Remonter le temps : l’analyse des manuscrits

Tous ceux qui ont lu un texte ancien dans des éditions savantes comme celles des Belles Lettres ont vu sous le texte latin ou grec un certain nombre d’indications obscures nommées « apparat critique ». C’est leur rôle que nous allons essayer de comprendre, sans entrer toutefois dans une trop grande technicité, mais pour voir comment, grâce à des différences repérées dans un texte, on peut remonter dans le temps vers un texte d’origine.

Prenons par exemple La guerre des Gaules : on imagine aisément que le texte écrit par César (à partir des rapports envoyés au Sénat) ne nous est pas parvenu directement. Un des manuscrits les plus anciens (9e ou 10e siècle) est celui-ci  [1] :

Il s’agit du début bien connu de la Guerre des Gaules : « L’ensemble de la Gaule est divisé en trois parties, etc. » or, quelques lignes plus loin on peut déjà s’affronter à la critique textuelle du texte proposée par l’édition des Belles Lettres [2]:

L’apparat critique se fait en latin : le début nous dit que les chapitres 1 à 30 jusqu’aux mots « bello heluetiorum » manquent dans le manuscrit S. En effet les manuscrits sont désignés par des lettres dont la référence est donnée au début du livre (ce manuscrit S est actuellement dans une bibliothèque de Florence et il date du 10e siècle). De même ensuite on nous dit que les chapitres 1 à 6, 3 jusqu’aux mots « bono animo » ont été, dans le manuscrit L, suppléés par une main plus récente (c’est-à-dire qu’un scripteur a rajouté du texte sur le manuscrit), sauf sur la première page qui a été coupée.

On entre ensuite dans des détails du texte : au paragraphe 2, où l’on parle des fleuves de la Gaule, il y a la Garonne, orthographiée « garunna » dans les manuscrits B, R et β tandis que les manuscrits A, M et N écrivent « garumna ». De même (après les deux traits parallèles qui marquent la séparation entre des variantes), il y a au paragraphe 4 une hésitation avec la finale du mot« heluetii » ou en A on a la finale en -itii et en M en -icii (d’une manière assez stable).

La lettre grecque bêta ne désigne pas un manuscrit mais une classe de manuscrits : on entre maintenant au cœur de la méthode car des manuscrits se ressemblent par des variantes ou des omissions communes. On peut ainsi en faire l’arbre généalogique que l’auteur de l’édition présente ainsi (page XXIII) :

Au plus bas de l’arbre, on trouve les manuscrits qui existent aujourd’hui dans des bibliothèques : par exemple le Parisinus, présenté plus haut est noté B dans l’arbre. Quatre classes de manuscrits actuels sont ainsi présentés : AM, BRSLN, Tf et Ul qui sont regroupés en deux classes α et β. Ces deux classes dépendent d’un manuscrit hypothétique X lui-même issu d’une variante y’ d’un texte originel (nommé archétype) dont d’autres variantes y’’ auraient directement influencés la famille β car les copistes ne travaillaient pas sur un seul manuscrit mais pouvaient en comparer plusieurs pour établir leur propre texte.

Comment établir un arbre généalogique

Abandonnant le cas de la Guerre des Gaules, essayons de donner les principes de l’établissement d’un arbre généalogique des manuscrits (arbre généalogique étant la traduction du mot stemma). J’utiliserai à cette fin le dernier chapitre d’un livre centré sur la transmission des classiques grec et latin intitulé d’Homère à Érasme [3]. Les premiers chapitres étudient les différentes époques où ont été écrits les différents manuscrits qui subsistent aujourd’hui et qui vont essentiellement du Moyen Age à la Renaissance.

Au cours de la longue période qui va de l’Antiquité au moment de l’écriture des manuscrits conservés, il y a eu des copies nombreuses qui ont introduits des erreurs de transmission. La copie est difficile car, jusqu’au 11e siècle, les mots des manuscrits latins n’étaient pas séparés [4]. La recherche de ces erreurs est fondamentale car c’est de la comparaison de ces variations du texte que l’on pourra établir l’ordre généalogique. Examinons d’abord les types d’erreurs :

Erreurs de lecture

Dans le Satyricon de Pétrone, 43,1 on lit ;
_____Quid habet quod queratur ? Ab asse creuit
_____Qu’a-t-il à se plaindre ? Il est parti d’un as.
A la place de Ab esse creuit on peut lire dans certains manuscrits
abbas secreuit.

Les nombres, écrits avec une série de lettres sont souvent l’objet d’une lecture fautive. Par exemple dans Cicéron, Lettres à Atticus, 1, 13, 6,
on lit :
_____Messalla consul Autronianam domum emit HS CXXXIIII 
_____Le consul Messala vient d’acheter la maison d’Antronius pour 134 sesterces
Il manque visiblement le surlignement qui multiplie par mille, ou l’encadrement qui multiplie par dix mille, mais d’autres manuscrits donnent des chiffres différents.

Des mots proches peuvent être confondus : Sénèque, Lettres à Lucilius, 102, 22
_____corpus hic ubi inueni relinquam, ipse me diis reddam
_____je laisserai mon corps là où je l’ai pris, je restituerai aux dieux mon être [5]
A la place de corpus, certains manuscrits donnent tempus.

Au fil des temps l’orthographe et la prononciation évoluent : ae et e ; b et v sont confondus. Des voyelles et des diphtongues grecques sont remplacés par un iota (ce que l’on retrouve dans le grec moderne).
Quintilien, 6, 3, 93
_____pane et aqua uiuo
_____je vis de pain et d’eau
A la place de uiuo, certains manuscrits écrivent bibo.

Par ailleurs, des abréviations étaient souvent employées et peuvent être mal lues comme on le verra plus loin dans un texte grec d’Euripide.

Omissions

Cicéron, Lettres à Atticus, 7, 9, 4 (parlant de César)
_____praeteriit tempus non legis sed libidinis tuae, fac tamen legis;
_____le temps voulu est dépassé, non en suivant la loi mais du fait de ton désir ; toi, tu fais les lois
_____ut succedatur decermitur : impedis et ais ‘habe meam rationem’
_____On juge qu’un successeur doit être nommé, tu t’y opposes et tu dis ‘j’ai mes raisons’
Les mots sed libidinis tuae, fac tamen legis manquent dans certains manuscrits.

Dans de la poésie, l’omission d’un vers entier est fréquente : l’absence du vers 800 d’Œdipe roi dans certains manuscrits permet de les diviser en deux classes.

Additions

Sénèque, Lettres à Lucillius, 42, 4 (Sénèque évoque la volonté de mal)
_____Eadem uelle [subaudi si] cognoces : da posse quantum uolunt
_____Si tu veux connaitre celle-ci (si sous-entendu) : donne-leur de pourvoir à tout ce qu’ils veulent.
« subaudi si » aurait été écris en marge puis intégré dans le texte

Transpositions

Lucrèce, 3, 170
_____Si minus offendit uitam uis horrida teli
_____Si, en blessant légèrement la vie, la force hérissée de la flèche …
Au lieu de teli on trouve dans certains manuscrits leti [6].

Hiérarchisation des manuscrits

Pour déterminer un ordre dans les manuscrits on se sert des erreurs nettes, significatives, telles celles que l’on vient de répertorier. Une erreur sur une seule lettre peut avoir été spontanément corrigée par un autre copiste et n’est donc pas significative.

Sur un exemple fictif de manuscrits repérés par des numéros, supposons donc des erreurs significatives entre manuscrits, marquées par des lettres majuscules, dans une succession de lettres minuscules qui désignent une partie sans erreur du texte.
(1) abc
(2) Abc
L’erreur A du manuscrit 2 nous manifeste que 1 est antérieur et donc que 2 descend de 1, ce qui est noté de la façon suivante :

mais si l’on a :
(1) abCD
(2) AbcD

Dans ce cas, 1 et 2 sont à égalité car ayant chacun une erreur (A ou C) qui les sépare l’un de l’autre, ils descendent donc tous les deux d’un manuscrit précédent inconnu et que l’on note par la lettre x. Pour ce qui est de l’erreur D, elle leur est commune et on ne peut rien en dire encore.

Soit maintenant un troisième manuscrit noté 3 :
(3) abcD
L’erreur D rapproche 3 de x, qui regroupe 1 et 2 qui possèdent aussi cette erreur.

En résumé, les erreurs A et C jouent un rôle séparatif entre 1 et 2 tandis que l’erreur D permet le rapprochement, joue un rôle conjonctif entre 3 et l’ensemble x de 1et 2. Pour l’édition du texte, on privilégiera de ce fait le manuscrit 3. De proche en proche on pourra ainsi classer les manuscrits et arriver à une synthèse de l’arbre généalogique comme pour la Guerre des Gaules (voir plus haut). On peut aussi arriver à un arbre très complexe comme pour le texte d’Aristote De la génération et la corruption, établi par Marwan Rashed (Les Belles Lettres, 2005).

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Sur le graphique d’origine [7], j’ai entouré les manuscrits principalement utilisés par l’auteur pour établir son texte. On voit, en examinant l’époque de leur production notée à gauche, que l’auteur a privilégié les plus anciens, les plus proches de la source, donc moins corrompus, mais sans renoncer à un manuscrit de 1479 (noté Matr. à gauche) car l’analyse montre qu’il est un excellent manuscrit de la famille α. Cette excellence est établie par la comparaison des erreurs dans les manuscrits, dont nous avons montré le principe plus haut.

A propos de la Médée d’Euripide

Les erreurs elles-mêmes des manuscrits peuvent former une série qu’il est possible de recomposer. Par exemple, dans la Médée d’Euripide, une fois l’arbre généalogique constitué, on peut suivre l’évolution d’une erreur [8].

Dans les manuscrits du Moyen Âge on trouve souvent des indications sur l’intrigue, la date et les conditions de sa création. On trouve dans quatre manuscrits alexandrins notés A, P, D et F une indication selon laquelle Euripide se serait inspiré d’une pièce antérieure de Neophron ce qui est noté de la façon suivante :
D : παρά Νεόφρονος « de Néophonon »
F : περί Νεόφρονος « sur Néophonon »
P : παιόφρονος mot sans signification
A : γενναιόφρονος « d’une manière noble »

A partir d’un arbre généalogique constitué antérieurement, on peut comprendre l’évolution des erreurs commise à partir du texte D qui reflète le texte d’origine.

Dans le manuscrit ω, παρά est écrit en toutes lettres mais est abrégé, dans la classe ε, en πε (π avec ε en exposant), ce qui est une abréviation courante. Cette abréviation a été mal lue de deux façons : en F elle a été lue comme περί mais dans les manuscrits de la famille π, l’exposant a été lu comme la lettre α pour former en P un mot sans signification. En A, on a cherché à lui trouver un sens et pour expliquer le génitif de φρονος le copiste  a trouvé un adverbe γενναιό- qui donne le sens « d’une manière noble ». H. Don Cameron ajoute que « sans les étapes intermédiaires et sans la lecture correcte en D et à supposer que l’on ait seulement l’état final A, il aurait été impossible de revenir à la lecture correcte » [9].

***

H. Don Cameron (1934-2021) était non seulement un grand spécialiste des textes grecs au département des Études classiques de l’Université de Michigan, mais il s’est aussi beaucoup intéressé aux araignées mais également aux méthodes de classement des espèces telles qu’elles se pratiquent aujourd’hui en biologie (la cladistique). Il n’a pas manqué d’appliquer ces nouvelles méthodes à la généalogie des manuscrits et c’est ce que nous verrons dans le prochain billet.

 



Citer ce billet
Philippe Cibois (2023, 15 février). Remonter le temps : l’analyse des manuscrits. La question du latin. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ofjd

  1. Source : Gallica Il s’agit du début du texte du manuscrit nommé Parisinus 5763 de la BnF. []
  2. César, Guerre des Gaules, texte établi et traduit par L. A. Constans, 1990, 1ère édition 1926 []
  3. L. D. Reynolds, N. G. Wilson, D’Homère à Érasme, La transmission des classiques grec et latins, CNRS Éditions, 2021 []
  4. comme on le voit sur les inscriptions antiques comme celles des Tables Claudiennes qui servent de bandeau au présent carnet de recherche []
  5. Traduction de l’édition des Belles Lettres []
  6. Tous ces exemple (et on en trouvera d’autres latins et grecs) viennent de Reynolds et Wilson (chap. X), auteurs cités à la note 3 []
  7. Rashed, p. CCLII, les pointillés manifestent des influences indirectes d’un manuscrit d’une époque sur une autre []
  8. H. Don Cameron, The Upside-down Cladogram : Problems in Manuscript Affiliation, Biological Metaphor and Cladistic Classificaition, edited by Henry M. Hoenigswald and Linda F. Wiener, University of Pensylvania Press, Philadelphia, 1987, p. 233-235 []
  9. Cameron, p. 235 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.