L’étoile des Rois Mages et l’ânesse de Balaam

Noël est vécu comme la fête de la famille, le nouvel an comme celle des amis mais on a vu ici-même que tirer les Rois est plutôt vécu comme la fête des groupes (associations, services, groupes sportifs, etc.) : cette possible répétition fait qu’à la fin du mois de janvier on peut être écœuré à l’idée d’ingurgiter encore de la galette…Mais d’où sortent-ils ces Rois ? C’est ce que nous allons tenter de voir en étudiant le texte de l’évangile de Matthieu, le seul qui en parle.

On peut déjà en dire qu’ils ont laissé des traces sur terre, à Cologne.

Le culte des Rois Mages à Cologne de 1164 à 2014

ChasseRoisMagesSourceWikipedia

À Cologne, les Rois Mages ont une chasse avec leurs reliques dans la cathédrale : on peut s’étonner de la crédulité populaire qui a réussi à prendre au pied de la lettre un texte de l’évangéliste Matthieu qui voulait davantage accréditer un message théologique que faire un reportage sur ce qu’il est advenu de la sainte Famille. Mais ne relisons pas le passé avec les lunettes du présent : nous disposons d’outils intellectuels qui n’ont commencé à être forgés qu’à l’époque de Spinoza (1632-1677) et de Richard Simon (1638-1712).

À l’intérieur de la cathédrale, la chasse très traditionnelle (fin 12e ou début 13e siècle) met en relief la royauté des Rois Mages davantage que la légende les concernant car l’accent est mis à l’époque :
– sur le fait que l’évêque de Cologne avait reçu ces reliques de Frédéric Barberousse,
– qu’elles jouaient un rôle politique pour certifier que la royauté avait été voulue par le Christ,
– que l’Empire allemand était ainsi justifié,
– que l’évêque de Cologne pouvait sacrer l’empereur
– et que la domination économique de Cologne s’en trouvait augmentée.

Deux expositions sont liées à cette dévotion aux Rois Mages à l’occasion du 850e anniversaire du transfert des reliques (1164-2014) : l’une à l’intérieur même de la cathédrale (jusqu’au 25 janvier) présente diverses œuvres d’art qui manifestent la popularité de cette dévotion en Europe. L’autre exposition au Musée Schnuetgen présente (jusqu’au 25 janvier également) des œuvres d’art relatives aux Rois Mages (ivoires, sculptures, peintures, manuscrits) venant de nombreux musées européens.

Lire le texte de l’évangéliste Matthieu

Matthieu est donc le seul des évangélistes à évoquer ces mages venus d’orient où ils avaient vu une étoile. Pour comprendre la structure narrative de cet épisode, nous allons suivre André Paul, spécialiste de la littérature intertestamentaire dans son livre L’évangile de l’enfance selon saint Matthieu [1].

La recherche actuelle s’accorde à dire que l’évangile de Matthieu fut rédigé après 70 (car la chute de Jérusalem y est supposée), au sein d’un groupe de chrétiens d’origine juive qui bataille avec ce qui est devenu le judaïsme d’inspiration pharisienne, maintenant dominant. Il s’agissait de montrer que Jésus était le Christ, le fils de David qui devait accomplir toutes les prophéties de l’ancien Testament.

Les deux premiers chapitres consacrés à l’enfance de Jésus ont pour but à la fois d’accrocher à la vie de Jésus des choses connues de tous : qu’il est né à l’époque de la fin du règne d’Hérode ; que s’il était né de Marie, il n’était pas né de Joseph ; qu’il était connu sous le nom de « Jésus de Nazareth » (et les chapitres de l’enfance se terminent par cette affirmation). Mais Matthieu veut aussi montrer des vérités théologiques acquises au cours du développement de la foi chrétienne, par exemple le fait que cette foi n’était plus destinée au seul peuple juif mais à toutes les nations.

De ce fait, la mention de ces mages venus d’orient guidés par le seul raisonnement astronomique et non par la foi, va être montrée comme une préfiguration de l’ouverture au monde de la foi chrétienne telle qu’elle est décrite dans les derniers mots de l’évangile de Matthieu où le Christ ressuscité envoie en mission les apôtres en leur enjoignant de faire des disciples de toutes les nations.

