Sans le latin…

Sous le titre du livre ci-contre, les trois ronds avec des visages sont en réalité des points de suspension. Ils sont importants, car ils évoquent une suite, non imprimable sur une couverture, mais avouée dans le texte, « sans le latin, la messe nous emmerde », comme le chantait Brassens en 1976 peu après le Concile de Vatican 2 qui autorisait la messe en français.  «Sans le latin, plus de mystère magique » disait ce réputé agnostique qui selon un auteur récent gardait « une certaine nostalgie catholique » de son enfance [1].

Cette invocation au « pornographe du phonographe » des années 50 se veut une transgression mais relève plutôt de l’effet de génération car si Brassens n’est plus beaucoup entendu aujourd’hui, c’est bien que sa forme littéraire très élaborée n’est plus adaptée aux générations actuelles. C’est d’ailleurs la perte du patrimoine littéraire qui motive l’association qui est à l’origine du présent ouvrage : l’Association le Latin dans les littératures européennes (ALLE) et qui se donne le but suivant :

« promouvoir la reconnaissance du latin comme lien constitutif avec le français et sa littérature ainsi que la part évidente et forte qu’il tient, à titre de substrat commun et nourricier, dans le patrimoine des littératures européennes.
L’ALLE se propose d’atteindre ces objectifs essentiellement par l’organisation de conférences – au Lycée Henri IV et ailleurs – émanant de personnalités du champ littéraire entendu au sens le plus large : littérature de fiction, théâtre et poésie, histoire, philosophie, droit, sciences. »

Ce livre se présente comme le fruit du travail de l’ALLE puisque les trois quarts du livre sont issus des conférences organisées par l’association et le quart restant présente les positions des responsables. Les conférenciers, « personnalités du champ littéraire »  apportant ainsi leur soutien aux thèses de l’association.

Les conférences

John Scheid, professeur au Collège de France, résume sa pensée sur les dieux des Romains  [2], mais ne cherche pas à intervenir sur la question du rôle du latin dans la littérature. D’autres montrent l’importance du latin dans une œuvre littéraire comme Jean Carnavaggio (L’humanisme de Cervantès), Yves Hersant (Le rôle du latin dans la Renaissance italienne) ou Romain Vignest (Victor Hugo, latiniste et poète).

Michael Edwards montre comment le latin et l’anglais peuvent se juxtaposer dans la poésie en vieil anglais mais surtout comment les racines latines et les racines germaniques forment dans le vocabulaire actuel deux fonds, le germanique lié au familier et au quotidien, le latin plus lié à la pensée spéculative. Le nom du pays en est un bon exemple : The United Kingdom où le kingdom vient du germanique et exprime la matérialité du royaume tandis que united, issu du latin, manifeste l’opération intellectuelle qui l’a créé.

« Le jeu du latin tranche sur le germanique. Passer du germanique au latin, c’est un peu comme lorsqu’on passe, dans le théâtre de Shakespeare, de la prose au vers. Le vers n’est pas supérieur, mais, par sa parole plus évidemment ouvragée et formée, il donne l’impression de nous introduire dans un monde plus rare. En revenant vers la prose, on a le sentiment de retrouver le monde ordinaire, enrichi par la mémoire de ce voyage dans l’extraordinaire. » (p. 133)

Jacques Le Rider commente un vers de Virgile cité par Freud (vers très cité à l’époque) et qui révèle le sens profond de la démarche psychanalytique. Il s’agit de l’épisode où Junon s’oppose en vain aux desseins de Jupiter et elle s’emporte :

_____Flectere
_____fléchir
si nequeo
Si je ne peux pas
_____superos
_____les dieux d’en haut
_____Acheronta movebo
_____je mettrai en branle  l’Achéron [les forces infernales] (Énéide, VII, v.312)

Freud qui utilise ce vers dans l’Interprétation des rêves, veut indiquer que pour comprendre un rêve, il ne faut pas chercher à utiliser l’intelligence (les dieux d’en haut) mais s’en référer à l’inconscient souterrain.

Waldemar Turek montre à propos des documents pontificaux comment la Curie romaine, depuis Damase dont saint Jérôme a été le secrétaire, a eu, et a encore,  le souci d’un latin de qualité, en particulier par l’utilisation des clausules métriques (le rythme des deux derniers mots d’une phrase) qui le différencient du latin scolastique.

