégré avec l’enseignement des lettres comme ce fut le cas dans les sections classiques du lycée français d’avant 1968 : il semble exclu de revenir en arrière. Cependant, comme le manifeste le graphique ci-dessous où la série lettre est à 7,5% de l’ensemble des séries du bac en 2020 (dernière session avant qu’une réforme vienne masquer le phénomène), il est difficile de laisser en l’état un enseignement de lettres encore marqué par le formalisme littéraire alors qu’en Italie, les sujets proposés de dissertation permettent de s’enraciner dans les réalités sociales de notre époque comme le manifeste l’examen des sujets de l’examen terminal de Maturita.

Sources pour les séries du bac : Notes d’Information annuelles de la Depp

Les enseignants

Je reprends, en le complétant pour les années récentes, le graphique représentant l’évolution du Capes (et de l’Agrégation) de lettres classiques [4].

Depuis 2011, du fait du faible nombre de candidats qui se sont présentés à l’examen, le nombre d’admis est inférieur au nombre de postes offerts, ce qui indique la désaffection dont souffre ce type d’enseignement. Pour pallier ce manque, des postes sont proposés à des certifiés de Lettres Modernes ayant pris avec succès l’option latin. De plus des certifications complémentaires en LCA ont été mises en place. Par ailleurs, le nombre d’admis à l’agrégation est du même ordre que celui des admis au Capes, ce qui est une situation tout à fait exceptionnelle par rapport aux autres disciplines et qui manifeste la dégradation de la situation par rapport à 1997 où le nombre de postes d’admis à l’agrégation représentait à peu près un tiers de celui admis au Capes. On notera que 1997 est l’année à partir de laquelle le nombre de postes proposés à diminué (pour plus de détail, cf. Statistiques : rentrée 2017 et concours 2018).

On en arrive ainsi au paradoxe qu’une matière enseignée à un bon niveau dans beaucoup de pays et qui correspond à l’étude d’une civilisation qui joue encore un grand rôle dans l’imaginaire collectif, les arts et les lettres, et qui est appréciée comme telle par les élèves, se retrouve en voie d’extinction à long terme par déficit d’élèves et, peut-être aussi, d’enseignants. Il faut tirer les leçons de cette situation et en premier lieu commencer par une année de culture antique et envisager une sortie de l’option facultative en intégrant l’option obligatoire de deuxième langue.



Citer ce billet
Philippe Cibois (2022, 1 septembre). Enseignement du latin : évaluation et perspectives. La question du latin. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ofj9

  1. Source : Repères et références statistiques 2022, 4.17 et 4.19 []
  2. Source dans le billet consacré à l’Espagne []
  3. Source : Repères et références statistiques 2022, 4.19 []
  4. Sources : les données statistiques des concours []

Une réflexion sur « Enseignement du latin : évaluation et perspectives »

  1. Que dire lorsque le chef d’établissement fixe les heures de l’option latin le mercredi après-midi ? Façon rapide et efficace de dégoûter les quelques élèves qui résistaient !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.