Archives de catégorie : Actualité

Ce que nous devons à Paul Veyne

Le prochain billet ne pourra être mis en ligne le 1er décembre comme prévu du fait de mon hospitalisation pour cause de covid.

***

Paul Veyne est décédé le 29 septembre dernier et je voudrais présenter ici son apport, non pas en tant qu’historien de Rome mais dans l’optique du présent carnet de recherche, voir comment il nous aide à réfléchir sur l’enseignement du latin et d’abord sur la question du latin comme élément de distinction à la suite des travaux de Pierre Bourdieu.

Continuer la lecture de Ce que nous devons à Paul Veyne

L’actualité de Julien l’Apostat

Julien dit l’Apostat, le livre de Lucien Jerphagnon (1921-2011) est justement célèbre : Paul Veyne qui le préface nous dit qu’il se lit comme un roman, mais comme un roman véridique du fait des qualités scientifiques de son auteur. Expérience faite, il est vrai qu’il est difficile de ne pas être pris par cette succession d’évènements qui constituent la vie de Julien qui a failli être mis à mort à l’âge de 6 ans et qui terminé sa vie sur un champ de bataille à 32 ans. Je vous invite à faire cette expérience : vous y trouverez une bonne dose d’histoire de l’Antiquité et un livre que l’on a du mal à lâcher, donc un livre parfait pour les vacances [1].

Continuer la lecture de L’actualité de Julien l’Apostat

  1. Lucien Jerphagnon, Julien dit l’Apostat, le livre est paru en 1986 au Seuil et a été réédité en poche chez Taillandier dans la collection Texto en 2020 []

Petit manuel de campagne électorale

En 64 av. J.C. Cicéron se présente aux élections consulaires (c’est pendant ce consulat qu’il aura à lutter contre Catilina). Son frère Quintus lui envoie en vue de cet élection un ensemble de conseils connu sous le nom de commentariolum, (c’est-à-dire un diminutif de commentarium, mémoire, recueil de notes, comme les Commentaires de César),  un petit manuel ; petitionis, de candidature, ici de nature électorale devant les comices centuriates.

Au moment de la sortie d’une première édition de ce texte [1] nous sommes en 2017 peu avant la précédente campagne électorale présidentielle qui devait conduire à l’élection d’Emmanuel Macron. Un journaliste du Figaro de l’époque, Éric Zemmour, commente cette parution dans les termes suivants : « (…) en cette année 64 avant J.-C., Cicéron est en campagne électorale à Rome. Il guigne le poste de consul. Son frère lui concocte un petit manuel de campagne électorale, qui s’avère un bijou de cynisme et de lucidité. L’élève endosse un instant les habits du maître. Le cadet devient le mentor. Il écrit un modèle du genre qui n’a pas pris une ride en deux mille ans et qui, au fil des pages, nous rappelle étonnamment quelqu’un, et pas seulement en raison de la rime facile de leurs patronymes. À chaque phrase, à chaque conseil, à chaque recommandation, on ne peut s’empêcher de s’éloigner en pensée de Rome pour voguer vers Paris : le consul se fait président, et derrière Cicéron se glisse notre Macron » [2]. Et Zemmour d’enchainer sur le fait que Macron est un homme nouveau, comme Cicéron, qu’il doit s’appuyer sur le forum, aujourd’hui constitué par l’agora médiatique ; qu’il doit savoir flatter ; qui se réfère à Ricoeur comme Cicéron le faisait à Platon. Son texte finit par cette phrase : « Cachez-moi ce cynisme que je ne saurais voir. Les âmes ingénues pourraient y perdre leurs illusions. Et le système démocratique n’y survivrait pas ».

Aujourd’hui, une telle présentation pose deux questions : est-ce que Éric Zemmour donne une bonne vision du texte de Quintus Cicéron ? Répondons immédiatement que ce n’est pas le cas, mais posons-nous aussi la question de savoir qui fait courir un risque au système démocratique dans la présente élection ?

Continuer la lecture de Petit manuel de campagne électorale
  1. Quintus Cicéron, Petit manuel de campagne électorale.  Marcus Cicéron, Lettres à son frère Quintus, texte latin, révisé, traduit et commenté par François Prost, Les Belles lettres, 2017 []
  2. FigaroVox du 20/12/2017 []

Échos du Plan national de formation du 16 novembre 2021

Certaines interventions faites lors du Plan national de formation du 16 novembre 2021 nous incitent à la réflexion. Cette journée était l’occasion du lancement par des ministres européens d’une « alliance éducative pour l’enseignement des langues anciennes » dont on pourra trouver le détail sur le site d’Arrête ton char !. Je voudrais me centrer sur deux interventions qui semblent au cœur d’une définition actuelle de ce que peut être l’enseignement des LCA

Pourquoi est-il urgent de réadopter les Anciens ?

Cette interrogation de Pierre Judet de la Combe (que l’on pourra lire en ligne), a occupé la première place au cours de la matinée : ceci conforte son rôle comme caution théorique des orientations actuelles du Ministère. Cela avait été déjà le cas en 2001 quand Jack Lang, alors ministre de L’Éducation nationale avait chargé Heinz Wismann, philosophe et philologue, directeur d’étude à l’EHESS d’un rapport d’orientation sur l’avenir des études classiques en France. Un changement politique avait interrompu le processus et H. Wismann avait écrit en 2004, avec P. Judet de la Combe, L’avenir des langues qui tenait lieu de rapport (et dont j’ai rendu compte dans un précédent billet). C’est cette pensée qui assigne un rôle à l’enseignement des langues anciennes, complétée aujourd’hui par une nouvelle réflexion que nous allons étudier en détail.

Continuer la lecture de Échos du Plan national de formation du 16 novembre 2021

L’Autorité de l’art antique

Comme je le disais en conclusion de mon dernier billet, nous avons vu de nombreuses fois dans ce carnet que l’Antiquité utilisée dans des productions actuelles est source de respectabilité. Elle est une mise en valeur de ce qu’elle touche comme par un coup de baguette magique, qu’il s’agisse des universités parisiennes en 1971 qui furent numérotées en chiffres romains [1], du rappeur Booba qui donne un titre latin à son spectacle [2], de marques commerciales qui utilisent une racine grecque ou latine dans leur nom de marque ou leurs produits [3]. D’où vient cette aura, ce surplus apporté par l’Antiquité ? C’est cette question que je voudrais traiter aujourd’hui en m’appuyant sur l’idée fondamentale mise à jour par Bernard Lahire dans son ouvrage, Ceci n’est pas qu’un tableau [4] que c’est une « domination » qui explique la magie de l’art, qui le rend sacré. Le sous-titre du livre « Essai sur l’art, la domination, la magie et le sacré » constitue en fait une première partie de 400 pages qui va rendre compte de ces phénomènes.

Continuer la lecture de L’Autorité de l’art antique

  1. les chiffres romains, passé, présent, avenir []
  2. Nero nemesis []
  3. De Kiloutou à Nike. L’effet de marque []
  4. Bernard Lahire, Ceci n’est pas qu’un tableau, La Découverte, 2020 []