Conclusion provisoire

Après 272 billets publiés depuis octobre 2009, date de l’ouverture de ce carnet de recherche, et poussé par la lecture d’une parution posthume de Michel Foucault, Le Discours philosophique, qui montre que faire de la philosophie, ce n’est pas essayer de parler mieux que Descartes, Kant ou Nietzsche mais de parler de notre situation pour en faire le diagnostic, je vais en tenter une conclusion provisoire [1].

Cela peut apparaitre un peu abstrait, mais cela m’a sauté au visage en éclairant ce que j’avais fait jusqu’ici dans ce blog, et ce qu’il me manquait, c’est-à-dire une prise de conscience de la rupture qui a conduit à la situation actuelle de l’enseignement du latin, rupture qui se situe à la fin du 18e siècle avec l’apparition de la modernité.

Ce que j’ai fait jusqu’à présent, il suffit de lire les billets déjà parus pour comprendre qu’il s’agit de décrire la situation d’un point de vue historique, à travers des études de cas, mais aussi la situation présente à travers des enquêtes dans différents pays et des statistiques pour la France. Ce dont je me suis aperçu qu’il manquait, c’est de n’avoir pas explicité les discontinuités d’après la Révolution car la continuité pédagogique, cette force d’inertie de tout système d’enseignement, fait que celui-ci n’évolue que lentement. L’attitude envers l’Antiquité avait changé et cela n’a eu aucune influence sur l’enseignement des lycées napoléoniens ni sur les suivants.

Des discontinuités, il y en a eu un certain nombre et je vais, en me servant d’un rappel du contenu de différents billets (que je signale en note), en donner les étapes avant de mettre l’accent sur la situation depuis la fin du 18e siècle.

Première rupture : du latin au français

Au 7e siècle, le latin est encore une langue parlée en Gaule par tous les groupes sociaux et en tous les lieux : tout le monde se comprend et on se comprend d’une génération à l’autre. Les évolutions sont progressives qui vont conduire à la langue romane d’oïl dans le nord de la Gaule, et d’oc dans le sud. Les locuteurs ont toujours l’impression de parler la même langue, le latin. Même si ce latin a évolué profondément, il l’a fait progressivement. Ceux qui ont fait la rupture, ce sont les clercs de l’époque de Charlemagne qui comme Alcuin sont nés en Angleterre, pour qui le latin est une acquisition scolaire, et qui s’aperçoivent par exemple que les vies des saints lues aux fidèles  ne sont pas rédigées en bon latin et qu’ils doivent être réécrits [2]. Si le latin est redevenu à nos yeux de bonne qualité du fait de la réforme carolingienne, c’est parce qu’il est devenu une langue morte. Ce n’était pas le cas de Frédégaire : il est un des derniers témoins du latin vivant en Gaule [3]. Le témoin de la rupture est le Serment de Strasbourg qui atteste par écrit l’évolution des langues [4].

Des carolingiens au Moyen Age

Après la réforme carolingienne, le latin s’installe dans la vie intellectuelle : un bon témoin en est Abélard, son conflit avec St Bernard et son accueil par Pierre le Vénérable à Cluny où il finit sa vie pacifié [5]. Le Moyen Âge nous a laissé de la poésie en latin comme les célèbres Carmina burana mis en musique en 1937 par Carl Orff [6].

Langue des clercs, langue internationale, le latin sert aussi pour la propagande comme la Tapisserie de Bayeux qui raconte la conquête du royaume d’Angleterre par Guillaume le Conquérant, duc de Normandie [7].

De l’humanisme et la Renaissance

A la fin du Moyen Âge, l’humanisme renouvelle la lecture des textes anciens comme le fait Lorenzo Valla qui, par une analyse fine des textes, montre que la fameuse Donation de Constantin est un faux mis au point au 9e siècle par des réformateurs carolingiens pour montrer la suprématie du Pape face aux princes [8]. Pétrarque lui aussi revient aux Anciens mais pour en tirer une leçon politique : comme Cicéron, il veut utiliser la rhétorique pour persuader par la raison (et l’émotion). Il faut que la vérité ne passe pas par l’autorité mais il faut qu’elle se débatte sur le forum.

La nécessité de la formation des nouvelles classes dirigeantes entraine l’apparition d’écoles nouvelles dans lesquelles on étudie les Anciens en utilisant les nouvelles méthodes de l’humanisme. Par exemple Guarino de Vérone (1370-1460) crée en 1420 à Vérone une école « humaniste » où il accueille des pensionnaires payants. Élèves et maitres vivaient en commun dans une atmosphère studieuse et chaleureuse où alternaient l’étude et les loisirs. Son enseignement était réparti sur trois cours : élémentaire (lecture), grammaire (latin et grec, histoire et mythologie), rhétorique (Cicéron : œuvres rhétoriques puis philosophiques). La diffusion puis la généralisation de telles écoles humanistes ont été possibles parce que les puissants de l’époque les ont soutenues et en ont fait le style éducatif dominant puis un style de vie qui s’impose comme le présente Le livre du Courtisan de Castiglione de 1528 qui devient le bréviaire de l’honnête homme de l’Ancien régime. Cependant, la rhétorique cicéronienne redécouverte par l’humanisme pour gérer les affaires du citoyen va être transformée en pure éloquence et perdre son sens d’origine [9].

Érasme va être la figure majeure de la Renaissance : auteur de l’Éloge de la folie, des Adages, personnalité reconnue au plan international. L’Éloge de la folie est publié en 1511 [10]. Mais dès 1530, la confession d’Augsbourg donne un fondement au luthéranisme ; en 1534 l’Affaire des Placards en France entraine une radicalisation de François 1er et Calvin juge prudent de s’exiler. En 1535, un an avant la mort d’Érasme, son ami Thomas More est exécuté [11]. La philosophie du Christ, faite de retour aux sources scripturaires et d’intelligence des anciens est ignorée tant de la Réforme que de la Contre-Réforme catholique. La Concorde cicéronienne n’est plus guère évoquée et les guerres de religion se répandent. Une nouvelle théorisation politique se met en place dont Machiavel est la figure éminente [12].

Si l’enseignement humaniste a permis l’apparition des formes actuelles de l’enseignement secondaire, c’est que sa grande popularité a été l’occasion de nouvelles institutions dont les plus célèbres furent les collèges des jésuites dans les pays catholiques. Dans les pays protestants la confiscation des biens d’Église permit au pouvoir de s’assurer de cette tâche.

La pédagogie des jésuites répond à la demande des familles de la bourgeoisie et de la noblesse : elle donne une large place aux humanités, à la compétition entre élèves, aux représentations théâtrales qui deviennent des évènements mondains. L’étude de la rhétorique a pris le sens de l’éloquence ornée et a perdu la vertu civique qu’elle avait pour les humanistes : il s’agit maintenant de former de jeunes esprits au beau discours, non de convaincre ses concitoyens car l’absolutisme royal s’est révélé la solution aux guerres de religion, comme le théorisera bientôt Hobbes dans le Léviathan [13].

De la Renaissance à la Révolution

Avec le Traité des études de Rollin[14]) nous entrons dans le débat pédagogique car cet ouvrage va en être la référence, de l’époque de sa parution au milieu du 18e siècle jusqu’à un siècle plus tard où l’on n’entendra plus parler de lui. La raison en est que l’enseignement du latin va entre les deux siècles changer de finalité. Pour Rollin, le but de l’enseignement du latin c’est la formation morale des enfants par imitation des Anciens. Ce souhait de se servir des Anciens pour cultiver la moralité se retrouve chez Rousseau par exemple : il est celui qui fera que la Révolution, jusqu’à la Terreur incluse, s’est construite en mettant en avant la vertu antique  [15].

Pendant la Révolution, après Thermidor, Volney professeur à l’Ecole Normale en 1795 explique que la Terreur s’explique par le fait qu’on a proposé à la jeunesse des modèles romains qui l’ont enthousiasmée et qu’elle a voulu mettre en pratique d’une manière radicale. Après la Révolution, il a fallu trouver d’autres motivations à l’enseignement du latin et l’apparition de la gymnastique comme phénomène social à cette époque a fait que l’on a inventé la motivation de l’utilité du latin comme gymnastique de l’esprit. Mais si l’Antiquité perd sa valeur d’exemplarité en politique, ceci n’est pas vrai en art et le développement du musée du Louvre en est le témoin.

Ce changement de mentalité a des répercussions sur un enseignement du latin déjà critiqué au 18e siècle par d’Alembert qui dans l’article « collège » de l’Encyclopédie met en avant la perte de temps que constitue l’apprentissage d’une langue morte. À la veille de la Révolution, Louis-Sébastien Mercier, est un bon témoin des milieux éclairés : son Tableau de Paris qui paraît de 1782 à 1788 connut un grand succès et il est également très critique : il met en avant la demande sociale qui pousse à faire étudier le latin à ses enfants car « le latin conduit à tout », critique « sociale » du latin qui perdurera jusqu’à nos jours [16].

Il faut maintenant séparer l’enseignement du latin de l’attitude vis-à-vis de l’Antiquité car si ces deux modalités étaient auparavant confondues, elles ne le sont plus désormais.

L’attitude vis-à-vis de l’Antiquité, du 19e siècle à nos jours

Le 19e siècle a vu le développement de la science de l’Antiquité à travers de nombreuses disciplines : archéologie, histoire, linguistique, grammaire comparée, philologie, science de la traduction. J’ai peu présenté ces réalités jusqu’à présent et cela va faire l’objet de billets à venir mais le résultat est déjà là dans de nombreux domaines :
– les activités sportives qui se sont beaucoup développées au 19e siècle veulent une consécration symbolique et Pierre de Coubertin la trouve en restaurant les Jeux Olympiques anciens à Athènes en 1896,
– l’art antique, à l’image de la Victoire de Samothrace en haut des marches au Louvre, est non seulement source d’admiration, de dévotion pourrait-on dire, mais aussi encore source d’inspiration dans l’art contemporain. Il y a peu, on pouvait encore voir boulevard St-michel, une fresque du duo d’artistes espagnols PichiAvo (Pichi né en 1977, Avo en 1985), qui montre bien que le street art lui-même peut trouver son inspiration dans l’Antiquité mêlé au tag et au graffiti [17]. Un rappeur (Booba) peut donner comme titre à son spectacle Nero nemesis [18],
– la bande dessinée, les mangas [19] la littérature, les séries et le cinéma font un grand usage de l’Antiquité qui est une source dans le registre du fantastique comme le Moyen Age ou la science-fiction,
–  avec son logo en stylisation de l’aile de la Victoire de Samothrace, Nike fait partie de ces innombrables marques qui utilisent l’Antiquité pour promouvoir leurs produits [20].

Sur cette question de l’influence de l’Antiquité aujourd’hui on pourra consulter le Site d’ATC [21].

L’attitude vis-à-vis du latin, du 19e siècle à nos jours

Frédéric Bastiat (1801-1850), libre-échangiste convaincu, attaque le latin dans son livre Baccalauréat et socialisme (1850) : il demande la suppression du latin. Bastiat reproche aux Romains d’être un « peuple pillard et possesseur d’esclaves », il a en vue l’aspect économique des choses. On ne peut donner comme exemple à la jeunesse un peuple dont l’idéologie est basée sur le désir d’accumuler les fruits de la conquête et sur l’illégitimité du travail, activité infamante et laissée aux esclaves, de même que c’est déroger pour un sénateur de se livrer au commerce, comme pour les nobles de l’ancien régime [22].

J’ai utilisé le titre du livre de Raoul Frary de 1885, « La question du latin » comme titre de ce carnet de recherche parce que c’est surtout depuis le 19e siècle que la question se pose. Frary prend à partie les arguments en faveur du latin qui sont toujours utilisés aujourd’hui :
– la gymnastique de l’esprit : pour lui , c’est un argument de consolation face à l’inefficacité d’un enseignement (aujourd’hui on ajoute que tout apprentissage par essais et erreurs est formateur),
– le latin comme aide à l’apprentissage du français : Frary souligne le fait mis en avant à son époque, que le passage du latin au français s’est fait par l’intermédiaire du bas latin et de l’ancien français : l’étymologie ne peut servir que pour les créations lexicales récentes,
– que la fréquentation des grands hommes et des grands écrivains de l’Antiquité forment l’esprit et le cœur : il s’agit d’une idéalisation utilisée autrefois mais qui ne correspond pas à la réalité car leurs idéaux en matière politique et morale sont tout à fait en opposition avec le désir d’une liberté individuelle découverte depuis. Leur modèle politique ne peut plus être le nôtre,
– notre civilisation étant d’origine gréco-latine, toute formation à notre culture doit passer par l’apprentissage de ces civilisations mères. C’est le point où Frary apporte quelques nuances à ses condamnations, du fait de la force de notre héritage culturel. Mais il ajoute ce qui deviendra un argument bien connu depuis, que « La vérité est qu’on apprend le latin pour être homme du monde » [23].

Michel Bréal, professeur de grammaire comparée au Collège de France, tient (en 1872) un discours de spécialiste et suggère que l’analyse philologique ne doit pas être étrangère à la classe de latin, pas plus que l’analyse historique ou celle des mœurs des Anciens. Pour les universitaires de l’époque, étudier les langues anciennes, c’est aussi faire œuvre de science et les élèves des collèges doivent, dans une certaine mesure, en profiter [24].

La réforme de 1902 qui touche l’enseignement secondaire, lui donne une structure qui n’évoluera que très peu jusqu’à 1960. Dans un même lycée on trouve désormais en 6e et 5e deux sections : classique, avec latin et moderne, sans latin ; en 4e et 3e une autre langue s’ajoute qui peut être le grec ou une langue vivante, enfin en 2de et 1re la section latin-grec peut être aussi scientifique. Les lettres de l’alphabet employées pour les sections du bac A, B, C et D venaient directement de cette réforme (jusqu’à leur remplacement en 1995 par L, ES, S puis par des spécialités par la réforme Blanquer).

Le statut du latin s’est stabilisé dans l’enseignement secondaire, avec deux tentatives de modification dans les années 1920 et sous Vichy qui ne furent pas suivies d’effet. Cette réforme de 1902 résulte des travaux d’une commission présidée par Alexandre Ribot dont les procès-verbaux des auditions nous permettent de voir en quels termes la question du latin s’est discutée, car la place à donner à l’enseignement classique est au cœur de la discussion. Un certain nombre d’experts ont été entendus [25].

Gaston Paris, administrateur du Collège de France, spécialiste de la littérature du Moyen Âge, est « convaincu que, en tant que formant la base de l’éducation secondaire générale, l’enseignement classique est destiné tôt ou tard à disparaitre, à faire place à un enseignement nouveau ; je crois que c’est un fait qui appartient à l’évolution de la civilisation moderne ». C’est plutôt le grec que Gaston Paris voudrait surtout remettre en valeur car ce sont les Grecs qui sont les penseurs originaux, les Latins n’étant que leurs imitateurs.

L’helléniste Victor Bérard pense que la situation de l’enseignement classique est désastreuse : « Nous n’avons plus d’enseignement classique. Nos bacheliers ne savent plus un mot de grec et leur connaissance du latin est à peu près équivalente. Quand ces bacheliers et même des licenciés m’arrivent à mon cours de géographie antique à l’École des Hautes Études, ils ne sont pas capables de traduire, à livre ouvert, le moindre texte grec, la phrase la plus facile du plus facile auteur, la Cyropédie, qu’autrefois on expliquait en cinquième ».

Il souhaite maintenir l’étude du grec, car ce sont les Grecs qui nous ont appris à raisonner, mais aussi la culture latine, non pour des raisons culturelles (car les latins ne sont qu’imitateurs des Grecs et rien ne vaut l’original) mais pour des raisons politiques liées à la forte emprise de l’Église catholique dans la société française.

Ferdinand Brunot, auteur de l’Histoire de la langue française, alors en cours de parution, pense lui aussi que la disparition de l’enseignement gréco-latin correspond a « une évolution historique de l’humanité » dont il retrace l’histoire, reprenant les thèses de son Histoire de la langue française en mettant en relief le fait que le français s’est imposé contre le latin depuis le XVIe siècle.

La convergence des attaques de ces spécialistes que sont Gaston Paris, Victor Bérard et Ferdinand Brunot est frappante :  les arguments en faveur du latin ne tiennent pas pour des raisons de fait (on ne réussit plus à l’apprendre) et pour des raisons de politique anticléricale explicites chez Bérard et Brunot. Comme l’analyse laisse un résidu inexpliqué, Brunot reprend l’explication par le snobisme qui fait singer l’aristocratie. Par contre, ces trois auteurs sont défenseurs du grec : au latin lié à l’Église on oppose le grec lié aux origines de la démocratie. Le débat est là aussi sous-tendu par une analyse engagée de la situation historique.

Un acteur nouveau, le scientifique spécialiste du domaine (Paris, Bérard, Brunot) fonde sur sa légitimité un nouvel argument particulièrement frappant : c’est au nom de la défense du latin que se fait l’opposition à un enseignement dévalué du latin. On a retrouvé la même attitude chez Paul Veyne mais il s’est rétracté ensuite car l’enseignement du latin a changé [26].

Le débat sur le latin comme barrière sociale va maintenant être repris explicitement en 1925 par Edmond Goblot dans La barrière et le niveau : le latin joue dans l’éducation bourgeoise à la fois le rôle de barrière (il décourage ceux qui ne voient pas son rôle social) et de niveau (tous ceux qui en ont fait appartiennent à la bourgeoisie). Les promoteurs du latin savent bien que l’apprentissage du latin est inutile pour l’enfant, mais qu’il s’agit d’une culture « qui différencie une élite, une culture qui ne soit pas purement utilitaire, une culture de luxe » [27]. Cette thèse du latin ayant une seule valeur distinctive sera évidemment reprise par Bourdieu dont les thèses sont bien connues [28] bien que son usage intensif du latin et du grec dans ses propres textes le soit moins [29].

***

Pour terminer, imaginons un dialogue entre les deux positions que je vais styliser dans un dialogue entre Modernus et Classica.

Modernus : la cause est entendue, l’étude du latin a perdu de son évidence avec l’apparition des Lumières au 18e siècle et de la science au 19e qui ont permis de conserver l’influence dans notre civilisation de l’Antiquité, de l’art grec, des philosophes grecs, mais en remplaçant l’étude chronophage du latin par l’apprentissage des savoirs scientifiques, mais aussi des Classiques, puisque depuis la Querelle, le français est la langue des Classiques [30].

Classica : vous allez un peu vite en négligeant le fait qu’en France, environ 10% des enfants font du latin au secondaire et ce, indépendamment des évolutions du système scolaire [31]. Pour leurs familles, les mots du latin dans les vocabulaires techniques ou scientifiques [32], dans les nombreuses expressions latines qui peuplent le français [33], dans la place que tiennent les inscriptions latines sur les monuments, la présence des chiffres romains [34], toutes ces traces font qu’il est indispensable que tout enfant soit initié à cet univers. De plus par l’intermédiaire de l’étude de la langue, il a un accès direct avec la civilisation antique dont il découvre ainsi les aspects essentiels.

Modernus : vous croyez vraiment qu’il soit impératif de s’initier aux subtilités de la 3e déclinaison pour accéder aux textes anciens qui peuvent être lus dans d’excellentes traductions et que de toute façon, les élèves seront toujours incapables de fréquenter dans la langue originale, faute de temps ?

Classica : je vous l’accorde pour les textes anciens si on veut les lire dans leur forme originale mais rien n’empêche d’adapter les textes.  De plus, par divers procédés : mise en ordre du texte latin dans l’ordre français, usage d’un sous-titrage [35], on peut faciliter la lecture en facilitant l’analyse grammaticale du texte. J’ajouterai que la lecture d’Astérix peut donner envie de créer des dialogues en latin macaronique [36].

Modernus : mais vous sciez la branche sur laquelle vous êtes assise. On nous répète que l’apprentissage du latin, par la recherche de la structure grammaticale de la phrase en vue de la traduction est un exercice très formateur qui développe l’esprit. Et vous proposez de minimiser cet aspect !

Classica : tout à fait. Tout exercice de l’esprit où il faut faire des hypothèses et laisser l’expérience trancher est formateur, que ce soit le jeu d’’échec (et les jeux en général), la recherche d’un itinéraire sur une carte, ou des problèmes de mathématiques.

Modernus : est-il bien sûr que ce soit le latin tel qu’il est enseigné que vous soyez en train de décrire ? Il me semble que l’on commence par l’apprentissage des déclinaisons et que l’étude de la civilisation est pensée comme une simple récréation alors que c’est l’essentiel pour la culture.

Classica : à l’imitation de ce qui se fait en Espagne où un enseignement de culture classique est possible en option avant l’enseignent du latin, en France se développe une option de Français et culture antique (FCA) qui est proposée en 6e avant le choix possible de l’option latin en 5e. Le programme en est très riche et on peut souhaiter qu’il contamine l’option latin ultérieure en minimisant le niveau d’apprentissage du latin et en approfondissant l’impact de l’Antiquité, dans les mots, dans les arts, dans les lettres et dans la vie courante [37]. Par ailleurs, l’importance de l’Antiquité dans la littérature pour les jeunes est reconnue aujourd’hui.

Modernus : est-ce que vous n’êtes pas en train de rêver ? Peut-on à la fois enseigner une langue et une civilisation en si peu de temps ?

Classica : c’est possible en Angleterre, pourquoi pas chez nous ? Depuis 1966 une coproduction de chercheurs de l’université de Cambridge et d’enseignants du latin a permis de construire un cours, le Cambridge Latin Course, qui couple un enseignement très progressif de la langue avec une initiation à la civilisation antique tout à fait cohérente avec les recherches archéologiques les plus récentes [38].

Modernus : Let it be ! Mais la question de la préférence sociale signalée depuis longtemps, de Frary à Boudieu, vous ne l’évoquez pas ?

Classica : le fait que le même phénomène de choix privilégié de l’enseignement des mathématiques se retrouve pour l’accès aux grandes écoles, très marquées socialement elles aussi, vous ne l’évoquez pas non plus ? Cela n’invalide pas le choix des familles, même si cela l’explique socialement. Avoir des enfants cultivés est un projet légitime et il importe d’en faire prendre conscience à tous : c’est pourquoi l’option FCA était créée au départ pour les secteurs défavorisés.

Post-scriptum du 3 juillet 2023

Le 30 juin, Le Monde des livres publiait un dossier de Nicolas Weill intitulé L’éclat (presque) inaltérable du « miracle grec » dans lequel, à propos de quelques publications récentes il proposait un état de la question de l’influence des grecs chez les « Européens et les Américains » (on ne dit plus « dans notre civilisation »).

Il souligne l’importance de l’Histoire de l’art dans l’Antiquité de Winckelmann parue en 1764 qui, en mettant au sommet l’art grec de l’Athènes démocratique (5e siècle av. J.-C.), va être à la source du néoclassicisme. En Allemagne en particulier, l’art grec devient dominant et on peut en voir la trace dans la littérature. Cette vision d’un Grèce « exceptionnelle » a été remise en cause par les travaux récents de spécialistes comme Jean-Pierre Vernant et d’autres qui ont tenté une analyse anthropologique du monde grec. Et si l’enseignement du grec ancien s’est étiolé, l’influence de la Grèce dans l’art actuel, le cinéma par exemple, reste très forte

On voit qu’une telle analyse est très parallèle à celle que j’ai faite dans le présent billet et je conseille vivement de la lire [39]

Pour terminer, voici un exemple de l’influence toujours actuelle de l’Antiquité dans le cinéma avec la sortie récente du film Indiana Jones et le cadran de la destinée. Le cadran en question est le mécanisme d’Anticythère auquel Cicéron fait peut-être allusion dans le De Republica : cf. sur ce point mon billet sur le mécanisme d’Anticythère.

  1. EHESS/Gallimard/Seuil, Mai 2023 et signalé par un article de Roger-Paul Droit, « Le Discours philosophique » : Michel Foucault met en lumière la trame secrète de la philosophie, Le Monde, 10 mai 2023 []
  2. Du latin parlé tardif au protofrançais []
  3. Frédégaire []
  4. Tombeau de Nithard []
  5. Abélard et Héloïse []
  6. Carmina Burana []
  7. Bayeux []
  8. Donation []
  9. Pétrarque et le rêve de l’Humanisme []
  10. Érasme []
  11. Thomas More []
  12. Machiavel []
  13. Hobbes []
  14. Rollin []
  15. Latin et politique. Troisième partie : l’impact de la Révolution []
  16. La critique du latin au XVIIIe siècle []
  17. Street Art et Antiquité []
  18. Nero nemesis []
  19. Thermae Romae []
  20. De Kiloutou à Nike. L’effet de marque []
  21. https://www.arretetonchar.fr/reception-de-lantiquite/ []
  22. La critique du latin au 19e siècle []
  23. Frary []
  24. Bréal []
  25. Réforme de 1902 []
  26. Paul Veyne []
  27. L’évolution de 1920 à 2009 de la série littéraire du baccalauréat []
  28. Bourdieu critique du latin []
  29. Le latin de Bourdieu []
  30. La Querelle des Anciens et des Modernes []
  31. Un demi-siècle de Statistiques du Ministère sur l’enseignement du latin et du grec []
  32. Linné 1, Linné 2 []
  33. Latin du français []
  34. Les chiffres romains []
  35. Nouvelles méthodes []
  36. Latin macaronique []
  37. Programme officiel de FCA []
  38. Le latin en Angleterre []
  39. Qui ne disposerait pas de l’article du Monde du 30 juin pourra en trouver une copie dans : Miracle Grec LeMonde23juin2023 []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Philippe Cibois (22 juin 2023). Conclusion provisoire. La question du latin. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ofjg


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.