Jackie Pigeaud, en tant que spécialiste de la médecine antique fait part de l’extrême richesse des textes de la pensée médicale rassemblés au 17e et 18e siècle. Comme ils sont en latin, car cette langue permettait les échanges scientifiques à l’échelle de toute l’Europe, ils sont peu étudiés ou mal compris. Il est donc fondamental de pouvoir les lire en latin afin de comprendre correctement le vocabulaire et les cadres d’interprétation de la science et de la médecine de cette époque.

Pierre Manent se pose la question du statut de notre sphère d’action : des cités grecques à la Rome impériale, la réponse à cette question a fait l’objet d’une philosophie politique initiée par les grecs, reprise par Cicéron. Cette évolution est un cadre de pensée qui peut nous servir encore à passer du cadre des nations (équivalents des cités grecques rivales) au cadre de l’empire qu’est, d’un manière douce, l’Europe.

Plusieurs auteurs manifestent l’apport de la connaissance du latin, soit pour eux-mêmes comme écrivain, soit pour des classiques de la littérature. Frédéric Boyer, dans sa traduction des Confessions de saint Augustin, nous montre comment il faut se déprendre de traductions convenues comme précisément ce mot de confession qui a pris depuis Augustin un sens de pénitence alors que le mot aveu, qu’il utilise, correspond mieux au sens originel de confessio fidei, c’est-à-dire de déclaration de croyance. De même Michel Deguy réfléchit sur la place du latin, dans sa propre poésie, dans sa manière d’écrire et y retrouve des strates latines : de par sa formation scolaire, de par sa formation catholique où le latin jouait un grand rôle.

Vincent Descombes et Denis Kambouchner se posent la question de savoir si le latin est une langue philosophique. Vincent Descombes évoque des questions de vocabulaire : il y a des mots qui ont du mal à être traduit d’une langue à l’autre comme energeia mal traduit par actus en latin, ou auctoritas n’ayant pas d’équivalent en grec. Denis Kambouchner, évoquant près de deux millénaires de philosophie en langue latine (jusqu’à Descartes, Hobbes, Spinoza et enfin Wolff) rappelle que la thèse selon laquelle la langue grecque serait par nature la langue philosophique est une thèse de la philosophie allemande qui veut, à partir du début du 19e siècle découvrir une connivence entre le génie grec et celui de l’Allemagne. Sa conclusion est que du fait de l’importance de ce corpus philosophique latin, il faut en garder la mémoire.

***

Avec Rémi Brague et François Hartog, les interventions changent de nature car ces deux auteurs ont tous deux publié des ouvrages sur le rapport que nous nouons avec l’antiquité et ils examinent cette question en cherchant à rendre compte de la situation présente et en examinant quelle position nous devons prendre aujourd’hui.

« la voie romaine »

 Dans sa conférence (car il intervient aussi comme préfacier), Rémi Brague traite de La voie romaine, allusion à son ouvrage bien connu [3]. Il engage une discussion à la manière des scolastiques pour ou contre le latin. Il rappelle les arguments classiques en faveur de l’apprentissage du latin :
– existence d’une littérature de qualité ;
– importance de la connaissance du latin pour la compréhension (et la transcription écrite) du français ;
– lien par le latin avec les langues romanes (et la partie d’origine latine de l’anglais) ;
– existence soulignée par Curtius[4] d’un fond commun des littératures européennes que sont les littératures classiques de la Grèce et de Rome ;
– le fait que le latin a été la langue des élites intellectuelles au Moyen Âge et celle de la science de la Renaissance au 18e siècle.

Mais il présente des objections :
– si Rome est notre histoire, nous sommes libres de fixer notre avenir : « notre histoire n’est pas notre code »  ;
– s’il y a une unité de la littérature européenne associée au latin, elle ne s’étend pas au-delà du 18e siècle ;
– nous avons une langue de communication internationale, c’est l’anglais ;
– le passé s’éloigne à grand pas : ne sommes-nous pas un « club d’anciens combattants ? ». Rechercher une meilleure maitrise du français alors qu’il est menacé par ses propres locuteurs n’est-ce pas faire fausse route ?
– l’antiquité vraiment intéressante, n’est-elle pas plutôt grecque que latine ?

Sa réponse se basera sur la démarche utilisée dans la voie romaine : se confronter aux anciens, ce n’est pas cheminer sans peine dans un parcours déjà fait, mais c’est acquérir de haute lutte des connaissances, car les anciens sont différents de nous. Refaire le parcours historique qui conduit jusqu’à nous aide à comprendre ce que nous sommes, différents des anciens : le latin « reste un modèle d’appropriation culturelle ».

