Archives de catégorie : Histoire

Ambiance de Saturnales aux fêtes de fin d’année

On sait que la date de Noël a été choisie au solstice d’hiver pour se substituer au culte du dies natalis solis invicti, « jour de la naissance du soleil invincible », qui désignait le culte du soleil. Ce culte était cher aux philosophes qui voyaient à juste titre le soleil comme à l’origine de toute vie, et aux militaires que leurs pérégrinations chez de nombreux peuples avaient conduits à un relativisme en matière de religion. Mais avant cette fête du 3e siècle, les romains avaient une période festive au mois de décembre : les Saturnales dont nombre de traits sont encore présents aujourd’hui. Continuer la lecture de Ambiance de Saturnales aux fêtes de fin d’année

Fluctuat nec mergitur

FluctuatNecMergiturFluctuat vient du verbe fluctuo [1] à la troisième personne de l’indicatif présent. Ce mot signifie  « rouler des flots, des vagues » et au figuré « être agité comme les flots ».  On retrouve cette idée de ballotement dans fluctuer mais en français, fluctuer ne s’applique qu’à de l’immatériel, l’état d’esprit d’une personne par exemple, non à un objet. Continuer la lecture de Fluctuat nec mergitur

  1. fluctuo, as, are []

De Kiloutou à Nike. L’effet de marque

LogoNikeAvec son logo en stylisation de l’aile de la Victoire de Samothrace, Nike fait partie de ses innombrables marques qui utilisent l’Antiquité pour promouvoir leur produit et qui sont d’ailleurs répertoriées dans plusieurs sites [1]. La liste en est impressionnante : des parfums (Olympea, Invictus, Kouros), aux voitures (Clio), aux firmes (Vivendi, Thalès), aux clubs de foot (l’Ajax), à la musique (Erato, Harmonia Mundi), etc. Cependant le nom de marque le plus standard est constitué par le nom du créateur du produit : Peugeot, Renault, Nestlé, Gallimard ou par un acronyme comme Lu (Lefèvre-Utile) ou Fiat (Fabbrica Italiana Automobili Torino). Continuer la lecture de De Kiloutou à Nike. L’effet de marque

  1. Arrête ton char ! Antiquipop []

Antigone de Sophocle

Version jouée en juillet 2015 à Bruxelles
Antigone : Alexis Tsipras
Créon :  Wolfgang Schäuble

Le 8 juillet 2015, Alexis Tsipras déclare au parlement européen :

« Plusieurs sont ceux qui se sont référés à la tragédie antique grecque pendant les débats. Je respecte pleinement les lois qui régissent l’UE et la zone euro. Les lois sont nécessaires pour avancer. Mais puisque vous avez mentionné la tragédie grecque, je rappelle que Sophocle nous a appris avec son chef-d’œuvre «Antigone» qu’il y a des moments où la loi supérieure de la justice doit l’emporter sur les lois humaines. Et je pense que le moment actuel l’exige aussi. »[1]

Que voulait-il dire exactement ? Est-ce que Sophocle envisageait bien une loi supérieure « de la justice » ? Relisons donc de près les vers 446-455 de la tragédie [2]. Continuer la lecture de Antigone de Sophocle

  1. Source []
  2. texte grec des Belles Lettres 2005 []

L’art de gouverner ses esclaves

ArtGouvEsclavesLa fiction est la suivante : un certain Marcus Sidonius Falx, consulaire de son état, est censé expliquer à des non-romains comment il faut gérer ses esclaves, les acheter, les faire travailler, surveiller leur vie sexuelle, les punir mais aussi les affranchir le cas échéant. Il montre enfin que les chrétiens traitaient leurs esclaves comme tout le monde. Après chaque exposé de Falx, Jerry Toner, (directeur d’études associé à la faculté d’études classiques de Cambridge), reprend la parole pour le commenter et indiquer les sources où l’on pourra trouver ce qui rend compte du point de vue romain.
Continuer la lecture de L’art de gouverner ses esclaves