Archives de catégorie : Histoire

Le Japon grec

Le rapprochement du Japon et du grec opéré par Michael Lucken (professeur de japonais à l’Inalco) est déconcertant et pourtant il pourrait avoir une racine historique que nous allons essayer de comprendre. En effet, c’est par l’intermédiaire du bouddhisme et des représentations du Bouddha inspirées du monde grec que les japonais ont pensé qu’ils avaient un lien avec ce monde. L’auteur du Japon grec fait le point sur les croyances japonaises dans ce domaine mais plus largement va nous montrer à la fois l’influence des grecs anciens dans tous les domaines mais aussi essayer de comprendre cette attitude qui, si elle est contemporaine de l’ouverture du Japon à l’Occident, n’a pas été vécue sous le mode de l’imposition de l’extérieur d’une culture, mais sous le mode d’une appropriation profonde.

Mais je commencerai par une (fausse) énigme : de quelle revue savante est extraite cette liste de titres (n°4 – 1956) ?

– Le déchiffrement du Linéaire B mycénien
– Notes sur l’unité de l’Antigone de Sophocle
– L’analyse par Thucydide de la politique à Athènes
– Χάρις, ὀρθότης et ὠφελία : quelques réflexions de fond sur la théorie de l’art de Platon
– Τά αὐτοῦ πράττειν : la théorie de la justice chez Platon
– Une remarque sur la critique de l’hédonisme par Aristote
– La femme chez Horace
– Lucrèce rapporté par les textes anciens
– Le développement de la sculpture sur le fronton des temples grecs
– Cinq φιλόλογοι : pages de mon journal à Harvard
– Rapport sur la réunion triennale du comité de liaison des sociétés classiques britanniques (1955).

Comptes rendus

Guthrie, W. K. C., The greeks and their Gods ; Merkelbach, Reinhold, Untersuchungen zur Odysee ; (…) Ernout, A. Morphologie du latin ; (…) Bartoccini, R., Le pitture etrusche di Tarquinia (18 comptes rendus en tout).

Continuer la lecture de Le Japon grec

La chronique de Frédégaire : les origines troyennes des Francs

Dans un cours récent du Collège de France (26/03/19), Patrick Boucheron évoque les origines troyennes de Rome et montre qu’il ne faut pas opposer la légende traditionnelle de Romulus rassemblant dans un asile des esclaves en fuite et des voleurs pour fonder Rome et la noble légende des origines troyennes proposée par l’Énéide. En effet, Énée n’est pas arrivé à Rome mais s’est arrêté dans la ville proche de Lavinium qui devient ainsi l’origine de Rome, origine fictionnelle célébrée tous les ans en début d’année par un pèlerinage des autorités en ce lieu. Énée vient d’ailleurs et être citoyen romain c’est aussi venir d’ailleurs : de sa « petite patrie » qui peut être fort éloignée de Rome.

Il en serait de même pour l’origine troyenne des francs que l’on trouve pour la première fois en 660 exposée par un auteur que la tradition postérieure a nommé Frédégaire et qui écrit une « Chronique », c’est-à-dire une histoire de l’humanité, époque par époque et en commençant au début. C’est d’abord une compilation de diverses chroniques anciennes dont celle de Saint Jérôme, et de chapitres entiers de l’Histoire des Francs de Grégoire de Tours. L’œuvre originale de Frédégaire couvre les années 584 à 641 suivie d’une continuation (ou de plusieurs) jusqu’en 768.

On trouve la première apparition de l’origine troyenne des francs dans la reprise de la chronique de Saint Jérôme qui subit quelques transformations [1].

Continuer la lecture de La chronique de Frédégaire : les origines troyennes des Francs
  1. Le texte latin se trouve dans les MGM (Monumenta Germaniæ Historica), Scriptores rerum Merovingicarum, t. 2, 1888, p. 44-47 ; il existe une traduction française peu précise qui ne s’appuie que sur un manuscrit, mais le plus ancien connu  (fin du 7e ou début du 8e siècle) : Les compilations : texte latin du Ms BnF, lat. 10910. Partie II, traduction et présentation par Nathalie Desgrugillers, Paleo, 2011 ; on trouvera dans Jérôme, Chronique, notes et commentaires par Benoît Jeanjean et Bernard Mançon, PUR, 2004, une traduction de la Chronique de Jérôme ainsi que quatre études sur les Chroniques et chronographies dans l’Antiquité tardive, 4e-6e siècle dont une de Benoît Jeanjean qui montre comment Frédégaire à utilisé en la modifiant la préface de Jérôme. []

Raban Maur, la querelle des images et l’art contemporain

La Bibliothèque nationale de France a récemment donné carte blanche à Jan Dibbets, figure importante de l’art contemporain, pour accompagner des manuscrits d’une œuvre de Raban Maur (780-856) consacrée aux Louanges de la Sainte Croix [1]. Il faut préciser que la forme de ces poèmes est très particulière : il s’agit de 28 carrés de lettres, avec autant d’hexamètres dactyliques qu’il y a de lignes, surchargés de formes géométriques colorées (comme dans la présentation de l’exposition ci-contre) ou de dessins. Ces formes ou ces dessins recouvrent des lettres qui forment de nouveaux textes à l’intérieur des précédents comme nous le verrons plus en détail.

Le but de l’exposition est de montrer des parallélismes avec des œuvres d’auteurs contemporains comme le montre l’exemple ci-dessous qui met en rapport une page du manuscrit de Raban Maur à gauche et une œuvre de Franz Erhard Walther (né en 1939 à Fulda) à droite.

La tentative de Dibbets est-elle une réussite ? On peut légitimement se poser la question car beaucoup de mises en parallèle ne sont pas convaincantes, mais elle a eu le mérite d’attirer l’attention sur l’œuvre de Raban Maur : il faudra également étudier la question de son insertion dans la querelle des images qui opposait alors l’Orient à l’Occident. Demeure-t-il quelque chose de cette querelle aujourd’hui ? Nous tenterons d’y répondre.

Continuer la lecture de Raban Maur, la querelle des images et l’art contemporain
  1. Make it new. Conversations avec l’art médiéval. Carte blanche à Jan Dibbets, Exposition BnF, 6 novembre 2018 – 10 février 2019 []

Comment l’Empire romain s’est effondré

La « chute de l’Empire romain » est un genre littéraire bien établi depuis le classique de Gibbon Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain (écrit au 18e siècle et traduit au 19e en français par Guizot) jusqu’au tout récent livre de Peter Heather, Rome et les barbares. Histoire nouvelle de la chute de l’empire évoqué dans un billet de ce carnet. Roger-Pol Droit qui rend compte du livre ci-contre dans le Monde du 4 janvier ironise sur le fait que chaque époque a sa vision de la chute de Rome en fonction de ses préoccupations propres. Gibbon évoquait la faillite de l’élite due au christianisme ; les travaux du 20e siècle mettent l’accent sur l’économie ; ceux du 21e sur les changements climatiques et la peur des épidémies ce qui est le cas du présent livre de Kyle Harper sous-titré « le climat, les maladies et la chute de Rome. Il conclut donc « A chaque siècle son effondrement ». Le trait caustique est-il justifié ? Ce sera le but du présent billet d’y répondre [1].

Pour bien comprendre ce livre, il faut faire référence à son titre d’origine The Fate of Rome qui ne met pas immédiatement l’accent sur la chute de Rome mais sur son destin, son sort, sur l’influence de la Fortune au sens ancien qui faisait que l’on passait de la prospérité à la misère et réciproquement sans que les actions des acteurs y soient pour beaucoup.

Continuer la lecture de Comment l’Empire romain s’est effondré

  1. Kyle Harper, Comment l’Empire romain s’est effondré. Le climat, les maladies et la chute de Rome, La découverte, 2018, 544 p. []

Mélenchon, tribun du peuple, est-il « sacré » ?

Jean-Luc Mélenchon, lors de la perquisition de son domicile le 16 octobre dernier déclare : « ma personne est sacrée, je suis parlementaire » [1]. Trois jours plus tard, au cours d’une conférence de presse, il précise sa pensée :

« ceci vous expliquera un point de détail qui a échappé aux incultes : l’expression, « ma personne est sacrée », est une expression dont vous trouverez l’explication dans le Littré, un dictionnaire bolchévique bien connu, dans lequel on fait référence à l’histoire profonde qui fait que les tribuns du peuple, dont je m’honore de faire partie, et les parlementaires depuis la première République en France, sont déclarés inviolables et qu’ils bénéficient d’un certain nombre de protections, que ces protections font qu’il ne sont pas, sur tous les plans, sur le même plan que tous les citoyens » [2].

Continuer la lecture de Mélenchon, tribun du peuple, est-il « sacré » ?
  1. Source []
  2. Source []