Archives de catégorie : Finalités

Mordicus

Robert Delord vient de publier aux Belles Lettres le livre ci-contre intitulé Mordicus, mais avec un sous-titre qui correspond bien au contenu du livre : Ne perdons pas notre latin ! C’est un livre écrit à la première personne où le témoignage est très présent et souvent très savoureux mais qui défend le latin, peut-être mordicus, mais surtout avec des arguments qui portent.

Ce livre devrait être lu par tous les enseignants de LCA qui y trouveront d’abord des idées pour leur propre enseignement, mais aussi des arguments à opposer à des personnes réticentes, que ce soit des collègues ou des parents, mais surtout de bonnes raisons de se conforter dans leur choix. C’est aussi un livre qui peut être lu par un public large qui est quelquefois décontenancé par les soutiens réactionnaires des langues anciennes.

Ce qui rend ce livre attachant, c’est que l’on y découvre un enseignant de latin qui noue avec ses élèves une relation forte, exemplaire de ce que doit être la relation pédagogique et ceci du fait de la permanence du groupe de latinistes sur plusieurs années, du fait des voyages sur les terres de l’Antiquité (Italie mais aussi Espagne et à une époque Tunisie), du fait que les textes anciens confrontent à des sujets tels que la sexualité (et l’homosexualité) mais aussi le politique. Ces sujets restent d’actualité et les élèves de Robert Delord en discutent avec lui ce qui montre la relation de confiance qui s’est instaurée dans le groupe. Mais voyons les choses plus en détail.

Continuer la lecture de Mordicus

Propositions au Ministre pour pérenniser les LCA

L’association « Arrête ton char ! » a été reçue par le Ministre, Jean-Michel Blanquer, le 21 juillet dernier. Une des préconisations présentée alors [1] consiste à donner à tous les candidats au Capes une solide formation en latin et de créer une « Certification Langues Anciennes » pour les enseignants de lettres modernes volontaires pour assurer un enseignement de latin.

Certains s’interrogent sur les raisons de cette proposition et je vais montrer quelles en sont les raisons qui sont de plusieurs ordres dont la principale est la crise des vocations : il n’y a pas assez de candidats à l’option Lettres classiques du Capes de lettres comme le montre le graphique suivant :

Continuer la lecture de Propositions au Ministre pour pérenniser les LCA

  1. texte complet []

Latin, grec, réforme : les livres de la rentrée

livresrentreeLa rentrée éditoriale nous propose en premier lieu deux ouvrages où la réforme du collège est discutée mais les deux autres ont probablement été publiés à cette occasion. Le hors-série du Monde appartient au genre ludique [1], quant aux trois livres ils sont de genres très différents allant d’une lettre de Pierre Laurens (professeur émérite à la Sorbonne) à l’ainée de ses petites-filles [2] ; à des textes issus de conférences d’auteurs différents données dans le cadre de l’ALLE, Association le Latin dans les littératures européennes, textes suivis d’une déclaration sur la réforme du collège [3] ; enfin à une série de chapitres rédigés par Gilles Siouffi (professeur en langue française à Paris-Sorbonne) et Alain Rey (lexicographe) qui se posent la question De la nécessité du grec et du latin [4]. C’est par ce dernier ouvrage que je commencerai. Continuer la lecture de Latin, grec, réforme : les livres de la rentrée

  1. Robert Delord, Retrouvez votre latin…et votre grec, Le Robert, Le Monde, 2016 []
  2. Pierre Laurens, Les Mots latins pour Mathilde, Les Belles Lettres, 2016 []
  3. Sous la direction de Hubert Aupetit, Adeline Desbois-Ientile, Cecilia Suzzoni , Le bon air latin, ALLE, Fayard, 2016 []
  4. Gilles Siouffi, Alain Rey, De la nécessité du grec et du latin, Flammarion, 2016 []

Pierre Judet de La Combe, l’Avenir des Anciens

AvenirDesAnciens2Ce livre, provoqué par la réforme en cours du collège, est le fruit d’une intuition profonde : c’est qu’il n’y a pas eu dans notre histoire une seule Renaissance mais des actes de renaissance qui se sont répétés plusieurs fois au cours de l’histoire, qui ont formé la culture européenne et qui doivent être répétés aujourd’hui quand on se confronte avec les textes des Anciens  [1]. Notre origine ne réside pas chez les Grecs. Ceux-ci n’ont été convoqués qu’à l’occasion de crises successives : aristotélisme au Moyen Âge ; chute de Constantinople et arrivée de manuscrits grecs et d’experts sachant les traduire à l’orée des temps modernes. Continuer la lecture de Pierre Judet de La Combe, l’Avenir des Anciens

  1. Pierre Judet de La Combe, l’Avenir des Anciens. Oser lire les Grecs et les Latins, Albin Michel, 2016. []

Fluctuat nec mergitur : Bis (ou Post scriptum sur le latin du français)

NousSommesParisFluctuat nec mergitur, nous l’avons vu la semaine dernière, était un  slogan tout à fait adapté à l’actualité. On s’aperçoit qu’il n’est pas officiellement repris par beaucoup d’institutions. Dans cette banlieue proche on préfère invoquer l’esprit de Charlie. Continuer la lecture de Fluctuat nec mergitur : Bis (ou Post scriptum sur le latin du français)