Pour arriver à faire passer ce message d’ouverture, Matthieu va, à la manière des compteurs juifs, élaborer une mise en scène en brodant sur le thème déjà présent dans la Bible d’un sage extérieur au judaïsme qui reconnait spontanément la valeur religieuse du peuple de Dieu : il s’agit de Balaam, dont l’histoire est décrite dans le livre des Nombres, chapitres 22 à 24.

L’épisode de Balaam n’est plus très connu et cependant on en trouve trace dans l’art et en particulier dans un tableau de Rembrandt de 1626 intitulé l’ânesse de Balaam, possédé (mais non montré) par le musée Cognacq-Jay de Paris.

BalaamBalaam est le personnage qui tente de faire avancer à coup de bâton son ânesse récalcitrante (mais qui ouvre la bouche pour s’adresser à lui). Un ange menace d’une épée, deux dignitaires à cheval suivent la scène et deux serviteurs sont dans l’ombre de Balaam. Le texte du livre des Nombres nous explique de quoi il s’agit.

Après avoir quitté le Sinaï, les Hébreux contournent la Mer Morte par l’est et arrivent dans les steppes de Moab. Le roi de Moab, un certain Balaq, inquiet de l’invasion des Hébreux, s’adresse à un oracle célèbre qui résidait un peu plus au nord et lui demande de venir les maudire. Après bien des hésitations, Balaam entreprend le voyage et selle son ânesse pour aller prononcer un oracle. Le conte oriental se déroule alors avec toutes les lois du genre : une première fois l’ânesse terrorisée par un ange de Dieu (qu’elle seule voit) s’enfuit dans les champs. Une deuxième fois, l’ânesse tente de contourner l’ange et coince le pied de Balaam contre un mur ; une troisième fois, le chemin est si étroit que l’ânesse se couche par terre et refuse d’avancer. À chaque fois elle reçoit des coups de bâton : l’ânesse prend alors la parole et explique à son maitre qu’elle l’a toujours servi avec soin.  Balaam y consent, regrette les coups de bâton et comprend alors ce qui se passe : l’ange de Dieu devient visible à ses yeux et lui explique la volonté de Dieu qui est que l’oracle à prononcer devra être fait en faveur du peuple d’Israël et non contre lui sous forme de malédiction.

Malgré les menaces et les promesses du roi, quatre bénédictions sont faites en faveur d’Israël : au cours de la quatrième des termes apparaissent qui vont servir d’accroche pour Matthieu : il est dit en effet dans la version grecque de la Septante, version qui était utilisée par les locuteurs grecs comme Matthieu que :

(Nombres 24, 17)
ἀνατελεῖ ἄστρον ἐξ Ιακωβ
une étoile sortira de Jacob

Cette « astre de Jacob » est devenu dans la tradition ultérieure le Messie attendu, celui qu’annonce les prophètes, celui que Matthieu a reconnu comme étant Jésus. Nous verrons plus loin que outre ce terme d’astre (ἀστήρ), le terme de levant (ἀνατολή, qui a servi à former « Anatolie » ) et le terme technique de prosternation orientale (προσκύνησις) vont se retrouver dans Matthieu et dans l’histoire de Balaam.

Ce que va montrer André Paul par une mise en parallèle des deux récits, c’est que dans les deux cas il y a :
1) des personnages venus d’orient,
2) un roi inquiet de l’arrivée d’un rival (le Messie pour Hérode, le peuple d’Israël pour Balaq),
3) roi qui tente de négocier avec des personnages « venus d’Orient » (Les Rois Mages ou Balaam) afin de pouvoir éradiquer la menace,
4) un signe de Dieu qui vient guider les héros (l’étoile pour les mages, l’ânesse arrêtée par l’ange de Dieu),
5) une prosternation (devant l’enfant à Bethléem, devant l’apparition divine à travers l’ange),
6)  un retour des héros qui devient possible car les plans des rois ont été détournés.

Voici la concordance proposée par André Paul pour ces six épisodes avec la mise en relief des thèmes : celui des rois Hérode ou Balaq (en rouge) ; celui des envoyés Rois Mages ou Balaam (en bleu) et enfin le thème du parallélisme fait entre Israël peuple élu et Jésus dont Matthieu, en son premier chapitre a montré par une généalogie qu’il était « fils de David » (couleur magenta). La concordance a été faite en utilisant le texte grec de la Septante, la Vulgate latine (qui, fidèle à l’hébreu, a de petites différences avec le texte grec pour les Nombres) et la traduction d’André Paul.

Celui-ci indique que « la structure littéraire et dramatique de Matthieu 2, 1-12 s’inspire très probablement du modèle que l’évangéliste a découvert en Nombres 22-24 » mais il ajoute les points suivants :
–  il rappelle la confiance antique dans l’astrologie, certes critiquée par Pline l’Ancien (Livre II, VL (8) mais dont Suétone rapporte l’importance pour Auguste (Vie d’Auguste, XCIV, 17-18),
– il souligne que la réaction apeurée d’Hérode correspond bien à son fin de règne cruel.

1) Des personnages venu d’orient

Matthieu 2, 1-2

Τοῦ δὲ Ἰησοῦ γεννηθέντος ἐν Βηθλέεμ τῆς Ἰουδαίας,
Cum ergo natus esset Jesus in Bethlehem Juda
Jésus étant né à Béthléem de Judée

_
_

_
_
ἐν ἡμέραις Ἡρῴδου τοῦ βασιλέως,
in diebus Herodis regis
au temps du roi Hérode

_
_
ἰδού, μάγοι ἀπὸ ἀνατολῶν
ecce magi ab oriente,
voici que des mages venus d’orient

παρεγένοντο εἰς Ἱεροσόλυμα, λέγοντες,
venerunt Jerosolymam, dicentes :
se présentèrent à Jérusalem et demandèrent :

Nombres 22,1-5a ; 23,7

Καὶ ἀπάραντες οἱ υἱοὶ Ισραηλ παρενέβαλον
Profectique castrametati sunt filii Israel
les enfants d’Israël partirent et s’en allèrent camper

ἐπὶ δυσμῶν Μωαβ
in campestribus Moab
dans les steppes de Moab

Βαλακβασιλεὺς Μωαβ ἦν κατὰ τὸν καιρὸν ἐκεῖνον.
Balac … erat eo tempore rex in Moab.
Balaq… était roi de Moab en ces jours là

ἀπέστειλεν πρέσβεις πρὸς Βαλααμ
Misit ergo nuntios ad Balaam
Il envoya des messagers à Balaam

(23,7 c’est Balaam qui parle)
μετεπέμψατό με Βαλακ …, ἐξ ὀρέων ἀπ ἀνατολῶν
adduxit me Balac  … de montibus orientis
Balaq m’a fait venir … des montagnes d’orient.

2) Le roi s’inquiète de l’arrivée d’un rival

Matthieu 2, 3-6

Ἀκούσας δὲ Ἡρῴδης ὁ βασιλεὺς ἐταράχθη
Audiens autem Herodes rex turbatus est
Informé, le roi Hérode s’émut…

καὶ συναγαγὼν πάντας τοὺς ἀρχιερεῖς
et congregans omnes principes sacerdotum
Il assembla tous les grands prêtres

καὶ γραμματεῖς τοῦ λαοῦ,
et scribas populi
et les scribes du peuple

ἐπυνθάνετο παρ’ αὐτῶν ποῦ ὁ χριστὸς γεννᾶται., sciscitabatur ab eis ubi Christus nasceretur.
et s’enquit du lieu où devait naitre le Christ

Nombres 22,5b-6

καλέσαι αὐτὸν λέγων
ut vocarent eum et dicerent: “
il [=Balaq] lui disait

Ἰδοὺ λαὸς ἐξελήλυθεν ἐξ Αἰγύπτου
Ecce egressus est populus ex Aegypto,
voici que le peuple qui est sorti d’Égypte

καὶ ἰδοὺ κατεκάλυψεν τὴν ὄψιν τῆς γῆς
qui operuit superficiem terrae
a couvert tout le pays ;

καὶ οὗτος ἐγκάθηται ἐχόμενός μου·
sedens contra me,
il s’est établi en face de moi.

 3) Le plan du roi

Matthieu 2, 7-8

Τότε Ἡρῴδης, λάθρᾳ καλέσας τοὺς μάγους,
Tunc Herodes, clam vocatis Magis,
Alors Hérode manda secrètement les Mages

ἠκρίβωσεν παρ’ αὐτῶν
diligenter didicit ab eis
se fit préciser par eux

τὸν χρόνον τοῦ φαινομένου ἀστέρος.
tempus stellae, quae apparuit eis
la date d’apparition de l’astre

Καὶ πέμψας αὐτοὺς εἰς Βηθλεὲμ εἶπεν,
et mittens illos in Bethlehem dixit
et les dirigea sur Bethléem en disant

Πορευθέντες ἀκριβῶς ἐξετάσατε περὶ τοῦ παιδίου
Ite et interrogate diligenter de puero
Allez vous renseigner sur l’enfant

Nombres 22, 7 ; (22, 6)

ἡ γερουσία Μωαβ
seniores Moab
Les anciens de Moab…

καὶ ἦλθον πρὸς Βαλααμ
Cumque venissent ad Balaam
vinrent trouver Balaam

καὶ εἶπαν αὐτῷ τὰ ῥήματα Βαλακ.
et narrassent ei omnia verba Balac
et lui transmirent les paroles de Balaq

(22,6 :
καὶ νῦν δεῦρο ἄρασαί μοι τὸν λαὸν τοῦτον
veni igitur et maledic populo huic
Viens donc et maudis ce peuple

ὅτι ἰσχύει οὗτος ἢ ἡμεῖς·
quia fortior me est
car il est plus puissant que moi)

4) Le signe de Dieu

Matthieu 8, 9-10

Οἱ δὲ ἀκούσαντες τοῦ βασιλέως ἐπορεύθησαν:
Qui cum audissent regem, abierunt.
Sur ces paroles du roi, ils se mirent en route

καὶ ἰδού, ὁ ἀστήρ, ὃν εἶδον ἐν τῇ ἀνατολῇ,
Et ecce stella, quam viderant in oriente
et voici que l’astre qu’ils avaient vu à son lever

προῆγεν αὐτούς, ἕως ἐλθὼν ἔστη
antecedebat eos, usque dum veniens staret
les devançait jusqu’à ce qu’il vint s’arrêter

ἐπάνω οὗ ἦν τὸ παιδίον.
supra ubi erat puer
au-dessus de l’endroit où était l’enfant

Ἰδόντες δὲ τὸν ἀστέρα,
Videntes autem stellam
La vue de l’astre

ἐχάρησαν χαρὰν μεγάλην σφόδρα.
gavisi sunt gaudio magno valde
les remplit d’une grande joie

Nombres 22,12 ; 20-22

καὶ εἶπεν ὁ θεὸς πρὸς Βαλααμ
Dixitque Deus ad Balaam
Dieu dit à Balaam :

Οὐ πορεύσῃ μετ αὐτῶν οὐδὲ καταράσῃ τὸν λαόν
Noli ire cum eis neque maledicas populo
Tu n’iras pas avec eux, tu ne maudiras pas ce peuple

καὶ ἦλθεν ὁ θεὸς πρὸς Βαλααμ νυκτὸς καὶ εἶπεν αὐτῷ
Venit ergo Deus ad Balaam nocte et ait ei:
Dieu vint à Balaam pendant la nuit et lui dit :

Εἰ καλέσαι σε πάρεισιν οἱ ἄνθρωποι οὗτοι,
Si vocare te venerunt homines isti
Ces gens ne sont-ils pas venus t’appeler ?

ἀναστὰς ἀκολούθησον αὐτοῖς·,
surge et vade cum eis,
Lève-toi et pars avec eux.

ἀλλὰ τὸ ῥῆμα ὃ ἂν λαλήσω πρὸς σέ, τοῦτο ποιήσεις.
ita dumtaxat ut, quod tibi praecepero, facias
Mais tu ne feras que ce que je te dirai

καὶ ἀναστὰς Βαλααμ τὸ πρωὶ ἐπέσαξεν τὴν ὄνον αὐτοῦ
Surrexit Balaam mane et, strata asina sua,
Au matin, Balaam sella son ânesse

καὶ ἐπορεύθη
profectus est [cum eis]
et partit…

καὶ ἀνέστη ὁ ἄγγελος τοῦ θεοῦ
stetitque angelus Domini in via contra Balaam
et l’ange du Seigneur se posta sur sa route

ἐνδιαβάλλειν αὐτόν
ut adversaretur ei,
pour lui barrer le chemin

5) La prosternation

Matthieu 2,11

Καὶ ἐλθόντες εἰς τὴν οἰκίαν,
Et intrantes domum
Entant dans le logis
_
_

εἶδον τὸ παιδίον μετὰ Μαρίας τῆς μητρὸς αὐτοῦ
viderunt puerum cum Maria matre eius
ils virent l’enfant avec Marie sa mère

_
_

καὶ πεσόντες προσεκύνησαν αὐτῷ
et procidentes adoraverunt eum
et tombant à genoux ils se prosternèrent devant lui

Nombres 22,31

ἀπεκάλυψεν δὲ ὁ θεὸς τοὺς ὀφθαλμοὺς Βαλααμ
Protinus aperuit Dominus oculos Balaam
Alors l’Ange du Seigneur ouvrit les yeux de Balaam

καὶ ὁρᾷ τὸν ἄγγελον κυρίου ἀνθεστηκότα ἐν τῇ ὁδῷ
et vidit angelum Domini stantem in via
Il vit l’Ange du Seigneur posté sur la route

καὶ τὴν μάχαιραν ἐσπασμένην ἐν τῇ χειρὶ αὐτοῦ
evaginato gladio in manu eius
son épée à la main.

καὶ κύψας προσεκύνησεν τῷ προσώπῳ αὐτοῦ.
adoravitque eum pronus in terram
Il s’inclina et se prosterna face contre terre

6) Le retour

Matthieu 2, 12

Καὶ χρηματισθέντες κατ’ ὄναρ
Et responso accepto in somnis
Après quoi un songe les ayant avertis

μὴ ἀνακάμψαι πρὸς Ἡρῴδην,
ne redirent ad Herodem
de ne point retourner chez Hérode

δι’ ἄλλης ὁδοῦ
per aliam viam
par une autre route

ἀνεχώρησαν εἰς τὴν χώραν αὐτῶν.
reversi sunt in regionem suam.
ils rentrèrent dans leur pays

Nombres 22, 34-35 ; (24, 25)

καὶ εἶπεν Βαλααμ τῷ ἀγγέλῳ κυρίου
Dixit Balaam
Balaam répondit à l’Ange du Seigneur

Ἡμάρτηκα, οὐ γὰρ ἠπιστάμην
Peccavi nesciens
J’ai péché, j’ignorais

ὅτι σύ μοι ἀνθέστηκας ἐν τῇ ὁδῷ εἰς συνάντησιν·
quod tu stares contra me in via
que tu étais posté sur mon passage

καὶ νῦν εἰ μή σοι ἀρέσκει, ἀποστραφήσομαι.
et nunc, si displicet tibi, revertar.
et maintenant, si cela te déplait, je m’en retourne.

καὶ ἐπορεύθη Βαλααμ μετὰ τῶν ἀρχόντων Βαλακ.
Ivit igitur cum principibus Balac
Balaam s’en alla donc avec les princes envoyés par Balaq

(24, 25 ; derniers mots du récit :

καὶ ἀναστὰς Βαλααμ
Surrexitque Balaam
puis Balaam se leva

ἀπῆλθεν ἀποστραφεὶς εἰς τὸν τόπον αὐτοῦ,
et reversus est in locum suum
partit et retrouna chez lui

καὶ Βαλακ ἀπῆλθεν πρὸς ἑαυτόν.,:
Balac quoque via, qua venerat, rediit.
Balaq lui aussi passa son chemin)

Conclusions

Concluons de plusieurs points de vue : en premier lieu sur le fait que la structure narrative de Matthieu s’appuie sur de nombreux textes de l’ancien Testament (dont celui de Balaam mais on peut en montrer de nombreux autres) car dans sa confrontation au judaïsme rabbinique naissant, Matthieu veut montrer que Jésus accomplit les promesses faites au peuple Juif en les dépassant. Cependant cette structure narrative met en scène des faits historiques qui ne font aucun doute pour la communauté chrétienne dont est issu cet évangile : naissance sous Hérode, rôle particulier de Joseph, enfance à Nazareth, faits qui ne sont pas mis en cause par la critique moderne mais qui ne trouvent leur sens que placés dans l’histoire des chrétiens que Matthieu raconte.

En ce qui concerne l’histoire de l’art, le tableau de Rembrandt n’a de sens que si on lit en parallèle l’histoire de Balaam racontée dans le livre des Nombres et que l’on prend conscience que nous voyons la scène à travers les yeux de l’ânesse. Quand elle reçoit les coups de bâton, elle seule voit l’ange de Dieu qui bloque le passage étroit où ils sont engagés entre la muraille et le vide. Les dignitaires sur leur cheval n’ont qu’un regard méprisant pour ce rustre de Balaam (bien qu’il soit assez richement habillé) qui est incapable de faire avancer sa monture. Quant aux deux serviteurs, ils restent dans l’ombre de leur maitre. Nous voyons donc la scène comme l’ânesse la voit et nous la voyons s’adresser à son maitre dont l’œil cependant bienveillant nous laisse anticiper son acceptation du signe de Dieu, ce qui va arriver immédiatement ensuite. La vision de Rembrandt en nous faisant voir la scène par les yeux de l’humble servante de Balaam replace le spectateur dans la vision évangélique où les humbles précédent les puissants dans le Royaume : le calvinisme de Rembrandt est plus respectueux du message chrétien que la contre-réforme catholique qui inspire les œuvres du Caravage qui, au moins quand il évoque l’ancien Testament, le présente sous un jour sanglant (Judith décapitant Holopherne, Sacrifice d’Isaac, David et Goliath).

Si maintenant on veut faire une lecture non confessionnelle de l’étoile des Rois Mages et de l’ânesse de Balaam, il faut opérer selon plusieurs perspectives. Le sens littéral du récit est qu’il s’agit d’un évènement de la marche du monde : conjonction de planètes (ou comète) dans un cas, conduite bizarre d’une monture familière dans l’autre. La lecture confessionnelle y voit un signe de Dieu, la lecture non confessionnelle prend acte de cette croyance sans la prendre à son compte. On pourrait penser qu’aucun accord de lecture ne peut intervenir de ce fait mais c’est oublier le« sens moral » de l’Écriture [2] qui peut être partagé entre les deux lectures : il consiste à repérer que des évènements peuvent être porteur de sens à condition que leur spectateur ait l’ouverture d’esprit requise. Les Anciens interprétaient déjà les signes du ciel mais aussi les actes manqués et ceux-ci depuis le freudisme sont d’ailleurs revenus objets d’attention. De nos jours l’esprit scientifique considère que le hasard, si l’on est attentif, peut conduire à des découvertes intéressantes (sérendipité) ; chez les acteurs sociaux on baptise souvent cette attitude de sensibilité au réel ; entre les personnes, d’attention. C’est une exigence toujours requise si on ne veut pas s’enfermer dans son passé,  sa routine ou ses préjugés.


Voir en page Actualité le signalement de quelques  livres récents

– Laurence Gauthier et Jacqueline Zorlu, Paris en latin, Legenda est Lutetia, Parigramme, 2014
– Jérôme Gavin et Alain Schärlig,  Sur les doigts, jusqu’à 9999. La numération digitale, des Anciens à la Renaissance, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2014
– Henriette Walter, Minus, Lapsus et Mordicus. Nous parlons tous latin sans le savoir, Robert Laffont, 2014.

Ainsi que l’actualité astronomique des Trois Rois


  1. André Paul, L’évangile de l’enfance selon saint Matthieu, Cerf, 1984 []
  2. sur les quatre sens de l’Écriture et leur application à la culture voir ce précédent billet []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *