Le latin dans le public et le privé : de la réforme de 1902 à aujourd’hui

 

La réforme de 1902 du baccalauréat unifie dans un même baccalauréat de l’enseignement secondaire l’enseignement classique et l’enseignement moderne. Il crée de plus une division du secondaire en deux cycles (6e à 3e puis seconde à classes terminales).

Le décret du 31 mai précise une organisation qui subira des modifications mais qui est restée présente jusqu’en 2020 où les séries sont remplacées par des épreuves de spécialités. Voici le résumé du décret [1].

L’enseignement secondaire comprend deux cycles, un de quatre ans, un de trois ans. Dans le premier cycle il y a deux sections : latin obligatoire dès la 6e, grec facultatif en 4e en plus des enseignements communs (français, sciences, dessin etc.). Dans l’autre section sans latin ni grec, les matières communes sont plus développées. Dans le second cycle, quatre groupements de cours :
1) le latin avec le grec ;
2) le latin avec une étude plus développée des langues vivantes ;
3) le latin avec une étude plus complète des sciences ;
4) l’étude des langues vivantes unie à celle des sciences sans cours de latin.
Cette dernière section, destinée normalement aux élèves qui n’ont pas fait de latin dans le premier cycle, est ouverte aussi aux élèves qui, ayant suivi les cours de latin dans le premier cycle, ne continuent pas cette étude dans le second.
Durée des cours :
En A avec 7 heures, le latin est étudié tous les jours ; en B la compensation qui veut rendre cette section égale en dignité, vient du français qui est plus étudié qu’en A (avec ajout d’une heure d’« écriture »). De même le « calcul » est étudié 2 heures en A et 4 heures en B. l y a identité des heures d’enseignement pour les sciences naturelles et le dessin. Au total, A dure une heure de plus que B.
En 5e ce sont les mêmes horaires avec quelques nuances dans les appellations : le « calcul » devient « mathématiques » en B mais non en A.
En 4e, en A le grec apparait à raison de 3 heures facultatives, le latin passe à 6 heures et les mathématiques remplacent le calcul. En B les horaires restent identiques mais 1 heure de morale apparait en A comme en B.
En 3e mêmes horaires mais en B, le français perd 1 heure au profit du « droit usuel ».
Au second cycle, 4 sections apparaissent en seconde et première
A : Latin Grec
B : Latin – Langues vivantes
C : Latin – Sciences
D : Sciences – Langues vivantes
En classe de philosophie, on a le choix entre Philosophie et Mathématiques

La réforme sera appliquée à partir du bac de 1904 pour la première partie avec les résultats suivants [2] :
Les trois séries classiques avec latin : latin-grec, latin-langues vivantes et latin-sciences sont à peu près de même importance et représentent 72,6% de l’ensemble ; la série moderne sans latin n’en représente que 27,4%. Le classique est donc encore largement dominant.

Suivons maintenant cette évolution des rapports entre classique et moderne à travers quelques étapes.

1936

Depuis 1927, il n’y a plus que trois séries en première partie : A latin grec, A’ (A prime) latin et une langue vivante, B deux langues vivantes. Toutes les séries ont le même programme de mathématiques et de sciences physiques [3].

Voici le résultats pour 1936 pour l’ensemble des académies, y compris Alger [4].
On voit que le latin est encore dominant avec une proportion de 74,1% contre 25,9% pour la série sans latin.

Pour les académies d’Aix et de Dijon, on dispose aussi dans la même source mais uniquement pour le sous-ensemble de ces deux académies, de la répartition entre le public (72,6% des effectifs) et le privé (22,8%) ainsi que pour l’enseignement donné en famille avec des effectifs faibles (4,6%). Voici d’abord la répartition entre les trois séries pour vérifier la cohérence avec la France entière.
Les pourcentages de chaque série ne sont pas les mêmes que pour l’ensemble, avec 5% en moins pour les séries avec latin et 5% en plus pour la série sans latin, mais sont un bon reflet de l’ensemble.

La répartition du public et du privé par rapport à l’opposition latin/non latin est la suivante :
On voit déjà en 1936 l’attraction du latin pour le privé, (87% contre 64% pour le public).

1954-1961

En 1946 apparaissent quatre séries classiques (A, A’, B, C), deux modernes (M et M’), une technique à laquelle s’ajoute en 1953 une série technique B [5]

Pour les premières parties du bac, on peut utiliser les données publiées par la revue Avenirs, revue du Bureau Universitaire de Statistique (BUS) créée en 1947, pour les années 1954 à 1961. En regroupant les séries classiques et les autres on a le résultat suivant :
(cliquer su l’image pour l’agrandir)

Le latin est maintenant minoritaire avec un  proportion de 43,5% en début de période et de 39,5% en 1961 (en moyenne 41,4%)

En résumé voici les pourcentages de latinistes en première partie du baccalauréat : on distingue bien la période de la première à la deuxième guerre mondiale où le latin reste encore très majoritaire, à la période suivante où il est en baisse, baisse qui va s’accélérer ensuite :
Années 1904-1913     72,6%
Année 1936                     74,1%
Années 1954-1961     41,4%

1970-2022

Dans la décennie des années 1960 la première partie du bac est supprimée ce qui nécessite de prendre un nouvel indicateur qui sera désormais le nombre total de latinistes aux divers niveaux [6].

L’évolution est la suivante :
En 1970 le pourcentage du latin sur l’ensemble du secondaire est de 8,4%. On voit qu’il remonte jusqu’à 11,4% en 1986 puis chute jusqu’à la réforme Bayrou de 1996 (qui introduit le latin en 5e), qui le fait remonter à 13,7% en 1997. Après un palier à 11% jusqu’en 2008, il diminue environ de 0,5% par an depuis cette date [7].

Pour tenter de rendre compte de la relative stabilité du latin sur cette période autour de 10%,  il faut prendre en compte la population des familles intéressées à le faire étudier par leurs enfants : ce sont des familles aisées qui ont fréquenté l’enseignement secondaire avant la massification de l’enseignement. Cette prise en compte de la position sociale élevée de ces familles permet d’expliquer la stabilité des latinistes  comme j’ai essayé de le montrer dans un billet précédent : Un demi-siècle de Statistiques du Ministère sur l’enseignement du latin (et du grec).

L’enseignement privé et le latin aujourd’hui

En 2022 pour le second degré, le public représente 79% des effectifs, le privé 21% [8] c’est-à-dire des proportions du même ordre de grandeur que la situation repérée à Aix et Dijon en 1936 (22,8%). Le privé est actuellement régi par la loi Debré de 1959 : dans le second degré il est sous contrat d’association où il doit respecter les règles de l’enseignement public en ce qui concerne les horaires et les méthodes tout en conservant son caractère propre [9].

Pour ce qui est de l’enseignement du latin, une question que je me suis posée est celle de son caractère réellement optionnel en 5e. Une insistance sur l’obligation permettant peut-être d’expliquer un lien entre choix du latin et privé.
On sait qu’actuellement l’option latin en 5e « a vocation » à être poursuivie les années suivantes, terme qui doit être compris au sens juridique du terme : il s’agit d’un vœu et non d’une obligation.

Une série d’entretiens menés auprès d’enseignantes et enseignants de latin (que je remercie ici) dans l’enseignement privé catholique, permet d’observer une diversité de comportements sur la question de l’obligation. Dans la dizaine d’établissements évoqués (d’une grande diversité géographique), on repère toutes les situations suivantes :
1) obligation de faire du latin de la 5e à la 3e (quand un lycée suit, jusqu’à la seconde, mais pas après). On note que cette manière de faire n’est pas propice au travail des élèves quand ceux-ci veulent abandonner ;
2) obligation de faire du latin de la 5e à la 3e mais acceptation d’abandon si elle est ratifiée par l’enseignant ;
3) obligation de faire du latin en 5e; puis liberté ensuite. C’est le cas d’un collège en REP ;
4) recrutement de la 5e par passage en 6e pour motiver les élèves avec la perspective d’évènements ou de voyages ultérieurs puis abandon possible à la demande des familles.  Dans un collège, une animation locale avec spectacle antique est présentée à tous les élèves tous les deux ans et se révèle particulièrement efficace pour le recrutement des latinistes.

Si on constate donc dans certains cas que les règles de l’enseignement public ne sont que plus ou moins suivies, il n’en est pas de même quant à l’effet du caractère propre : dans tous les cas, il apparait que le choix du latin n’est pas lié à un motif religieux mais souvent au désir de présenter une option qui attirera les familles  (sauf dans le cas du privé catholique hors contrat qui favorise la liturgie en latin).

D’une manière générale, les familles souhaitent trouver dans le privé un enseignement de meilleure qualité que dans le public et les passages du public au privé (et réciproquement) sont nombreux pour cette raison [10].

Pour éclairer la situation, reprenons le graphique d’évolution du pourcentage de latinistes sur l’ensemble du secondaire mais en distinguant les pourcentages du public de ceux du privé [11] :
On est frappé par la grande ressemblance des deux courbes d’évolution (confirmée par un coefficient de corrélation de 0,90 entre les deux distributions d’effectifs). Même remontée de 1976 à 1987-1988, même chute ensuite jusqu’à la réforme Bayrou de 1996 qui fait remonter les effectifs par l’introduction de latinistes en 5e ; même diminution ensuite jusqu’à 2022 avec l’accident du Covid qui a empêché les campagnes de recrutement en 6e. On remarque cependant une légère supériorité du privé pour les maximums de 1988, 1996 et 2008 où le privé dépasse l’augmentation du public de quelques points.

Ce parallélisme manifeste que ces évolutions sont :
–  indépendantes de la croissance numérique de l’enseignement secondaire sur 50 ans : 11,6% (public 9,4%, privé 19,7%) ;
– indépendantes des évolutions des origines sociales du public et du privé dont voici l’évolution (uniquement disponible à partir de 2002 dans les sources). [12]
(cliquer su l’image pour l’agrandir)

On constate en effet une stabilité plus grande dans le public que dans le privé où l’origine très favorisée a augmenté de 12% et l’origine défavorisée a diminué de 8%.

Or, malgré ces évolutions, les pourcentages du choix du latin ont décru pour le public et le privé de manière parallèle, ce qui signifie que les familles faisant le choix du latin, ont évolué de la même manière, ont un comportement homogène du fait de leurs caractéristiques particulières.

Est-ce que ce sont les mêmes catégories supérieures qui évoluent d’une manière identique dans le public et le privé ? La réponse est difficile à donner car les statistiques du ministère qui croisent le choix du latin et l’origine sociale, le font public et privé confondu et avec un taux de non-réponse de 41% ce qui rend la comparaison difficile avec l’origine sociale du public et du privé dont nous avons rendu compte des évolutions plus haut.

Conclusion

En tenant compte des avis des enseignants du privé catholique sur l’attitude des parents et compte tenu du fait que les chefs d’établissement tentent d’attirer cette population de parents par la présence de l’option latin,  on peut résumer la situation en disant que tant dans le public que dans le privé, c’est une même population qui fait le choix du latin et qui évolue par rapport à ce choix d’une manière analogue.

Voici comment les enseignants de latin du privé décrivent cette population :
–  pour les classes favorisées :  pratique traditionnelle du latin dans  la famille (catholique ou non) : « faire ses humanités » étant considéré comme une ouverture culturelle, une formation intellectuelle, ou simplement un « capital culturel » assumé et à transmettre ; un enrichissement culturel pour une meilleure compréhension du français ;
– pour les autres : souhait que l’enfant soit dans une « bonne classe » (choix illusoire d’ailleurs car les latinistes proviennent de classes différentes) ; désir d’ascension sociale par le latin.

C’est également à une description analogue qu’arrivent les enseignants du public me semble-t-il : il existe un public spécifique de familles pour qui le latin est important et qui choisissent les établissements où cette option est offerte. Ces familles sont plutôt de classes supérieures mais se rencontrent aussi chez d’autres moins favorisées mais qui ont un désir d’ascension sociale.

***

Concluons sur l’ensemble des trois derniers billets : notons d’abord que l’hypothèse émise dans le premier billet sur la question [13], que les options dont le latin « sont pour l’école publique, (…) une garantie de pouvoir maintenir une offre de formation suffisante face à certains établissements privés » se trouve vérifiée par l’existence de ce groupe de familles qui veulent du latin et dont les chefs d’établissements du privé catholique tiennent le plus grand compte.

Ce qui est commun aux trois périodes : ère du « bon Rollin », (du milieu du 18e au milieu du 19e siècle)  ; enseignement privé, de la loi Falloux à la réforme de 1902 du baccalauréat ; 20e et 21e siècle, c’est que le choix du latin ne se fait pas pour des raisons religieuses, mais pour des raisons de deux sortes :

– un sentiment que le latin est un apprentissage indispensable de la rigueur, un éclairage indispensable de la langue française, une exigence d’une bonne éducation ;
– la deuxième raison est davantage liée à l’idée de compréhension de la nature historique de notre société où l’on ne peut la comprendre en profondeur que si l’on dispose d’une connaissance du passé. C’est indispensable pour comprendre notre cadre de vie et ses monuments, l’art, le droit, la réflexion philosophique et politique.


Même si le choix du latin ne se fait pas pour des raisons religieuses, on retiendra cependant que la religion chrétienne, née dans l’Antiquité, fait que la connaissance de cette période semble toute naturelle pour une famille chrétienne, ce qui la conduira plus facilement à faire étudier la langue des Pères latins que furent Ambroise,  Jérôme et Augustin.

PS du 1er juillet 2024 : vous trouverez en page Actualités un extrait de La Source d’infos, journal de l’École La Source, institution privée sous contrat mais non confessionnelle qui se situe dans la mouvance de l’École nouvelle, mouvement pédagogique toujours actif. Émilie Fischer, professeure de latin, nous y fait un compte-rendu de ses activités et donne la parole à ses élèves : le “fluctuat nec mergitur” du titre manifeste cependant la difficulté constante de maintenir à flot cet enseignement.

  1. Source : JO du 2 juin 1902, p. 3776 et suivantes, en ligne []
  2. Source : Baccalauréat de l’enseignement secondaire, Statistique des épreuves, 1904-1913, Archives nationales F/17/*/2431. Certains chiffres absents ont été suppléés par interpolation []
  3. Source, décret du 6 aout 1927, JO du 12 aout, en ligne []
  4. Source : Archives nationales  63AJ/127 []
  5. Source : Le baccalauréat, repères historiques, in Le baccalauréat 2007, Ministère de l’éducation nationale, juin 2007, p. 60 []
  6. Sources, Tableaux de l’éducation nationale de 1972 à 1982, puis Repères et Références Statistiques de 1984 à 2023 []
  7. Cf. sur ce site, Rentrée 2023 []
  8. Source, RERS 2023, p.87 []
  9. Bruno Doucet, L’enseignement privé en France, Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? »,2012,  p.52 []
  10. Cf. par exemple : François Héran. « École publique, école privée : qui peut choisir ? », Economie et statistique, n°293, Mars 1996, p. 17-39, en ligne []
  11. les sources sont les mêmes que précédemment []
  12. Catégories employées : il s’agit d’un regroupement des professions et catégories socioprofessionnelles en quatre postes:
    1 – très favorisée : chefs d’entreprise de dix salariés ou plus, cadres et professions intellectuelles supérieures, instituteurs, professeurs des écoles ;
    2 – favorisée : professions intermédiaires (sauf instituteurs et professeurs des écoles), retraités cadres et des professions intermédiaires ;
    3 – moyenne : agriculteurs exploitants, artisans et commerçants (et retraités correspondants), employés ;
    4 – défavorisée : ouvriers, retraités ouvriers et employés, inactifs (chômeurs n’ayant jamais travaillé, personnes sans activité professionnelle).
    Source : RERS 2023, p. 407 []
  13. Des Collèges d’avant la Révolution aux lycées : la cristallisation du lien entre latin et éducation religieuse []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Philippe Cibois (21 juin 2024). Le latin dans le public et le privé : de la réforme de 1902 à aujourd’hui. La question du latin. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11v8w


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.