Archives de catégorie : Faits de langue

Langage inclusif et masculin générique : le débat

Dans mon précédent billet, j’ai présenté un guide d’écriture inclusive mis au point par la fédération Wallonie-Bruxelles mais dans un commentaire, Marie Loison-Leruste s’est exprimée de la façon suivante : « je ne suis pas d’accord avec le guide en ce qui concerne le masculin dit « générique ». Le masculin est devenu générique à partir du 17ème siècle et l’économie de la langue actuelle a bien à voir avec un favoritisme masculin ». Suivait un ensemble de références qu’il m’a semblé indispensable d’étudier, ainsi que quelques autres, pour pouvoir lui répondre.

Continuer la lecture de Langage inclusif et masculin générique : le débat

Le langage inclusif vu de Bruxelles

La parution récente d’un guide de rédaction inclusive par la fédération Wallonie-Bruxelles est une incitation à examiner ce moyen de rendre les femmes plus visibles dans l’espace social [1]. Ce n’est pas le seul moyen et j’ai déjà traité dans le présent carnet de l’accord de proximité. En ce qui concerne la féminisation des noms de métiers, elle est maintenant en cours et semble acceptée par tous, y compris, comme on le verra, par l’Académie française.

En résumé, ce guide dont les auteures sont deux linguistes, cherche à promouvoir des normes qui à la fois respectent la place des femmes et soient cohérentes avec d’autres objectifs comme la lisibilité des textes pour les lecteurs et la nécessité de réduire les difficultés d’apprentissage.

Continuer la lecture de Le langage inclusif vu de Bruxelles
  1. Anne Dister et Marie-Louise Moreau, Inclure sans exclure, Les bonnes pratiques de rédaction inclusive, Fédération Wallonie-Bruxelles, 2020, PDF disponible en ligne []

L’enseignement du latin (et du grec) en Suisse (suite)

Mon dernier billet mettait l’accent sur ce qui se passe en Suisse romande et on m’a fait remarquer avec justesse que la Suisse alémanique n’avait eu que la portion congrue. Pour remédier à ce défaut, je vais examiner avec plus de précision le livre signalé par Martin Stüssi (Président de l’Association suisse des philologues classiques) : Sprache und Allgemeinbildung. Neue und alte Wege für den alt- und modernsprachlichen Unterricht am Gymnasium (Langue et enseignement général. Nouvelles et anciennes façons d’enseigner une langue ancienne et moderne au Gymnasium) [1]. On trouvera sur le site du livre beaucoup d’extraits des différents chapitres et du matériel pédagogique dont je vais essayer de rendre compte sous forme de traductions, de résumés et de présentation d’outils pédagogiques associés.

Continuer la lecture de L’enseignement du latin (et du grec) en Suisse (suite)
  1. Theo Wirth, Christian Seidl, Christian Utzinger, Sprache und Allgemeinbildung, (Langue et enseignement général), Lehrmittelverlag des Kantons Zürich, 2017 []

La langue gauloise

Dans un passage de la Guerre des Gaules, (VI, 14.3), César nous apprend que les druides n’écrivaient pas et confiaient leur savoir à leur mémoire, ce qui fait qu’il ne nous est pas parvenu d’écrits notables en langue gauloise. Notons que ce n’était pas rare à l’époque où par exemple les brahmanes ont transmis oralement les rites védiques pendant des générations  [1] . Quelques textes ont cependant été découverts que nous examinerons en suivant Pierre-Yves Lambert qui nous fournit une description de cette langue [2].

Le gaulois est une langue celtique (de la famille des langues indo-européennes) qui était parlée avant la conquête romaine et, avec des variations dialectales sur une vaste partie de l’Europe allant depuis l’Europe centrale jusqu’aux iles britanniques.

Continuer la lecture de La langue gauloise

  1. Xavier Delamarre, Que doit le français à la langue gauloise, France culture, 20/03/2003, en ligne []
  2. Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise, Errance, 1994 []

La chronique de Frédégaire : les origines troyennes des Francs

Dans un cours récent du Collège de France (26/03/19), Patrick Boucheron évoque les origines troyennes de Rome et montre qu’il ne faut pas opposer la légende traditionnelle de Romulus rassemblant dans un asile des esclaves en fuite et des voleurs pour fonder Rome et la noble légende des origines troyennes proposée par l’Énéide. En effet, Énée n’est pas arrivé à Rome mais s’est arrêté dans la ville proche de Lavinium qui devient ainsi l’origine de Rome, origine fictionnelle célébrée tous les ans en début d’année par un pèlerinage des autorités en ce lieu. Énée vient d’ailleurs et être citoyen romain c’est aussi venir d’ailleurs : de sa « petite patrie » qui peut être fort éloignée de Rome.

Il en serait de même pour l’origine troyenne des francs que l’on trouve pour la première fois en 660 exposée par un auteur que la tradition postérieure a nommé Frédégaire et qui écrit une « Chronique », c’est-à-dire une histoire de l’humanité, époque par époque et en commençant au début. C’est d’abord une compilation de diverses chroniques anciennes dont celle de Saint Jérôme, et de chapitres entiers de l’Histoire des Francs de Grégoire de Tours. L’œuvre originale de Frédégaire couvre les années 584 à 641 suivie d’une continuation (ou de plusieurs) jusqu’en 768.

On trouve la première apparition de l’origine troyenne des francs dans la reprise de la chronique de Saint Jérôme qui subit quelques transformations [1].

Continuer la lecture de La chronique de Frédégaire : les origines troyennes des Francs
  1. Le texte latin se trouve dans les MGM (Monumenta Germaniæ Historica), Scriptores rerum Merovingicarum, t. 2, 1888, p. 44-47 ; il existe une traduction française peu précise qui ne s’appuie que sur un manuscrit, mais le plus ancien connu  (fin du 7e ou début du 8e siècle) : Les compilations : texte latin du Ms BnF, lat. 10910. Partie II, traduction et présentation par Nathalie Desgrugillers, Paleo, 2011 ; on trouvera dans Jérôme, Chronique, notes et commentaires par Benoît Jeanjean et Bernard Mançon, PUR, 2004, une traduction de la Chronique de Jérôme ainsi que quatre études sur les Chroniques et chronographies dans l’Antiquité tardive, 4e-6e siècle dont une de Benoît Jeanjean qui montre comment Frédégaire à utilisé en la modifiant la préface de Jérôme. []