Archives de catégorie : Histoire

La langue gauloise

Le prochain billet sera mis en ligne le dimanche 5 avril

Dans un passage de la Guerre des Gaules, (VI, 14.3), César nous apprend que les druides n’écrivaient pas et confiaient leur savoir à leur mémoire, ce qui fait qu’il ne nous est pas parvenu d’écrits notables en langue gauloise. Notons que ce n’était pas rare à l’époque où par exemple les brahmanes ont transmis oralement les rites védiques pendant des générations  [1] . Quelques textes ont cependant été découverts que nous examinerons en suivant Pierre-Yves Lambert qui nous fournit une description de cette langue [2].

Le gaulois est une langue celtique (de la famille des langues indo-européennes) qui était parlée avant la conquête romaine et, avec des variations dialectales sur une vaste partie de l’Europe allant depuis l’Europe centrale jusqu’aux iles britanniques.

Continuer la lecture de La langue gauloise

  1. Xavier Delamarre, Que doit le français à la langue gauloise, France culture, 20/03/2003, en ligne []
  2. Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise, Errance, 1994 []

Tsunami à Genève en 563

Marius, évêque d’Avenches (au nord de Lausanne) a laissé une chronique dont il ne reste que quatre pages et qui couvre les années 455 à 481 : c’est l’époque du règne de Justinien en Orient et la datation des années se fait selon les consulats de Constantinople. Examinons sur le manuscrit de la British Library ce qui concerne l’année 563 ; c’est le seul exemplaire connu du texte [1] .

Pour rendre lisible et compréhensible ce texte, je vais lui faire subir, outre une opération d’augmentation du contraste, une mise en version sous-titrée avec un texte latin restitué et une version française [2]. Suivant les principes du présent carnet de recherche, l’ordre du texte d’origine est respecté si on lit ligne après ligne. Pour comprendre la traduction française, il faut lire d’abord la colonne de gauche où éventuellement se trouve le verbe de la phrase rejeté à la fin puis revenir à la colonne de droite pour trouver le complément du verbe.

Continuer la lecture de Tsunami à Genève en 563
  1. http://www.bl.uk/manuscripts/Viewer.aspx?ref=add_ms_16974_fs001r, il faut aller au folio 112v []
  2. issue, avec des modifications, de l’ouvrage suivant : La chronique de Marius d’Avenches : 455-581. Texte traduction et commentaire de Justin Favrod, Lausanne, Université de Lausanne, 1993 []

Un point de vue original sur Jésus de Nazareth

En ce mois de décembre propice aux illuminations de Noël, (et peut-être aux questions des élèves sur ce sujet), il est rafraichissant d’avoir sur la vie de Jésus de Nazareth le point de vue d’un historien intransigeant quant à ce qui relève de l’histoire et ce qui relève de la croyance : il s’agit de Daniel Marguerat qui vient d’écrire le livre ci-contre  [1]. Le paradoxe, c’est qu’il s’agit d’un protestant qui se déclare être « un croyant, et même un théologien chrétien » : spontanément, on aurait tendance à croire que cette affirmation disqualifie l’historien car il veut probablement sauver les dogmes. Mais l’on verra ici que dans le protestantisme, il existe des gens comme lui qui savent relire les dogmes anciens en fonction de leur époque de production. Dans le cas de Daniel Marguerat il s’agit d’un agnosticisme de méthode, mais plus profondément, d’un agnosticisme de conviction et, à mes yeux, d’un agnosticisme chrétien.

Continuer la lecture de Un point de vue original sur Jésus de Nazareth
  1. Daniel Marguerat, Vie et destin de Jésus de Nazareth, Seuil, 2019 []

Le Japon grec

Le rapprochement du Japon et du grec opéré par Michael Lucken (professeur de japonais à l’Inalco) est déconcertant et pourtant il pourrait avoir une racine historique que nous allons essayer de comprendre. En effet, c’est par l’intermédiaire du bouddhisme et des représentations du Bouddha inspirées du monde grec que les japonais ont pensé qu’ils avaient un lien avec ce monde. L’auteur du Japon grec fait le point sur les croyances japonaises dans ce domaine mais plus largement va nous montrer à la fois l’influence des grecs anciens dans tous les domaines mais aussi essayer de comprendre cette attitude qui, si elle est contemporaine de l’ouverture du Japon à l’Occident, n’a pas été vécue sous le mode de l’imposition de l’extérieur d’une culture, mais sous le mode d’une appropriation profonde.

Mais je commencerai par une (fausse) énigme : de quelle revue savante est extraite cette liste de titres (n°4 – 1956) ?

– Le déchiffrement du Linéaire B mycénien
– Notes sur l’unité de l’Antigone de Sophocle
– L’analyse par Thucydide de la politique à Athènes
– Χάρις, ὀρθότης et ὠφελία : quelques réflexions de fond sur la théorie de l’art de Platon
– Τά αὐτοῦ πράττειν : la théorie de la justice chez Platon
– Une remarque sur la critique de l’hédonisme par Aristote
– La femme chez Horace
– Lucrèce rapporté par les textes anciens
– Le développement de la sculpture sur le fronton des temples grecs
– Cinq φιλόλογοι : pages de mon journal à Harvard
– Rapport sur la réunion triennale du comité de liaison des sociétés classiques britanniques (1955).

Comptes rendus

Guthrie, W. K. C., The greeks and their Gods ; Merkelbach, Reinhold, Untersuchungen zur Odysee ; (…) Ernout, A. Morphologie du latin ; (…) Bartoccini, R., Le pitture etrusche di Tarquinia (18 comptes rendus en tout).

Continuer la lecture de Le Japon grec

La chronique de Frédégaire : les origines troyennes des Francs

Dans un cours récent du Collège de France (26/03/19), Patrick Boucheron évoque les origines troyennes de Rome et montre qu’il ne faut pas opposer la légende traditionnelle de Romulus rassemblant dans un asile des esclaves en fuite et des voleurs pour fonder Rome et la noble légende des origines troyennes proposée par l’Énéide. En effet, Énée n’est pas arrivé à Rome mais s’est arrêté dans la ville proche de Lavinium qui devient ainsi l’origine de Rome, origine fictionnelle célébrée tous les ans en début d’année par un pèlerinage des autorités en ce lieu. Énée vient d’ailleurs et être citoyen romain c’est aussi venir d’ailleurs : de sa « petite patrie » qui peut être fort éloignée de Rome.

Il en serait de même pour l’origine troyenne des francs que l’on trouve pour la première fois en 660 exposée par un auteur que la tradition postérieure a nommé Frédégaire et qui écrit une « Chronique », c’est-à-dire une histoire de l’humanité, époque par époque et en commençant au début. C’est d’abord une compilation de diverses chroniques anciennes dont celle de Saint Jérôme, et de chapitres entiers de l’Histoire des Francs de Grégoire de Tours. L’œuvre originale de Frédégaire couvre les années 584 à 641 suivie d’une continuation (ou de plusieurs) jusqu’en 768.

On trouve la première apparition de l’origine troyenne des francs dans la reprise de la chronique de Saint Jérôme qui subit quelques transformations [1].

Continuer la lecture de La chronique de Frédégaire : les origines troyennes des Francs
  1. Le texte latin se trouve dans les MGM (Monumenta Germaniæ Historica), Scriptores rerum Merovingicarum, t. 2, 1888, p. 44-47 ; il existe une traduction française peu précise qui ne s’appuie que sur un manuscrit, mais le plus ancien connu  (fin du 7e ou début du 8e siècle) : Les compilations : texte latin du Ms BnF, lat. 10910. Partie II, traduction et présentation par Nathalie Desgrugillers, Paleo, 2011 ; on trouvera dans Jérôme, Chronique, notes et commentaires par Benoît Jeanjean et Bernard Mançon, PUR, 2004, une traduction de la Chronique de Jérôme ainsi que quatre études sur les Chroniques et chronographies dans l’Antiquité tardive, 4e-6e siècle dont une de Benoît Jeanjean qui montre comment Frédégaire à utilisé en la modifiant la préface de Jérôme. []