Les aqueducs, ce sont les cathédrales des romains

C’est Paul Veyne qui le dit dans un entretien [1] et on reconnait bien là sa manière de faire. Il refuse toujours les rapprochements avec notre époque, qui semblent aller de soi, mais en propose d’autres qui nous surprennent et nous font réfléchir. On l’a vu récemment pour les Jeux Olympiques : il ne faut pas identifier nos Jeux olympiques avec les concours qui se sont tenus à Olympie dans l’antiquité mais il compare ces concours au prix Nobel.

Il s’explique : les élites richissimes de l’antiquité romaine font construire tout un apparat architectural, comme des amphithéâtres ou des aqueducs qui sont au fond inutiles. Son interlocuteur proteste. Il répond :

À quoi servait un aqueduc ? À alimenter quelques fontaines et les bains publics. C’est une gigantesque et inutile dépense, comparable à celles du Moyen Âge pour les cathédrales. Les aqueducs, ce sont les cathédrales des romains

Voici le contexte : jouons le jeu et tentons de faire la comparaison sérieusement. Tout d’abord dans le registre de la monumentalité : pour les cathédrales on peut en avoir facilement sous les yeux, pour les aqueducs allons voir ce qui reste du plus magnifique (magnificentissime) selon Frontin [2]. Il s’agit de l’aqua Claudia qui porte ce nom parce que terminé en 52 par l’empereur Claude et dont on peut voir des arches de plus de 25 m de haut (ci-dessous) dans le  « parc des aqueducs » au sud-est de Rome (vers Cinecittà). Sachant que la voute de la cathédrale Notre Dame est à 33 m nous sommes bien dans le même registre de monumentalité.

DSCN2908RedLa notion d’apparat, utilisée par Veyne, met en relief le fait que l’aqueduc est destiné à la gloire du pouvoir (et à son usage propre) : Frontin nous donne une répartition numérique du débit de l’aqua Claudia précisément (et d’un autre aqueduc qui lui est superposé, l’Anio Novus, comme on peut le voir ci-dessous dans le parc des aqueducs où à son entrée dans Rome par la Porta Maggiore).

AppiaClaudiaAnnioNovus

La répartition est la suivante selon Frontin chapitre 86 : l’unité de compte du débit est la quinaire [3].

Maison impériale 816 23,2%
Particuliers 1 567 44,8%
9 camps 149 4,3%
18 services publics 374 10,7%
12 fontaines monumentales 107 3,1%
226 bassins publics 485 13,9%
Total 3 498 100%

Les particuliers (44,8%) sont les riches propriétaires qui ont obtenu de l’empereur le droit d’avoir une dérivation de l’aqueduc, l’empereur (23,2%) n’étant que le plus riche et le plus puissant d’entre eux. Camps militaires (4,3%) et fontaines monumentales (3,1%) n’utilisent qu’une petite fraction de l’eau. Quant aux services publics (10,7%) ce sont les bains : il y a aussi les bassins publics (13,9%) où les romains pouvaient venir puiser de l’eau. La structure socialement inégalitaire de la répartition apparait bien avec son accaparement par l’empereur et la classe dirigeante des trois quarts de l’eau, mais la plèbe avec le quart restant n’est pas négligée.

Que l’empereur réclame sa part, ce n’était que justice à ses yeux puisque, nous dit l’inscription faite par Claude à l’entrée en service de son aqueduc, la construction a été faite à ses frais (Inscription supérieure de la Porta Maggiore : sua impensa).

 PortaMaggioreSuaImpensaCliquer sur l’image (deux fois)  pour l’agrandir et lire l’inscription supérieure

Retournons-nous maintenant vers les cathédrales avec Duby  pour guide [4]. Le financement des cathédrales est assuré en ponctionnant les riches urbains qui s’enrichissaient dans le commerce et en récupérant les donations de ces mêmes bourgeois (ou celles du roi) qui voulaient assurer leur salut. Duby souligne que ces constructions étaient liées à la volonté de puissance des évêques. Quand Suger fait la description des constructions de Saint-Denis « on le sent frémir de vanité ». Il y a une compétition qui s’instaure entre les évêques du domaine royal, Beauvais marquant, par son échec, les limites de la compétition en hauteur.

Aqueducs comme cathédrales sont donc portés par le désir de prestige de l’empereur ou de l’évêque et c’est cet aspect que voulait souligner Paul Veyne. Quant aux doutes sur l’utilité, il s’agit pour lui de faire réfléchir en cultivant un paradoxe. L’eau courante est certes utile et la cathédrale sert non seulement au culte divin mais était le seul endroit couvert de la ville qui puisse accueillir les réunions de la population urbaine.

Pour mieux se rendre compte de cet aspect d’apparat et de prestige qui entraine un investissement considérable étudions l’exemple de la ville de Nîmes.

L’aqueduc de Nîmes

Les archéologues sont formels [5], Nîmes ne manquait pas d’eau avant la construction de l’aqueduc.

Examinons la situation géographique de la ville  :

CarteNimesLes altitudes du centre ville sont autour de 50m : la ville est dominée par des collines (mont Cavalier à gauche avec la Tour Magne située à 110m, mont Duplan à droite) d’où ruissellent des eaux de pluies qui peuvent devenir dévastatrices. Sous la Tour Magne se trouve la Fontaine de Nîmes source autour de laquelle se sont faites les premières implantations humaines et qui a suffit pendant longtemps pour les besoins de la première agglomération. Au fur et à mesure que la ville romaine se développe (premier siècle av. JC), les besoins en eau sont couverts par des puits qui utilisent la nappe phréatique. Nîmes reçoit le titre de colonie en 45 av. JC  : la ville s’enrichit, construit la Maison Carrée au début du premier siècle de notre ère. Avec un forum (où se situait la Maison Carrée), Nîmes devient une ville qui vit à la romaine. Il lui manque de l’eau à profusion pour en être pleinement une  : de quoi alimenter des bains publics qui consommaient beaucoup d’eau, des fontaines, des bassins publics et c’est la raison de la création de l’aqueduc vers le milieu du siècle. Les arènes, à la fin de ce premier siècle, feront de Nîmes une cité romaine de plein exercice.

Il faut de l’eau de qualité en grandes quantités, où la trouver ? Une source  répond à ces critères : c’est la fontaine d’Eure près d’Uzès  mais elle se trouve à une cinquantaine de km de Nîmes.

CarteGénéraleCette résurgence a un débit moyen de 450 litres par seconde (contre 50 l/s comme débit moyen de la Fontaine de Nîmes). Il s’agit d’un point d’affleurement de la nappe phréatique d’une région calcaire, ce qui entrainera des dépôts très importants de concrétions dans les canalisations.

La fontaine d’Eure, point de départ de l’aqueduc est encore utilisée pour alimenter la ville d’Uzès : le site actuel permet de voir le fort débit existant encore (après prélèvement par le service des eaux de la ville) ainsi que quelques traces de l’ancien aqueduc.

Fontaine d EureSi le Pont du Gard est la partie de l’aqueduc la plus connue, il vaut la peine de le suivre sur les deux km le précédant. Comme par exemple dans le secteur de la Lône :

La Lôneou, plus près de Pont du Gard, dans celui du Pont Rou et de Valive :

Pont Rou2Les concrétions calcaires qui descendent de l’aqueduc du fait de défauts d’étanchéité ont pesé sur l’aqueduc et entrainé dans certains endroits la nécessité de combler les arches pour qu’elles ne cèdent pas sous leur poids.

Pont Rou1L’aqueduc passe sur le Pont du Gard  à 45m au-dessus du lit du Gardon. On sait que l’édifice était prévu pour pouvoir affronter les crues torrentielles et il a pu franchir les siècles. Il a demandé un investissement considérable et cinq années de travaux : ainsi, c’est véritablement une cathédrale qui a été construite pour pouvoir simplement vivre pleinement à la romaine. L’idée de Veyne était bonne.

PontDuGard

***

Après la pub (on n’a rien sans rien), vous pourrez voir ci-dessous une émission de France 3 Aquitaine [6] qui fait parler des archéologues in situ, tout au long du parcours de l’aqueduc jusqu’à Nîmes.

__________

  1. L’Histoire, n° 234, 1999, repris dans Sexe et pouvoir à Rome, Texto, 2016, p. 32 []
  2. Frontin, Les aqueducs de la Ville de Rome, texte établi, traduit et commenté par Pierre Grimal, Les Belles Lettres, 1961, XIII,2, voir un billet précédent sur les aqueducs et l’étude du texte de Frontin []
  3. voir texte []
  4. Le temps des cathédrales dans : Georges Duby, L’art et la société, Quarto Gallimard, 2002 []
  5. L’aqueduc de Nîmes et le pont du Gard : archéologie, géosystème et histoire, sous la direction de Guilhem Fabre, Jean-Luc-Fiches et Jean-Louis Paillet, Nîmes, Conseil général du Gard, Paris, CNRS, 1991, 382 p. ainsi que les publications dérivées : Guilhem Fabre, Jean-Luc-Fiches, Jean Pey, L’eau à Nîmes, Montpellier, Les Presses du Languedoc, 1994 ; Guilhem Fabre, Jean-Luc-Fiches, Philippe Leveau, Jean-Louis Paillet, Le Pont du Gard. L’eau dans le ville antique, CNMH et Presses du CNRS, 1993 []
  6. Cap Sud Ouest Nîmes – Pont Du Gard, aux sources de la romanité par france3aquitaine 2014 []

2 réflexions au sujet de « Les aqueducs, ce sont les cathédrales des romains »

  1. On ne peut comparer que ce qui est comparable. A son habitude Paul Veyne provoque, choque : c’est une méthode stimulante intellectuellement, mais pour Paul Veyne aussi c’est du débat que doit naître l’approche de la vérité, et non de l’acceptation systématique de ses formules, volontairement excessives. On peut ainsi comparer les sanctuaires antiques (des complexes religieux en même temps que financiers et politiques) aux cathédrales, mais la construction des aqueducs relève d’autres démarches.
    – Les aqueducs permettent l’acheminement à débit constant, en toute saison, d’une eau choisie pure, ce que ne peuvent assurer les puits ou les fleuves.
    – L’exemple des villes médiévales nous apprend que les villes approvisionnées avec les seuls puits ou les seuls fleuves pouvaient connaître une considérable pollution domestique des ressources en eau, pollution génératrice de maladies.
    – Un aqueduc n’est pas destiné aux seuls possédants ou à la seule classe dominante d’une cité antique : cette idée est d’ailleurs incompréhensible dans la mentalité de l’époque, tant il paraît alors normal que le riche ou le puissant ait plus de confort que les autres. L’aqueduc est l’affirmation d’une puissance politique et technologique.
    – Frontin, Vitruve et beaucoup d’autres ont démontré combien les Romains étaient conscients de leur supériorité technique et intellectuelle qui apparaissait de manière éclatante à des populations nouvellement romanisées. Mettons-nous à la place d’un gaulois de la région lyonnaise, un Santon, qui voit son pays borné par des constructions qui remodèlent le territoire de ses ancêtres. L’aqueduc rend la présence de Rome concrète, pérenne, et sans doute sidérante tant l’architecture et la prouesse technique sont étrangères aux populations nouvellement dominées.
    – Les aqueducs sont enfin un remarquable générateur de richesses (on parlerait de nos jours de croissance) : les ingénieurs étaient certes des militaires (les aqueducs sont des constructions stratégiques, je le rappelle), mais il faut des esclaves pour les construire, donc du commerce d’esclaves, des mines de plomb et des fabriques qui usinent, selon des normes fixes, les tuyaux des siphons inversés, des fabriques de poterie pour les tuyaux en terre cuite, toute une organisation économique pour construire, entretenir et gérer les complexes multifonctionnels qu’étaient les thermes. En un mot, un aqueduc ça rapportait.
    – Ainsi s’explique que ces constructions étaient voulues, et même attendues par les populations locales : en Bretagne, les systèmes de conduite de Rennes et surtout de Carhaix sont bien connus mais, faute d’aqueducs, les populations côtières plaçaient leurs installations thermales au bord de la mer. A l’époque aussi la modernité pouvait séduire, et il importait de ne pas en être exclu.

    1. Vos remarques sont très justifiées mais la remarque de Veyne, qui admettrait volontiers tout ce que vous dites, se situe à un autre niveau, celui que j’ai cherché à montrer et qui concerne le désir d’apparat, qui n’est pas contradictoire avec les aspects techniques et économiques. Sur l’impact romain dans la région lyonnaise, voyez mon billet sur la centuriation de Valence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *