Archives de catégorie : Faits de langue

Lingua franca

On parle souvent de lingua franca pour désigner un langage permettant la communication entre locuteurs de langues différentes. Le latin a longtemps joué ce rôle pour la communication scientifique et aujourd’hui on le dit de l’anglais. Mais ce terme, employé si souvent aujourd’hui [1] que désigne-t-il précisément ?

La lingua franca est d’abord, selon Guido Cifoletti [2] une langue d’échange qui fut utilisée sur le pourtour de la méditerranée de l’apogée de l’empire Ottoman jusqu’à la conquête de l’Algérie en 1830. Au Moyen Âge le terme francs est une désignation dont l’origine remonte à l’empire carolingien mais qui va désigner les croisés (comme en témoigne l’expression royaume franc de Jérusalem) qui utilisaient plusieurs langues romanes. Au 16e siècle il désigne une situation linguistique nouvelle : l’italien est une langue d’échange et de prestige et un pidgin à base d’italien a pu être pratiqué pour des fins commerciales sur le pourtour de l’ensemble de la méditerranée. Il fut utilisé d’une manière stable surtout dans les états barbaresques (c’est-à-dire correspondant aux régences d’Alger, Tunis et Tripoli). Il deviendra un sabir au moment de la colonisation.

Continuer la lecture de Lingua franca

  1. en français, davantage qu’en anglais []
  2. Guido Cifoletti, La lingua franca barbaresca, Roma, Il Calamo, 2004 []

La prononciation du latin (3) : Érasme

Érasme fait paraitre en 1528 le De Recta latini graecique sermonis pronuntiatione, qui prend la forme d’un dialogue entre deux personnages animaux Ursus et Leo et dont plusieurs éditions d’origine sont en ligne [1]. Pour le texte latin j’ai utilisé l’édition bilingue latin-allemand de Johannes Kramer [2], mais en français il n’existe qu’une traduction partielle de Jacques Chomarat  auquel on doit une étude du De Recta que j’utiliserai également [3].

A l’époque d’Érasme, c’est davantage la prononciation du grec que celle du latin qui pose problème car le grec est appris  auprès de byzantins dont la prononciation surprend, tant elle est loin de l’orthographe.  Érasme veut d’abord suivre Quintilien pour qui l’orthographe est phonétique  (Institution oratoire, 1, 7, 30-31) :

Continuer la lecture de La prononciation du latin (3) : Érasme

  1. Plutôt que l’édition de Gallica, peu lisible, on préférera l’édition de chez Froben parue à Bâle en 1558 disponible dans les textes scientifiques de l’École polytechnique fédérale de Zurich []
  2. Desiderii Erasmi Roterodami De Recta Latini Graecique sermonis pronuntiatione dialogus = Dialog über die richtige Aussprache der lateinischen und griechischen Sprache als Lesetext herausgegeben, übersetzt und kommentiert von Johannes Kramer, Meisenheim am Glan : A. Hain, 1978 []
  3. Érasme, Œuvres choisies, présentation de Jacques Chomarat, Paris, LGF, 1991 ; Jacques Chomarat, Grammaire et rhétorique chez Érasme, Paris, les Belles lettres, 1981, chapitre 6 []

La prononciation du latin (2) : le chant

William Christie, pionnier de la redécouverte en France de la musique baroque, dans la préface à une méthode de prononciation latine à la française à l’usage des chanteurs proposée par Patricia Ranum,[1]  souligne à la fois la grande place de la musique sacrée sur des textes latins dans la musique française des 17e et 18e siècle mais aussi le fait qu’il faut chanter ces textes en utilisant la prononciation de l’époque car « chanter un motet latin de Lully à Paris, en 1675, avec la diction du latin italien aurait paru très bizarre à la plupart des oreilles.» (Ranum p. 12)

Prenons un exemple : quand on parle d’un Te Deum, doit-on prononcer té déomme ou té déoume ? S’il s’agit du Te Deum de Charpentier, il faut le chanter en utilisant la prononciation française de l’époque et c’est ce qui est fait ici sous la direction de William Christie ; par contre, si on regarde comment cela est prononcé aujourd’hui dans le cadre de la liturgie catholique, c’est la seconde prononciation qui est envisagée alors.

Continuer la lecture de La prononciation du latin (2) : le chant

  1. Patricia M. Ranum, Méthode de la prononciation latine dite vulgaire ou à la française. Petite méthode à l’usage des chanteurs et des récitants d’après le manuscrit de Dom Jacques Le Clerc, Actes Sud, 1991 []

La prononciation du latin (1) : l’enseignement

« Il est temps de mettre fin à l’anarchie qui règne dans la plupart de nos établissements du second degré. »

Cette déclaration énergique n’est pas due à un quelconque homme politique horrifié par ce qui se passe dans les collèges ou les lycées actuels mais se trouve dans le très officiel (et très posé en général), Bulletin Officiel de l’Education nationale : il s’agit d’une circulaire du 27 aout 1960 : « instructions concernant l’enseignement du latin dans les classes de premier cycle » [1] et ce constat est suivi d’une fougueuse injonction : « La prononciation restituée s’impose ».

En effet dans les années 60 l’anarchie règne en matière de prononciation du latin où trois types de prononciations se rencontrent :

– dans les lycées on prononce souvent le latin « à la française ». Cette prononciation est toujours présente dans la vie courante où l’on parle d’un curriculum vitae en prononçant le v de vitae comme dans « vital » et où Caesar se prononce tout simplement César et Cicero, sauf à la finale, comme Cicéron. C’était l’époque où les potaches riaient de phrases comme « Caesar misit legatos alacrem eorum » où ils prononçaient la finale comme « à la crème et au rhum » ce qui s’explique par la prononciation de um comme dans homme. C’est encore le cas quand on parle en français du curriculum de quelqu’un.

– dans les Eglises catholiques, la messe était encore dite en latin et celui-ci était prononcé à l’italienne. Dans le Notre Père en latin, « qui est in caelis », était prononcé kwi es in tchélis et le « dominus vobiscum » dominous vobiscoum. Cependant le Concile Vatican 2 des années 60, en permettant la liturgie en langue vulgaire, va faire disparaitre le latin de la plupart des messes.

– quant à la prononciation restituée, elle était pratiquée dans les universités et dans un certain nombre de lycées.

Nous allons suivre l’histoire de sa montée en puissance à travers le texte de Jules Marouzeau La prononciation du latin [2] . En effet, Jules Marouzeau (1878-1964), eut une grande influence sur cette question du fait de sa position de professeur de latin à la Sorbonne (1925-1951) où il forme beaucoup d’universitaires. Il s’intéresse à l’enseignement très tôt (1913 : La crise des études classiques en France) et son action est renforcée par le fait que dès 1920 il est directeur d’Etudes à l’Ecole des Hautes-Etudes, que dès 1923 il fonde la Société des études latines et qu’il publie à partir de 1928 L’Année philologique. En 1945 il devient membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

Continuer la lecture de La prononciation du latin (1) : l’enseignement

  1. B.O. 1960 n° 23 quater (8-9-60) p.41 []
  2. Jules Marouzeau, La prononciation du latin : histoire, théorie pratique, Les Belles lettres, 1955 (4e ed.) []

Comparer les traductions (2)

Nous continuons notre examen de la comparaison de traductions en prenant le cas d’une traduction célèbre, celle de la Bible par Luther dont on dit souvent qu’elle est à l’origine de l’allemand moderne, ce qui est une pieuse légende mais qui est exact en ce qui concerne le vocabulaire théologique, qu’il a fait passer du latin à l’allemand, et au-delà le vocabulaire philosophique en initiant le débat sur la liberté humaine [1]. Si cette traduction a eu un si grand retentissement, c’est parce que Luther a décidé, en ce qui concerne le choix du milieu source ou du milieu cible, de se tourner résolument vers le peuple allemand de son époque. Il s’en explique dans son Épitre sur l’art de traduire où il dit que ce n’est pas par l’étude du latin qu’on apprend à parler allemand si l’on veut se faire comprendre de tous :

« c’est à la mère dans la maison qu’il faut s’adresser, aux enfants dans la rue, à l’homme du commun au marché, regarder comment parle leur bouche et traduire en respectant leur leçon, car c’est alors qu’ils vous comprendront et auront le sentiment que vous leur parlez allemand » [2] (p.75).

Continuer la lecture de Comparer les traductions (2)