Archives de catégorie : Histoire

Un débat séculaire sur le latin : comparaison France – Italie

Dans mon précédent billet, je disais vouloir rendre compte du fait que l’enseignement du latin en France se situait au plus bas niveau européen en ce qui concerne l’enseignement secondaire terminal. Si nous prenons le cas de la Terminale, on voit sur le graphique ci-dessous, que la rénovation pédagogique des lycées de 1992 (restructuration des séries A, B, C en L, ES et C qui a limité le choix du nombre d’options) a fait chuter de moitié les proportions de latinistes en terminale de près de 8% en 1987 à 3,8%, la valeur en 2019 (la chute en seconde de 1992 est répercutée en 1993 en première et en 1994 en terminale).

 

Résumons les valeurs relevées dans les pays européens où j’ai pu trouver des indications sur la situation en fin d’enseignement secondaire : [1]
Italie 19,7% [2]
Suisse 17,2%
Belgique (Flandres) 17%
Espagne 16%
Belgique (Wallonie) 12%
France 3,8%.

Pour rendre compte de l’opposition si forte entre les deux pays extrêmes que sont la France et l’Italie, il faut entrer dans le détail de leur histoire scolaire dont je vais montrer les particularités dans un environnement européen marqué par les mêmes tendances de progression de l’instruction depuis le 19e siècle.  

Continuer la lecture de Un débat séculaire sur le latin : comparaison France – Italie
  1. dans les billets suivants : Italie, Suisse, Belgique, Espagne []
  2. cette proportion est obtenue en ajoutant au lycée classique (5,8%) les classes de lycée scientifique avec latin (13,9%) source []

L’Autorité de l’art antique

Comme je le disais en conclusion de mon dernier billet, nous avons vu de nombreuses fois dans ce carnet que l’Antiquité utilisée dans des productions actuelles est source de respectabilité. Elle est une mise en valeur de ce qu’elle touche comme par un coup de baguette magique, qu’il s’agisse des universités parisiennes en 1971 qui furent numérotées en chiffres romains [1], du rappeur Booba qui donne un titre latin à son spectacle [2], de marques commerciales qui utilisent une racine grecque ou latine dans leur nom de marque ou leurs produits [3]. D’où vient cette aura, ce surplus apporté par l’Antiquité ? C’est cette question que je voudrais traiter aujourd’hui en m’appuyant sur l’idée fondamentale mise à jour par Bernard Lahire dans son ouvrage, Ceci n’est pas qu’un tableau [4] que c’est une « domination » qui explique la magie de l’art, qui le rend sacré. Le sous-titre du livre « Essai sur l’art, la domination, la magie et le sacré » constitue en fait une première partie de 400 pages qui va rendre compte de ces phénomènes.

Continuer la lecture de L’Autorité de l’art antique

  1. les chiffres romains, passé, présent, avenir []
  2. Nero nemesis []
  3. De Kiloutou à Nike. L’effet de marque []
  4. Bernard Lahire, Ceci n’est pas qu’un tableau, La Découverte, 2020 []

Villa des Mystères : un débat conflictuel

Découverte à proximité de Pompéi au début du 20e siècle puis fouillée dans les années 30, la Villa des Mystères doit son nom à une fresque représentant des personnages de taille humaine sur les murs d’une pièce d’environ sept mètres sur cinq. Très tôt en effet, on a voulu y voir une forme d’initiation à un rite dionysiaque et cette position est toujours argumentée par exemple par Gilles Sauron dans un ouvrage de 1998 [1].

Un débat est né de plusieurs textes de Paul Veyne dont un livre intitulé La Villa des Mystères à Pompéi qui n’y voit qu’une décoration faite à l’occasion d’un mariage [2].

 

La question est si peu tranchée que par exemple les rédacteurs d’un numéro hors-série de la revue Beaux Arts consacré à Pompéi en 2020, présentent la Villa des Merveilles avec en sous-titre « Une fresque, deux interprétations ». Chaque scène présentée est suivie de deux commentaires : « Selon Gilles Sauron » ; « D’après Paul Veyne ».

S’il n’est pas possible de trancher entre des interprétations antagonistes, il l’est cependant de présenter les éléments du débats que sont les scènes de la fresque qui d’ailleurs a été restaurée récemment ce qui fait que les reproductions gagnent en netteté [3]. J’essaierai ensuite d’approfondir la nature conflictuelle du débat.

 

Continuer la lecture de Villa des Mystères : un débat conflictuel
  1. Gilles Sauron, La grande fresque de la villa des Mystères à Pompéi, Picard, 1998 []
  2. Paul Veyne, La Villa des Mystères à Pompéi, Gallimard, 2016. Antérieurement, « La fresque dite des Mystères à Pompéi » dans Paul Veyne, François Lissarrague, Françoise Frontisi-Ducroux, Les Mystères du gynécée,  Gallimard, 1998 []
  3. Elles sont issues pour leur grande majorité du site officiel de Pompéi pompeii sites []

L’Histoire Auguste

L’Histoire Auguste relatant la biographie d’empereurs romains à partir d’Hadrien et s’achevant avant la période de la tétrarchie initiée en 285 par Dioclétien, examinons-en les empereurs les plus connus dans la frise chronologique suivante qui commence à Auguste :

Suétone, dans sa Vie des douze Césars était parti de César et avait traité des vies d’empereurs jusqu’à Domitien, ce qui correspond au début de la première ligne de la frise. L’Histoire Auguste traite de la deuxième ligne mais la comparaison s’arrête là car Suétone est un auteur bien situé historiquement tandis que l’Histoire Auguste est due à six auteurs totalement inconnus : il y a là un problème et beaucoup d’autres que nous suivrons  à partir de l’introduction faite par André Chastagnol dans son édition bilingue [1].

Un élève de l’éminent spécialiste d’histoire romaine du 19e siècle Theodor Mommsen, Hermann Dessau, montre en 1889 que les six auteurs présumés de l’Histoire Auguste n’en font qu’un, dont on ignore le nom et qui vécu à la fin du 4e siècle, entre 390 et 400. Prenons un exemple de sa méthode : soit le cas d’un certain Toxotius qui selon l’Histoire Auguste vivait vers 240. Ce patronyme est totalement inconnu à cette époque mais est connu dans les lettres de saint Jérôme qui cite en effet Julius Toxotius qui a été le mari d’une veuve chrétienne et qui était mort en 380. Dessau cite plusieurs exemples de ce type de patronymes inconnus de l’époque où ils sont censés vivre dans l’Histoire Auguste mais connus à la fin du 4e siècle. Il en conclut que le véritable auteur de l’Histoire Auguste était un lettré qui vivait dans les milieux aristocratiques de Rome où saint Jérôme avait ses entrées.

Continuer la lecture de L’Histoire Auguste
  1. André Chastagnol, Histoire Auguste, Édition latin-français, Robert Laffont, 1994, coll. « Bouquins » []

Latin et grec dans le système métrique

« Millimètre,
Centimètre
Décimètre,
Décamètre,
Hectomètre,
Kilomètre,
Myriamètre,
Faut t’y mettre
Quelle fête !
Des millions,
Des billions,
Des trillons,
Et des frac-cillions !»

Ce texte de « l’enfant et les sortilèges », fantaisie lyrique de Maurice Ravel composée entre 1919 et 1925, sur un livret de Colette, met en scène un professeur d’arithmétique farfelu qui déclame une longue tirade faite de problèmes de certificat d’études, de tables de multiplication et d’éléments du système métrique [1]. Le myriamètre, issu de la myriade grecque y figure encore car au 19e siècle il était encore enseigné.

Jusqu’à ce jour je croyais que la succession des préfixes latins comme sous-multiples du mètre, et des préfixes grecs, pour les multiples supérieurs à l’unité, était un hommage des créateurs du système métrique à la Grèce culturellement supérieure à Rome. L’étude des péripéties de la création de la nomenclature du système métrique que nous allons suivre d’année en année, va nous montrer que ce n’est qu’une réinterprétation (d’instituteurs du 19e siècle ?).

Continuer la lecture de Latin et grec dans le système métrique
  1. Polka de l’arithmétique []