Dans sa préface (Perdre son latin ?), Rémi Brague montre que l’ensemble des conférences manifeste l’influence profonde du latin pendant de nombreux siècles, il signale un point non (encore) traité : le droit [5]. Reste la question : allons-nous accepter de perdre notre latin ? Il faut y répondre par la négative car perdre son latin, c’est risquer de perdre une langue seconde, réflexive, mais aussi origine de nos langues naturelles.

« Anciens et modernes »

François Hartog, qui a déjà écrit de nombreux ouvrages sur la question du rapport aux Anciens[6], intitule sa conférence « Le double destin des études classiques ». En effet, jusqu’à avant la Révolution, la seule chose que l’on faisait sérieusement à l’adolescence, c’était d’étudier les classiques : on dirait aujourd’hui que c’était la seule discipline enseignée. Cependant, en utilisant ce terme de « discipline » on commet un anachronisme car les spécialisations académiques n’apparaissent qu’au 19e siècle, en Allemagne d’abord, puis dans toute l’Europe, où elles vont se substituer progressivement aux études classiques. L’étude « scientifique » des Anciens va donner d’abord naissance à la philologie qui va devenir en Allemagne la discipline reine avant que la situation actuelle, fragmentée, n’apparaisse.

Aujourd’hui, l’étude des Anciens est diverse : historiens, archéologues, hellénistes, épigraphistes, linguistes, philosophes, etc., se partagent le terrain et chaque discipline revendique son autonomie mais ne peut plus revendiquer de position dominante. Au nom de quelle prépondérance, sinon celle d’un passé révolu, une discipline pourrait-elle revendiquer une place spécifique dans l’enseignement ? Ceci vaut pour l’enseignement du latin dans le secondaire.

François Hartog cite à ce propos la conclusion du livre de Françoise Waquet, Le latin ou l’empire d’un signe, conclusion toujours refusée par les enseignants de latin  (dans Sans le latin…, un terme utilisé par Françoise Waquet est explicitement critiquée p. 41) :

« Réservons l’étude du latin aux professionnels de la culture humanistico-littéraire, que le latin devienne une spécialité dans la pleine dignité de ce terme. » Car « l’épuisement dont le latin mourut dans les années 1960 n’était point celui de la langue. Le latin a disparu parce qu’il ne voulait plus rien dire pour le monde contemporain. Tout ce qu’il avait incarné – une certaine idée de l’homme, une forme de distinction, un système de pouvoir, une visée universelle et au-delà une conception de la société, de son ordre, de ses normes – n’avait plus cours ou se disait autrement, et le  modèle hégémonique auquel il ressortissait était désormais victorieusement concurrencé » [7].

 François Hartog peut alors expliciter en quoi consiste le double destin des études classiques : ceux qui défendent les études classiques au nom de leur spécialité ont du mal à expliquer pourquoi ils faudrait plus de classicistes, alors que les spécialistes du sanscrit ou de l’akkadien pourraient en dire tout autant. S’ils insistent, c’est au nom d’une discipline reine du passé, déchue de son statut : « ils sont donc peu audibles, sauf auprès de ceux qui partagent déjà ce même état d’esprit », comme si « l’évidence du miracle grec avait toujours cours » (p. 359). Cependant, ajoute Hartog, on ne peut pas faire comme si le geste renaissant, cette perspective de renouvellement du présent par l’étude des Anciens n’avait pas eu lieu. Il se poursuit encore d’une certaine façon dans la réflexion contemporaine à propos du droit, de la politique, de l’art. De ce fait sa conclusion est qu’il faut assumer la responsabilité de la transmission d’un savoir pour qu’il n’y ait pas de coupure, de rupture irrémédiable :

« On ne peut faire que ce plus qu‘une discipline n’ait pas eu lieu, que les Anciens n’aient pas été placés longtemps par nous en position de vis-à-vis et l’objet d’une série de gestes inséparables de l’élaboration du projet moderne, jusqu’à ce qu’ils soient récusés, perdus de vue, remplacés par d’autres. Il s’agit d’archives, d’éditions, de musées et de bibliothèques, mais pas seulement. Nous n’avons pas à priver nos successeurs d’une ressource éventuelle : de la possibilité de la réitération d’un geste qui, s’il devait advenir n’en serait, pourtant, pas moins pleinement le leur. Encore convient-il de rendre ce geste possible : matériellement et intellectuellement, en leur indiquant des chemins possibles vers ce pays des Anciens ou , mieux, cet arrière-pays ».  Il ajoute que dans une société toute tournée vers le présent, il faut préserver une source intellectuelle de distanciation  qui permette de « relier différemment champ d’expérience et horizon  d’attente, tisser autrement passé, présent et futur. » (p. 381-382)

Sans le latin…

C’est le titre du livre, mais c’est aussi celui de l’intervention des responsables de l’Association ALLE qui en portent la responsabilité,  Cécilia Suzzoni et Hubert Aupetit : ils se font « fort de démontrer » que « ne pas apprendre le latin, c’est tout bonnement désapprendre le français ; organiser la disparition des filières qui permettaient de maintenir un bon noyau de langue et de culture latines chez les enfants de France, c’est organiser la disparition de la langue et de la culture françaises ». (p.10)

Ils commencent, en reprenant les travaux des divers conférenciers et en mobilisant de nombreux autres auteurs, par montrer combien le latin a marqué la littérature et la langue françaises, puis ils s’enquièrent des raisons de la disparition de l’enseignement du latin. De nombreux acteurs de cette disparition sont repérés :
– les adversaires du latin distinctif : Bourdieu en premier lieu,
– les représentants des lettres classiques : Françoise Waquet et son livre sont évoqués mais aussi des enseignants qui par exemple mettent en cause le latin au profit du grec (un texte de l’académie de Besançon est cité qui vise ceux qui dans les années 80 allaient créer la Cnarella),
– ceux qui, à l’intérieur du système éducatif, vont tenter de jouer une discipline contre l’autre en mettant en strict parallèle l’enseignement du latin et celui du grec, par exemple en n’exigeant plus qu’une épreuve d’une des deux langues à l’agrégation (alors que l’épreuve de latin a été supprimée au Capes de lettres modernes),
– ceux qui transforment l’étude des langues anciennes en une simple découverte de la culture antique,
– ceux qui renoncent à un enseignement précis de la morphologie du latin et qui, même au bac, n’exigent pas grand chose « pour ne pas dissuader les bonnes volontés » (p. 38).

En conclusion, les auteurs appellent à une réforme des études littéraires où le latin trouverait sa juste place. Ils pensent qu’il faut remettre en cause la perspective mal vue des théories littéraires et faire en sorte que la littérature ne soit pas considérée comme bonne seulement à fournir des sujets d’examen :

« Nous en appelons à une réforme en profondeur où le français, langue de culture, devra intégrer sa langue ancienne, l’histoire de sa langue, avec les œuvres afférentes les plus représentatives, dans un apprentissage raisonnable, à toutes les étapes de son parcours. (…) La prégnance linguistique et culturelle du latin, dans le tissu européen, est si forte qu’on ne saurait en aucun cas le réduire à telle ou telle image historique qu’on en donne. Aussi bien notre association s’est-elle montrée très attentive à promouvoir la défense du latin par des autorités intellectuelles représentant des disciplines et des courants de pensée divers ». (p. 45)

A la fin de l’ouvrage, sous forme de « faisons un rêve… », un ministre, conscient que le niveau baisse, est supposé procéder à la réforme de l’enseignement d’un français raisonné,  qui prend ses raisons auprès de toutes les disciplines (linguistique, sociologie, histoire, littérature).

« Le ministre impose alors un apprentissage des règles de base du français raisonné à l’école primaire, puis leur lent approfondissement au collège et au lycée, passant par l’étude POUR TOUS des bases du latin, de l’histoire de notre langue, de sa phonétique historique (dont tous les enseignants qui l’ont enseignée savent qu’elle régale tous les publics). (…) Notre ministre s’attaque ensuite à l’opposition artificielle et pernicieuse entre séries « scientifiques » et « littéraires ». Penser juste, c’est parler juste et réciproquement. Il n’y a aucune raison, dans l’enseignement général jusqu’à au baccalauréat, de considérer qu’on va fabriquer des forts en maths incultes, tout comme des lettreux allergiques aux chiffres. Le français raisonné sera donc enseigné à tous les élèves et à tous les niveaux jusqu’à la terminale incluse. Après vient le temps de se spécialiser. » (p. 397)

***

Que conclure de cet ouvrage ?

Comme on l’a vu, loin de l’unanimité d’un manifeste collectif  (comme voudrait le penser Jean Birnbaum dans sa critique du Monde des Livres du 4 mai 2012), on trouve dans Sans le latin… des avis divergents entre lesquels il faut faire un choix. Reconnaissons cependant qu’il y a unanimité sur le rôle capital qu’a joué le latin dans la littérature européenne et sur son importance pour la compréhension de notre présent. Ce point étant acquis, et tout ce que je fais dans le présent carnet de recherche allant tout à fait dans le sens de cette reconnaissance, du souci de maintenir la compréhension du latin,  je ne peux qu’y adhérer. Il faut bien voir que les avis divergent ensuite sur l’attitude à avoir en ce qui concerne l’enseignement du latin.

Le paradoxe de ce livre est qu’on y trouve la critique de ce que disent les responsables de l’association qui ont construit cet ouvrage. Cette critique de François Hartog me semble difficilement contestable : dans la mesure où la culture classique n’est plus le tout de l’enseignement, elle ne peut plus être qu’un élément disciplinaire qui ne peut jouer de sa prépondérance. La présentation du « rêve » final est bien de reconstituer pour l’enseignement du français l’unité et la domination qui était celle autrefois du latin puisqu’il s’agit de faire du français raisonné la filière unique. C’est présenté comme une utopie mais cela manifeste bien le désir sous-jacent d’une prépondérance vis-à-vis des disciplines qui nous renvoie à l’époque où l’enseignement du latin était la base de l’enseignement secondaire.

Ces temps sont révolus : comme en avait déjà pris conscience  Brassens, le grand Pan est mort. Que conclure donc ? Que le latin ici n’est qu’une manière, d’ailleurs socialement efficace, d’attirer l’attention sur l’enseignement du français qui doit être revu. Étudier la finalité de l’enseignement du français sera donc l’objet d’un prochain billet.

  1. Bernard Dicale, Brassens ?, Flammarion, 2011, p. 214 []
  2. Sur ce carnet on trouvera une présentation de sa position sur le sacrifice []
  3. Rémi Brague, Europe, la voie romaine, Gallimard, 1992 ; coll. « Folio », 2006 []
  4. Ernst Robert Curtius, La Littérature européenne et le Moyen Âge latin, Pocket, coll. « Agora », 2001 []
  5. et qui était d’ailleurs minimisé d’une manière exagérée  dans Europe, la voie romaine, cf. p. 32 []
  6. Anciens, modernes, sauvages, Galaade Editions, 2005 ; Régimes d’historicité, Seuil, 2003 ; Le XIXe siècle et l’histoire, Seuil, 2001 ; L’histoire d’Homère à Augustin, Seuil, 1999 []
  7. Françoise Waquet, Le latin ou l’empire d’un signe, Albin Michel, 1998, p. 321, 322, 323 []

3 réflexions au sujet de « Sans le latin… »

  1. Merci, cher collègue de votre compte rendu de Sans le latin…, mais je suis frappée de voir combien il est finalement difficile- ou facile ?- de ne pas retomber dans les vieilles lectures , dès qu’on aborde la « question du latin ». Pour faire court, je suis un peu étonnée que vous ne souligniez pas l’aspect décidément neuf de cette proposition que nous faisons , entre autres dans Faisons un rêve, qui loin de vouloir reconstituer l’unité d’autrefois, participe bien au contraire d’une refonte profonde, scientifique, qui ne consiste absolument pas à faire du »français raisonné « la filière prépondérante d’autrefois » -puisque nous refusons justement le système des filières! et que toute notre réflexion vise à déconnecter le latin de la sacrosainte triade français, latin, grec – ces « disciplines classiques » auxquelles se réfère François Hartog, qui ne polémique qu’avec un état des lieux que justement nous ne faisons pas nôtre!! Outre que le français et sa littérature, point pour nous essentiel , n’est évidemment pas le souci de François Hartog dans son analyse- pour dire que l’introduction du latin partie prenante d’un enseignement du français -ce qu’il n’a jamais été le cas dans le passé : François Hartog se réfère justement à un état des études classiques qui n’est justement pas celui que nous préconisons…- est justement la manière de sortir de ces clivages: en rappelant que le latin est la conscience linguistique et historique du français, c’est bien la discipline français revue et corrigée dans une perspective scientifique, démocratique, radicalement nouvelle que nous baptisons de « français raisonné »: y voir le retour à l’identique du passé me paraît relever d’une étrange cécité, assortie d’un contresens assez étonnant sur le fait que justement nous entendons mettre fin, entre autres clivages, à celui, absurde, lettres classiques /lettres modernes. Toutes , absolument toutes les disciplines de la mémoire et du langage sont concernées par le véhicule latin (et Bourdieu, le savait comme un autre…). Le démontrer en demandant qu »on en tire les conclusions , ce n’est en aucune manière faire revivre le paysage classique d’autrefois, c’est enfin sortir de cette optionnalisation du latin, source de tant de dérives et de faux combats, pour en faire une langue serve et qui enfin laisserait le grec trouver à son tour sa juste place, sans entrer dans une rivalité contre nature. En fait, nous disons, nous démontrons ce que Judet de La Combe et Heinz Vissmann disent à leur manière: il ne peut y avoir de savoir dispensé , en particulier de « lettres modernes » qui n’aient pas le souci de la conscience historique de leur objet. Dans ce débat, le point de vue de François Hartog, très intéressant pour l’analyse des impasses du passé, ne nous paraît en aucune manière constituer une critique de nos objectifs dont l’essentiel est bien celui de se donner enfin les moyens, raisonnables, de sortir des ornières du passé, sauf à poser- je ne crois pas avoir compris que c’était votre cas- la nécessité de ne plus enseigner le français comme une langue de culture ? L’apprentissage du français langue vivante, de communication, est très certainement une chose essentielle qui peut se passer du latin, comme peut se passer du latin l’apprentissage de l’anglais: mais notre propos est bien car nous parlons de l’Ecole de ses exigences démocratiquement redéfinies, de reposer cette affaire importante du latin dans son lien incontournable avec le français: raison pour laquelle nous entendons créer une nouvelle discipline, baptisée provisoirement « français raisonné » et qui enfin l’intégrera comme une donnée scientifique. Rude et passionnante perspective, qui demandera beaucoup d’efforts, de compétence et d’imagination : nous allons nous y employer. Affaire à suivre, donc…
    Très cordialement
    Cécilia Suzzoni

    1. Votre commentaire soulève la question de la nature exacte de ce que vous proposez sous le nom de « français raisonné ». Examinons donc votre « rêve » avec soin :
      1) le symptôme : « à partir du moment où une majorité d’enfants quittant l’école primaire ne sont ni capables de lire un texte en français avec fluidité, encore moins de rédiger quelques phrases sans fautes de lexique, d’orthographe ou de syntaxe, c’est bien que le niveau baisse ! ».
      2) le diagnostic : « le premier vice dont souffre aujourd’hui le français, comme discipline scolaire, c’est son manque d’unité. Entre linguistes, sociologues, historiens, littéraires, ça tire à hue et à dia. »
      3) le remède : le ministre « exige de ces différents corps de métier de refonder l’enseignement du français sur des bases scientifiques. Un comité les réunit. Celui-ci propose la création d’une nouvelle discipline, qu’il baptise d’un autre nom pour la distinguer du français du pauvre enseigné actuellement : le « français raisonné » – une discipline qui ne sépare pas la culture française de la culture du français. »
      4) le programme : « le ministre impose alors un apprentissage des règles de base du français raisonné à l’école primaire, puis leur lent approfondissement au collège et au lycée, passant par l’étude POUR TOUS des bases du latin, de l’histoire de notre langue, de sa phonétique historique »
      « Cet apprentissage passe par l’étude des œuvres majeures de la culture française, et pas seulement littéraires. Il donne lieu à une observation attentive des différents registres de langues, à une pratique de l’écriture et de la parlure sur des registres divers, correspondant aux différents milieux de réception d’un texte en français écrit ou oral. »
      5) l’organisation du second cycle : « Notre ministre s’attaque ensuite à l’opposition artificielle et pernicieuse entre séries « scientifiques » et « littéraires ». (…) Le français raisonné sera donc enseigné à tous les élèves et à tous les niveaux jusqu’à la terminale incluse. Après seulement vient le temps de se spécialiser.

      Reprenons les divers éléments. Le symptôme : sur quelles bases dites-vous qu’une majorité d’enfants sort du primaire sans pouvoir lire correctement ou rédiger sans fautes ? Est-ce un discours enseignant, parental ou ministériel ? Il existe des études sur ce sujet : sur la compréhension de l’écrit en fin de primaire (Note d’Information 11.16), sur la maitrise du langage (Note d’Evaluation 04.10), sur l’orthographe (les ouvrages de Chervel, Manesse, Cogis) mais on ne peut résumer ces travaux en une phrase sinon en disant que le niveau ni ne baisse ni ne monte mais se modifie. Les fautes d’orthographe de l’époque du certificat d’études ne sont plus celles qui sont faites aujourd’hui et l’orthographe, du fait des correcteurs orthographiques n’a plus le même rôle.
      Au niveau du diagnostic et du remède, vous faites l’hypothèse que les savoirs sur l’enseignement du français sont éparpillés et qu’il suffit de les unifier dans une discipline de synthèse, le « français raisonné ». Peut-être, mais ce n’est pas fait : il n’existe pas de tel savoir et dire qu’on va l’enseigner et que cela aura des effets positifs est du domaine de la pure hypothèse.
      Parler de « français du pauvre » fait référence à quelle situation ? De ce qui se dit dans certaines classes ? Des textes proposés ? Le propos est plus polémique qu’argumentatif.
      Vous parlez des règles de base du français raisonné à enseigner au primaire mais comme on ne sait pas ce que c’est que le français raisonné, la discussion devient difficile. Je fais l’hypothèse qu’on doit y retrouver les règles de base de la grammaire et de l’orthographe puisqu’on y propose d’enseigner la phonétique historique qui permet effectivement de mieux comprendre notre orthographe.
      Vous envisagez l’étude des œuvres majeures de la culture française, et pas seulement littéraire, mais il faudrait préciser quels types d’œuvres : peinture, musique, architecture ? Qui fera cet enseignement ? Quant aux registres du langage, ils sont déjà étudiés.
      Vous ne voulez faire qu’une filière mais les filières actuelles n’en sont pas, c’est un système de sélection des élèves les plus motivés : cela se fait sur les mathématiques actuellement et vouloir une seule filière revient à vouloir faire cette sélection sur le français raisonné. C’est bien un retour à la situation antérieure à la réforme de 1902 et peut-être même plus avant. C’est une tentative de retour à la situation que décrivait François Hartog : ce que vous modifiez c’est de vouloir mettre au centre du secondaire le français et non plus le latin comme auparavant, mais en redonnant une place fondamentale au latin.
      François Hartog veut réfuter ceux qui veulent que les études classiques soient « plus » qu’une discipline. C’est bien votre objectif qui est de faire du français raisonné une perspective qui unifie les filières actuelles. Qu’il faille demander que tous les enseignants aient une formation en latin est tout à fait légitime, mais vouloir que l’enseignement des bases du latin soit rétabli pour tous, c’est s’opposer à une tendance de long terme (depuis le 18e siècle) bien mise en avant par Françoise Waquet (et que cite François Hartog qui qualifie ce livre « d’excellent »). Il faut bien voir que ce sont les sciences qui sont aujourd’hui « plus » qu’une discipline et qui jouent un rôle cardinal dans la société et donc dans l’enseignement. Mais il y a consensus en ce sens et vouloir que ce soient les lettres qui jouent ce rôle est illusoire.
      A vouloir trop demander, vous n’obtiendrez rien du tout : c’est l’enseignement du latin qu’il faut réformer.

  2. Bien sûr: il faut réformer l’enseignement du latin, c’est bien notre souci d’ouvrir un champ neuf et démocratique au latin-démarche déjà largement engagée par nos collègues qui l’enseignent actuellement- mais nous ne confondons pas une démarche sociologique qui se contente d’entériner cette « tendance » d’une marginalisation progressive du latin, fruit d’un abandon passif et irréfléchi des contenus scientifiques de ce savoir, nullement compromis par son instrumentalisation dans le passé, et cette volonté que nous affichons de remettre un latin « revisité » au cœur d’un enseignement du français, qui, quelle que soit la filière -pour utiliser un lexique appelé lui aussi à disparaître dans notre projet- doit y retrouver une part essentielle de sa légitimité scientifique (on mesure justement les changements qu’entraîne cette étroite connexion revendiquée par le syntagme français/latin, base de ce que nous avons pour le moment baptisé « français raisonné »). Ce n’est, à nos yeux, de pas « trop demander » que d’œuvrer au rappel, et à son inscription dans le fait éducatif, de cette composante latine essentielle du français et de sa littérature, une composante qui n’est évidemment pas absente des autres langues et littératures européennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *