Rentrée 2023 : France et Italie

Voici d’abord pour la France les données statistiques issues des Repères et références statistiques 2023 [1]

cliquer sur l’image pour l’agrandir

Globalement on voit que 9,4% des élèves font du latin et 0,7% du grec, valeurs à replacer dans l’évolution récente :

Reprenons le graphique actualisé de l’évolution de la première année de latin :

L’évolution modélisée vue l’an dernier se poursuit avec une baisse de 0,5% par année.

Au second cycle, on a : seconde à 3,1%, première à 2,5%, terminale à 2,4%  :
Voici la situation de l’enseignement du grec saisie en 3e et en Terminale :

On voit que en 3e, contrairement au latin, le public enseigne davantage le grec que le privé mais la situation est inverse en Terminale.

En ce qui concerne le CAPES [2] l’évolution est la suivante :

Depuis 2010 il n’y a plus assez de candidats pour pourvoir les postes mis au concours.

***

En Italie, un article récent de la Repubblica (11 octobre, p. 27), propose la visualisation de l’évolution suivante des lycées (j’ai traduit la légende) :

Dans le second cycle de l’enseignement, 52,5% des élèves vont au lycée, 32,5% dans des instituts techniques et 15,3 dans des formations professionnelles. Jusqu’en 2010 il y a deux types de lycées : le lycée classique où l’on étudie à égalité latin et grec et le lycée scientifique où l’on ne fait que du latin. Depuis 2010 a été créée une option de sciences appliquée sans latin dont on voit le progrès sur le graphique puisqu’elle passe de 5,5% en 2013 à 9,2% en 2023. Inversement le lycée classique passe de 9,8% en 2009 à 5,2% en 2023.

Voici un extrait de l’article :

Pour Maurizio Bettini, latiniste réputé qui enseigne à l’Université de Sienne, le déclin peut être attribué à divers facteurs. « Avant, le lycée classique était la formation qui donnait accès à toute les filières universitaires, alors qu’aujourd’hui ce n’est plus le cas. De plus, les étudiants étaient convaincus qu’étudier le latin et le grec les mettrait dans les meilleures conditions pour des études universitaires, une sorte de terrain d’entrainement » L’abandon des langues classiques touche aussi les scientifiques. Avant Gelmini, [la réforme de 2010] ces 21,6% d’étudiants de première année devaient, pour ainsi dire, s’habituer à la langue de Sénèque et il n’y avait aucun moyen de l’éviter. Mais avec les options du lycée de sciences appliquées et de sport, il existe une issue. Et en moins de quinze ans, les filières scientifiques traditionnelles ont perdu 9% d’étudiants de première année, soit 58 000 étudiants, tandis que les deux filières sans latin en ont gagné 60 000 .

On se souvient que Maurizio Bettini était intervenu lors du Plan national de formation (PNF) du 16 novembre 2021 [3] : voici ce qu’il disait :

Pendant longtemps, au moins en Italie, à l’école, l’étude de l’Antiquité s’est articulée sur deux voies : d’une part l’étude de l’histoire (guerres et batailles, bouleversements politiques, évolution des formes de gouvernement) et d’autre part l’étude de la langue et de la littérature (apprentissage syntaxique-grammatical, biographies d’auteurs, lectures anthologiques). Aujourd’hui, dans une société globale qui conçoit de plus en plus les relations entre les gens en termes de « cultures » (au sens religieux, ethnique, politique), il est temps d’abandonner cette perspective traditionnelle pour aborder plutôt l’étude de la « culture » grecque et romaine en tant que telle. Une « culture » qui doit être approfondie dans ses aspects non seulement linguistiques, littéraires ou évènementiels, mais aussi familiaux, sexuels, religieux, institutionnels, artistiques, en posant des questions sur le genre, la relation entre maîtres et esclaves ou le rôle et la position des animaux dans la société.

Il est temps en effet d’abandonner la perspective traditionnelle centrée sur la langue pour aller vers une perspective beaucoup plus globale centrée sur la culture. La langue n’en est qu’une voie d’accès.



Citer ce billet
Philippe Cibois (2023, 17 octobre). Rentrée 2023 : France et Italie. La question du latin. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ofji

  1. RERS 2023 Direction de l’évaluation, de la perspective et de la performance, en ligne []
  2. Le graphique montre l’évolution des Capes de l’enseignement public. Sources : statistiques des concours []
  3. Cf sur ce site : le billet Échos du Plan national de formation du 16 novembre 2021 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.