Thermae Romae

Observons la couverture du premier tome de ce manga qui représente un nu antique inspiré du Doryphore de Polyclète mais qui ne porte pas une lance comme l’original grec mais des affaires de bain : une bassine et une serviette. L’anachronisme est voulu et souligné en rouge, car comme le dit l’auteure Mari Yamazaki, c’est ce dont il faut se munir au Japon pour aller aux bains publics [1].

Nous sommes à la fois à Rome à l’époque d’Hadrien mais en même temps dans le Japon contemporain et dans les deux cas dans un contexte de bains où le héros, Lucius Modestus, est un architecte spécialisé dans la construction des bains. Le ressort de l’action est que, immergé dans l’eau d’un bain ou d’une source chaude (d’origine volcanique), il se retrouve dans l’univers japonais correspondant où il découvre des procédés qu’il importe ensuite avec succès dans l’univers romain de l’époque d’Hadrien.

Le genre est celui du manga : outre qu’il se lit évidemment de droite à gauche, il en a les caractéristiques graphiques. Quand quelqu’un parle, il a la bouche ouverte en forme de rectangle avec éventuellement la rangée des dents supérieures visible. On est donc dans le manga mais aussi avec une de ses caractéristique essentielle, l’univers du fantastique qui est un héritage direct de l’univers traditionnel japonais. Comme le souligne Jean-Marie Bouissou dans son ouvrage sur le Manga, le fantastique qui est présent dans nos contes de fées est réduit à une version utilisable uniquement par les petits enfants. Au Japon par contre, l’ouverture assez récente (1853) au monde occidental a laissé toute sa place aux monstres, aux fées, aux lutins, aux fantômes et à la magie. Cet univers n’a pas été refoulé par l’acceptation japonaise de la modernité technique : les mangas sont remplis de cet univers qui fait partie de la manière d’être japonaise où les kamis, ces divinités du shintoïsme sont naturellement présents [2].

Dans thermae romae le fantastique est bien présent : il est montré, explicité mais évidemment pas expliqué car ce ne serait plus du fantastique. Dès la page neuf du premier chapitre, le héros se plonge dans l’eau chaude d’un bain public romain, s’intéresse au système d’évacuation puisque cela fait partie de sa compétence professionnelle, est aspiré par lui et, après trois pages de « bleuarbl », « brrrrooo », « gouarglll », « splaaash », puis de nombreux « haa » de reprise de respiration, se retrouve dans un bain public japonais (alors qu’il croit se retrouver dans une partie du bain romain réservée aux esclaves). Il découvre des éléments des bains japonais dont il pourrait s’inspirer et se retrouve brutalement avec ses amis du bain à Rome. Il crée de nouveaux bains avec des perfectionnements inspirés du Japon : paniers pour y déposer ses affaires, vue du Vésuve (il avait vu le mont Fuji) annonces de spectacles aux murs et boissons à consommer dans de petites bouteilles.

De tels éléments sont impensables dans une bande dessinée aux standards franco-belges mais pas au Japon : Thermae Romae a eu un immense succès : il a été diffusé à plus de neuf millions d’exemplaires et a reçu en 2010 un prix Osamu Tezuka du nom du plus illustre créateur de manga japonais. Il a été repris en dessin animé et en version filmée et est diffusé en France par Casterman sous sa forme de manga.

Pourquoi un tel succès ?

Comme on l’a vu dans le précédent billet sur le Japon grec [3], l’influence grecque sur le Japon passe d’abord par la peinture japonaise bouddhique elle-même issu de la statuaire de la Bactriane [4]. Cette idée d’une influence grecque sur leur culture a été reprise par les élites japonaises qui l’ont utilisée pour lutter contre le sentiment d’être des imitateurs de l’Occident dans tous les domaines alors que cela ne concernait que le développement scientifique et industriel de leur pays. Avoir le sentiment que leur tradition artistique s’appuyait sur la tradition grecque leur a permis de s’affranchir de la domination symbolique européenne étant entendu que par ailleurs le bouddhisme leur donnait un ancrage asiatique.

Le Japon s’est trouvé au milieu du 19e siècle soumis à une pression de plus en plus forte, y compris militaire, qui l’a contraint à s’ouvrir à la culture occidentale. Il a alors reçu des professeurs étrangers pour enseigner la philosophie (et de ce fait les grands auteurs de l’Antiquité), mais il a aussi envoyé des étudiants dans les grandes universités occidentales. Donner de l’importance à la tradition grecque a été aussi une manière de s’affranchir du modèle chinois alors prépondérant. De ce fait la culture antique est bien développée dans l’enseignement supérieur avec des revues spécialisées et des sociétés savantes. A des fins de culture générale, beaucoup de textes de l’Antiquité ont été traduits mais aussi des textes d’histoire comme l’Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire romain d’Edward Gibbon, l’Histoire de Rome de Theodor Mommsen et même beaucoup de « Que sais-je ? » sur la question [5]. Cependant la culture antique est peu étudiée dans le secondaire dont sont issus beaucoup de lecteurs de mangas.

Pour expliquer le succès de Thermae Romae, il faut prendre conscience d’un élément fondamental qu’est le rôle que jouent les bains à la fois dans la société romaine antique et dans la société japonaise actuelle.

Les bains à Rome

Alain Malissard dans son livre Les Romains et l’eau, évoque le miracle des thermes qui se constitue à partir de l’Empire. De plus en plus vastes, financés par la puissance publique, au parcours traditionnel des bains tièdes, puis chauds, puis froids on pouvait y trouver des salles pour faire du sport, et d’autres « où l’on s’abandonnerait aux mains expertes du masseur où à celles, plus redoutables, de l’épilateur ; des marbres, des mosaïques, des œuvres d’art et des jets d’eau ; de grandes piscines pour nager en plein air et de vases espaces où pratiquer les sports ; des promenades et des portiques, des salons pour la détente ; et des bars, des bibliothèques, des théâtres et des jardins ; la présence d’une administration discrète et bienveillante ; la gratuité d’accès, le luxe et la beauté ; autour de ce parcours, qui alliait la santé, l’hygiène et le plaisir, on pouvait en fait organiser des « paradis » semblables au ceux des princes ou des rois de Perse et bâtir d’immenses « villas du peuple » qui offriraient au plus grand nombre le luxe et la splendeur qu’on ne trouvait que dans les plus riches résidences privées ». Aller aux bains est devenu une exigence quotidienne de la fin de journée pour toutes les classes sociales [6].

Les bains au Japon

Les bains publics existent également au Japon (sentō) et c’est dans un bain public que Lucius le héros de Thermae Romae est transporté au chapitre premier. On y va d’abord pour des raisons d’hygiène mais aussi pour la détente d’un bain chaud où l’on discute avec ses voisins. Même aujourd’hui où les Japonais disposent d’une salle de bains, les bains publics n’ont pas disparu du fait de la convivialité que l’on y trouve. Il existe aussi des bains dans des sources thermales chaudes d’origine volcanique (onsen) : Lucius s’y retrouve au chapitre deux. Il découvre par ailleurs les baignoires individuelles au chapitre trois ; les perfectionnements techniques des toilettes japonaises au chapitre quatre. Ce sont ainsi tous les aspects de la culture des bains japonais et de l’hygiène qui sont ainsi couverts, du plus traditionnel aux derniers développements techniques des toilettes lavantes (Washlet).

Mettre en relief cette culture et le souci d’accueil et d’hospitalité qui lui est lié est pour les Japonais d’aujourd’hui une source de réconfort dans la mesure où cette civilisation des bains, issue d’une très vieille tradition, n’est l’objet d’aucune reconnaissance de la part des autorités japonaises qui mettent l’accent sur le seul développement économique. Dans une certaine mesure Lucius, issu de la civilisation gréco-latine qui est perçue comme une culture d’élite, joue le rôle d’un inspecteur de l’Unesco qui viendrait donner son patronage au titre du patrimoine culturel immatériel à une tradition commune, ces bains publics avec toute la convivialité qui leur est liée, mais transparente aux yeux de beaucoup et qui risque donc de disparaitre. De cela les nombreux lecteurs de Thermae Romae lui sont redevables [7].

L’œuvre de Mari Yamazaki

Ce saut entre les cultures qui apporte à l’une le poids culturel de l’autre doit beaucoup dans son élaboration à la personnalité de l’auteure de ce manga, Mari Yamazaki, qui a vécu longtemps en Italie et dont le mari est italien. Dans une de ces productions ultérieures avec comme scénariste Tori Miki, un créateur de mangas, elle met en scène la vie de Pline l’Ancien dont voici le dernier volume paru  [8] :

Il s’agit de l’histoire de la jeunesse de Pline, enfant puis jeune adulte. Elle est totalement inventée mais se situe dans le registre du vraisemblable : l’enfant est curieux de tout ce qu’il voit autour de Côme, son supposé lieu de naissance, et son père l’encourage dans cette voie ; il découvre l’amitié d’un enfant de son âge, qui lui procure un remède conte l’asthme [9]. Il montre peu d’attrait pour une certaine Livia, mise sur sa route par son entourage, lui préférant l’étude. On peut supposer que le douzième et dernier volume se passera au pied du Vésuve [10].

Mari Yamazaki vient enfin de produire seule le manga suivant dont voici le premier tome :

Nous sommes au 4e siècle av. J.C. et, par la magie du manga, Démétrios va se retrouver au Japon au cœur des Jeux olympiques de 1964. Nous sommes à Tokyo comme en témoigne la présence de la Tokyo Tower bâtie en 1958 sur le principe de Tour Eiffel. S’agit-il d’un remake de Thermae Romae : c’est la question que pose Aurélien Pigeat, spécialise de la BD et travaillant sur le site ActuaBD : il conclut qu’il ne s’agit pas d’une répétition de l’effet comique du changement magique d’époque, mais d’un approfondissement de la réflexion : « Le sport est interrogé du point de vue des valeurs qu’il véhicule, du plaisir ou de la contrainte qu’il représente, de son usage public et politique » [11].

***

Les mangas traitent souvent de l’Antiquité qui est comme le Moyen Age ou la science-fiction une source dans le registre du fantastique [12]. La spécificité de Thermae Romae est son immense succès au Japon et c’est ce dont j’ai essayé de rendre compte en utilisant le travail de Sari Kawana cité en note 7 qui me semble exemplaire comme étude de réception, ainsi d’ailleurs que tout le volume. 



Citer ce billet
Philippe Cibois (2023, 1 janvier). Thermae Romae. La question du latin. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ofjc

  1. Texte d’accompagnement p. 104 []
  2. Jean-Marie Bouissou, MANGA Histoire et univers de la bande dessinée japonaise, Picquier Poche, 2014 []
  3. dont je reprends des passages dans le présent billet []
  4. Voir le billet sur l’Art gréco-bouddhique []
  5. Dominique Briquel, Les Étrusques ; Pierre Grimal, La vie à Rome dans l’Antiquité ; Alexandre Grandazzi, Les origines de Rome ; Bertrand Lançon, L’Antiquité tardive ; Patrick Le Roux, L’Empire romain ; Bernard Rémy, Dioclétien et la tétrarchie. Source : Sari Kawana, Cool Rome and Warm Japan: Thermae Romae and the Promotion of Japanese Everyday Culture in Receptions of Greek and Roman antiquity in East Asia, edited by Almut-Barbara Renger, Xin Fan, Leiden, Boston, Brill, 2018,. Studies in the reception of classical antiquity ; volume 13, p. 265 []
  6. Alain Malissard, Les Romains et l’eau, Fontaines, salles de bains, thermes, égouts, aqueducs…, Les Belles Lettres, 2002, p. 117-118 []
  7. Je me conforme ici à l’interprétation de Sari Kawana, Cool Rome and Warm Japan: Thermae Romae and the Promotion of Japanese Everyday Culture in Receptions of Greek and Roman antiquity in East Asia, edited by Almut-Barbara Renger, Xin Fan, Leiden, Boston, Brill, 2018,. Studies in the reception of classical antiquity ; volume 13, p. 259-286 []
  8. sur les premiers épisodes, cf. le commentaire de Julie Gallego []
  9. l’equisetum  ou prêle des bois : dans le chapitre 26 de son Histoire naturelle, Pline lui consacre tout un passage pour ses vertus thérapeutiques : livre 26 , § 83/ 132-135 []
  10. Cf. le billet de ce site sur Pline et l’Histoire naturelle La recherche sur les plantes de Théophraste à Pline l’Ancien []
  11. Aurélien Pigeat : Olympia Kyklos : auto-plagiat ou véritable accomplissement d’une œuvre ? []
  12. Pour une liste récente des mangas traitant de l’Antiquité, voir le site d’ATC []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.