La sténographie en latin : les notes tironiennes

Notarius en latin a les deux sens de secrétaire et de sténographe : ce dernier est celui qui prend des « notes », c’est-à-dire qui enregistre des signes qui permettent de noter intégralement les paroles dites par exemple lors d’un discours au sénat ou d’une plaidoirie dans un procès.

Cicéron utilisait ce système : dans une lettre à Atticus (13, 32), il pense que son correspondant a mal compris ce qu’il lui demandait, quia δια σημείϖν scripseram, « parce j’avais écrit « en signes » », c’est-à-dire qu’il avait utilisé des signes sténographiques non pour aller plus vite, mais à des fins de confidentialité. Comme son secrétaire, l’affranchi Tiron était un collaborateur fidèle et efficace, au 4e siècle on lui a attribué l’invention de ces signes ou notae [1].

On n’a pas de traces de notes tironiennes datant de l’antiquité mais elles furent utilisés jusqu’au 10e siècle : en voici un exemple tiré d’un article de Denis Muzerelle qui a été ma source principale pour le présent billet [2] :

Il s’agit du début des versets 3 et 4 du psaume 59 : en nous aidant d’un écrit d’Emile Chatelain de 1900 qui donne les principes du déchiffrement des notes tironiennes [3], essayons d’en comprendre le principe.

Fonctionnement des notes tironiennes

D’une manière générale, on distingue deux parties pour la représentation de chaque mot. Il y a d’abord le radical initial suivi ou non de la charpente des consonnes du mot puis, en plus petit, la terminaison finale dont voici précisément quelques exemples : 

on remarquera pour les terminaisons –isti et –asti que l’opposition entre les voyelles a et i se fait uniquement par une différence d’orientation du trait.

On reconnait la même racine De dans Deus et destruxisti : bien qu’elle soit de plus grande taille dans le premier mot du verset.

De même le signe T se trouve représenté de façon analogue soit dans un radical (et, terram, destruxisti), soit dans une terminaison (is-ti, as-ti) :

ce qui manifeste que :
– dans destruxisti, les seuls sons notés sont De + T + Sti
– dans terram, les seuls sons notés sont T + am.

Cette réduction des mots à un squelette consonantique, avec en plus petit et à part une terminaison, est spécifique de toute notation sténographique pour des raisons fonctionnelles : on peut penser que cela suffira pour reconnaitre le mot.

On a le même phénomène pour commovisti et conturbasti où au radical initial Con s’ajoute un autre radical Mo (ou une ébauche de lettre t) et la terminaison :

|

|

|

|

Restent les mots suivants que l’on donne avec leur interprétation : repulisti, nos, eam, sana.

|

|

|

|

|

|

|

|

|

|

Nous pouvons maintenant comprendre la transcription paléographique de Denis Muzerelle dans son ensemble :

Mais une question se pose : pourquoi noter un psaume en sténographie ? Examinons donc les types d’écrits retrouvés en notes tironiennes.

Les écrits en notes tironiennes

L’usage antique de la sténographie ne fait aucun doute comme l’atteste par exemple ce texte de Plutarque qui, dans la vie de Caton d’Utique (Caton Le Jeune, XXIII), signale qu’un discours contre César à propos de Catilina, fut « le seul discours de Caton qui ait été conservé, dit-on. Le consul Cicéron avait fait enseigner aux plus rapides des secrétaires des signes qui équivalaient, sous une forme courte et brève, à de nombreuses lettres (…). A cette époque, on ne formait et on n’employait pas encore ceux qu’on appelle sténographes (σημειογράφους) ; c’est à cette occasion, dit-on, qu’on en trouve trace pour la première fois. [4]

Un autre indice, plus sûr que la seule tradition postérieure, est la présence dans d’amples recueils de notes tironiennes du 8e siècle de termes utilisés par les Romains soit en politique, soit en droit, termes qui n’étaient plus d’aucune utilité à l’époque mais qui manifeste la récupération de manuels romains anciens. Comme le remarque Denis Muzerelle  « quelques chapitres transmettent un formulaire qui parait directement sorti d’un manuel d’administration romaine, et qui dégage un réel parfum d’authenticité. Très convaincants aussi sont les premiers chapitres, qui fournissent un vocabulaire élémentaire et exposent méthodiquement — par l’exemple — la façon de noter des déclinaisons : ce sont visiblement les témoins de l’existence de manuels d’apprentissage. D’après les répétitions et les redondances qu’on constate, on a sans doute affaire à la juxtaposition d’éléments transmis par des sources indépendantes. »  [5].

Ces recueils, fruits de la renaissance carolingiennes, recensent 12000 signes et semblent destinés plutôt à la production d’écrits en notes tironiennes qu’à leur lecture. Plusieurs psautiers complets ont été conservés et ce choix « n’est évidemment pas un hasard : une longue tradition en fait le manuel habituel pour l’apprentissage de la lecture. Ainsi, le but de l’opération était sans doute à la fois de fournir un manuel d’initiation à la lecture des notes (à partir d’un texte déjà connu par cœur), et d’établir un modèle officiel de cette écriture. »[6].

Enfin, on retrouve des notes tironiennes dans de nombreux documents mais elles ont un autre rôle : elles permettent à ceux qui travaillent sur des textes de mettre des commentaires, des gloses, des indications de recopie, sans risquer qu’elles soient prises pour le texte lui-même. On assiste ainsi à la création d’un deuxième niveau de lecture du texte, réservé aux experts. De telle notes sont encore utilisées jusqu’au commencement du 11e siècle [7].


Postface au billet Lingua franca

Dans ce billet était étudiée la turquerie du Bourgeois Gentilhomme et il y était montré que le mufti parlait précisément en lingua franca de la méditerranée de l’époque. Mais il s’avère que pour les turcs, ce n’est pas la même chose : on trouvera dans ce billet un commentaire d’un correspondant qui fait remarquer que «  ioc me semble venir du turc “yok”, qui signifierait quelque chose comme “il n’y a pas”, mais est utilisé au quotidien comme négation.  ». Sans être pour le moins turcophone, on peut confier le travail de traduction à google qui confirme :

On remarquera que la question est posée en anglais car c’est la langue pivot de google. Si on la pose en français, il traduit d’abord en anglais, puis retraduit en turc, ce qui n’est pas bon pour la précision du résultat.

Donc, les turcs de Molière parlent turc et non lingua franca (ce qui finalement est assez naturel et manifeste, comme notre correspondant le remarque que « Molière avait bien étudié sa lingua franca…) ». Qu’en est-il alors de leur autre intervention où, à la demande du mufti de savoir si Mr Jourdain sera un bon turc, ils répondent : « Hey valla. Hey valla. »

Plusieurs essais avec google n’ayant donné aucun résultat, peut-être y a-t-il parmi les lecteurs de ce billet des personnes ayant des turcophones dans leur entourage  qui pourraient lever cette interrogation (des élèves par exemple).

[réponse ultérieure dans la version mise à jour du billet sur la  Lingua franca]

Le prochain billet sera mis en ligne le 29 avril

  1. Article « notes tironiennes » du Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, t. XII, 2, 1936, col. 1669-1708 []
  2. Denis Muzerelle , « Aperçu sommaire (et perspectives nouvelles) sur les notes tironiennes », dans Écritures abrégées (notes, notules, messages, codes…) : l’abréviation entre pratiques spontanées, codifications, modernité et histoire, N. ANDRIEUXREY,S. BRANCA-ROSOFF, C. PUECH, dir., Paris – Gap, Ophrys, 2004 (Bibliothèque de ‘Faits de langues’), p. 191-210. Version abrégée disponible en ligne []
  3. Émile Chatelain, Introduction à la lecture des notes tironiennes, Paris, 1900 []
  4. Plutarque, Vies parallèles, François Hartog (dir.), Quarto-Gallimard, 2001, p. 1406 []
  5. Muzerelle []
  6. Muzerelle []
  7. Article « notes tironiennes » du Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, t. XII, 2, 1936, col. 1673 []

2 réflexions sur « La sténographie en latin : les notes tironiennes »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *