Statistiques de la rentrée, mais de l’an dernier

Comme tous les ans, les services statistiques du Ministère de l’Éducation nationale viennent de publier les Repères & Références Statistiques de 2015 [1] qui concernent non pas la rentrée qui vient de se faire, mais celle de l’an dernier. Ce retard, tout à fait légitime du fait de la masse documentaire à rassembler, nous permet d’avoir des statistiques indépendantes de la réforme du Collège en train de se mettre en place. En effet, bien que cette réforme ne doive s’appliquer qu’à la rentrée 2016, elle aura peut-être eu un impact sur les entrées en latin en 5e qui viennent d’avoir lieu. Nous le verrons dans un an au niveau national ou dès maintenant au niveau local par le biais des réactions des enseignants.

 EvolLatin5e2000-2014Comme on peut le voir, la baisse générale des pourcentages d’élèves entrant en première année de latin en 2014 se poursuit, tant dans le public que dans le privé.

Les substituts du latin

Certains pensent que cette baisse vient du fait que d’autres langues se substituent au latin : étudions cette hypothèse.

Le désir de mettre son enfant dans une « bonne classe », qui existe dans l’esprit de certains parents, peut se faire aussi en utilisant d’autres enseignements linguistiques que le latin. Certaines équipes pédagogiques ont d’ailleurs eu aussi ce point de vue et se sont servi de la présence du latin, de l’allemand ou des sections européennes pour éviter que leur établissement ne souffre d’une désaffection des parents.
Examinons le même graphique que précédemment mais en lui ajoutant le pourcentage d’élèves faisant de l’allemand en 5e (essentiellement dans des classes « bilangues ») et le pourcentage d’élèves en sections européennes (ou internationales, mais elles sont très minoritaires) soit au collège, soit au lycée.

LatinAllemandSectEur2000-2014La décroissance du latin correspond à la progression d’autres langues : attention, il ne peut y avoir substitution au sens strict que pour l’allemand [2]. Si les sections européennes ne débutent au collège qu’en 4e, leur développement sur la période indique bien une tendance au développement d’autres langues que le latin.

Le cas du chinois

Le développement du chinois sur la même période est aussi à étudier : pour ce faire le graphique suivant ne travaille plus en proportion, mais en effectifs pour pouvoir se rendre compte de l’importance réciproque des choix de langue. La représentation est logarithmique pour pouvoir voir en même temps les évolutions dans le temps de langues aussi différentes en effectifs que l’anglais (qui concerne 5 millions d’élèves) ou le japonais (qui n’en concerne que 3 000).

ToutesLangues2005-2014Sur un fond de stabilité du fait qu’il s’agit d’un cumul de la 6e à la terminale pour le public et le privé (où l’on voit que le latin est la 4e langue étudiée), le chinois passe d’environ 10 000 à plus de 30 000 élèves en 9 ans et fait ainsi figure d’exception.

Les opinions souvent rencontrées pour rendre compte de cet engouement sont d’abord le désir d’investir linguistiquement dans un pays riche en débouchés économiques (comme ce fut le cas du russe à une époque aujourd’hui révolue) mais aussi, par ce choix marginal, de se trouver avec les meilleurs. Une enquête précise s’imposerait mais si ce choix reste encore marginal dans le secteur des langues « rares » (où se trouve le grec ancien d’ailleurs), sa progression est le signe que les parents des catégories supérieures utilisent des choix de langue pour échapper au lot commun.

Écoles hors-contrat

Ce désir d’échapper au lot commun se manifeste également par la progression des écoles privées hors-contrat : un courant pour une école « totalement libre » se développe. Sur le blog de la Fondation pour l’école qui aide à la constitution de telles écoles, on peut lire ceci :

Face aux résultats médiocres de l’Éducation nationale et à la saturation des établissements catholiques, ce sont les écoles hors contrat qui se développent. « En 2014, 51 écoles hors contrat ont été créées, et cette année je pense qu’il y en aura encore davantage, estime Lionel Devic, président de la Fondation pour l’École, qui prodigue conseils et formations à ceux qui veulent créer ce type d’établissement. Les écoles Montessori constituent le plus gros de l’augmentation. »

Ce courant est cependant marginal et ne revendique que 60 000 élèves au total.

Expliquer la baisse du choix du latin

 Le choix du chinois et a fortiori du hors-contrat restent des phénomènes marginaux qui ne permettent pas de rendre compte de la tendance à la baisse du choix du latin. Pour pouvoir proposer une tentative d’explication, il faut prendre en compte l’évolution depuis 1969.

En effet auparavant, le latin était étudié de la 6e à la 1ère dans les sections classiques de l’enseignement secondaire, le « classique » étant jugé à l’époque par les familles bien supérieur au « moderne ». La réforme Faure de 1969, dans la foulée de 1968, repousse le début de l’enseignement du latin en 4e. François Bayrou en 1996 avancera en 5e cette possibilité.

PremièreAnnéeLatin1970-2014La progression qui va de 1970 à 1990 (maximun à 27,5%) s’explique dans le cadre de la réforme Haby du collège unique de 1975 : le nombre de classes de 4e où un professeur de latin est disponible va en augmentant dans les nouveaux collèges, ce qui explique la progression du pourcentage. Il s’agit d’un effet mécanique lié à l’offre de latin faite progressivement à la totalité de la classe d’âge.

Ce dont il faut tenter de rendre compte, c’est de la décroissance de 1990 à 2014 : je propose à cette fin de prendre en compte simplement l’héritage acquis en latin en faisant l’hypothèse que moins la formation en latin aura été importante pour un enfant, moins il fera faire du latin à ses enfants quand il sera devenu parent.

Pour mieux comprendre le mécanisme en jeu, prenons l’exemple de François Bayrou qui a montré de 1996 à aujourd’hui encore son engagement fort dans la défense du latin, exemple qui reflètera l’investissement maximum en latin de sa génération. François Bayrou, né en 1951, a passé son bac en 1968 et a donc suivi un enseignement de latin en section classique de lycée (qu’il a prolongé par une agrégation de Lettres classiques). Il a donc suivi en moyenne 4 heures de cours par semaine pendant 6 ans : à raison de 36 semaines par an cela fait presque 900 heures de cours de latin.

Une personne née 20 plus tard en 1971 fera sa scolarité latine avec le plus souvent 2 heures de cours par semaine. Ce sera encore avec une poursuite au lycée car à cette époque le taux de survie au lycée est encore fort. Au total 3h en 4e puis 4 fois 2h (en incluant la terminale) par 36 semaines soit environ 400 heures.

Dix ans après, pour une naissance en 1981, la survie au lycée étant devenue très faible, le nombre d’heures se réduit à 3h (5e) [3] + 2 fois 2h (4e et 3e) par 36 semaines soit environ 250 heures.

Le principe bien connu que l’on est d’autant plus attaché à une réalité que l’on a d’autant plus investi en elle [4], a la conséquence que les parents seront plus ou moins attaché à ce que leurs enfants fassent du latin selon leur investissement personnel.

Construisons un modèle de 5 ans en 5 ans en supposant les étapes suivantes : début du secondaire à 11 ans, bac à 18, premier enfant à 24 ans, première année de latin de l’enfant, soit à 13 ans en 4e avant 1996, soit à 12 ans en 5e après. Le nombre d’heure de latin reçues par les parents (dernière colonne) est lissé pour les années intermédiaires.

ModèleInvestissementOn constate que jusqu’en 1988 (pour la première année de latin de l’enfant) les parents ont reçu la formation forte de la section classique des lycées, et que ce n’est qu’après cette date que le total des heures de latin reçues par les parents décroit d’une manière très forte. La baisse de l’investissement en latin des parents coïncide avec le fait que le pourcentage en première année de latin baisse depuis 1990.

On a là un modèle raisonnable d’évolution pouvant se résumer par le fait que l’investissement fort de la section classique a poussé les parents à faire étudier le latin par leurs enfants. Quand cet investissement est progressivement divisé par trois, la propension à faire faire du latin diminue de ce fait et ce à partir de 1990 jusqu’à aujourd’hui.

L’avenir prédit par le modèle serait une stabilisation à un niveau un peu plus bas (à partir de 2017) mais la réforme à venir modifiera profondément la situation et on ne peut donc rien dire du futur. On peut cependant faire l’hypothèse que si la réforme actuelle, qui réduit fortement la part du latin, n’a pas soulevé l’opposition massive de la classe politique, c’est que précisément cette classe politique, plus jeune que François Bayrou né en 1951, a eu un investissement en latin plus faible qu’auparavant.

  1. disponibles en ligne : tous les chiffres utilisés pour les graphiques de ce billet sont issus des diverses années des Repères & Références Statistiques []
  2. voir le billet consacré aux classes bilangues []
  3. à partir précisément de la réforme Bayrou []
  4. théorisé en psychologie sociale sous le nom de réduction de la dissonance cognitive []

2 réflexions au sujet de « Statistiques de la rentrée, mais de l’an dernier »

  1. Dans mon petit collège de campagne alsacienne, mes effectifs de 5e ont doublé à la rentrée 2015 par rapport à 2014 : ils sont 23 (pour environ 110 élèves) contre 11 l’an dernier (pour environ 90 élèves).

    1. @ Benoit

      Serait-il possible que cette aumentation ait un rapport avec ce qui se passe au sein de l’Église catholique…? Alsace/Église?
      Ou peut-être je rapproche deux chose qui n’ont aucun rapport…
      Ici, en Amérique du Nord, il y a une explosion de la demande de latin, liée d’une part à des processus de sélection en milieu privé en vue d’intégrer des Universités exclusives (Ivy Leagues), mais il y a aussi un phénomène autour du retour de la messe en latin: entre les aspirants séminaristes, le retour du chant grégorien, les garçons de choeur, les fidèles de façon générale, Juventutem etc. Il y a de la demande. Beaucoup de cours semi-privés avec méthode Orenberg et même des cours en paroisse…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *