Archives de catégorie : Faits de langue

Qui est l’auteur du Satyricon ?

Qui est l’auteur du Satyricon ? La réponse traditionnelle est que le nom de l’auteur fasse référence à Petronius personnage consulaire proche de Néron que l’on trouve cité dans Tacite [1] où celui-ci, appelé elegantiae arbiter, arbitre du bon gout de l’entourage de Néron, mais aussi erudito luxu, spécialiste en plaisirs, entraina des jalousies et fut amené à se suicider. Nous serions donc à l’époque de Néron qui régna de 54 à 68. Cette manière de voir est aujourd’hui remise en cause et nous allons voir en détail de quelle manière en étudiant les nombreuses ressemblances entre le texte du Satyricon et ceux d’auteurs qui ne sont pas de l’époque de Néron mais du 2e siècle, à l’époque de Trajan, Martial, Tacite et Pline le Jeune. On verra pour terminer que ce changement d’auteur modifie le regard que l’on doit porter sur ce texte.

Continuer la lecture de Qui est l’auteur du Satyricon ?
  1. Annales Livre 16, chap. 16, par. 18 et 19 []

L’affaire belge de l’accord du participe passé avec avoir

Cette tribune récente de Libération (2 septembre 2018), d’Arnaud Hoedt et Jérôme Piron, deux anciens professeurs de français belges, n’est pas passée inaperçue car elle semble envisager une sécession belge en matière orthographique. Elle a rapidement entrainé deux prises de position dans Le Monde du 8 septembre, l’une demandant « L’abrogation d’une règle incompréhensible et dévastatrice » par Éliane Viennot, l’autre ayant pour titre « renoncer à maîtriser la langue, c’est renoncer à penser » par Romain Vignest. Le débat est ainsi clairement posé de manière habituelle : avant d’aborder le fond de la question, essayons de comprendre ce qui semble s’apparenter à une « affaire belge ».

Continuer la lecture de L’affaire belge de l’accord du participe passé avec avoir

Rénover l’apprentissage de la grammaire

En termes de grammaire, la francophonie n’est pas un vain mot. Les enfants de France ont les mêmes difficultés d’apprentissage que leurs camarades du Québec, de Suisse Romande ou de Belgique francophone. Les programmes français actuels ont été construits en tenant compte des apports des spécialistes de tous ces pays qui ont été synthétisé dans une publication canadienne récente sous la direction de Suzanne-G. Chartrand : Mieux enseigner la grammaire [1]. Ce qui est nouveau, c’est la méthode d’apprentissage car il est maintenant possible de faire découvrir aux élèves les régularités de la grammaire du français par des expériences précises sans passer par l’apprentissage par cœur de listes de règles et d’exceptions. Continuer la lecture de Rénover l’apprentissage de la grammaire

  1. Mieux enseigner la grammaire, sous la direction de Suzanne-G. Chartrand, Montréal, Erpi éducation, 2016 []

Curia Confoederationis Helveticae

Pourquoi cette inscription latine au fronton du Palais fédéral de Berne quand on dispose déjà de quatre langues nationales : l’allemand, le français, l’italien et le romanche ? Répondre à cette (fausse) question nous conduira à examiner les spécificités linguistiques  de la Suisse et à comprendre pourquoi elle en partage certaines avec la Belgique (comme septante et nonante).

Continuer la lecture de Curia Confoederationis Helveticae

L’accord de proximité en latin (et en grec)

Pour lutter contre le fait que le masculin l’emporte sur le féminin dans les phrases du type « les hommes et les femmes sont beaux », un des arguments donnés en faveur de l’accord de proximité en français est le fait de son existence en latin et en grec. Examinons-donc la situation essentiellement à partir de plusieurs grammaires latines (et d’une grammaire grecque) qui proposent des exemples tirés de la littérature [1] puis nous verrons si ce passage par les langues anciennes peut éclairer la situation pour le français. Continuer la lecture de L’accord de proximité en latin (et en grec)

  1. Pour le latin et par ordre d’ancienneté : Ernout et Thomas 1951, Bizos 1965, Lavency 1985, Guisard et Laizé 2001, De Give 2011 ; pour le grec : Bizos 1947 []