L’étoile des Rois Mages : mythe ou réalité ?

Le site Connaissance hellénique propose un Dialogue sur l’étoile de Bethléem entre un astronome (Yvon Georgelin) et un helléniste (Christian Boudignon) sur la question de savoir « Qu’est-ce que la prétendue Étoile des Mages ? ». Le propos des Auteurs est de montrer que la tradition de l’évangile de Matthieu s’est fait l’écho d’un phénomène physique bien réel, d’une configuration de planètes tout à fait exceptionnelle qui avait été enregistrée dans un registre babylonien et dont on trouve la trace ensuite dans plusieurs textes jusqu’à Kepler.

couvbrillDans un précédent billet [1], j’avais déjà évoqué la question des Mages venus d’Orient et j’en reprendrai des éléments qui seront utiles pour éclairer le débat. J’utiliserai aussi la littérature sur la question dont un livre récent, fruit d’une rencontre sur cette question qui eut lieu en 2014 entre spécialistes de l’astronomie ancienne et moderne, du monde gréco-romain et du Nouveau Testament [2].

Mais tout d’abord quel est exactement le phénomène astronomique que les Auteurs envisagent ?

On connait le texte de Matthieu 2,1 : des Mages venus d’Orient arrivent à Jérusalem et déclarent qu’ils viennent voir « le roi des Juifs » dont ils ont vu son étoile « en Orient ». Examinons précisément les termes qui sous-tendent la démonstration des Auteurs et qu’ils considèrent comme un vocabulaire technique de l’astronomie ancienne.

Les Mages sont « venus d’Orient » : ἀπὸ ἀνατολῶν, mais comment faut-il traduire ensuite « nous avons vu son étoile ἐν τῇ ἀνατολῇ » [3] ? Dans le premier car, le mot est au pluriel, ce qui en grec est usuel pour désigner cette région : l’Orient ou le Levant, alors que dans le second cas, il semble plutôt s’agir du lever d’un astre et donc de la région du ciel où il apparait. Les différents traducteurs de la Bible tiennent compte, ou non, de cette différence. Jérôme oppose les mages venus d’Orient (ab oriente) à l’étoile vue in oriente c’est-à-dire soit à son lever soit en Orient. Les traductions françaises hésitent, proposant dans le texte « à l’Orient » et en note « à son lever » (TOB), ou l’inverse pour la BJ. Bayard est ambigu « à l’est, nous avons perçu son étoile » car « l’est » peut désigner aussi-bien une région qu’un point de l’horizon. Osty-Trinquet prend le parti de la région en mettant une majuscule à Levant : « Car nous avons vu son étoile au Levant ».

Le phénomène astronomique

Pour les Auteurs de Connaissance hellénique, le lever dans « nous avons vu son étoile ἐν τῇ ἀνατολῇ , in oriente» doit être compris comme un terme technique d’astronomie antique désignant le lever d’un astre (étoile ou planète), c’est-à-dire quand il devient visible pour la première fois juste avant le lever du soleil.

Si ce lever a été notable, c’est qu’il a concerné deux planète en même temps : Jupiter et Saturne qui se sont déplacées ensemble dans le ciel. Non seulement elles étaient proches mais elles se sont déplacées par rapport à la voute des étoiles de manière qui semble coordonnée. On sait en effet que les planètes (le mot grec οἱ πλάνητες signifie « les errantes ») semblent effectuer dans le ciel au fil des nuits des mouvements tantôt dans un sens, tantôt dans l’autre. Quand dans le ciel deux planètes (éventuellement trois quand Mars s’y joint) effectuent un ballet fait de rattrapages, de dépassements, de retours en arrière, de nouveaux arrêts puis de nouveaux départs, ce qui est appelé un phénomène de conjonction, on comprend que des astronomes-astrologues professionnels que sont des Mages d’Orient y voient un signe annonçant un évènement important.

Or c’est effectivement ce qui s’est passé de mai 7 av. J.-C. à mars 6 av. J.-C dates qui correspondent à peu près à la naissance du Christ telle qu’on peut la calculer aujourd’hui. C’est calculable aujourd’hui mais des tablettes en cunéiforme de l’époque séleucide, qui enregistrent les éphémérides, ont été retrouvées et elles indiquent bien les levers et les évolutions des planètes dans les mêmes portions du ciel pour les dates indiquées. Le phénomène avait donc été repéré dès l’antiquité et les Auteurs veulent montrer que l’écho de cette connaissance (à défaut des Mages eux-mêmes) est parvenu jusqu’au rédacteur de l’évangile de Matthieu.

A titre de preuves, ils citent des textes postérieurs :

  • La lettre d’Ignace d’Antioche aux Ephésiens évoque des astres qui forment un cortège autour d’un astre brillant (qui serait Jupiter).
  • Le Protévangile de Jacques évoque lui aussi un astre brillant dans un groupe d’astres.
  • L’Evangile apocryphe du pseudo Matthieu parle d’un astre immense qui brillait la nuit au-dessus de la grotte et qui évoque encore Jupiter.
  • Jean Chrysostome, Homélie IV sur Matthieu évoque un astre qui avance et s’arrête, comme font les planètes.
  • Annales de l’abbaye de Worcester, 1285. Le texte est le suivant :

Saturnus et Jupiter, eodem anno,
La même année, Saturne et Jupiter
erant in coniunctione in Aquario,
étaient en conjonction dans le Verseau
 quod non contigit post incarnationem,
ce qui ne s’était pas produit depuis l’Incarnation

Les Auteurs tirent de ce texte la conclusion suivante : « c’est stupéfiant. Comment la tradition orale a-t-elle pu conserver pendant des siècles une information aussi précise qui ne laisse plus aucun doute sur le phénomène de l’Étoile de Bethléem ? »

« Aucun doute » ? Le doute est cependant permis, non pas sur la réalité du phénomène astronomique, mais sur son utilisation par Matthieu.

Banalisation du texte de Matthieu

Rappelons le scénario de Matthieu : les Mages vont à Jérusalem à la recherche du Roi des Juifs et on leur indique qu’il doit naitre à Bethléem. Suivons le texte (Mt 2, 9-10) [4] :

Οἱ δὲ ἀκούσαντες τοῦ βασιλέως ἐπορεύθησαν
Qui cum audissent regem, abierunt
Sur ces paroles du roi, ils se mirent en route

καὶ ἰδού, ὁ ἀστήρ, ὃν εἶδον ἐν τῇ ἀνατολῇ
Et ecce stella, quam viderant in oriente
Et voici que l’astre qu’ils avaient vu à son lever

προῆγεν αὐτούς, ἕως ἐλθὼν ἐστάθη
antecedebat eos, usque dum veniens staret
les devançait jusqu’à ce qu’il vint s’arrêter

ἐπάνω οὗ ἦν τὸ παιδίον.
ubi erat puer
au-dessus de l’endroit où était l’enfant.

Ἰδόντες δὲ τὸν ἀστέρα, ἐχάρησαν χαρὰν μεγάλην σφόδρα.
Videntes autem stellam gavisi sunt gaudio magno valde.
La vue de l’astre les remplit d’une très grande joie.

Les Mages semblent dotés d’un GPS qui leur indique la marche à suivre et leur indique quand ils sont arrivés, ce qui les réjouit beaucoup. Matthieu a donné un côté miraculeux à son récit et vouloir le banaliser est faire violence au texte.

En effet, les Auteurs disent :

« L’astre les guidait en les précédant… ». Cette phrase n’a rien de choquant. Sur la route de Jérusalem à Bethléem, donc en allant vers le Sud, les Mages voient devant eux Jupiter, Saturne et Mars qui sont alors au méridien, haut dans le ciel. Ces astres, situés à l’infini, semblent les précéder »

Si c’est si normal, pourquoi le phénomène a-t-rempli les mages d’une grande joie, alors que c’étaient des astrologues expérimentés.

«Jusqu’à ce qu’il vînt s’arrêter au-dessus de l’endroit où était l’enfant» n’a rien de choquant non plus. Si vous vous mettez à la fenêtre et haussez votre regard vers la Lune, elle vous semble arrêtée, c’est normal, l’inverse serait inquiétant. »

Si cela n’était pas miraculeux mais banal, pourquoi en parler ? La littérature antique nous donné dans l’Énéide un exemple d’astre miraculeux qui guide (Énéide 2, 693-694), convaincant Anchise qu’il doit quitter Troie :

« A peine le vieillard avait-il parlé que le fracas soudain d’un coup de tonnerre retentit à gauche et que, tombant du ciel, courut à travers la nuit une étoile qui trainait une torche jetant une vive clarté. Nous la voyons filer par-dessus la faîte de la maison et sa lumière va se perdre dans les bois de l’Ida dont elle désignait le chemin. » [5].

Date et lieu de naissance de Jésus

Tout le raisonnement astronomique des Auteurs est basé sur une date de naissance du Christ située en 7/6 avant l’ère chrétienne, mais cette date est incertaine. Pour Annette Merz,  [6] Jésus est né « aux jours du roi Hérode », mention qui est commune à Matthieu 2,1 et à Luc 1,5. Comme Matthieu pour son scénario de comparaison entre l’enfance du Christ et celle de Moïse, avait besoin d’un roi cruel qui fasse tuer les « saints-innocents » dans un cas comme il avait fait tuer les enfants des juifs au temps de Moïse, il choisit Hérode le Grand qui convenait bien pour sa cruauté. Mais ses enfants qui lui succédèrent sont également connus sous le même nom : Hérode Archélaos en Judée et Hérode Antipas en Galilée. Dans le cas de Luc, on sait que le recensement sous Quirinus ordonné par César Auguste ne correspond pas à un recensement connu et que de plus le territoire d’Hérode le Grand n’était pas concerné au point de vue fiscal. Pour Annette Merz, la référence à Auguste qui, selon les Res Gestae, se présentait comme ayant ramené la paix dans le monde, doit être mis en rapport avec Jésus qui est annoncé par les anges de la nativité comme apportant la paix dans le monde. Enfin, en ce qui concerne la naissance à Bethleem, il s’agit  d’indiquer la provenance davidique de la lignée de Jésus car Jésus a toujours de son vivant était considéré comme natif de Nazareth et appelé le Galiléen.

Les récits de l’enfance de Jésus sont motivés tant chez Matthieu que chez Luc par des considérations théologiques qui rendent difficile la naissance à Bethléem et improbable toute datation exacte de sa naissance.

Ceci a des conséquences quand on veut mettre en rapport la naissance du Christ avec des évènements astronomiques : faut-il prendre la Comète de Halley de 12 av.JC, la conjonction de Jupiter, Mars, Saturne de 9, la triple conjonction Jupiter/Saturne de 7, l’occultation par la lune de Jupiter et Saturne de 6, plusieurs étoiles de type nova ou supernova de la période 5 à 2, l’occultation de Vénus par Jupiter de 2 ? [7]. Comme la date de l’évènement est imprécise, la relier à un phénomène astronomique est impossible d’autant plus que le but de Matthieu et de Luc est d’annoncer la bonne nouvelle du salut dont les bergers et les anges se réjouissent, que les cieux annoncent et que le monde entier reconnait.

Quant aux textes invoqués par les auteurs, ils mettent l’accent sur Jupiter, astre effectivement très remarquable ; pour le dernier texte (abbaye de Worcester) la mention de la conjonction est déclarée comme le fruit d’un calcul d’astronomes et non d’un savoir porté par une tradition.

Non prise en compte des origines littéraires du texte de Matthieu

Dans un précédent billet, j’avais déjà, à la suite d’André Paul [8] mis en relief le parallélisme entre le récit de Mathieu et un texte issu du livre des Nombres (chap. 22 à 24) et concernant l’oracle de Balaam. Rappelons le contexte du livre des Nombres : après être sorti d’Egypte grace à Moïse, les Hébreux envahissent les royaume de Moab où le roi Balaq, pour se défendre, fait appel à un oracle célèbre, Balaam afin qu’il vienne maudire les Hébreux. Balaam hésite puis monte sur son ânesse pour se rendre auprès du roi mais un signe divin (son ânesse qui refuse d’avancer et qui lui parle) le convainc qu’il ne faut pas maudire Israël, mais le bénir. Comparons la lettre des deux textes :

ἰδού, μάγοι ἀπὸ ἀνατολῶν
ecce magi ab oriente,
voici que des mages venus d’orient
μετεπέμψατό με Βαλακ …, ἐξ ὀρέων ἀπ ἀνατολῶν
adduxit me Balac  … de montibus orientis
Balaq m’a fait venir … des montagnes d’orient.

Matthieu 2, 1_______________________________Nombres 23,7 (c’est Balaam qui parle)

Comme Balaam, les Mages viennent d’Orient. Par ailleurs, dans une des bénédictions que Balaam va faire au profit d’Israël, il est dit qu’une étoile se lèvera de Jacob (le patriarche à l’origine du peuple d’Israël). Examinons le parallélisme :

Εἴδομεν γὰρ αὐτοῦ τὸν ἀστέρα ἐν τῇ ἀνατολῇ,
Vidimus enim stellam eius in oriente
Nous avons vu son astre en orientκαὶ ἰδού, ὁ ἀστήρ, ὃν εἶδον ἐν τῇ ἀνατολῇ
Et ecce stella, quam viderant in oriente
Et voici que l’astre qu’ils avaient vu à son lever
ἀνατελεῖ ἄστρον ἐξ Ιακωβ
Orietur stella ex Iacob
Un astre se lèvera de Jacob

Matthieu 2,2 et 2,9_____________________________ Nombres 24,17

L’astre qui se lève en Matthieu est peut-être dans son scénario un phénomène astronomique plus ou moins miraculeux mais c’est un rappel de l’étoile de Jacob, devenu dans la tradition ultérieure le Messie attendu, celui qu’annonce les prophètes, celui que Matthieu a reconnu comme étant Jésus.

J’ajouterai, en suivant Darrel D.Hannah [9] que la tradition chrétienne va rapidement faire le parallèle entre les deux textes puisqu’elle se retrouve par exemple chez Justin (Dialogue 106, 4), Irénée (adv. Haer. III, 9, 2) et Origène (Homélie sur les Nombres XIII,7,4).

Conclusion

Étudier un texte exige de tenir compte de son genre littéraire et du but poursuivi par l’auteur. Matthieu s’est inspiré d’un texte des Nombres pour mettre en parallèle Jésus et Moïse, ses citations des prophéties de l’Ancien Testament veulent montrer que Jésus est bien de la lignée de David d’où doit venir le Messie (généalogie, naissance à Bethléem) et « qu’il accomplit les écritures » comme il est dit plusieurs fois (1,22 ; 2,15, 2,17, 2,23). L’opposition de Hérode rappelle que le Christ va être condamné par son peuple ce qui fait que le salut va être offert à tous les peuples (finale de Matthieu : « de toutes les nations faites des disciples »), ce dont les Mages sont la préfiguration.

Le caractère miraculeux de l’étoile des Mages s’inscrit dans le contexte gréco-romain d’une croyance en l’astrologie et aux signes du ciel comme celui qui marqua la mort de César (Suétone, Vie de Jules César, 88). Vouloir y voir une attestation d’un phénomène astronomique observé, qui plus est de date incertaine, c’est projeter sur le texte un vocabulaire technique étranger au milieu de la création des évangiles, vocabulaire qui n’a pas laissé de traces dans le Nouveau Testament. Le vocabulaire est celui, biblique, de la louange, que le soleil, la lune et les étoiles doivent au Seigneur (psaume 148).

Si le texte de Matthieu s’enracine dans l’ensemble des croyances astrologiques de l’époque, son but est d’abord de montrer que la naissance de Jésus à Bethléem et les évènements qui vont avec sont la preuve que ce qui avait été annoncé dans les Écritures à propos du Messie est advenu.

C’est ce que chante encore le célèbre cantique de Noël « Il est né le divin enfant » :

« Depuis plus de quatre mille ans,
Nous le promettaient les prophètes »

qui dans sa naïveté se révèle plus proche de Matthieu que les astronomes qui de Kepler à aujourd’hui veulent voir un phénomène astronomique dans l’étoile des Mages.

  1. Textes autour de Noël : l’annonce à Marie, les Rois Mages []
  2. Peter Barthel and George van Kooten (ed.). The Star of Bethlehem and the Magi: interdisciplinary perspectives from experts on the ancient Near East, the Greco-Roman world, and modern astronomy. Leiden ; Boston (Mass.), Brill, 2015, présentation en ligne []
  3. Texte grec du chapitre 2 de Matthieu en ligne. Vulgate de Jérôme en ligne. Traductions françaises utilisées : Traduction œcuménique de la Bible (TOB), Bible de Jérusalem (BJ), traduction Osty-Trinquet, traduction des éditions Bayard []
  4. texte grec sous-titré par la version latine de Jérôme et la version française de la BJ []
  5. traduction Paul Veyne []
  6. Annette Merz, Matthew’star, Luke’Census, Bethlehem, and the Quest for the Historical Jesus », in The Star of Bethlehem…2015, p.463-495 []
  7. liste établie par Bradley E. Schaefer », in The Star of Bethlehem…2015, p.87 []
  8. André Paul, L’évangile de l’enfance selon saint Matthieu, Cerf, 1984 []
  9. in The Star of Bethlehem…2015, p. 433-462 []

2 réflexions sur « L’étoile des Rois Mages : mythe ou réalité ? »

  1. Bonjour,

    Je trouve votre article très intéressant pour deux raisons. Tout d’abord, il comprend des informations instructives sur certaines données historiques et scientifiques qui étayent le récit évangélique en le confirmant. Cependant, vous vous laissez aller à un procès d’intention contre Matthieu en laissant entendre que son récit serait une pure fabrication littéraire consistant à reprendre des éléments bibliques. Or, il me semble qu’une telle analyse procède de préjugés idéologiques sur la valeur de vérité des évangiles. Pourquoi tant de scepticisme alors que il y a des éléments objectifs qui accréditent le récit évangélique? Le fait par exemple qu’il soit possible d’établir une certaine analogie entre l’enfance de Moïse et celle de Jésus ne signifie pas que Matthieu a inventé le massacre des enfants mâles de Bethléem en s’inspirant de celui des enfants mâles juifs en Egypte au temps de Moïse.
    Ainsi quand vous dites: « Le caractère miraculeux de l’étoile des Mages s’inscrit dans le contexte gréco-romain d’une croyance en l’astrologie et aux signes du ciel comme celui qui marqua la mort de César (Suétone, Vie de Jules César, 88). Vouloir y voir une attestation d’un phénomène astronomique observé, qui plus est de date incertaine, c’est projeter sur le texte un vocabulaire technique étranger au milieu de la création des évangiles, vocabulaire qui n’a pas laissé de traces dans le Nouveau Testament. Le vocabulaire est celui, biblique, de la louange, que le soleil, la lune et les étoiles doivent au Seigneur (psaume 148) ». [Cependant, l’observation d’un fait naturel n’exclut pas nécessairement que ce fait puisse être interprété et compris dans un sens surnaturel. La description d’un phénomène naturel y compris en termes poétiques n’exclut nullement la louange. Les deux peuvent se compléter, si on admet au moins deux ordres : celui de la nature telle que nous percevons dans la perspective de notre intelligence humaine, et telle que nous pouvons la percevoir dans une perspective plus spirituelle. Par ailleurs, des logiciels permettent de visualiser le ciel tel qu’il était à l’époque où Jésus devait venir au monde, et une certaine conjonction planétaire pouvait très bien avoir mis des astrologues-astronomes sur la piste du nouveau roi d’Israël]

    « Si le texte de Matthieu s’enracine dans l’ensemble des croyances astrologiques de l’époque, son but [procès d’intention injustifié] est d’abord de montrer que la naissance de Jésus à Bethléem et les évènements qui vont avec sont la preuve que ce qui avait été annoncé dans les Écritures à propos du Messie est advenu ». [Or,ce n’est pas parce que ce qui est raconté dans les Evangiles est conforme à ce qui était annoncé dans l’Ancien Testament qu’il faut nécessairement y voir une construction littéraire a posteriori]

    1. Merci Jérôme de votre commentaire : vous parlez de « procès d’intention », de « préjugés idéologiques » et vous demandez qu’on prenne en compte une autre lecture possible « plus spirituelle ». En un mot vous dites que pour un croyant, on peut à la fois reconnaitre que le texte de Matthieu est influencé par les genres littéraires pratiqués à l’époque mais qu’il peut contenir des éléments factuels indubitables.
      Je vais donc prendre deux exégètes, l’un catholique, l’autre protestant pour voir ce qu’ils disent de la question. Le premier est le père John P. Meier qui enseigne à l’université catholique d’Amérique à Washington et qui a publié en 2009 Un certain juif, Jésus. Les données de l’histoire, Tome I Les sources, les origines les dates, collection « Lectio Divina » ed. du Cerf. Il écrit p. 135 en comparant les différences entre les récits de l’enfance de Matthieu et de Luc que l’historien « doit faire preuve de prudence dans l’utilisation de ces récits comme sources d’information sur Jésus. Les deux récits semblent être en grande partie des produits de la réflexion chrétienne primitive sur la signification salvifique de Jésus Christ à la lumière des prophéties de l’Ancien Testament. (…) Les récits de l’enfance mettent alors en lumière une affirmation théologique essentielle : l’identité de Jésus Chris qui fut pleinement révélée à la résurrection (…) était bien celle de jésus dès l’instant de sa conception ».
      C’est la position qui a été défendue dans ce billet. Il ajoute « les récits de l’enfance peuvent-ils encore fournir des éléments qui puissent contribuer à notre connaissance du Jésus historique ? Pour certains exégètes, il n’y en aurait pratiquement aucun. Cependant une réponse totalement négative est peut-être excessive ». Le point d’accord des spécialistes est temporel : cela s’est passé sous Hérode.
      Prenons maintenant la position d’un protestant, Daniel Marguerat dans Vie et destin de Jésus de Nazareth, paru au Seuil en 2019, il s’y déclare « un croyant, et même un théologien chrétien ». Le paragraphe consacré aux récits de l’enfance s’intitule « Des contes savants ».
      « Chez Matthieu, l’Évangile de l’enfance est imbibé d’histoire juive (…) La visite des mages d’Orient déclenche la fuite en Égypte, afin de préserver l’enfant de la fureur d’Hérode. Ce qui est raconté là est un exode à rebours : Hérode le roi des juifs fait tuer les nouveau-nés de Bethléem comme Pharaon avait exterminé les enfants mâles d’Israël (Ex 1), et l’Egypte, qui était le lieu de la servitude des Hébreux, devient pour la petite famille le pays du refuge. (…) Dans ce conte théologique aux couleurs sombres, la naissance de jésus présage le drame du refus qui lui sera opposé ». Il présence ensuite Luc et conclut : « Ces deux histoires de naissance, bien différentes, sont moins des émanations de la foi populaire que de savantes compositions théologiques ».
      Je n’ajouterai pas grand-chose sinon que d’être croyant ne dispense pas de distinguer l’essentiel de l’accessoire dans les Évangiles. La différence entre l’exégète catholique et le protestant est que ce dernier est plus libre vis-à-vis de la tradition, mais il est cependant croyant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.