L’analyse des manuscrits : nouvelles méthodes

Dans le précédent billet, nous avions terminé par un auteur assez particulier, H. Don Cameron qui non seulement étudiait la Médée d’Euripide mais avait travaillé sur la classification des araignées au Musée de zoologie de l’université de Michigan. Il en discute avec un collègue entomologiste du département d’Histoire naturelle de l’université de New York et ils écrivent ensemble en 1977 un article de la revue Systematic Zoology intitulé Cladistic methods in textual, linguistic and phylogenetic analysis c’est-à-dire qu’il traite des méthodes cladistiques (je vais y revenir) dans les analyses de textes, les analyses linguistiques et les analyses phylogénétiques (à préciser également) [1].

Pour comprendre, une brève incursion en biologie est nécessaire : depuis Darwin et la mise en valeur de l’évolution, on cherche (en utilisant beaucoup de mots grecs) à reconstruire la généalogie des espèces (d’où le titre de Darwin, l’Origine des espèces). C’est cette ambition que traduisent les termes de phylogenèse (ou phylogénie) et de phylogénétique ( qui désigne la méthode), de φῦλον / phûlon, « tribu, famille, clan » et γένεσις / génesis, « création ». Pour arriver à montrer cette généalogie, une des méthodes est de construire un arbre généalogique (comme pour les manuscrits) et on a utilisé le grec κλάδος /klados, signifiant « branche », d’où la cladistique, méthode qui consiste à classer en plaçant chaque entité sur une branche.

Cameron a été frappé par cette identité des méthodes : un arbre généalogique qui à partir d’un texte original suit ses divers manuscrits au travers d’erreurs significatives à son équivalent en zoologie où des espèces actuelles ont des ancêtres. On ne parle pas en cladistique d’erreurs significatives mais de caractères qui différencient le vivant (comme avoir des ailes ou une mâchoire ou ne pas en avoir). De même Cameron a trouvé une similitude de rôles entre les erreurs qui jouent un rôle séparatif pour les manuscrits, avec les caractères qui sont l’objet d’une transformation en cladistique, de même qu’entre les erreurs qui jouent un rôle conjonctif avec les caractères qui sont des innovations partagées.

Dans un article écrit dix ans plus tard en 1997, Cameron prend pour titre d’un article The Upside-down Cladogram   c’est à dire le Cladogramme à l’envers ce qui manifeste bien la similarité des méthodes et en même temps leur différence de point de vue [2]. En critique textuelle, ce qui est recherché, c’est le manuscrit d’origine, celui qui est en haut du stemma, de l’arbre généalogique, les manuscrits ultérieurs n’en étant que des corruptions. En zoologie, la démarche est inverse : ce qui intéresse les chercheurs ce sont les extrémités du graphique, les espèces vivantes dont ils peuvent découvrir les ancêtres communs au terme de l’évolution. Pratiquement, ils disposent ces espèces en haut du graphique car ce qu’ils veulent voir, ce sont les différences à partir d’un ancêtre commun. Ils ont cette perspective depuis Darwin comme le montre le schéma suivant fait par Haeckel (1834-1914) qui chercha à introduire Darwin en Allemagne et qui présente l’arbre généalogique des êtres vivants [3]

Cette manière de faire avec la racine en bas (comme un véritable arbre) se retrouve aujourd’hui dans la pratique des chercheurs en cladistique.

Les Contes de Canterbury

En s’ouvrant aux méthodes utilisées en biologie, la critique textuelle en a découvert aussi les  méthodes statistiques qui permettent de travailler sur des données plus nombreuses pour en extraire des résultats plus assurés car reproductibles. Le développement de telles méthodes a été encouragé par un bref article paru dans la prestigieuse revue Nature qui proposait le graphique ci-dessous qui concerne l’étude de manuscrits des Contes de Canterbury (14e siècle) qui font l’objet d’un vaste projet de recherche. L’article s’intitule « The phylogeny of The Canterbury Tales » ce qui manifeste clairement la méthode employée [4].

On traite ici des 58 manuscrits existants du 15e siècle du prologue d’un épisode intitulé « La femme de Bath ». Le résultat montre bien des branches avec aux extrémités des intitulés qui désignent des manuscrits mais cet « arbre » n’a pas de racine mais un centre. Il indique les liens entre manuscrits apparentés qui sont regroupés par grands groupes de couleurs résumés par une lettre majuscule. Voici la fin de l’article :

« Le point central est susceptible de représenter l’ancêtre de toute la tradition. Les manuscrits regroupés en O sont particulièrement cruciaux ; leur position près du centre suggère qu’ils descendent tous de l’original de Chaucer, et peuvent donc contenir des preuves cruciales à propos de cet original. Cependant, la plupart d’entre eux ont été ignorés par les chercheurs.
« De cette analyse et d’autres preuves, nous déduisons que l’ancêtre de toute la tradition, la propre copie de Chaucer, n’était pas une copie finie ou aux normes, mais un brouillon de travail contenant (par exemple) les propres notes de Chaucer de passages à supprimer ou à ajouter, et des versions alternatives des articles. Avec le temps, cela a pu conduire les éditeurs à produire un texte radicalement différent des Contes de Canterbury. Ces résultats démontrent également la puissance de l’application des techniques phylogénétiques, et en particulier de la décomposition fractionnée (split decompostion), à l’étude d’un grand nombre de versions différentes de textes importants » (p. 839).

Le lai de Svipdagr

Des manuscrits en vieux norrois (la langue scandinave médiévale), ont été l’occasion d’une comparaison intéressante entre la méthode stemmatique et une méthode cladistique proposée par le programme PAUP c’est-à-dire Phylogenetic Analysis Using Parsimony dont le principe est que le meilleur arbre est celui qui fait appel à la quantité minimale d’évolution [5].

Dans leur texte prenant comme exemple le lai de Svipdagr, Robert O’Hara et Peter Robinson utilisent 56 manuscrits écrits entre 1650 et 1830 [6] et l’on va pouvoir comparer directement le stemma réalisé précédemment par l’un des co-auteurs et le programme utilisant les procédures de parcimonie de l’analyse cladistique.

Dans la figure ci-dessous, les deux résultats ont été mis côte à côte pour pouvoir faire des comparaisons.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Dans la partie gauche, les flèches indiquent l’existence de preuves externes de filiations entre les manuscrits et l’on constate que par exemple que la filiation de l’ensemble des manuscrits St, 34 et 1870 a bien été retrouvée dans la classification (domaine rouge), de même pour les manuscrits 5, 329, 1689 (domaine bleu). D’une manière générale, les grands groupes de manuscrits se retrouvent bien dans l’analyse cladistique.

Cependant les auteurs notent que si l’analyse cladistique est satisfaisante dans son ensemble, certains détails ne le sont pas du fait du phénomène de contamination :  certains manuscrits ont utilisé d’autres manuscrits que celui qui a été copié. Par exemple les manuscrits du Langelek Group et ceux des Manuscrits B (encadrés sur la figure) sont bien séparés dans le stemma alors que du fait des contaminations, ils sont rapprochés dans l’analyse cladistique.

Actes des Apôtres, chapitre 5

Quand le phénomène de contamination s’amplifie d’autres méthodes peuvent être employées mais elles conduisent à des réseaux et non plus à des arbres comme cette analyse de 48 manuscrits grecs (mais aussi latins) du chapitre cinq des Actes des apôtres [7].

Comme dans le graphique de Nature vu plus haut, il n’y a pas de racine dans ce réseau mais la complexité des quadrillages manifeste celle des contaminations. La méthode employée ne remet pas en cause une origine du texte basée sur deux traditions centrées sur Alexandrie et Byzance mais met en valeur la contamination des manuscrits et propose les moyens de voir les rapprochements existants.

Conclusion

Ces divers exemples nous montrent qu’en analyse des textes, l’apport de la cladistique tout d’abord confirme les résultats obtenus précédemment (et c’est ce par quoi ont commencé les chercheurs), mais permet de prendre en compte beaucoup plus de manuscrits et en examinant les cas de contamination.

Il faut savoir que le champ des méthodes utilisés en cladistique est vaste et qu’il reste encore des méthodes à y découvrir : le livre de Darlu et Tassy cité en note 2 est assez technique mais, pour une première découverte de la cladistique, je conseille l’introduction du tome 1 de la Classification phylogénétique du vivant de Guillaume Lecointre et Hervé Leguyader (Belin 2016).

Annexe : parler grec pour comprendre l’évolution

Pour conclure cet ensemble de deux billets, je voudrais montrer l’importance de l’utilisation du vocabulaire grec dans la cladistique.

– rappel : le terme « cladistique » vient de κλάδος / klados, signifiant « branche » puisque l’évolution dans le temps d’un phénomène (manuscrit, espèce vivante) peut être représentée sous une forme d’arbre où un ancêtre commun se trouve à la racine de l’arbre, en haut dans un stemma, en bas en cladistique.

– l’équivalent dans un arbre d’un manuscrit est un « taxon », groupe d’individus biologiques ayant en commun des caractéristiques communes quelque que soit le niveau de la taxonomie, (ordre, famille, genre, espèce). Taxon est une troncation de taxonomie venant de τάξις / táxis, « placement », et de νόμος / nomos loi.

– dans les manuscrits on repère d’erreur que l’on juge significative. En cladistique il s’agit d’un caractère dérivé du fait de l’évolution qui est appelé « apomorphie »  de ἀπό/ apo (« éloigné ») et μορφή / morphê (« forme »).

– dans un classement de manuscrits, une même erreur significative peut rapprocher deux manuscrits : il s’agit d’une erreur conjonctive. En cladistique on parle de « synapomorphie » : caractères partagés. De σύν /sún (« avec », « ensemble ») et apomorphie.

– quand une erreur est spécifique à un groupe de manuscrits ont dit qu’elle est séparative. En cladistique quand un caractère évolué ou dérivé est propre à un groupe, à un taxon, on parle d’une « autapomorphie » de αυτο (« propre »), απο (« dérivé de ») et μορφος (« forme »).

  1. Norman I. Platnick and H. Don Cameron, Cladistic methods in textual, linguistic and phylogenetic analysis, Syst. Zool., 1977, 26, 380-385 []
  2. H. Don Cameron, The Upside-down Cladogram : Problems in Manuscript Affiliation, Biological Metaphor and Cladistic Classificaition, edited by Henry M. Hoenigswald and Linda F. Wiener, University of Pensylvania Press, Philadelphia, 1987, p. 233-235 []
  3. source : Pierre Darlu et Pascal Tassy, La reconstruction phylogénétique, nouvelle édition, Éditions matériologiques, 2019, p. 12 []
  4. Source, . A Barbrook, A., Howe, C., Blake, N. et al. The phylogeny of The Canterbury TalesNature 394, 839 (1998). https://doi.org/10.1038/29667 []
  5. Darlu et Tassy cités à la note 3, p. 109 []
  6. Robert O’Hara and Peter Robinson, The Canterbury Tales Project, Occasional Papers I, 1993, 53-74 []
  7. Hyytiäinen, Pasi,, The Changing Text of Acts: A Phylogenetic Approach TC: A Journal of Biblical Textual Criticism 26 (2021): 1–28, il s’agit de la figure 7 []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Philippe Cibois (1 avril 2023). L’analyse des manuscrits : nouvelles méthodes. La question du latin. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ofje


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.