Archives de catégorie : Histoire

Garum, nuoc-mâm, ketchup

Depuis Pline l’Ancien, le garum a la réputation d’être un produit recherché mais très douteux dans sa fabrication :

Aliud etiamnum liquoris exquisiti genus,
Il existe encore un autre genre de liquide recherché
quod garum uocauere,
que l’on nomme garum
intestinis piscium
fait d’intestins de poissons
ceterisque quae abicienda essent,
et d’autres choses bonnes à jeter
sale maceratis,
macérés dans du sel
ut sit illa putrescentium sanies
jusqu’à ce qu’ils soient de la pourriture de sang corrompu [1].

Continuer la lecture de Garum, nuoc-mâm, ketchup
  1. Histoire naturelle, Livre 31, chap. 43-44, texte en ligne []

John Scheid : Rites et religion à Rome

Paru en 2019, cet ouvrage de John Scheid est aujourd’hui la synthèse de ses travaux et de ses enseignements au Collège de France. Il ne sera pas question ici de le résumer mais d’entrer dans le détail d’un rite, le sacrifice animal afin de mieux le comprendre ainsi que ses interprétations, étant entendu que le rite n’en livre pas par lui-même, que les auteurs anciens divergeaient parfois sur le sens à donner au sacrifice mais que l’on peut aujourd’hui faire des hypothèses sur le rôle social qu’il jouait [1].

John Scheid ferraille encore [2] contre l’idée qu’il n’existe de religion que s’il y a des croyances auxquelles l’individu adhère et qui lui permettent d’affronter le mal ou la mort. Cette exigence a vicié longtemps la recherche parce qu’elle faisait de la religion chrétienne, même quand le chercheur n’était pas croyant, l’archétype de la vraie religion.

Continuer la lecture de John Scheid : Rites et religion à Rome
  1. J’utiliserai aussi le livre classique de John Scheid, La religion des Romains, Armand Colin, 1998 []
  2. comme il l’a fait dans John Scheid, Les dieux, l’État et l’individu, Seuil, 2013 dont j’ai rendu compte dans un précédent billet []

La langue gauloise

Dans un passage de la Guerre des Gaules, (VI, 14.3), César nous apprend que les druides n’écrivaient pas et confiaient leur savoir à leur mémoire, ce qui fait qu’il ne nous est pas parvenu d’écrits notables en langue gauloise. Notons que ce n’était pas rare à l’époque où par exemple les brahmanes ont transmis oralement les rites védiques pendant des générations  [1] . Quelques textes ont cependant été découverts que nous examinerons en suivant Pierre-Yves Lambert qui nous fournit une description de cette langue [2].

Le gaulois est une langue celtique (de la famille des langues indo-européennes) qui était parlée avant la conquête romaine et, avec des variations dialectales sur une vaste partie de l’Europe allant depuis l’Europe centrale jusqu’aux iles britanniques.

Continuer la lecture de La langue gauloise

  1. Xavier Delamarre, Que doit le français à la langue gauloise, France culture, 20/03/2003, en ligne []
  2. Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise, Errance, 1994 []

Tsunami à Genève en 563

Marius, évêque d’Avenches (au nord de Lausanne) a laissé une chronique dont il ne reste que quatre pages et qui couvre les années 455 à 481 : c’est l’époque du règne de Justinien en Orient et la datation des années se fait selon les consulats de Constantinople. Examinons sur le manuscrit de la British Library ce qui concerne l’année 563 ; c’est le seul exemplaire connu du texte [1] .

Pour rendre lisible et compréhensible ce texte, je vais lui faire subir, outre une opération d’augmentation du contraste, une mise en version sous-titrée avec un texte latin restitué et une version française [2]. Suivant les principes du présent carnet de recherche, l’ordre du texte d’origine est respecté si on lit ligne après ligne. Pour comprendre la traduction française, il faut lire d’abord la colonne de gauche où éventuellement se trouve le verbe de la phrase rejeté à la fin puis revenir à la colonne de droite pour trouver le complément du verbe.

Continuer la lecture de Tsunami à Genève en 563
  1. http://www.bl.uk/manuscripts/Viewer.aspx?ref=add_ms_16974_fs001r, il faut aller au folio 112v []
  2. issue, avec des modifications, de l’ouvrage suivant : La chronique de Marius d’Avenches : 455-581. Texte traduction et commentaire de Justin Favrod, Lausanne, Université de Lausanne, 1993 []

Un point de vue original sur Jésus de Nazareth

En ce mois de décembre propice aux illuminations de Noël, (et peut-être aux questions des élèves sur ce sujet), il est rafraichissant d’avoir sur la vie de Jésus de Nazareth le point de vue d’un historien intransigeant quant à ce qui relève de l’histoire et ce qui relève de la croyance : il s’agit de Daniel Marguerat qui vient d’écrire le livre ci-contre  [1]. Le paradoxe, c’est qu’il s’agit d’un protestant qui se déclare être « un croyant, et même un théologien chrétien » : spontanément, on aurait tendance à croire que cette affirmation disqualifie l’historien car il veut probablement sauver les dogmes. Mais l’on verra ici que dans le protestantisme, il existe des gens comme lui qui savent relire les dogmes anciens en fonction de leur époque de production. Dans le cas de Daniel Marguerat il s’agit d’un agnosticisme de méthode, mais plus profondément, d’un agnosticisme de conviction et, à mes yeux, d’un agnosticisme chrétien.

Continuer la lecture de Un point de vue original sur Jésus de Nazareth
  1. Daniel Marguerat, Vie et destin de Jésus de Nazareth, Seuil, 2019 []