Du mot-à-mot à l’indentation

On trouvera sur le site des Lettres classiques de l’académie de Caen, un recensement dû à Sébastien Fonlupt, des différentes aides qui peuvent être fournies pour aider à lire un texte latin au collège [1] et il y évoque la possibilité de la traduction juxtalinéaire qui consiste à mettre en regard d’un texte latin sa traduction, y compris en modifiant l’ordre des mots et en traduisant mot-à-mot.

Le « mot-à-mot » est aujourd’hui invalidé au point de vue pédagogique mais il y a eu au 19e siècle de nombreuses éditions scolaires qui le pratiquait [2]

Prenons par exemple, venant du site de Gérard Gréco la reproduction de la première catilinaire :

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

A gauche, on trouve le texte latin et sa traduction, à droite, côte à côte, donc en juxtalinéaire, ce que l’on qualifie aujourd’hui d’erreur pédagogique (redoublée), l’ordre latin modifié « iste furor tuus » et un mot-à-mot qui s’apparente à un charabia « cette fureur tienne ».

En effet, changer l’ordre des mots latins, c’est renoncer à faire comprendre la phrase latine et, écrire un mauvais français, c’est s’autoriser à faire un geste contre nature puisque le but d’une langue, c’est la communication. On notera d’ailleurs que cette pratique du charabia est restée vivace auprès des élèves, héritage probable d’une tradition de mot-à-mot transmise de générations en générations. Il faut donc renoncer à cette pratique du juxtalinéaire.

Mais il faut cependant réfléchir sur les raisons de sa diffusion : si elle a été si longtemps pratiquée, c’est qu’elle était une étape intermédiaire qui mettait en relief, dans l’optique de la logique de langue française, la structure de la phrase latine.

Reprenons les différentes phrases :

Quousque tandem abutere, Catilina, patientia nostra?
Jusques à quand, Catilina, abuseras-tu de notre patience ?

Si l’ordre des mots n’est pas tout à fait le même, on ne voit pas pourquoi il serait nécessaire, sur une si courte séquence, de prendre en compte un ordre différent de l’ordre d’origine.

quamdiu etiam furor iste tuus nos eludet?
Combien de temps encore cette fureur [qui est la] tienne esquivera-t-elle [nos coups]
quem ad finem sese effrenata iactabit audacia?
jusqu’où s’emportera [ton] audace sans frein ?

Sans faire un mot-à-mot fautif, on peut montrer par des incises entre crochets des éléments sous-jacents au texte latin qui l’explicitent.

Par contre, dans la phrase suivante il est possible, sans modifier l’ordre des mots latins, de mettre en rapport le début et la fin de la phrase et de mettre en parallèle les parties intermédiaires.

Nihilne te nocturnum praesidium Palati, nihil urbis vigiliae, nihil timor populi, nihil concursus bonorum omnium, nihil hic munitissimus habendi senatus locus, nihil horum ora voltusque moverunt.

Pour cela, la technique que j’utilise consiste à décaler sur la droite ce qui est logiquement dépendant de ce qui est sur la gauche, et de mettre à l’aplomb ce qui appartient au même niveau logique :

Nihilne te
_____nocturnum praesidium Palati,
_____nihil urbis vigiliae,
_____nihil timor populi,
_____nihil concursus bonorum omnium,
_____nihil hic munitissimus habendi senatus locus,
_____nihil horum ora vultusque
moverunt?

Rien ne peut-il t’ébranler, ni la garde nocturne du Palatin, ni les vigiles urbains, ni la crainte du peuple, ni la réunion de tous les meilleurs [citoyens], ni ce lieu surprotégé où le sénat doit se tenir, ni les visages et les expressions de ceux-ci?

Avec cette présentation indentée [3], on respecte l’ordre de la phrase latine en lisant de haut en bas en ignorant les indentations, mais aussi la logique de la phrase française en prenant en compte ce qui est le plus à gauche, également de haut en bas, rendu par le « Rien ne peut-il t’ébranler », suivi par ce qui est décalé à droite, en respectant l’ordre de haut en bas « ni la garde etc. ».

Sur une phrase finalement assez simple dans sa structure très répétitive, le gain semble mince, mais l’avantage de cette présentation indentée est qu’elle peut n’être mise en œuvre que si le besoin apparait, la traduction interlinéaire (et non juxtalinéaire) étant suffisante dans beaucoup de cas.

J’ai utilisé cette technique pour la première fois [4] dans ce carnet à propos de la fameuse lettre de Pétrarque racontant son ascension du mont Ventoux. Il s’agit d’une prose d’apparat tout à fait classique qui n’est pas simple à prendre en compte sans ce biais.

_____Altissimum regionis montem
_____le mont le plus haut de la région
_____quem merito Ventosum vocant
_____qu’ils appellent avec raison Venteux
hodierno die
au jour d’aujourd’hui
_____sola videndi insignem loci altitudinem cupiditate ductus
_____conduit par le seul désir de voir la hauteur singulière du lieu
ascendi
J’ai escaladé

Il y a deux niveaux logiques : d’abord celui de la temporalité (hodierno die) et du verbe (ascendi)  qui doivent être lus en premier lieu; le reste étant des compléments divers qui forment un deuxième niveau.

On pourrait dire qu’avec une telle présentation, où l’ordre logique est mis en valeur, où le vocabulaire est explicité, il n’y a plus rien à faire, le travail de recherche est mâché, qu’il n’est plus nécessaire de se demander comment la phrase latine fonctionne puisque sa structure logique est plaquée artificiellement sur celle du français.

C’est peut-être exact, mais ce qui fait l’intérêt d’une telle présentation est qu’elle rend accessible des textes en ne gommant pas la structure de la langue latine, comme le fait une traduction française, qui peut s’en affranchir. Face à une telle présentation, le lecteur débutant peut rapidement se confronter à la phrase latine en étant guidé dans sa recherche et il peut saisir ainsi l’intérêt du texte, son sens. Puisque le principe de toute pédagogie est de procéder par étape, cette présentation indentée est efficace et respectueuse de la phrase latine car tournée vers sa compréhension.

Avec les textes poétiques, les indentations plus nombreuses manifestent bien la complexité de la phrase. Soit le début de la première Géorgique :

Quid faciat lætas segetes, quo sidere terram
Vertere, Mæcenas, ulmisque adjungere vites
Conveniat ; quæ cura boum, qui cultus habendo
Sit pecori, atque apibus quanta experientia parcis,
Hinc canere incipiam.

_____Quid faciat lætas segetes
_____ce qui fait de plaisantes moissons,
_____quo sidere
_____sous quel astre
__________terram Vertere, Mæcenas
__________ de retourner la terre, Mécène
__________ulmisque adjungere vites
__________d’attacher les vignes et les ormeaux
_____Conveniat
_____il convient ;
__________quæ cura boum,
__________quel soin des bœufs
__________qui cultus
__________quelle culture
_______________habendo
_______________pour avoir
__________Sit
__________faut-il
_______________pecori
_______________un troupeau
_______________atque
_______________et
____________________apibus
____________________pour des abeilles
_______________quanta experientia
_______________et quelle expérience
____________________parcis
____________________économes
Hinc canere incipiam
Maintenant je vais chanter

Soit en reprenant la traduction en continu en coloriant les différents niveaux de l’indentation :

Maintenant je vais chanter ce qui fait de plaisantes moissons, sous quel astre il convient de retourner la terre, Mécène, d’attacher les vignes et les ormeaux, quel soin des bœufs, quelle culture faut-il pour avoir un troupeau et quelle expérience pour des abeilles économes.

Née d’une manière très empirique, l’indentation associée à la traduction interlinéaire me semble désormais un outil exploitable pour permettre à des débutants d’avoir accès à des textes non seulement authentiques mais culturellement significatifs.

Le prochain billet paraitra le vendredi 2 septembre.


[1] Sébastien Fonlupt, Lire un texte latin au collège.
[2] cf les sites de Thierry Liotard (ici et ici) qui les met à disposition, ainsi que celui de Gérard Greco
[3] le terme vient de la programmation informatique où elle est utilisée pour faire en sorte qu’on voie immédiatement la structure logique d’un programme.
[4] Les indentations ont été utilisées dans les billets suivants (en ordre chronologique) :
à propos du texte de Pétrarque,  d’un texte d’Abélard, de Sénèque, de Tite-Live, de la Vie de Charlemagne d’Eginhard, d’une lettre de Cicéron à César, de Caton l’Ancien, d’une phrase de Quintilien, d’un texte de Paul aux corinthiens, du De officiis de Cicéron, de Frontin, de Cicéron De la nature des dieux, d’un  Adage d’Erasme.
La technique, rudimentaire au début, semble se stabiliser en complément de la traduction interlinéaire que j’emploie désormais systématiquement.


4 réflexions au sujet de « Du mot-à-mot à l’indentation »

  1. Bonjour,

    Merci de faire référence à mon site de republication de juxtalinéaires.

    Je trouve très séduisante votre proposition d’indentation (je préfère le mot traditionnel de renfoncement, consulter les ouvrages de typographie du XIXe siècle par exemple) des textes latins. C’est une méthode encore plus perfectionnée que la traduction juxtalinéaire puisqu’elle donne à voir la structure de la phrase latine, ce que laisse seulement deviner la traduction juxtalinéaire.

    Cela dit, je crois qu’il ne faut pas rejeter sous couleur de jugements pédagogiques déjà anciens (fondés sur quelles études ?) ces précieuses aides que sont les traductions juxtalinéaires. Elles sont très adaptées en tous cas aux latinistes déjà formés.

    Pourquoi ne pas essayer votre méthode en grand sur tout ou partie des Bucoliques par exemple ? au bénéfice des élèves. Je pourrais mettre en page votre travail sur le modèle des juxtalinéaires…

    Cordialement,

    G.G.

  2. « …c’est s’autoriser à faire un geste contre nature puisque le but d’une langue, c’est la communication. On notera d’ailleurs que cette pratique du charabia est restée vivace auprès des élèves, héritage probable d’une tradition de mot-à-mot transmise de générations en générations. Il faut donc renoncer à cette pratique du juxtalinéaire. »

    En quoi la pratique du mot-à-mot serait-elle contraire à la fonction de communication, puisqu’elle communique précisément la clef du texte, à charge pour l’élève d’en recomposer la structure dans son esprit? Vous notez justement qu’elle est restée vivace et constitue une tradition. C’est qu’elle rend des services. La conclusion, qu’il faudrait y renoncer, est incompréhensible.
    “Le « mot-à-mot » est aujourd’hui invalidé au point de vue pédagogique mais il y a eu au 19e siècle de nombreuses éditions scolaires qui le pratiquaient.”

    Les juxtalinéaires ne furent jamais qu’un moyen commode, redoublant (ou remplaçant) la parole du maître, de détricoter la phrase latine. Il n’était évidemment pas question de la laisser en l’état, ni de se borner à ce mot-à-mot “barbare”, mais de préparer la lecture de la phrase en forme, maille à maille.

    La présentation sous une forme “indentée” est au moins aussi ancienne, mais elle est plus difficile à mettre en page et surtout ne convient pas aux structures syntaxiques complexes des périodes à éléments enchâssés.

    Dire que le mot-à-mot est invalidé “au point de vue pédagogique” est absurde. Qui s’imagine en faire le seul moyen d’enseigner la phrase latine? Qui prétend se l’interdire partout? Dire qu’il faudrait l’abandonner relève du dogmatisme.

    Que le résultat d’une traduction “verbum pro verbo” soit un étrange charabia où la syntaxe française est violentée démontre avec éclat, aux yeux des élèves, que la structure des deux langues est hétérogène.

    Du reste, le meilleur moyen d’enseigner le latin n’est pas de passer par le français, mais la méthode excellente du professeur Orberg est non grata apud inspectores.

    1. Merci pour votre commentaire (et pour une proposition de correction orthographique que j’ai prise en compte) : j’ai rassemblé vos deux commentaires du même billet en un seul.
      Sur le fond : le danger du mot-à-mot n’est pas à l’oral, mais à l’écrit car, pour respecter une langue, il faut l’écrire d’une manière correcte.
      A propos des retraits (que j’appelais à cette époque « indentation » en souvenir de la programmation informatique et que maintenant je baptise « sous-titrage avec retrait », ce qui plus compréhensible), on peut tout à fait rendre compte de structures syntaxiques complètes : voir par exemple l’exemple http://enseignement-latin.hypotheses.org/6648 pour l’Énéide.

      1. Merci pour la mise en forme de mes commentaires. S’agissant de structures syntaxiques complexes, je ne pensais pas à l’Enéide. La difficulté qu’elle présente (et la poésie en général) n’est pas à proprement parler d’ordre syntaxique : les phrases, une fois « redressées (versibus solutis), y sont pour la plupart d’une assez grande simplicité et l’hypotaxe relativement rare. Elle tient plutôt au vocabulaire spécifiquement poétique, aux tours inusités dans la prose, à une certaine densité d’expression et à la liberté avec laquelle sont disposés les mots, régime et recteur étant très souvent séparés.

        En revanche, le style périodique, celui du Cicéron des discours, se caractérise par un enchevêtrement syntaxique souvent extrême, un enchâssement des syntagmes et des niveaux de subordination tel qu’un latiniste non entraîné ne peut qu’à grand peine y démêler et suivre le fil de la phrase et que le mot-à-mot, même à l’écrit, demeure un moyen commode pour donner un schéma clair de la construction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *