Archives de catégorie : Histoire

L’écriture du royaume de Méroé

Le royaume de Méroé est actuellement à l’honneur au Louvre pour une exposition temporaire « Pharaon des deux terres », notée en sous-titre « L’épopée africaine des rois de Napata ». Géographiquement, la carte minimaliste ci-contre nous permet de voir que ce royaume se situe en Haute-Egypte, dans le Soudan actuel, avec ses deux capitales successives, Napata, à l’époque de la conquête de l’Égypte par un de ses rois, puis Méroé, plus au sud. Cette civilisation, influencée par l’Égypte pharaonique, s’est développée depuis le troisième millénaire : le royaume de Méroé, son dernier représentant, peut être situé entre 300 av. J.C. et 350 après. L’exposition du Louvre nous présente l’épopée d’un roi de Napata nommé Piânkhy (vers -780) qui envahit l’Égypte et crée ainsi la 25e dynastie qui s’écroule quand en -663 Assourbanipal conquiert Thèbes [1].

Continuer la lecture de L’écriture du royaume de Méroé

  1. Dossier pédagogique de l’exposition (PDF), Claude Rilly, L’écriture méroïtique (PDF) Synthèse des principes de l’écriture méroïtique et de son apparition, Section française de la direction des antiquités du Soudan, 2010 []

L’écriture étrusque

Si vous voulez voir les inscriptions étrusques dont il va être fait mention dans ce billet, allez au musée du Louvre, montez au premier étage, laissez la Victoire de Samothrace à votre droite, passez deux salles et entrez dans la salle 662 (plafond : Les oiseaux de Georges Braque) puis dans la salle 663 (avec le plafond de Cy Twombly). Ces salles des antiquités étrusques contiennent de nombreuses inscriptions funéraires, des marques de possession et d’autres catégories d’inscriptions, 115 selon le Catalogue des inscriptions étrusques et italiques du Musée du Louvre réunies par Dominique Briquel [1] qui sera notre guide pour l’examen que nous allons faire de certains de ces objets.

Continuer la lecture de L’écriture étrusque
  1. Picard et Louvre éditions, 2016 []

Petit manuel de campagne électorale

En 64 av. J.C. Cicéron se présente aux élections consulaires (c’est pendant ce consulat qu’il aura à lutter contre Catilina). Son frère Quintus lui envoie en vue de cet élection un ensemble de conseils connu sous le nom de commentariolum, (c’est-à-dire un diminutif de commentarium, mémoire, recueil de notes, comme les Commentaires de César),  un petit manuel ; petitionis, de candidature, ici de nature électorale devant les comices centuriates.

Au moment de la sortie d’une première édition de ce texte [1] nous sommes en 2017 peu avant la précédente campagne électorale présidentielle qui devait conduire à l’élection d’Emmanuel Macron. Un journaliste du Figaro de l’époque, Éric Zemmour, commente cette parution dans les termes suivants : « (…) en cette année 64 avant J.-C., Cicéron est en campagne électorale à Rome. Il guigne le poste de consul. Son frère lui concocte un petit manuel de campagne électorale, qui s’avère un bijou de cynisme et de lucidité. L’élève endosse un instant les habits du maître. Le cadet devient le mentor. Il écrit un modèle du genre qui n’a pas pris une ride en deux mille ans et qui, au fil des pages, nous rappelle étonnamment quelqu’un, et pas seulement en raison de la rime facile de leurs patronymes. À chaque phrase, à chaque conseil, à chaque recommandation, on ne peut s’empêcher de s’éloigner en pensée de Rome pour voguer vers Paris : le consul se fait président, et derrière Cicéron se glisse notre Macron » [2]. Et Zemmour d’enchainer sur le fait que Macron est un homme nouveau, comme Cicéron, qu’il doit s’appuyer sur le forum, aujourd’hui constitué par l’agora médiatique ; qu’il doit savoir flatter ; qui se réfère à Ricoeur comme Cicéron le faisait à Platon. Son texte finit par cette phrase : « Cachez-moi ce cynisme que je ne saurais voir. Les âmes ingénues pourraient y perdre leurs illusions. Et le système démocratique n’y survivrait pas ».

Aujourd’hui, une telle présentation pose deux questions : est-ce que Éric Zemmour donne une bonne vision du texte de Quintus Cicéron ? Répondons immédiatement que ce n’est pas le cas, mais posons-nous aussi la question de savoir qui fait courir un risque au système démocratique dans la présente élection ?

Continuer la lecture de Petit manuel de campagne électorale
  1. Quintus Cicéron, Petit manuel de campagne électorale.  Marcus Cicéron, Lettres à son frère Quintus, texte latin, révisé, traduit et commenté par François Prost, Les Belles lettres, 2017 []
  2. FigaroVox du 20/12/2017 []

Une histoire fiscale de la conquête romaine

Naissance de Rome et chute de Rome sont des thèmes qui rencontrent toujours beaucoup de succès auprès des lecteurs. Un précédent billet sur la chute de l’empire romain à propos d’un livre de Peter Heather est celui qui a eu le plus de lecteur sur ce blog jusqu’à aujourd’hui [1].

Le présent livre de Jérôme France [2] devrait conduire après lecture au même sentiment que celui de Peter Heather c’est-à-dire que l’on a le sentiment de comprendre en profondeur les évènements, hier la chute, aujourd’hui la formation de l’empire romain.

La raison en est qu’étudier la fiscalité d’une société antique c’est entrer au cœur d’une cité, voir les rapports sociaux des élites entre elles et avec les classes populaires. Une fois la conquête commencée, c’est comprendre comment la relation s’est nouée entre Rome et les cités et les royaumes conquis.

Continuer la lecture de Une histoire fiscale de la conquête romaine

  1. près de 900 par jour au mois de novembre 2017 []
  2. Jérôme France, Tribut. Une histoire fiscale de la conquête romaine, Les Belles lettres, 2021 []

Un débat séculaire sur le latin : comparaison France – Italie

Dans mon précédent billet, je disais vouloir rendre compte du fait que l’enseignement du latin en France se situait au plus bas niveau européen en ce qui concerne l’enseignement secondaire terminal. Si nous prenons le cas de la Terminale, on voit sur le graphique ci-dessous, que la rénovation pédagogique des lycées de 1992 (restructuration des séries A, B, C en L, ES et C qui a limité le choix du nombre d’options) a fait chuter de moitié les proportions de latinistes en terminale de près de 8% en 1987 à 3,8%, la valeur en 2019 (la chute en seconde de 1992 est répercutée en 1993 en première et en 1994 en terminale).

 

Résumons les valeurs relevées dans les pays européens où j’ai pu trouver des indications sur la situation en fin d’enseignement secondaire : [1]
Italie 19,7% [2]
Suisse 17,2%
Belgique (Flandres) 17%
Espagne 16%
Belgique (Wallonie) 12%
France 3,8%.

Pour rendre compte de l’opposition si forte entre les deux pays extrêmes que sont la France et l’Italie, il faut entrer dans le détail de leur histoire scolaire dont je vais montrer les particularités dans un environnement européen marqué par les mêmes tendances de progression de l’instruction depuis le 19e siècle.  

Continuer la lecture de Un débat séculaire sur le latin : comparaison France – Italie
  1. dans les billets suivants : Italie, Suisse, Belgique, Espagne []
  2. cette proportion est obtenue en ajoutant au lycée classique (5,8%) les classes de lycée scientifique avec latin (13,9%) source []