Rome : histoire brisée ou décadence ? (1) Montesquieu

Décadence, déclin ou continuité ? Si la Chute de l’empire romain  reste un thème populaire dans le cinéma hollywoodien, les historiens récents en parlant d’antiquité tardive, mettent plutôt l’accent sur la continuité de la civilisation romaine et minimisent l’impact des grandes invasions. Avec son titre, l’Histoire brisée, Aldo Schiavone  [1] remet l’accent sur la rupture qui rend compte de la longue coupure entre Rome et les temps modernes. Je vais donc essayer sur plusieurs billets de donner la parole aux différents points de vue en commençant par Montesquieu.

Montesquieu produit en 1734 ses Considérations sur les causes de la grandeur des romains et de leur décadence [2]. Il y cherche les lois sous-jacentes à la description que l’on peut faire des phénomènes et c’est pourquoi Raymond Aron a pu voir en lui un précurseur de la sociologie [3].

Montesquieu, dans les Considérations, recherche donc des causes et il va proposer une analyse que nous pourrions qualifier aujourd’hui de systémique de la chute de Rome. Pour lui, « ce n’est pas la fortune [c’est-à-dire le hasard] qui domine le monde (…) Il y a des causes générales, soit morales, soit physiques, qui agissent dans chaque monarchie, l’élèvent, la maintiennent ou la précipitent ; tous les accidents sont soumis à des causes ; et si le hasard d’une bataille, c’est-à-dire une cause particulière, a ruiné un état, il y avait une cause générale qui faisait que cet état devait périr par une seule bataille » (p.173).

Le schéma théorique imaginé par Montesquieu est qu’une dynamique a été présente dès la création de Rome qui associait l’intérêt matériel de chacun et l’intérêt collectif. Ce système avait son origine dans la conjonction d’un système de pillage lors des guerres et d’une structure sociale particulière qui équilibrait les pouvoirs. Le système du pillage était alors le mode normal d’aboutissement des conflits : « on se battait, pour avoir le pillage du camp ennemi, ou de ses terres ; après quoi, le vainqueur et le vaincu se retiraient chacun dans sa ville » (73). La particularité romaine fut que les fruits du pillage furent partagés par le peuple : « la guerre était presque toujours agréable au peuple, parce que, par la sage distribution du butin, on avait trouvé le moyen de la lui rendre utile ». Montesquieu ne cherche pas à expliquer en quoi les conflits entre la royauté, le sénat et le peuple ont conduit à cette situation sinon en montrant que le peuple avait joué un rôle d’arbitre entre les deux pouvoirs et s’en trouva conforté : « Tullius avait étendu les privilèges du peuple pour abaisser le sénat. Mais le peuple, devenu d’abord plus hardi, renversa l’une et l’autre monarchie » (71). Montesquieu décrit un système où tout converge vers l’expansion belliqueuse :

– l’intérêt matériel du peuple : « le butin était mis en commun, et on le distribuait aux soldats : rien n’était perdu, parce qu’avant de partir, chacun avait juré qu’il ne détournerait rien à son profit » (71). Montesquieu donne une référence à Polybe qui précise que ce système permettait que l’on puisse maintenir ainsi des soldats à la garde du camp sans qu’ils se sentent dépossédés du butin.

– l’intérêt des magistrats : « Rome ayant chassé les rois, établit des consuls annuels ; c’est encore ce qui la porta à ce haut degré de puissance (…) la république ayant des chefs qui changeaient tous les ans et qui cherchaient à signaler leur magistrature pour en obtenir de nouvelles, il n’y avait pas un moment de perdu pour leurs ambitions ; ils engageaient le sénat à proposer au peuple la guerre et lui montraient tous les jours de nouveaux ennemis » (72)

– l’intérêt du sénat : « ce corps y était déjà assez porté de lui-même [à envisager la guerre] car étant fatigué sans cesse par les plaintes et les demandes du peuple, il cherchait à le distraire de ses inquiétudes et à l’occuper au dehors » (72).

Cette expansion militaire entraina une organisation spécifique de l’armée :

– entrainement intensif des troupes : « on les accoutumait à aller au pas militaire, c’est-à-dire, à faire en cinq heures vingt milles [30 km soit 6 km/h], et quelquefois vingt-quatre [36 km soit plus de 7 km/h]. Pendant ces marches, on leur faisait porter des poids de soixante livres [20 kg env.]. On les entretenait dans l’habitude de courir, et de sauter tout armé : ils prenaient dans leurs exercices des épées, des javelots, des flèches d’une pesanteur double des armes ordinaires ; et ces exercices étaient continuels. (…) Des hommes si endurcis étaient ordinairement sains. On ne remarque pas, dans les auteurs, que les armées romaines, qui faisaient la guerre en tant de climats, périssent beaucoup par les maladies ; au lieu qu’il arrive presque continuellement aujourd’hui que des armées, sans avoir combattu, de fondent pour ainsi dire dans une campagne. » (77-78).

– mise à jour permanente de l’équipement en fonction des évolutions techniques rencontrées : « quand ils eurent connu l’épée espagnole, ils quittèrent la leur » (80). « Les Romains n’avaient aucune connaissance de la navigation : une galère carthaginoise échoua sur leurs côtes ; ils se servirent de ce modèle pour en bâtir : en trois mois de temps, leurs matelots furent dressés, leur flotte fut construite, équipée, elle mit à la mer, elle trouva l’armée navale des Carthaginois, et la battit » (89).

– contrôle serré des hommes: « c’était une règle inviolable des premiers romains, que quiconque avait abandonné son poste, ou laissé ses armes dans le combat, était puni de mort. » (175)

Ce qui rendait possible une telle organisation était le fait que les soldats étaient « des citoyens qui avaient un patrimoine » (160) et qui étaient intéressés au succès de l’armée, comme l’ensemble de la société d’ailleurs : « on confisquait une partie des terres du peuple vaincu, dont on faisait deux parts : l’une se vendait au profit du public, l’autre était distribuée aux pauvres citoyens, sous la charge d’une rente en faveur de la république » (72). « Les fondateurs des anciennes républiques avaient également partagé les terres : cela seul faisait un peuple puissant, c’est-à-dire, une société bien réglée ; cela faisait aussi une bonne armée, chacun ayant un égal intérêt, et très grand, à défendre sa patrie » (81), mais cette organisation s’appuyait sur une stratégie complexe :

– ne jamais faire la paix que vainqueur : « ils augmentaient toujours leurs prétentions à mesure de leurs défaites ; par là, ils consternaient leurs vainqueurs et s’imposaient à eux-mêmes une plus grande nécessité de vaincre » (73).

– avoir une stratégie d’expansion permanente, donc différer la punition d’un affront (100) et ne consentir à la paix que par une soumission complète de l’ennemi : « comme ils ne faisaient jamais la paix de bonne foi, et que, dans le dessein d’envahir tout, leurs traités n’étaient proprement que des suspensions de guerre, ils y mettaient des conditions qui commençaient toujours la ruine de l’état qui les acceptait. Ils faisaient sortir les garnisons des places fortes, ou bornaient le nombre des troupes de terre, ou se faisaient livrer les chevaux ou les éléphants » (101).

– une fois un peuple assujetti, il devient un allié et est intégré progressivement dans Rome qui devenait « la tête du corps formé par tous les peuples du monde » (108), peuples qui gardaient leurs lois et leurs coutumes : « ils ne faisaient un corps que par une obéissance commune et, sans être compatriotes, ils étaient tous romains » (108). L’affranchissement des esclaves issus des conquêtes entrainait une circulation intense : « Rome les recevait esclaves et les renvoyait Romains » (142).

L’expansion romaine a reposé sur une organisation militaire mais également sur une organisation sociale particulière qui trouve son origine dans les conflits sociaux d’origine, la lutte entre la royauté, le sénat et le peuple qui a fait que ce dernier a joué un rôle d’arbitre, qu’une partie du corps social a joué un rôle de contre-pouvoir vis-à-vis de l’autre. Ce rôle s’est poursuivi tout au long de la République et a permis à Rome de continuer son expansion malgré les divisions internes qui y étaient présentes comme partout :

– les tribuns du peuple permirent à la plèbe d’avoir un magistrat « qui pût empêcher les injustices faites à un plébéien » (112)

– les censeurs, par leur droit à la critique individuelle, la fameuse note infamante, « corrigeaient les abus que la loi n’avait pas prévus, ou que le magistrat ordinaire ne pouvait pas punir » (114)

Globalement, Montesquieu met à jour à propos de Rome, ce thème de la balance des pouvoirs qu’ils développera davantage dans l’Esprit des Lois : « le gouvernement de Rome fut admirable en ce que, depuis sa naissance, sa constitution se trouve telle, soit par l’esprit du peuple, la force du sénat, ou l’autorité de certains magistrats, que tout abus du pouvoir y pût toujours être corrigé » (115) ; « les lois de Rome avaient sagement divisé la puissance publique en un grand nombre de magistratures, qui se soutenaient s’arrêtaient, et se tempéraient l’une l’autre » (124-125)

La « vertu romaine » est liée intrinsèquement à cette organisation belliqueuse de la société : « les citoyens romains regardaient le commerce et les arts comme des occupations d’esclaves ; ils ne les exerçaient point. (…) en général, ils ne connaissaient que l’art de la guerre qui était la seule voie pour aller aux magistratures et aux honneurs » (122). Mais cette politique d’expansion belliqueuse a des conséquences sociales qui entraine des changements : « ils vainquirent tous les peuples par leurs maximes : mais, lorsqu’ils y furent parvenus, leur république ne put subsister ; il fallut changer de gouvernement : et des maximes contraires aux premières, employées dans ce gouvernement nouveau, firent tomber leur grandeur »(173).

Pour expliquer ce passage de la République à l’Empire qui marque le début du déclin de Rome, Montesquieu examine les effets mécaniques de l’agrandissement : « Lorsque les légions passèrent les Alpes et la mer, les gens de guerre, qu’on était obligé de laisser pensant plusieurs campagnes dans les pays que l’on soumettait, perdirent peu à peu l’esprit de citoyens, et les généraux qui disposèrent des armées et des royaumes, sentirent leur force, et ne purent plus obéir. Les soldats commencèrent donc à ne connaître que leur général, à fonder sur lui toutes leurs espérances et à voir de plus loin la ville. Ce ne furent plus les soldats de la république, mais de Sylla, de Marius, de Pompée, de César. Rome ne put plus avoir si celui qui était à la tête d’une armée dans une province, était son général ou son ennemi » (117).

A l’agrandissement de l’empire, correspond aussi l’accroissement et la diversification de la population de Rome : « la ville déchirée ne forma plus un tout ensemble : et comme on n’en était citoyen que par une espèce de fiction, qu’on n’avait plus les mêmes magistrats, ni les mêmes murailles, les mêmes dieux, les mêmes temples, les mêmes sépultures, on ne vit plus Rome des mêmes yeux, on n’eut plus le même amour pour la patrie, et les sentiments romains ne furent plus » (118). Ce que Montesquieu appelle la corruption, c’est le fait que la richesse obtenue de la conquête devint inégalitaire : « la grandeur de l’État fit la grandeur des fortunes particulières (…). Avec des biens au-dessus d’une condition privée, il fut difficile d’être un bon citoyen » (121-122). La corruption entraina le pouvoir absolu de Pompée, de César et la fin de la République, mais ce destin n’est pas lié aux hommes mais à la situation : « si César et Pompée avaient pensé comme Caton [le défenseur de la République], d’autres auraient pensé comme firent César et Pompée ; et la république, destinée à périr, aurait été entrainée au précipice par une autre main » (129).

Avec l’empire, la dynamique d’expansion est cassée : « du temps de la République, on eut pour principe de faire continuellement la guerre, sous les empereurs, la maxime fut d’entretenir la paix » (141). L’équilibre des pouvoirs est supprimé : « après que César eut vaincu le parti de la république, les amis et les ennemis, qu’il avait dans le sénat, concoururent également à ôter toutes les bornes que les lois avaient mises à sa puissance » (144). Les invasions barbares qui conduisent à la fin de l’empire d’occident ne sont que la conséquence d’une inaction militaire : « quelquefois la lâcheté des empereurs, souvent la faiblesse de l’empire, firent que l’on chercha à apaiser par de l’argent les peuples qui menaçaient d’envahir. Mais la paix ne peut point s’acheter, parce que celui qui l’a vendue n’en est que plus en état de la faire acheter encore. Il vaut mieux courir le risque de faire une guerre malheureuse que de donner de l’argent pour avoir la paix, car on respecte toujours un prince lorsqu’on sait qu’on ne le vaincra qu’après une longue résistance » (171). Avec une telle politique, la ruée finale n’était plus loin : « telle fut la fin de l’empire d’Occident. Rome s’était agrandie, parce qu’elle n’avait eu que des guerres successives, chaque nation, par un bonheur inconcevable ne l’attaquant que quand l’autre avait été ruinée. Rome fut détruite parce que toutes les nations l’attaquèrent à la fois et pénétrèrent partout » (182).

C’est bien un système que Montesquieu met en place qui rend compte à la fois de la vertu romaine et de sa corruption. La vertu vient des conditions sociales de l’expansion romaine qui intéressent directement le citoyen romain à ses bénéfices ; la corruption n’a pas des causes liées à la moralité des individus comme l’indique Montesquieu mais à l’élargissement géographique de la domination romaine qui a cassé le lien direct entre l’intérêt collectif et l’intérêt individuel.

***

Une question se pose cependant : est-ce que ce schéma conceptuel de l’expansionnisme romain aurait été accepté par les anciens ? La réponse ne fait aucun doute :

[Je signale à de nouveaux lecteurs que le sous-titrage des textes latins n’est pas une traduction, mais une aide à la lecture du texte original. Quant au procédé d’indentation qui consiste en un décalage à droite de certaines parties du texte, son but est de permettre de suivre l’ordre français du sous-titrage en lisant d’abord de haut en bas les éléments situés au même niveau, puis en recommençant pour les blocs situés plus à droite. L’ordre latin d’origine est retrouvé si on lit les phrases à la suite sans tenir compte de l’indentation.]

Raptores orbis,
Les voleurs du monde [il s’agit des romains]
postquam cuncta vastantibus
depuis que, dévastant tout
defuere terrae,
ils manquent de terre
mare scrutantur:
ils explorent la mer.

si locuples hostis est, avari,
si l’ennemi est riche, ils sont avides,
si pauper, ambitiosi,
s’il est pauvre, ils lui tournent autour,
quos non Oriens, non Occidens satiaverit:
eux que ni l’Orient ni l’Occident n’ont rassasié

soli omnium
Seuls parmi tous
_____opes atque inopiam
_____les ressources autant que le manque de ressources
_____pari adfectu
_____avec le même désir
concupiscunt.
ils convoitent

Auferre trucidare rapere
Voler, égorger, piller
falsis nominibus imperium,
c’est l’empire sous ses faux noms
atque ubi solitudinem faciunt,
et là où ils créent le désert
pacem appellant.
ils appellent cela la paix.

Aldo Schiavone qui signale ce texte [4] explique bien que, si c’est un ennemi de Rome qui s’exprime : le chef breton Calgacus parlant à ses troupes avant la bataille (Tacite, Agricola, 30), la charge, du fait qu’elle soit pensable puisqu’elle est exprimée avec une parfaite clarté, rend caduque l’idéologie de la légitimité des conquêtes romaines. C’est d’ailleurs, ce que Cicéron reconnait dans la République où il ironise sur les pratiques douteuses des romains « les plus justes des hommes ».

Que l’expansionnisme romain soit à la racine de sa prospérité tant que Rome l’a pratiqué, et que son économie s’écroule ensuite, c’est précisément la conclusion d’Aldo Schiavone, que nous verrons dans un prochain billet.

  1. Aldo Schiavone, L’histoire brisée, Belin, 2003 []
  2. Citées dans l’Édition de la Pléiade, Tome 2 des Œuvres complètes de Montesquieu, Gallimard, 1951 []
  3. Raymond Aron, Les étapes de la pensée sociologique, Gallimard, 1967 []
  4. Aldo Schiavone, L’histoire brisée, p. 102 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *