Archives de catégorie : Motivations

Refonder l’enseignement du latin : Plan National de Formation, 11 octobre 2013

Environ 200 professeurs de Langues et Cultures de l’Antiquité étaient réunis le 11 octobre 2013 au Lycée Louis le Grand à Paris pour une journée de formation sous l’égide de l’Inspection générale. J’y participais comme intervenant et je voudrais rendre compte, par ce bref résumé, de l’impression très forte que m’a laissé cette journée. En effet, j’ai eu le sentiment d’assister à un évènement historique : un changement majeur dans la manière d’envisager l’enseignement du latin. L’annonce elle-même en a été faite dans les deux courtes introductions des Inspecteurs généraux, Catherine Klein et Bernard Combeau, mais elle a été illustrée par plusieurs interventions.

Le thème de l’Inspection générale a été le suivant : si le l’enseignement du latin présente à l’opinion une image si dégradée, cela n’est pas la conséquence d’un manque de moyens, mais cela est dû à la pédagogie employée actuellement. Il faut donc refonder cet enseignement en changeant de paradigme pédagogique.

Il faut cependant bien comprendre que de telles paroles, venant de la bouche même d’inspecteurs généraux ont un aspect paradoxal car ce sont eux qui jusqu’à présent ont fixé la pédagogie de l’enseignement et l’ont fait appliquer. Il s’agit donc d’un changement élaboré au sommet que cette journée de formation à pour but de diffuser auprès des enseignants.

Les modifications sont profondes sur les finalités et sur les moyens, elles ne se trouvent pas encore dans les textes officiels bien que certaines d’entre-elles soient déjà présentes dans des textes récents.

Finalités

Catherine Klein a cité ce que j’avais dit (et je l’en remercie) dans ma première leçon d’initiation  à partir des expressions latines du français : « l’initiation au latin faite au collège ne doit pas être tournée vers l’antiquité mais vers le présent ».

1) Les textes étudiés doivent permettre d’être en contact avec ce qui nourrit la pensée, la création artistique, la vie politique et sociale. Au lycée, comme l’indique le nouveau préambule des programmes du lycée, les textes lus ne relèvent plus seulement de l’antiquité mais de toute la latinité.

Examinons la modification du préambule elle-même qui est très révélatrice :

Lecture de l’œuvre mise au programme : les mots
« relève du genre théâtral, poétique ou romanesque »
sont remplacés par les mots suivants :
« relève de tous les genres et formes attestés dans la tradition des lettres latines (correspondance, éloquence, histoire, philosophie, prose technique, poésie épique, lyrique, didactique, ou dramatique, fictions narratives). Elle peut être choisie en toute époque de la tradition, depuis Ennius jusqu’aux auteurs latins médiévaux ou modernes. »

Il y a à la fois un changement du genre traité qui est étendu à tous les genres attestés, mais changement d’époque, depuis les origines jusqu’à l’époque moderne, ce que je résume dans ma communication en disant qu’il ne faut plus étudier les auteurs de Plaute à Pline mais de Plaute à Spinoza.

2) Il faut mettre en valeur l’aspect linguistique de l’apprentissage du latin :
___– le latin est présent de multiples façons dans le français d’aujourd’hui, par les expressions latines toujours vivantes, par la création lexicale qui utilise souvent des mots latins, par l’étymologie évidemment,
___– il faut apprendre le latin comme une langue en faisant apparaitre une « conscience linguistique » chez l’élève. Il s’agit de cette prise de conscience par l’enfant que tant le français que le latin que l’anglais ne sont pas d’abord des disciplines scolaires indépendantes mais des langues qui ont beaucoup de choses en commun. Cette conscience linguistique de la coexistence des langues européennes devrait permettre, selon Umberto Eco que « des personnes peuvent se rencontrer en parlant chacune sa propre langue et en comprenant celle de l’autre » [1].

Dans l’exposé qui a suivi, Barbara Cassin a cité pour illustrer la même notion la phrase de Derrida qui lui sert à désigner sa méthode de déconstruction et qui se résume par les mots « plus d’une langue ». Il faut avoir compris qu’il existe d’autres langues que sa langue maternelle pour être capable d’interpréter, c’est-à-dire pour pouvoir prendre de la distance par rapport à un énoncé, pour pouvoir voir un contexte dans tout texte, pour avoir donc une démarche herméneutique.

Moyens pédagogiques

C’est Bernard Combeau qui a insisté sur cet aspect, remettant en cause l’apprentissage des bases et la manière de traiter les textes. Il a pour cela employé l’image du « solfège » en disant qu’il ne faut plus enseigner le latin comme ce solfège abstrait que l’on faisait apprendre autrefois aux débutants avant toute pratique instrumentale, et qui en décourageait beaucoup.

En effet commencer par le rosa, rosa, rosam, par cœur, associée aux noms traditionnels des cas latins, c’est apprendre le latin comme un solfège abstrait sans pratique. Ce sont les textes qui doivent jouer un rôle central dans l’apprentissage, textes que l’on doit être capable de lire, de comprendre, de gloser le cas échéant, sans pour cela devoir les traduire. La notion de « texte authentique » est à revoir pour lui substituer celle de « texte appareillé ».

Si l’on doit renoncer à utiliser des textes qui ne sont pas utiles pour le présent [2], les textes qui précisément donnent du sens au présent ou qui en rendent compte doivent être étudiés au début sous forme de textes bilingues.

Barbara Cassin en a donné un exemple personnel très révélateur : quand elle a commencé son apprentissage du latin et qu’elle a eu à rendre une version pour la première fois, son père a couru tout Paris pour en trouver une traduction et tous les deux ont cherché à comprendre en profondeur le texte, sans vouloir immédiatement le traduire. Inutile de dire que cependant la traduction fut bonne et que l’élève fut créditée par l’enseignant d’une bonne compétence. Ce « crédit » fut porteur aux yeux de Barbara Cassin, la conforta dans son investissement et le conduisit à sa situation actuelle.

Pour Bernard Combeau, « nous mourons de notre propre défaillance », cette défaillance étant expliquée non par le défaut des acteurs présents, mais par cet héritage du passé qui a longtemps considéré l’apprentissage de la grammaire latine comme ce qui permettait de constituer la grammaire française. Le latin a longtemps été la « béquille du français » par le biais de grammaires latinisantes qui projetaient sur le français la syntaxe latine. Pour lutter contre « l’agonie » de l’enseignement du latin, il faut donc le rénover, le refonder.

À cette fin, plusieurs exposés, dont les textes seront bientôt proposés sur le site du ministère, ont permis de voir des exemples concrets d’apprentissage renouvelé du latin et en particulier celui de Germain Teilletche, basé sur la méthode audio-orale initiée par Claude Fiévet à Pau pour les étudiants. Le but n’est pas de parler latin mais, par des dialogues répétitifs, d’intérioriser la structure casuelle du latin (sans apprentissage immédiat de la terminologie traditionnelle).

Je voudrais, avant de proposer le texte de la communication que j’ai faite, souligner un fait qui n’a pas été dit mais qui me parait évident, c’est que ce que l’on appelle dans notre jargon, le « civilisationel » est en train de se modifier profondément. En effet si l’on traite des textes issus de toute la latinité et non plus seulement de l’antiquité, ce sont des contextes très divers de civilisation qui devront éclairer les textes traités. Si des LCA « Langues et Civilisations de l’Antiquité », on passe dans le futur aux LAL « Langues de l’Antiquité et de la Latinité », on recadrera le civilisationel du rang de refuge qui permet de donner de l’intérêt aux cours de langues anciennes qui n’en avait plus aux yeux des élèves, à celui de cadre intellectuel indispensable pour comprendre tout texte. L’intérêt pour la langue revient si l’on centre la visée sur le présent, présence de la langue latine dans la langue française et les langues romanes regardées simultanément dans certains cas (y compris la partie d’origine latine de l’anglais) ; présence des textes de la latinité dans les questions contemporaines : artistiques, religieuses, littéraires, sociales, politiques et scientifiques.

***

 Les expressions latines du français et leur utilisation pédagogique

 Situons-nous par la pensée au moment du premier cours de latin de 5e, à ce moment stratégique où les élèves vont se faire une opinion précise sur la matière étudiée, et on sait que à la toute première rencontre se mettent en place des attitudes souvent pérennes. La classification des élèves est souvent de deux ordres : il y a les cours où l’on fait des apprentissages, comme les mathématiques ou le sport et il y a les autres où il faut restituer des connaissances qui peuvent être oubliées ensuite (comme l’histoire).

Si l’enseignant commence par envisager la langue latine et la civilisation romaine dans leur cadre historique, il risque fort de placer immédiatement le cours de latin dans la catégorie des cours où certes l’écoute est requise mais où tout peut être oublié ensuite. Si l’on veut placer l’étude du latin dans une perspective linguistique comme apprentissage d’une compétence valable pour toute langue, je propose qu’on commence in medias res pour que la fixation de l’image immédiate que suggère le latin à l’élève soit la bonne.

En effet, beaucoup d’enseignants de collège soulignent que ce qui a été travaillé en 5e est ensuite perdu de vue et que « le niveau baisse » de la 5e à la 3e, ce qui veut dire que ce qui a été vu en 5e n’est pas acquis. Pour lutter contre ce phénomène, je propose donc que le premier contact avec la structure de la langue latine soit sur ce qui fait difficulté, c’est-à-dire le système des cas, mais à travers le latin du français.

Si l’on fait un recensement des expressions les plus utilisées en français aujourd’hui, on arrive à une soixantaine d’expressions qui totalisent un vocabulaire de 120 mots différents.

a contrario

cogito ergo sum

ex voto

mea culpa

post scriptum

ad hoc

cujus regio ejus religio

fac simile

missi dominici

quo vadis

ad hominem

curriculum vitae

fluctuat nec mergitur

modus vivendi

sine qua non

ad libitum

cursus honorum

grosso modo

mutatis mutandis

statu quo

ad patres

de facto

habeas corpus

nota bene

stricto sensu

a fortiori

de jure

hic et nunc

numerus clausus

sui generis

alea jacta est

delirium tremens

honoris causa

panem et circenses

urbi et orbi

alter ego

de profundis

in extenso

pater noster

vade mecum

a posteriori

dura lex sed lex

in extremis

pater familias

veni vidi vici

a priori

errare humanum est

in vino veritas

pax romana

verba volant scripta manent

ave caesar morituri te salutant

et cetera

ipso facto

post meridiem

vice versa

casus belli

ex aequo

manu militari

post mortem

vox populi vox dei

 Le français d’aujourd’hui est perlé d’expressions latines dont il est du devoir de toute éducation sérieuse de rendre compte : un élève doit comprendre en profondeur des expressions comme rencontrer un alter ego, repérer un casus belli ou un argument ad hominem, créer une commission ad hoc, rédiger son curriculum vitae, arriver in extremis, être expulsé manu militari, faire son mea culpa, lire in extenso, arriver à un modus vivendi, établir un numerus clausus, écrire un post-scriptum, poser une condition sine qua non, etc. Et cætera précisément et comprendre aussi qu’un nihiliste n’est pas un partisan d’un monsieur nihil comme les Gaullistes le sont du Général.

Nous partirons d’une expression connue, mais sous forme d’abréviations : faire un CV c’est faire un curriculum vitae, une liste de tout ce qu’on a fait du point de vue des diplômes et de la carrière professionnelle.

Si l’on traduit curriculum vitae c’est le cours de la vie : dans vitae on pourra faire reconnaitre une racine liée à la vie comme dans vital et vitalité et dont la forme ordinaire en latin est vita ; dans curriculum, la racine de courir, de course, de cours. On fera voir l’absence en latin de l’article mais aussi de la préposition de ce qui spécifie le curriculum, le cours : ce cours est celui de la vie, il s’agit ici d’indiquer ce qui complète le nom (que l’on nommera donc par convention complément du nom). On montrera que pour exprimer cela, le latin n’utilise pas une préposition comme en français, mais modifie la finale du mot concerné qui passe de vita à vitae.

Première remarque : les noms des cas latins n’ont pas à être utilisés dans un premier apprentissage car il est inutile de doubler l’apprentissage de la chose (ici le génitif de la première conjugaison) par un terme technique qui sera un obstacle supplémentaire. De plus la terminologie classique a le défaut de mettre sur le même plan des termes « marqués » du point de vue linguistique et un seul terme « non marqué », le nominatif qui n’est pas que le cas sujet mais la « forme ordinaire » du mot analogue à la situation du mot français, non marqué du point de vue casuel (sauf pour les vestiges des pronoms personnels : me, moi, etc.).

J’accélère : à partir de l’expression casus belli, et si vis pacem, para bellum où les formes verbales sont simplement différentes du français mais sont fonctionnellement identiques et n’offrent pas de difficultés de compréhension grammaticale, on opposera ce qui est complément du nom : belli, et ce qui est complément du verbe en bellum

À partir des cinq expressions : curriculum vitae, ad vitam aeternam, casus belli, si vis pacem para bellum, vox populi vox dei on peut faire la récapitulation suivante :

Noms féminins

forme ordinaire: vita
cas du complément du verbe : vitam (comme dans : ad vitam aeternam)
cas du complément du nom : vitae (comme dans curriculum vitae)

Ce sont les mots féminin comme rosa la rose, gloria la gloire, persona la personne (noter le redoublement du n en français du à une évolution historique), Roma Rome

Noms masculins

forme ordinaire : populus, deus
cas du complément du verbe : populum, deum
cas du complément du nom : populi, dei (comme dans vox populi, vox dei)

Nomts neutres : ni féminins ni masculins

forme ordinaire: curriculum, bellum
cas du complément du verbe : curriculum, bellum (comme dans si vis pacem para bellum)
cas du complément du nom : curriculi, belli

Adjectifs masculins, féminins et neutres

Pour le féminin, prenons l’expression pax romana : la paix romaine (on rencontre souvent sous ce modèle des expressions contemporaines comme la pax americana).

On pourra alors commencer à faire des exercices structuraux, seule méthode pour acquérir les structures d’une langue : on fera traduire alternativement du latin vers le français comme curriculum belli mais aussi du français vers le latin « la paix du peuple romain » : si un élève à qui on a fourni en plus le mot pax pour paix arrive à construire pax populi romani, on peut dire qu’il a compris en profondeur le système casuel latin.

Je donne d’autres exemples dans mes 12 leçons construites à partir des expressions latines du français et qui permettent de faire l’apprentissage des principaux traits du système des cas et de celui des principales conjugaisons.

Dès la première leçon on peut structurer les acquis par un tableau récapitulatif comme suit :

Première classe des noms

Masculin

Féminin

Neutre

Forme ordinaire

populus

vita

bellum

Compléments

du verbe ou de préposition

populum

vitam

bellum

du nom

populi

vitae

belli

Les adjectifs s’en déduisent

Première classe des adjectifs

Masculin

Féminin

Neutre

Forme ordinaire

romanus

romana

romanum

Compléments

du verbe ou de préposition

romanum

romanam

romanum

du nom

romani

romanae

romani

On notera que, à partir de la première classe des adjectifs, on a présenté une première classe des noms : il faut rompre avec l’habitude pédagogique de commencer par la première déclinaison sous prétexte que Varron l’a mise en premier, en se basant sur l’ordre alphabétique de l’ablatif au livre X, § 62 du De lingua latina.

Ces tableaux, qui vont s’étendre au fur et à mesure de l’apprentissage sont des tableaux de référence que l’on a sous la main en permanence : leur apprentissage par cœur tue la pratique de l’exercice structural puisque c’est la variation par rapport à la forme ordinaire qui est pertinente, non la forme elle-même. À cette première leçon, le finale en –m permet le repérage du complément du verbe et les deux finales en –i et –ae permettent celui du complément du nom, soit donc trois variations, ce qui est suffisant pour faire des exercices et pas trop ample pour être dominé en une leçon.

Ceci justifie une deuxième remarque générale pédagogique : à toute séquence d’apprentissage doit correspondre un acquis, que ce soit la première leçon ou la première année de latin à la fin de laquelle, les principales formes doivent être acquises et maitrisées sur le vocabulaire correspondant à leur apprentissage.

Regardez dans la rue un adolescent faire des exercices de planche à roulette : 10 fois, 20 fois, il reprend la même figure de glissé, de saut, jusqu’à ce que le mécanisme soit parfaitement intégré. On a parlé souvent du latin comme une gymnastique de l’esprit : c’est totalement faux si l’on croit que le cerveau est un muscle qu’il faut développer, mais il y a quelque chose de vrai dans l’expression, c’est que les apprentissages linguistiques sont, comme la gymnastique du corps, des acquis qui ne se font que par des exercices répétés sous des formes diverses.

J’imagine bien « Chloé » rentrant chez elle à l’issue du premier cours et expliquant à ses parents cadres ce qu’est finalement un casus belli ou « Kevin » explicitant à son père commerçant le curriculum vitae. On est dans le registre de la langue, du latin, du français, de la politique ou de l’entreprise, de la vraie vie en somme dans ses aspects linguistiques et sociaux.

Et ensuite direz-vous ? [3] Les expressions latines du français ne constituent pas un texte latin et il faudra bien s’affronter à de vrais textes : dès la 6e leçon, je propose d’étudier la lettre de Pétrarque racontant l’ascension du Mont Ventoux première attestation positive de la curiositas de la science antique après un Moyen Âge où celle-ci était considérée comme une tentation à rejeter. C’est cette attitude de curiosité face à la nature qui est à l’origine de la science moderne :

_____Altissimum regionis montem
_____le mont le plus haut de la région
_____quem merito Ventosum vocant
_____qu’ils appellent avec raison Venteux
hodierno die
au jour d’aujourd’hui
_____sola videndi insignem loci altitudinem cupiditate ductus
_____conduit par le seul désir de voir la hauteur singulière du lieu
ascendi
J’ai escaladé

ici en version sous-titrée avec retraits [4]  pour, dans un premier temps, comprendre les formes casuelles et leur logique sans être embarrassé par des questions de vocabulaires : en pédagogie, il faut toujours diviser la difficulté « en autant de parcelles (…) qu’il serait requis pour les mieux résoudre » comme nous y incite Descartes dans son Discours de la méthode (Ed. de la Pléiade, p.138), Descartes dont on pourra faire lire en latin sous-titré le texte des Principia philosophiae  qui correspond à l’expression devenue elle aussi proverbiale, cogito ergo sum :

Ac proinde haec cognitio,
Et par conséquence, cette proposition
ego cogito, ergo sum,
je pense donc je suis
est omnium prima et certissima,
est de toutes la première et la plus certaine
quae
qui
_____cuilibet ordine philosophanti
_____à quiconque (est) conduit philosophiquement
occurrat
doit se présenter.

Est-il raisonnable de proposer à un élève de 5e un texte aussi philosophique que celui du « cogito » ? Le raisonnement est à sa portée, surtout si on l’explique par l’argument du rêve éveillé : quand on rêve, on a une impression de réalité, on peut donc imaginer que nous vivons un rêve éveillé de type science-fiction, mais on doit bien admettre, même si nous existons dans un univers de pure fiction, que nous y existons bien, éveillé ou non, que notre moi y est bien présent.

Plus important peut-être est le fait qu’en faisant traduire un texte comme celui-ci, on marque l’importance qu’il a eu pour toute la pensée moderne. Descartes, et le cogito, c’est la référence de la science, de son action more geometrico précisément, expression latine toujours vive. L’élève oubliera le raisonnement, mais en classe de philosophie, il se souviendra qu’il a traduit le texte et prendra ainsi conscience de son importance.

Faire traduire un texte latin du 17e siècle, c’est finalement être fidèle à nos prédécesseurs enseignants de latin qui à la Renaissance ont fait traduire à leurs élèves les textes qu’ils jugeaient fondateurs pour eux d’une nouvelle esthétique, par exemple en  tentant de faire gouter à des collégiens la poésie de la première bucolique. Aujourd’hui, cette expérience esthétique n’est plus cohérente avec la situation actuelle et il faut refaire l’expérience de la Renaissance à partir de nos propres besoins de textes fondateurs en matière de science et de culture.

Notre expérience de la science et de la culture est basée sur des siècles de latinité et pas simplement d’antiquité comme à la Renaissance : les textes fondateurs que nous devons faire lire, ce n’est pas simplement de Plaute à Pline, mais de Plaute à Spinoza pour la culture et d’Archimède à Newton pour la science.

  1. Umberto Eco, La recherche de la langue parfaite, Seuil, 1994, p. 395 []
  2. comme on a fort justement refusé le de viris dans les années 80 et les thèses dites « de Besançon » qui ont été la charte du développement des ARELA, conservent leur valeur []
  3. Cette partie de la communication n’a pu être donnée faute de temps []
  4. si on ne tient pas compte des retraits on a l’ordre du texte latin et pour avoir l’ordre du français, on lit d’abord de haut en bas la colonne de gauche, puis la colonne de droite []

Entretien avec John Scheid

John Scheid, professeur au Collège de France (chaire « Religion, institutions et société de la Rome antique ») souligne en début d’entretien que dès sa leçon inaugurale (2002), il avait abordé la question de l’enseignement du latin. C’était en ces termes :

JohnScheid

« Il ne s’agit pas seulement de défendre les filières dites “classiques” dans l’enseignement secondaire et d’insister sur la qualité de cette formation. Le latin et le grec aident, il est vrai, à apprendre le français, à comprendre la grammaire et à raisonner. Mais soyons honnêtes. Correctement enseigné, le français lui-même pourrait rendre le même service. L’importance de la formation classique réside ailleurs. Parce qu’elle oblige à regarder au-delà des frontières nationales, elle constitue un accès privilégié au patrimoine culturel commun de l’Europe et au-delà, du monde méditerranéen, pour peu que l’on veuille se souvenir que jadis l’Empire romain a relié Gibraltar à la mer Noire, et la Grande-Bretagne au Sahara. » (§4)

« Il y a vingt-sept ans, Paul Veyne pouvait dire que son époque n’apprenait plus beaucoup de latin. Que dire aujourd’hui ? Qui prétendra que les langues classiques se portent bien en France et en Europe ? Malgré le soutien dont il bénéficie, l’enseignement de cette discipline traverse depuis plus de vingt ans une période difficile. On ne peut que s’interroger sur la rage démagogique qui consiste à supprimer l’étude de langues qui restent pourtant indispensables à tous ceux qui portent quelque intérêt à notre patrimoine historique. Et il ne sert à rien de maintenir ces enseignements de manière superficielle. Comme pour les langues vivantes, un enseignement digne de ce nom n’existe que si l’élève apprend effectivement les langues. » (§12)

***

Patrimoine culturel commun

– John Scheid : il n’est pas possible de parler de notre identité si l’on n’est pas capable de lire les sources qui définissent cette identité. Or depuis César jusqu’à la Renaissance et même plus loin dans certains cas, tous nos documents sont en latin et c’est seulement à partir de François Ier, qu’on commence à moderniser (et la création du Collège de France fait partie de cette modernisation). C’est l’époque à laquelle certains érudits ont commencé à dire qu’il fallait diffuser des traductions tout en allant aux sources. C’est cela l’Humanisme : les humanistes lisaient le latin, le grec, l’hébreu, mais en même temps, ils faisaient des traductions, ce qui était dangereux à l’époque. Car la faculté de théologie n’aimait pas beaucoup qu’on lise la bible dans le texte, ou en traduction, parce que cela enlève des filtres qu’elle jugeait nécessaires. Et à cette époque, on commence aussi à écrire certains documents publics en français, mais pour l’essentiel, notre documentation dans toute l’Europe, jusqu’à la fin du XVIIIe s., c’est le latin.

Si on forme une jeunesse qui ignore les faits (et là ce n’est pas seulement l’histoire ancienne qui est en cause), on se prépare des lendemains jolis, parce que n’importe quel parti extrémiste peut raconter n’importe quoi, et personne ne leur opposera les faits historiques : on revient au Moyen Age. Et pour l’Antiquité, même si nos idéologues ne l’aiment pas beaucoup (c’est dépassé, cela n’a aucun intérêt), elle est puissamment utilisée dans toutes les constructions idéologiques. Il y 70 ans, on tenait des discours historiques assez étonnants en Italie, en Allemagne, au Japon qui pourraient nous faire réfléchir. Ils étaient fondés sur une falsification de l’histoire mais il restait toute une série de gens, même en Allemagne ou en Italie, qui disaient non, que ce n’était pas comme cela. Qu’est ce qui se passerait de nos temps ? C’est pour cela qu’il faut apprendre un peu l’histoire ancienne.

– Philippe Cibois : pour vous il faut se centrer sur le présent ? Nous spécifiquement, notre histoire, notre langue et ne pas chercher à dominer intellectuellement l’ensemble du monde ?

– Absolument. Ce n’est pas qu’il faille ignorer les autres : bien sûr qu’il faut de l’histoire mondiale, mais n’apprendre que l’histoire mondiale comme si la France n’existait pas, risque à mon avis de susciter un problème grave. Parce qu’il faut savoir pourquoi on apprend, et la première chose à apprendre, c’est de se connaître soi-même, et notamment sa langue.

Je me souviens de quand j’ai découvert au lycée, pendant les dernières années, les textes politiques romains qui étaient passionnants, et qui nous faisaient découvrir beaucoup de problèmes, antiques et contemporains. Nos professeurs parlaient de ce qui s’était passé dans les années 30 et 40 en commentant ces textes. Par exemple la Guerre contre Jugurtha : qu’est-ce que les Romains allaient faire en Afrique du nord ? Cela permettait de faire des discours « en partant de » avec des arguments dont certains étaient les mêmes que ceux que Salluste ou Cicéron développaient.

Pas de formation superficielle

Ce qui me parait important, néanmoins, c’est que quand on parle une langue romane et qu’on enseigne une langue romane, que l’on connaisse les fondements de cette langue. On ne va pas inventer une linguistique qui est complètement en dehors de l’histoire, et pour comprendre une langue, au moins le professeur, et donc les étudiants, et d’une certaine manière les bacheliers, doivent au moins en posséder les rudiments pour arriver à cette connaissance.

Ce qui est dramatique, c’est le saupoudrage actuel. On fait semblant à Bruxelles dans les commissions, ou à l’Unesco, de croire qu’en France on apprend encore le latin et le grec. Vous savez mieux que moi ce qu’il en est : les professeurs de latin voient leur programme réduit à la portion congrue.

Il y a déjà vingt ans, j’ai découvert que les étudiants en lettres classiques faisaient leur maîtrise sur des traductions, et c’est alarmant. Parce que ce n’est plus la peine d’enseigner le latin au lycée, si c’est pour arriver au résultat qu’au bac ils ne sont même pas fichus de comprendre César, ou un petit texte sans dictionnaire. Alors à quoi bon ?

J’ai fait toutes mes études sans dictionnaire : on avait certes des dictionnaires, parce qu’on devait traduire des textes grecs ou latins difficiles qu’on n’avait jamais vus, et là on avait bien sûr le droit d’utiliser le dictionnaire. Mais tous les examens, jusqu’au bac et pendant le bac même, se faisaient sans dictionnaire.

– PhC : C’était au Luxembourg ?

– Qui n’est pourtant pas un pays extraordinaire de ce point de vue, mais il avait conservé la vieille tradition de l’apprentissage des textes et des langues. La méthode pratiquée était une sorte de mélange des méthodes françaises et allemandes, d’après lequel il était impensable qu’on utilise un dictionnaire. Le Gaffiot a tué le latin en France. Si l’on ne dispose pas du dictionnaire aux exercices et examens, on se constitue un petit vocabulaire de 1000 à 2000 mots, très suffisant pour comprendre l’essentiel, ce qui permet de se débrouiller pour le reste. Mais j’en viens au principal : j’avais 5 heures de grec par semaine, et 7 heures de latin. Pendant 7 ans, 7 heures de latin, pendant 5 ans 5 heures de grec ! C’est toute la différence.

Ce que je n’ai jamais compris, c’est le saucissonnage du Morisset et Thévenot : c’est une horreur : nous, on avait au programme deux chants de l’Iliade, trois chants de l’Eneide. On avait la Guerre de Jugurtha, point : du début à la fin. Comment voulez-vous avec deux, trois heures, je ne sais plus combien, que vous dépassiez le stade de la déclinaison ? Vous vous planterez ensuite dans les verbes irréguliers, parce qu’il n’y a plus le temps d’aller plus loin. Je n’appelle pas cela faire du latin. À ce moment-là, autant faire autre chose. La civilisation romaine ? Mélanger l’enseignement de la langue avec l’étude de la civilisation, c’est très bien, mais il faut savoir. Qu’est-ce qui revient au latin ? C’est plutôt le professeur d’histoire qui devrait enseigner cela. Or en même temps, l’histoire antique disparaît des programmes de lycée et de collèges, je ne comprends pas pourquoi.

– PhC : on peut peut-être commencer par les expressions latines du français comme curriculum vitae ?

– Il y a du latin pur jus et du latin macaronique comme curriculum vitae, mais il y aussi tout le fonctionnement de la langue, le vocabulaire. J’ai été tout de suite fasciné quand j’ai vu que tel mot vient d’un mot plus ancien, de façon savante ou de façon directe, et la façon directe, les formations « populaires » des mots, est encore plus intéressante.

– PhC : mais est-ce que ce n’est pas l’objet du cours de français ?

– Le latin fournirait le vocabulaire et le professeur de français l’utiliserait systématiquement dans ses explications. Mais si on n’apprend pas le vocabulaire latin, si on ne voit pas comment cela fonctionne, c’est inutile. Il faut sensibiliser les élèves à cela, montrer que notre langue n’est pas tombée du ciel, que c’est une langue qui était parlée autrefois, comme langue de communication, dans toute la Méditerranée et même dans les pays grecs : il y avait des zones latinophones, jusqu’à Philippes en Macédoine ou Beyrouth au Liban. Les Romains de toute façon connaissaient aussi le grec et tout le monde se comprenait d’un bout à l’autre de la Méditerranée. Cet état de choses a laissé des traces : de ce point de vue « nous sommes tous des citoyens romains »[1].

Dans notre langue, le gaulois est infiniment plus faible que le latin : il doit même y avoir moins de mots gaulois que de mots germains, à cause des Francs. Je trouve que cela devrait intéresser les jeunes même sous forme de jeu. Maintenant on cherche des activités extra-scolaires, mais les professeurs de latin et de français pourraient faire ensemble des ateliers où l’on joue avec les mots pour en trouver l’étymologie. Que les jeunes sachent ce qu’est une étymologie, comment cela fonctionne, même s’ils ne sont pas linguistes ! Qu’ils connaissent un certain nombre de choses : que les langues se transforment, mais lentement : c’est cela qu’il faudrait leur apprendre.

Et puis, il faudrait que l’histoire participe à cet enseignement : je trouve que c’est criminel, on en parle régulièrement dans les journaux, d’avoir des programmes d’histoire au collège-lycée aussi indigents où on parle de tout et de n’importe quoi, mais pas de ce qui nous concerne, et même jusqu’à l’époque contemporaine : De Gaulle n’existe pas, la dernière guerre pratiquement pas, c’est scandaleux.

– PhC : en français, les textes proposés vont depuis la Bible et l’Énéide en 6e jusqu’à la littérature contemporaine en terminale.

– et ils les lisent et les étudient?

– PhC : en tout cas c’est au programme,

– oui mais je sais qu’il y a quarante-cinq ans (je parle de la préhistoire), dans mon petit pays, on avait aussi un programme, et il y avait 10 ou 20 œuvres qui étaient imposées dans le programme de l’année. Et les maîtres nous disaient « vous lisez les 10 ou 20 œuvres » et l’on était interrogé sur ces œuvres, en classe on n’étudiait forcément qu’un certain nombre de ces livres, mais on était prié de tout lire. Pas question de ce saucissonnage.

– PhC : donc il faut apprendre et arriver à un résultat.

Prenons le cas de l’apprentissage de l’anglais : tout ce débat sur l’anglais, vous trouvez normal que quelqu’un ou quelqu’une qui, pendant 7 ans, fait de l’anglais, ne soit pas fichu de comprendre un film sans sous-titre, de lire un livre anglais, ou de subir une conférence avec images en anglais ?

Finalités

Paul Veyne a dit un jour qu’on n’a pas besoin de latinistes mais qu’on n’avait besoin que d’un petit groupe. J’avais trouvé qu’il exagérait un peu, mais je crois que ce qu’il voulait dire, c’est que si vous et moi, et un certain nombre de collègues, nous faisons du latin, cela suffit ; on n’a pas besoin de faire des érudits de tous les Français, on n’est plus à l’époque où l’on écrivait en latin et où l’on dialoguait avec les étrangers en latin.

Mais il faut au moins que les experts puissent se reproduire, et à présent nous ne sommes plus en état de reproduire ce savoir. Il y a certes des gens qui, comme les chartistes, ne peuvent pas faire leur travail, sans le latin,

– PhC : qui n’ont pas droit au dictionnaire lors de leurs examens,

– et puis il y a quelques fous qui aiment le latin, le grec, les inscriptions, mais dans l’ensemble ces savoirs ont du mal à se reproduire. Je l’ai constaté un jour vu dans les commissions de recrutement de l’école Française de Rome : la philologie, c’était traditionnellement la spécialité de rue d’Ulm, on avait toujours le latiniste de service, qui travaillait sur des auteurs : tout d’un coup c’était l’ENS de Saint-Cloud (maintenant Lyon), qui présentait les philologues, alors que traditionnellement cette école préparait plutôt les historiens. Tout avait basculé dans le cœur du système. Cela ne m’étonne pas que les chartistes soient maintenant les vrais latinistes. À l’École pratique, à la 4e section (philologie), il y avait toujours un enseignement de philologie, mais la meilleure école de philologie c’était celle de François Dolbeau c’est-à-dire de quelqu’un qui travaillait sur le haut Moyen Age : on lui envoyait tous les jeunes qui étaient passionnés pour cette méthode, pour qu’ils apprennent les rudiments de la philologie pratique qu’il avait apprise à Rome au couvent St-Jérôme où l’on produisait sous Paul VI la nouvelle Vulgate.

On n’a donc pas besoin d’avoir des gens capables d’écrire des lettres en latin, on n’a pas besoin d’érudits en latin, mais je trouve que tout lycéen devrait, s’il fait des Lettres et même le reste, avoir au moins la capacité de traduire des textes faciles sans dictionnaire.

Que faire ?

Je n’ai jamais compris pourquoi on n’a pas créé des classes littéraires fortes. Dans les années 80, certains collègues ont milité pour créer une section littéraire forte, du même type que les S. Cela a toujours été refusé, ni par les élèves ni par les professeurs, mais par le ministère où manifestement certaines personnes détestaient cette culture dite d’élite qu’est censé être le latin.

– PhC : Vous avez discuté avec Bourdieu de la question ?

– Bourdieu, je l’ai malheureusement très peu connu : il est mort pratiquement au moment où j’entrais ici.

– PhC : C’était un gros utilisateur de latin.

– Bourdieu a été dans un internat comme moi, et il y a appris le latin à la source : lui, l’élite, il savait de quoi il parlait.

Je trouve incompréhensible cette haine contre le latin. À mon avis, ce qu’il faudrait en France, c’est de généraliser ce qui fonctionne, c’est-à-dire les khagnes, non pas tant pour préparer aux grandes Ecoles, mais pour tous les étudiants, parce qu’elles sont de bonnes casernes de dressage pour apprendre le français et pour boucher toutes les lacunes des littéraires. Devant l’indigence des programmes au Lycée, ce dressage est nécessaire au début des études supérieures.

Les deux premières années devraient être assurées par les professeurs de khagne dans les universités. Bien sûr il faudrait aussi sélectionner à l’entrée dans les universités, – je sais que c’est un sujet totalement tabou, mais il faut mettre un terme à cette utopie que 80% des jeunes peuvent faire des études de lettres au sens le plus large. Ce n’est pas possible, surtout avec l’enseignement secondaire qu’on leur donne.

– PhC : en 1967 il y avait deux filières bien différenciées philo et math. Aujourd’hui les anciens latinistes qui sont en science ont de meilleures notes que les littéraires.

– Parce que dans les classes scientifiques, il y a encore un esprit de travail et de toute façon, il y a une sélection sur le tas. On ne s’engage pas dans ces études si on n’est pas capable de suivre, et un élève qui a une bonne tête sera également bon en français.

– PhC : les L ne représentent plus que 10% des effectifs du baccalauréat général.

– on les a complètement laissé tomber par un nivellement vers le bas pour y fourrer tous ceux qui n’avaient peut-être pas leur place au lycée, et à qui l’on devrait dispenser des enseignements appropriés.

Idéologie grecque et langue latine

Pourquoi les Chinois sont-ils intéressés par le latin ? On peut se poser cette question. Parce que pour eux la culture occidentale sans le latin n’existe pas. En France, il y a ce mythe que la culture sans le latin, c’est tout à fait possible, puisque le grec suffirait : alors comme personne ne connaît et n’apprend vraiment le grec, on peut effectivement défendre un tel point d evue, mais je n’ai jamais compris cette idiotie.

– PhC : peut-être, comme le suggèrent les enquêtes, c’est parce que le grec est de gauche et le latin de droite ?

– Je suis élève de Vernant et de Vidal-Naquet, et Vidal-Naquet, dans notre Centre, quand il me taquinait, me disait « ah tu sais, les Romains, c’est des fachistes »

– PhC : Est-ce que « démocratie antique et démocratie moderne » sont si différentes ?

– Je répondais à Vidal-Naquet que le seul moment où les Grecs étaient un peu démocratiques, ils étaient dirigés par des aristocrates, dans un système plutôt rigide, et, entre parenthèses, ils étaient d’horribles impérialistes

– PhC : et les Romains ?

– c’était une bande de pillards et de voyous, mais au moins les choses sont claires. Tout cela est donc très relatif, mais on a toujours maintenu ce mythe.

Ce qui fait aussi beaucoup de mal, ce sont les philosophes, les philosophes de lycée, avec leur mythe de Platon, de la Grèce, Heidegger : cela crée des fausses images.

Mais le latin lui-même, c’est autre chose. La langue elle-même n’a pas d’odeur, elle n’est pas politique, elle est rationnelle. Je trouve que pour analyser une langue, il n’y a rien de tel qu’une langue qui est un peu plus compliquée que la nôtre, comme le latin. Le grec avec les verbes, est quand même beaucoup plus complexe ; la morphologie n’est pas simple pour un débutant surtout quand il n’a que quelques heures d’enseignement par semaine. Mais le latin, au moins au niveau de collège et de lycée, c’est maniable, et surtout on voit comment cela fonctionne, on voit des différences entre les langues qui mettent le verbe au début celles qui le mettent à la fin, etc. Ce sont des outils conceptuels que l’on acquiert pour aller vers d’autres langues et c’est pour cela que le latin est utile. Indépendamment de cela, on n’a pas à lire des délires romains sur la conquête du monde. Il y a assez de textes pour faire autre chose.

Expériences étrangères

Dans d’autres pays, de la Russie à l’Allemagne on continue à faire le Latinum à l’université. Une doctorante de l’université de Strasbourg est en cotutelle avec Berlin. Quand elle est allée à la Humboldt, ils ont vu qu’elle était assez médiocre en latin, elle a donc fait son Latinum, et son Graecum, conditions nécessaires pour avoir son diplôme d’université. À l’époque soviétique, et je pense que cela continue, dans une université russe, vous ne pouviez pas avoir votre diplôme si vous ne faisiez pas de latin. On comprend bien pourquoi : comment voulez-vous faire l’histoire de la Hongrie par exemple, si vous ne connaissez pas le latin ?

Après notre génération, quand on voudra dire quelque chose sur notre passé, il faudra s’adresser aux Américains, aux Chinois, aux Japonais ou aux Russes. On en est là : et aux États-Unis, cités comme exemple de modernité, la plupart des bons étudiants font du latin au lycée. Pourquoi ? Parce que les hommes d’affaires américains ne veulent pas faire d’erreur quand ils citent un auteur latin. Les Américains veulent être sérieux, même dans leurs citations latines.

Dans une université américaine, quand vous faites le college, et ensuite vous allez à l’université pour le doctorat, le PhD, très souvent, pour les scientifiques notamment, on les prie de faire une année de Lettres. C’est ce qui fait que le siège de l’organe de l’association philologique américaine, les Transactions of the American Philological Association, est à Johns Hopkins, à Baltimore, qui est avant tout une université de biologie, de médecine, d’ingénierie.

– PhC : mais dans les colleges il y a une dominante ?

– oui, les littéraires sont littéraires, les scientifiques sont scientifiques mais on leur demande à un moment donné de faire quelques mois de culture générale ; ils font alors de l’histoire de l’art, des lettres, des langues, de l’histoire, de l’archéologie, tout ce qu’on veut.

En guise de conclusion

Je ne sais pas si cela vous a éclairé : moi, je ne suis pas latiniste, je suis dans « le latin appliqué », je fais de l’histoire romaine et j’utilise le peu de latin qui me reste. Comme je ne suis pas engagé dans l’enseignement même, que je ne suis pas juge et partie, je peux me permettre de dire que ce n’est pas comme actuellement, par un saupoudrage, qu’on apprendra le latin aux jeunes.

Moi j’adore Rome, je ne souhaite qu’une chose, c’est que les jeunes aillent visiter Rome, mais ce n’est pas comme cela qu’ils apprendront le latin. Le latin, cela se fait sur une table avec une grammaire, des textes, et des exercices – et sans dictionnaire : on peut parfaitement apprendre les déclinaisons avec les inscriptions romaines, mais il faut travailler sur la langue pour commencer, après le reste vient tout seul.

  1. Derniers mots de Le métier de citoyen dans la Rome républicaine de Claude Nicolet, 1976 []

Érasme : Éloge de la folie

ErasmusAliaVox

« C’est surtout grâce aux beaux portraits peints par Holbein, Dürer et Quintin Metsys et à une œuvre de jeunesse, son Éloge de la folie que le souvenir d’Érasme de Rotterdam est resté présent dans la mémoire culturelle. » C’est ainsi que Jordi Savall introduit le livre/CD ci-joint qui réunit 6 CD avec, outre un programme musical d’époque proposé par ce même Jordi Savall, des extraits de l’Éloge de la folie et d’autres œuvres, des textes de présentation, le tout en français, anglais, castillan, hollandais, catalan, allemand et italien ce qui permet de mettre en valeur la dimension européenne d’Érasme (qui ne s’exprimait qu’en latin).

Si l’Éloge de la folie reste présent dans la « mémoire culturelle », qu’en reste-t-il dans cette mémoire qu’est l’enseignement aujourd’hui ? L’Humanisme comme courant d’idée est certes bien présent et l’Éloge de la folie figurait il y a peu dans les programmes sous le thème « Littérature et débat d’idées » [1]. Mais est-ce une œuvre compréhensible aujourd’hui ? [2].

Pour les circonstances de la rédaction, écoutons Érasme lui-même qui les décrit dans sa préface adressée à son ami Thomas More : [3]

Superioribus diebus cum me ex Italia in Angliam recepissem
Comme ces jours derniers, je revenais d’Italie en Angleterre

plutôt que de perdre son temps en discussions vaines, il évoque le souvenir de ses amis chers.

Inter hos tu, mi More, vel in primis occurrebas
Parmi eux toi, mon cher More, tu apparus bien en premier
(…)
Ergo quoniam omnino aliquid agendum duxi,
Donc puisque j’avais estimé que je devais absolument m’occuper
et id tempus ad seriam commentationem parum videbatur accommodatum,
et comme les circonstances ne semblaient peu appropriées à une méditation sérieuse
visum est Moriae Encomium ludere.
j’eu l’idée de m’amuser à un éloge de le folie

Moriae Encomium est la translittération latine de Μωρία la folie et de ἐγκώμιον l’éloge

Que Pallas istuc tibi misit in mentem? inquies.
Quelle Pallas te l’a mis là dans l’esprit, me demandes-tu
Primum admonuit me Mori cognomen tibi gentile,
D’abord m’y engagea ton nom de famille de More
quod tam ad Moriae vocabulum accedit
autant le mot s’approche de Moria
quam es ipse a re alienus
autant tu es étranger à la chose.

À l’exemple d’illustres auteurs comme Lucien dont on connait l’esprit satirique ou de saint Jérôme qui savait tremper sa plume dans l’acide, Érasme veut faire rire tout en critiquant les vices qu’il voit en ce monde.

Le texte porte en exergue : Stultitia loquitur, c’est la folie qui parle. Le nom grec avait été suggéré par le nom de famille de More, le mot latin Stultitia est maintenant le plus utilisé dans le texte.

Holbein

« C’est la folie qui parle » Hans Holbein quand il illustre le livre  [4], nous montre la folie avec le chapeau des fous et la robe des docteurs parlant en chaire à un public d’étudiants visiblement séduits. Le docte exposé est ainsi perverti car Érasme, en faisant parler la folie peut attaquer beaucoup de monde par le biais d’une ironie inattaquable : en effet si la folie dit vrai, comme elle est folle, on ne peut la croire et son discours ne peut être vrai. Le paradoxe du menteur qui dit vrai trouve ici une nouvelle forme qui va, par le biais de l’ironie, être particulièrement destructrice : Érasme par ce biais rappelle ses préférences, attaque ses adversaires et finalement révèle sa philosophie.

– Ses préférences, ce sont d’abord les usages légitimes de la vie comme par exemple la saine convivialité d’un banquet. Au chapitre 18 il est précisé que pour être réussi, un banquet se doit de comporter, outre les nourritures matérielles, ce qui nourrit l’esprit :

Quorsum enim attinebat
A quoi bon en effet correspondrait
_____tot bellariis, tot lautitiis, tot cupediis
_____de tant de friandises, de tant de luxe, de tant de morceaux friands
onerare ventrem,
de charger le ventre

nisi et oculi pariter et aures, nisi totus animus,
si pareillement les yeux et les oreilles, si l’âme entière
_____risu, iocis, leporibus
_____par le rire, la plaisanterie, l’agrément
pasceretur?
n’était nourrie

At istiusmodi tragematum ego sum architectrix unica
Et des desserts de cette sorte, j’en suis l’unique “architectrice”

En féminisant l’architector, en en faisant l’âme des banquets, Érasme veut montrer le rôle indispensable de la joie libre, expansive, « folle », qui doit régner dans un banquet et d’une manière plus générale dans les relations humaines.

si tristis sit ne vita quidem appellanda videatur
[la vie] si elle est triste, on ne peut l’appeler vraiment la vie

– Ses adversaires sont nombreux : les vieillards grincheux, les superstitions de la religion, les amours-propres nationaux, les marchands trompeurs, les enseignants qui terrorisent leurs élèves, les auteurs-plagieurs, les juristes qui emmêlent à plaisir les textes, les philosophes bouffis d’orgueil, les théologiens qui dénaturent le message du Christ, les grands de ce monde qui ne sont que des courtisans, les papes et les évêques enfin qui ont oublié la pauvreté évangélique.

– Après avoir réglé ses comptes avec ses adversaires, Érasme termine son éloge par une profession de foi en la philosophie du Christ en glosant à partir du chapitre 65 sur la folie de la foi telle que l’a entrevue l’apôtre Paul. La folie est bien placée pour parler du message chrétien puisque la sagesse est condamnée et que le message est destiné à ceux qui ne savent pas.

La folie devient très sérieuse puisqu’elle épouse la folie du Christ : quant à la nouvelle vie qui attend le croyant auprès de Dieu, il peut arriver qu’il en goutte dès ici-bas les arrhes sous forme mystique qui semble être une folie en ce sens qu’elle dépasse l’entendement. Il pourrait bien s’agir là d’une extase mystique comme le suggère Michaël Screech [5].

Loin donc d’être un pur amusement, l’Éloge de la folie, par son érudition qui fait écho aux Adages, par son engagement en faveur d’une humanité qui jouit à bon droit des plaisirs de la vie en société, par sa critique des dérives des puissants, par son acte de foi en un christianisme inspiré par la philosophie du Christ, l’Éloge de la folie est un texte qui exprime parfaitement Érasme et par son succès, les valeurs de la Renaissance. Comment faire partager tout cela aux élèves d’aujourd’hui ?

Actualité de l’Éloge de la folie

Très concrètement se pose le problème d’un extrait à faire lire qui soit compréhensible et informatif. Pour les jeux de sonorité [6], on pourra utiliser cette description du règne du dieu de l’argent du chapitre 7:

Cuius arbitrio
Par son pouvoir
_____bella, paces, imperia, consilia, iudicia, comitia,
_____les guerres, la paix, les empires, les conseils, les tribunaux, les comices
_____connubia, pacta, foedera, leges, artes, ludicra, seria,
_____les mariages, les traités, les alliances, les loirs, les arts, les jeux, les choses sérieuses
_____iam spiritus me deficit, breviter,
_____(déjà le soufle me manque), en bref :
_____publica privataque omnia mortalium negotia
_____toutes les affaires publiques et privées des mortels
administrantur
sont administrés

On pourra utiliser aussi cette charge contre les princes de l’Église du chapitre 59 dont la folie décrit alternativement les tâches et, par un adjectif, les sentiments qui sont les leurs :

Priscum et obsoletum, nec horum omnino temporum, miracula edere:
Faire des miracles est suranné désuet, plus de notre époque
docere populum, laboriosum:
instruire le peuple : c’est fatigant
sacras interpretari litteras, scholasticum:
expliquer les Saintes Écritures : c’est affaire d’école
orare, otiosum:
prier : c’est être oisif
lacrymas fundere, miserum ac muliebre:
verser des larmes : c’est lamentable et bon pour les femmes,
egere, sordidum:
être démuni : c’est sordide
vinci, turpe, parumque dignum eo, qui vix reges etiam summos, ad pedum beatorum admittit oscula:
être vaincu : c’est honteux et indigne de celui qui accepte à peine que les plus grands rois baisent ses pieds bienheureux
denique mori, inamabile:
enfin mourir : c’est déplaisant
tolli in crucem, infame.
être mis en croix : c’est infamant.

L’Imitation de Jésus-Christ, ce texte célèbre des nouvelles formes de dévotion de la fin du Moyen-Age et dans lesquelles Érasme a été éduqué est sous-jacente. L’homme d’Église doit convertir en imitant le Christ jusqu’à la croix et la pointe des derniers mots qui pousse au paroxysme la négation les disciples du crucifié a dû en faire grincer beaucoup.

Érasme avec ce texte a eu un immense succès et une influence bien attestée. Par exemple sur Rabelais : dans une lettre adressée à Érasme, il reconnait sa dette envers lui à l’occasion d’un renseignement qu’il lui donne en fin de lettre [7] :

Lubens itaque ansam hanc arripui
j’ai donc saisi avec empressement cette occasion
et occasionem
et ce moment favorable
tibi, pater mi humanissime
à toi, mon père le plus courtois
grato aliquo officio indicandi
en t’indiquant par quelque bon office,
quo te animo, qua te pietate
de quel cœur, de quelle piété
colerem
je t’honore

L’esprit qui règne à l’abbaye de Thélème est inspiré d’Érasme :

En leur règle n’estoit que ceste clause : Fais ce que voudras. Parce que gens libères, bien nés, bien instruits, conversans en compagnies honnêtes, ont par nature un instinct et aiguillon qui toujours les pousse à faits vertueux et retire de vice : lequel ils nommaient honneur.

La comparaison avec ce texte d’Érasme [8] fait apparaitre les mêmes idées qui utilisent souvent les mêmes mots :

Fateor in quibusdam ingeniis bene natis ac bene educatis
Je déclare que chez les gens libres bien nés et bien instruits
minimum esse pravitatis.
il y a très peu de vices
Maxima proclivitatis pars est non ex natura,
La part la plus importante du penchant naturel ne vient pas de la nature
sed ex corrupta institutione,
mais des institutions corrompues
ex improbo convictu,
de fréquentations malhonnêtes
ex assuetudine peccandi, malitiaque voluntatis.
d’une habitude à pêcher, et d’une méchanceté de la volonté.

L’échec d’Érasme

L’Éloge de la folie est publié en 1511. Dès 1530, la confession d’Augsbourg donne un fondement au luthéranisme ; en 1534 l’Affaire des Placards en France entraine une radicalisation de François 1er et Calvin juge prudent de s’exiler. En 1535, un an avant la mort d’Érasme, son ami Thomas More est exécuté. La philosophie du Christ, faite de retour aux sources scripturaires et d’intelligence des anciens est ignorée tant de la Réforme que de la Contre-Réforme catholique. La Concorde cicéronienne n’est plus guère évoquée et les guerres de religion se répandent. Une nouvelle théorisation politique se met en place dont Machiavel est la figure éminente.

Que reste-t-il d’Érasme ? Il voulait diffuser une éthique, un juste comportement des hommes entre eux en s’appuyant à la fois sur la morale chrétienne et sur la sagesse des Anciens. Deux siècles plus tard, les Lumières couperont la morale de ses racines chrétiennes et revendiqueront l’autonomie de la Raison. Érasme a publié toute son œuvre en latin mais ce sont les langues nationales dès Machiavel, dès Rabelais et Montaigne, dès Cervantès, dès Shakespeare qui vont être utilisées, ne laissant au latin que son aspect de langue de diffusion de la pensée (religieuse ou non). Certes le retour aux sources lancé par les Humanistes a modifié le regard des savants, jetant les bases sur lesquelles  la science moderne repose désormais. Un mode d’enseignement nouveau s’impose maintenant pour l’éducation des élites et notre enseignement secondaire en est issu directement.

Jacques Chomarat à la fin de son analyse de l’Éloge de la folie conclut ainsi sur le genre littéraire de la déclamation auquel il rapporte l’Éloge [9] : « Ce sont les humanistes, au premier chef Érasme, qui ont rétabli la déclamation comme exercice scolaire. Sa vie nouvelle a duré jusqu’au début du XXe siècle puisque sous le nom de discours latin c’est le même exercice qu’au temps de Quintilien qui continuait. La réforme de 1902, en France, a signé son acte de décès. On se permettra une seule observation : cet exercice qui, avec la lecture des classiques, était l’âme de l’enseignement a formé les élites au temps de l’Empire romain et aux siècles où l’Europe était dans sa grandeur ; ce n’est peut-être pas une coïncidence ».

Bien que Jacques Chomarat (1925-1998) ait été un latiniste et un spécialiste de renom de la littérature latine du Moyen Âge et de la Renaissance, on peut ne pas être convaincu par la relation de cause à effet qu’il dit voir entre la technique du discours latin et les siècles d’or européens. Il était sensible, comme enseignant de latin, à la nécessaire stabilité pédagogique qui est justement demandée par tout enseignant mais il oubliait les évolutions nécessaires : Quintilien ne peut plus être notre référence.

Le latin qui reste aujourd’hui dans l’enseignement est certes relié historiquement à Érasme et aux Humanistes mais la science est née, son langage n’est plus le latin : qu’est-ce aujourd’hui que d’être fidèle à Érasme ? Être un bon philologue ? Être un homme de consensus ? Être un chrétien authentique ? L’érudition scientifique, la politique et la religion sont maintenant des registres autonomes qu’il ne faut plus mêler.

***

Notons pour terminer que Jordi Savall dans le livre/CD qui nous a servi de point de départ a dans ses trois premiers CD intercalé des récitations de textes d’Érasme (ou concernant son temps) et des pièces musicales. Il a cependant, dans les trois derniers CD, éprouvé le besoin de ne mettre que la musique pour en faciliter l’écoute. Ce comportement est révélateur du fait que nous écoutons plus spontanément la musique du 16e siècle à nos jours que nous ne lisons les textes de ces mêmes époques. Notre époque écoute volontiers Bach et Mozart mais les textes correspondants du 18e siècle ne sont plus qu’objet d’études même s’ils sont jugés fondamentaux.


Le prochain billet sera mis en ligne le 1er septembre

  1. MEN, Programmes et Accompagnements, édition 2008, p. 173 []
  2. Pour nous guider j’utiliserai une intervention de Marc Fumaroli intitulée « L’éloquence de la Folie » faite lors d’un colloque en 1986 : Dix conférences sur Érasme, études réunies par Claude Blum, Paris ; Genève : Champion-Slatkine, 1988, p. 10-21 []
  3. Texte latin de la Bibliotheca Augustana, traduction française (modifiée) de Claude Blum des textes d’Érasme dans l’édition de la collection Bouquins, Robert Laffont, 1992 []
  4. Source []
  5. Érasme. L’extase et l’Éloge de la folie, Paris Desclées, 1991 []
  6. comme suggéré par Jacques Chomarat, Grammaire et rhétorique dans Érasme, Les Belles Lettres, 1981, p.997 []
  7. Voir le texte latin et le fac simile de la lettre []
  8. second Hyperaspistes cité par Lucien Febvre, Le Problème de l’incroyance au 16e siècle, Albin Michel, 1968 [1942], p.289 []
  9. Jacques Chomarat, Grammaire et rhétorique dans Érasme, Les Belles Lettres, 1981, p. 1001 []

L’utilité du latin : un débat et une pétition

Dans mon billet récent sur l’évolution du Capes, j’avais exprimé l’opinion que les difficultés administratives du latin étaient le fait de ceux qui luttaient contre l’évitement des « mauvaises classes » par le biais du latin, des classes bilangues ou des sections européennes. Ceci est remis en cause sur un forum d’enseignants où quelqu’un dit :

De mon expérience de prof de latin qui bosse en réseau local, en réseau avec ses anciens camarades de promo qui ont essaimé dans la France entière, de mon expérience de syndicaliste et autre, je n’ai jamais vu un collègue, un principal adjoint ou un principal démolissant l’enseignement des LC dans son bahut, faire de même avec les bilangues et les classes euro. J’ai encore chopé sur twitter il y a peu des réflexions d’un “grand” pédagogue auteur de bouquins publiés balancer l’argument éculé de “l’inutilité”. La différence se fait là à mon sens. (Lun 13 Mai 2013 – 20:34)

La motivation principale, à l’intérieur de l’Éducation nationale, de la lutte contre le latin ne serait donc pas l’évitement social, mais l’inutilité. Venant de la part de quelqu’un qui est sur le terrain (et dont ce propos n’a pas été critiqué par des collègues du forum), j’ai été amené à réfléchir sur cette question et je me suis aperçu que jusqu’à présent, c’est moi qui me refusais à prendre en compte cette critique.

La raison fondamentale de ce refus est que dire que le latin est inutile quand on s’occupe de la question du latin, ne sera pas ressenti comme une opinion à examiner sereinement  mais comme une remise en cause personnelle par les  professeurs de lettres classiques et c’est très légitimement que je refuse cette possibilité. On peut dire alors que c’est soit de l’hypocrisie soit de l’inconséquence : essayons de réfléchir sur cette question.

Une discipline inutile ? L’exemple des maths

Je fais l’hypothèse qu’une discipline scolaire dominante risque de perdre le sens de son utilité sociale et de se complaire dans l’inutilité : l’exemple de l’enseignement des mathématiques est révélateur à ce sujet. Pour les mathématiciens en effet, faire des maths, ce n’est pas utiliser des procédures mathématiques, mais démontrer la validité de ces procédures comme je l’avais déjà noté dans le programme du collège pour les mathématiques :

« À l’école primaire, une proportion importante d’élèves s’intéresse à la pratique des mathématiques et y trouve du plaisir. Le maintien de cet intérêt pour les mathématiques doit être une préoccupation du collège. Il est en effet possible de se livrer, à partir d’un nombre limité de connaissances, à une activité mathématique véritable, avec son lot de questions ouvertes, de recherches pleines de surprises, de conclusions dont on parvient à se convaincre. Une telle activité, accessible aux élèves, a une valeur formatrice évidente et leur permet d’acquérir les savoirs et savoir-faire qui leur seront nécessaires. » [1]

Il est très frappant que « l’activité mathématique véritable », ce ne soit pas l’acquisition des objets mathématiques mais la recherche « de conclusions dont on parvient à se convaincre », c’est-à-dire des démonstrations qui sont réputées utiles pour leur « valeur formatrice évidente ». Qui a appris à calculer les racines d’une équation du second degré peut témoigner de l’inutilité de ce savoir sans pour autant regretter de s’être « pris au jeu » car la maitrise d’une technique se suffit souvent à elle-même. Comme j’ai enseigné la statistique (très utile socialement) à des jeunes qui l’année précédente étaient au lycée en séries technologiques parce qu’ils avaient été « orientés » du fait de leur faible niveau en math, j’ai touché du doigt les ravages qu’une discipline dominante peut faire dans des esprits.

En comparant le rôle historique du latin et les mathématiques, certains font l’hypothèse que l’imputation d’inutilité pour le latin vient du fait que, discipline dominante détrônée, le latin paye aujourd’hui une haine inavouée de la part de certains qui se sont sentis dévalorisés de n’avoir pas fait de latin, et de n’être pas autant « cultivés » que ceux qui en ont fait. Allant tout à fait dans ce sens, je me souviens qu’au moment de la réalisation d’une enquête portant sur les motivations des parents vis-à-vis de l’enseignement du latin, j’avais senti auprès des étudiants de deuxième année de sociologie, dont c’était le travail pratique à accomplir, une hostilité latente pour ce sujet d’enquête de la part de ceux qui précisément n’avaient pas fait de latin dans le secondaire.

D’une certaine façon, peut-être en voie de disparition, le latin « classe » toujours et ceux qui n’en ont pas fait ressentent cela comme un déclassement social : on retrouve la thèse de Bourdieu sur le latin comme signe de « distinction », que j’avais un peu spontanément refoulée mais qui revient par ce biais. Ce n’est certes pas le but des enseignants de latin mais ils sont victimes du poids de l’histoire.

Que faire ?

L’exemple précisément des mathématiciens peut nous éclairer : en effet, après avoir surfé sur la vague de son succès en aggravant son inutilité sociale par le biais des « mathématiques modernes » dans les années 1970, puis après avoir renforcé encore la difficulté de son programme de lycée en y introduisant l’algèbre linéaire, on assiste aujourd’hui à un retour à des programmes davantage tournés vers l’utilité sociale.

Par exemple on met l’accent au collège sur la statistique descriptive comme le fait de savoir lire un tableau de chiffres, de savoir ce que peut représenter une moyenne (et une médiane), de comprendre les représentations graphiques qu’on peut voir tous les jours dans les journaux. En classe de première (ES et L), on apprend à utiliser un écart-type, c’est-à-dire le fait de savoir si les chiffres d’une statistique s’écartent peu ou beaucoup de la moyenne. Ce genre d’apprentissage est indispensable si l’on veut démentir le dicton selon lesquelles les statistiques seraient la forme la plus perverse du mensonge.

Les enseignants de mathématiques ne se sont pas raidis sur « la gymnastique de l’esprit très formatrice que constituent les mathématiques », mais ont su mieux coller à l’utilité sociale de leur discipline (et évidemment, ils ont gardé tout ce qui sert pour la physique de l’ingénieur et pour l’économie).

En ce qui concerne les lettres classiques, la suppression du Capes nous signale que nous sommes arrivés à un tournant, ce qui est bien perçu par beaucoup comme le signale le succès de la pétition lancée par Robert Delord qui au 6 juin a réuni plus de 5000 signataires.

Ce qui fait son succès, c’est la conjonction d’une situation perçue comme grave et la prudence de la pétition : en effet, ce qui est demandé précisément à propos du nouveau Capes, est de faire cesser l’inégalité entre les deux options où les candidats de l’une, celle de lettres modernes, ont le choix entre quatre épreuves (latin, FLE, littérature, cinéma) tandis que ceux de lettres classiques se retrouvent « enfermés dans leur discipline ». Cependant dans son introduction, la pétition demande à la fois des mesures permettant la survie du corps (nombre de postes au Capes, présence d’au moins un enseignant de latin/grec dans chaque collège et lycée) et de l’enseignement lui-même (cumul d’option, circulaire assurant la légitimité de l’enseignement).

Analyse des réponses de la pétition

Comment cette pétition a été reçue, c’est ce qu’on peut essayer de voir en examinant les nombreuses raisons qui ont été données par les signataires. En effet, une option en ligne prévoit qu’il est possible de dire pourquoi on a signé et environ une personne sur cinq s’est saisie de cette opportunité. J’ai donc pris toutes les motivations données à la date du 6 juin soit plus de 1100 réponses plus ou moins longues. Les répondants sont plus féminins que masculins : non réponses ou prénoms mixtes (Claude ou Dominique) 9%, prénoms féminins 57%, masculins 35%.

Examinons une cinquantaine de textes, pris aléatoirement (en prenant toutes les occurrences d’un même prénom) mais d’une manière raisonnée en mélangeant masculin et féminin et les tranches d’âge [2]. On peut repérer les grands groupes de thèmes suivants :

Patrimoine  linguistique

Notre civilisation vient d’Athènes et de Rome. Notre langue aussi. (Jean)

Le latin est partout derrière le français, l’italien, l’espagnol, nos fameuses “langues régionales” d’oïl e d’oc etc.; et même l’anglais pour une grande part; le grec derrière des milliers de mots “savants”. Les ignorer nous prive de l’intelligence profonde des langues. (Jean)

Je suis attaché au Grec et au Latin. Très utile afin de parler correctement et comprendre bien des mots. (Jean)

C’est important de conserver notre patrimoine. La richesse de notre langue. (Jean)

Pour la défense de la langue française(Jean)

Le grec et le latin sont le fondement de la langue française, alors sauvegardons l’enseignement des langues anciennes en France! (Lou)

Les langues anciennes sont la base de la langue française de plus apprendre une langue ancienne développe considérablement la capacité à apprendre les choses. (Camille)

Tout simplement parce que le latin m’a aidé à comprendre ma propre langue et, par la même occasion, à l’aimer. (Camille)

Ces langues font partie de notre culture. (Stéphane)

Grand défenseur des langues, en particulier le latin mais aussi les langues régionales et parlant couramment esperanto, je ne comprends pas que l’on veuille supprimer le Latin et le Grec, bases des langues indo-européennes. (Stéphane)

Parce-que connaître l’origine des langues est une vraie richesse. (Camille)

Utilité à long terme

Je me souviens parfaitement de ma scolarité “classique” incluant l’étude du latin, du grec ancien et du vieux français : l’aide apportée dans ma vie courante, bien que discrète, est incommensurable et contribue à l’extension des connaissances de la vie. L’attitude du ministre (avec un tout petit “m”) est totalement irresponsable et contribue, elle, à promouvoir l’obscurantisme de tous bords. (Jean)

Langues anciennes utiles pour beaucoup de matières. (Jean)

L’enseignement du latin dès la 6ème et jusqu’à la terminale fut à l’origine du gout pour l’histoire puis, plus généralement pour la culture. Ceci, pour autant, ne m’a pas interdit d’entrer dans le monde des sciences, puis du commerce et de la finance. Bien au contraire. (Jean)

J’ai enseigné le grec et le latin pendant 40 ans. Combien d’élèves m’en sont reconnaissants ! (Jean)

Je signe cette pétition car je suis une lycéenne qui a étudié le grec ancien et qui pense qu’il serait dommage de priver les générations futures de cet enseignement (Maelys)

Défense du savoir. (Dominique)

J’ai fait du latin et cela m’a été très utile, laissons le choix, merci. (Dominique)

S’adapter à la mode du présent est se faire illusion. C’est de l’aveuglement que de négliger la valeur de l’ancien. (Dominique : Résumé)

Je crois en l’intérêt et la valeur de l’enseignement du latin et du grec ancien. (Dominique)

L’importance de sauvegarder nos racines pour mieux aller de l’avant. (Dominique)

Parce que je mesure ce que cet enseignement m’a apporté. (Dominique)

Je n’ai pas choisi le grec et le latin à l’école. Je regrette de ne pas avoir appris le latin. J’ai découvert (trop tard…) ce que je ne saurai jamais dans la compréhension des mots et des choses. (Dominique)

Importance des langues anciennes dans la compréhension du passé et du présent (Jean)

Il est vital que nos élèves connaissent leurs racines culturelles. (Jean)

Éducation et autonomie

Toutes les tyrannies coupent d’abord les racines, l’appauvrissement des vrais outils culturels est essentiel pour parvenir à l’asservissement des populations en limitant les consciences. (Jean)

Les peuples sans mémoire, sans culture, sans histoire sont des peuples sans avenir. (Dominique)

L’ouverture donnée par ces langues est irremplaçable. (Jean)

Enseignant en LCA, je lutterai pour la défense de ces disciplines que je juge fondamentales dans la formation et l’éducation de nos élèves. (Stéphane)

Je ne veux pas d’une “sous-culture pour tous”!(Dominique)

Pour un enseignement élitiste pour tous ! (Stéphane)

Je suis enseignante et je pense que chacun doit pouvoir avoir accès à la culture antique s’il le souhaite. (Dominique)

Je signe cette pétition parce que je suis persuadée que l’enseignement de ces langues peut permettre à tous les élèves de France, quelle que soit leur orientation scolaire et plus encore aujourd’hui, de se retrouver sur une terre commune. (Dominique)

Solidarité d’enseignants

J’enseigne le latin et le grec depuis 30 ans. (Dominique)

Enseignante en Latin. (Dominique)

Je suis professeur de lettres classiques. (Dominique)

Pour les mêmes raisons que tous les autres signataires ! (Jean)

Solidarité. (Stéphane)

Il me semble indispensable que l’enseignement des langues anciennes soit maintenu. (Jean)

Pour sauver l’enseignement du latin. (Jean)

Pour avoir des collègues bien formés et compétents à qui confier mes élèves… (Jean)

Pour défendre l’intime conviction que les lettres classiques ont pleinement leur place dans notre système scolaire. (Jean)

Je suis moi-même étudiante en langues anciennes (zoé)

Enseignante de Lettres Modernes, mais nourrie de latin et de grec pendant mes études, je souhaite avoir encore des collègues spécialisés dans ces disciplines, qui auront une approche différente et plus complète des œuvres de l’Antiquité. (Camille)

Ex-professeur, inquiète de la dévalorisation constante d’un métier qui perd toute attractivité. (Dominique)

Je suis triste de voir que L’Éducation nationale a choisi de supprimer, à plus ou moins longue échéance, l’enseignement du latin et du grec dans les écoles. Je sais, que quand je partirai en retraite, il n’y aura plus personne pour enseigner ces matières. (Dominique)

Alors que les pays anglo-saxons, ceux d’Europe de l’Est s’efforcent de faire revivre le latin, la France lui offre un enterrement de première classe. (Dominique)

Au collège ou au lycée

Veni, vidi, (signavi) (Mael)

Le latin et le grec c’est cool (mélia)

Je signe parce que mon professeur a mis cette pétition et il a l’air de tenir à ce projet donc je lui fait plaisir. (Maël)

Hormis le dernier groupe très typé par l’âge du collège ou du lycée, les plus âgés, les Jean et Dominique, sont bien mélangés aux plus jeunes, les Camille et Stéphane. De même masculin et féminin n’ont pas de positions spécifiques. Il y a cependant un thème qui est spécifique de la pétition, la solidarité enseignante, mais on retrouve aussi les trois thèmes classiques 1) de la langue, 2) de l’utilité à long terme et 3) de l’ouverture par le savoir.

Une autre manière d’aborder la pétition est d’examiner les textes qui ont été « aimés » par les lecteurs : voici ceux qui l’ont été le plus (5 ou 4 fois) :

Je signe cette pétition parce que j’enseigne les langues anciennes depuis presque 15 ans et que j’ai de plus en plus d’élèves. Non, l’enseignement du latin et du grec n’est pas mort ! Contrairement à l’idée reçue, les références antiques sont constantes dans la vie de tous de jours, même au XXIème siècle…, il faut donc sauvegarder l’enseignement des Langues Anciennes en France ! (Valérie)

L’enseignement des langues anciennes souffre d’être considéré comme un objet esthétique destiné aux élites littéraires.
La démocratisation des langues anciennes passe par son obligation à certains moments des cursus. Si le CAPES de lettres devient commun aux Modernes et aux Classiques, alors qu’une langue ancienne soit OBLIGATOIRE parmi les épreuves écrites. Que les étudiants de Lettres classiques puissent avoir enfin accès comme ceux de Lettres modernes aux cursus comprenant du FLE, des arts du spectacle ou des langues vivantes et surtout à la littérature comparée. Nous n’avons pas besoin d’une apparence de CAPES commun, mais d’une culture littéraire commune véritable !
Le latin devrait être obligatoire au collège comme outil de remédiation en Français ! Nous manquons de liens entre les LCA et toutes les disciplines universitaires dont l’histoire est liée à l’Antiquité. Quand on pense que des ouvrages de médecine de la Renaissance, rédigés en latin, attendent toujours d’être traduits… Voilà ce qu’on gagne à enfermer une discipline sur elle-même. (Sophie)

Pour un enseignement élitiste pour tous ! (Stéphane)

J’espère freiner, un peu, les métastases de la barbarie qui s’installent partout où les humanités reculent. (Patrick)

Le premier texte et les deux derniers reprennent les thèmes déjà vus plus haut, mais le deuxième critique la distinction, recherche des liens avec d’autres disciplines et tire logiquement du fait de l’unification qui se dessine, la nécessité d’une épreuve écrite de langue ancienne pour tous.

***

Si l’on revient à la question initiale de l’interprétation qui a été donnée à cette pétition par ses signataires, on constate qu’elle sert à exprimer la solidarité enseignante en réutilisant des thèmes permanents. On note cependant l’absence du thème de la gymnastique de l’esprit qui apparemment a été abandonné (laissons-le sans regrets inutiles aux mathématiciens).

Il reste à souhaiter que cette pétition, dont la sagesse a été de proposer un objectif acceptable, soit entendue et que le Capes soit réformé pour en tenir compte. Quant à l’importance du latin et du grec pour comprendre la langue et la culture, ce sont des motivations qui conservent toute leur valeur même si des adaptations doivent être faites : l’utilité est là, à court terme, même si elle peut être commune à l’enseignement des lettres en général comme j’ai essayé de le montrer précédemment.

 

  1. programme du collège []
  2. 60 ans & + : Jean (et prénoms composés de Jean) ; 50 ans : Dominique, 40 ans : Camille, Stéphane ;– de 25 ans,  Lou, Maël, Maëlys, Mélia, Zoé. Source : site sur les prénoms qui donne la distribution d’un prénom selon la date de naissance ainsi que l’âge moyen []

Capes de lettres : signification d’une évolution

L’arrêté du 19 avril 2013 fixant l’organisation du Capes pour l’année prochaine fait apparaitre qu’il n’existe plus de Capes de lettres classiques ni de Capes de lettres modernes, mais un seul Capes de Lettres avec deux options : lettres classiques et lettres modernes. La modification est de l’ordre du symbolique car il y a peu de changements par rapport aux deux anciens Capes (je montrerai lesquels plus loin).

Cette unification a déclenché des polémiques et par exemple, Robert Delord, sur le site du Café pédagogique, constatant que « certains proviseurs et syndicats (toujours ?) bien informés, annonçaient que non, rien n’avait changé et que les professeurs de langues anciennes s’alarmaient (encore) pour rien », se demande si les professeurs de langues anciennes sont ou non paranoïaques.

Pour ce faire, ils fait l’historique des heures de cours de latin depuis la dernière guerre en partant des 6 heures hebdomadaires de latin avant 1968, pour arriver à la dernière étape :

« 19 avril 2013 : 2 jours seulement avant le 2766ème anniversaire de la fondation de Rome par Romulus, le Capes de Lettres Classiques est réduit au rang d’option d’un Capes de Lettres commun ».

Il est fait ensuite état des nombreuses oppositions que rencontre l’enseignement du latin à travers des tracasseries administratives et les reproches d’archaïsme et d’élitisme.

Robert Delord a évidemment raison : tout ceci est révélateur de l’opposition que l’enseignement du latin (et du grec) rencontre à l’intérieur même de l’Éducation nationale et plus largement dans la société. Pour essayer d’y voir plus clair, regardons les choses en face et étudions ce que j’appelle le moteur social du latin.

De l’élitisme à l’évitement

L’enseignement du latin, dès l’époque humaniste et la Renaissance, n’a visé que les enfants de l’élite sociale et ceci vaut pour tout l’Ancien Régime. À l’époque de la Révolution, on voit d’ailleurs apparaitre la stigmatisation de parents de classes moyennes qui, voyant bien que c’est l’enseignement de l’élite, veulent faire étudier le latin à leurs enfants parce que « le latin mène à tout ». Au 19e siècle, on ne justifie plus le latin parce qu’il donne une morale aux enfants (la Révolution par ses excès romains a tué le thème) mais on est bien conscient que tout enseignement d’élite passe par le latin. Pour éviter de faire baisser le niveau de cet enseignement et pour répondre aux soucis d’éducation d’une classe moyenne qui se développe, on lui propose un enseignement « moderne ». La réforme de 1902 qui crée, en les neutralisant par des lettres A, B, C et D, des filières différenciées, fixe une situation qui va durer tout le 20e siècle.

Ces filières ne sont pas égales socialement : si l’enseignement des sciences prend de plus en plus d’importance, l’association du latin et des sciences reste la section d’élite avec sa super-élite de A’ qui cumule latin, grec et sciences. L’enseignement moderne est jugé inférieur mais toute la subtilité des réformateurs de 1902 a été de l’avoir rendu cependant suffisamment attractif (par l’étude des grands classiques comme Shakespeare ou Goethe) pour que le niveau de la filière prestigieuse ne soit pas abaissé par l’arrivée d’élèves de faible compétence (car issus de milieux inférieurs).

 Cette situation va se maintenir jusqu’à la seconde guerre mondiale : le bac es lettres y est encore largement majoritaire. À partir des années 1950, la situation s’inverse et les séries scientifiques du bac (mathématiques élémentaires, sciences expérimentales puis à partir de 1968 C, D et E) deviennent majoritaires. Les langues anciennes perdent leur statut de filière d’élite mais restent un élément de distinction comme le repère Bourdieu.

Cette pratique distinctive est stratégique et assumée comme telle : lors d’une enquête auprès de parents que j’avais effectuée en 1994, 71% des parents qui envisageaient de faire faire du latin à leur enfant étaient d’accord avec le jugement suivant : « s’il faisait du latin, votre enfant se trouverait être avec les meilleurs ». On retrouve cette stratégie ailleurs : par le choix des classes bilangues en 6e (allemand-anglais), par le choix du chinois, par les sections européennes.

Tout cela est connu de tous, mais pas aussi radicalement explicité : pour beaucoup d’acteurs du système éducatif qui veulent favoriser l’émancipation et l’intégration de tous, il faut lutter contre ces stratégies d’évitement et c’est ce qui explique les luttes administratives contre l’enseignement de langues anciennes.

Paradoxalement l’élitisme en tant que tel est parfaitement admis, mais il passe par les mathématiques qui ont remplacé le latin. Tout le système éducatif produit de l’élitisme, mais ce qui est critiqué aujourd’hui dans le cas du latin, c’est d’avoir changé de signification, de n’être plus la voie de l’élite, mais une tentative d’évitement social. C’est cependant en même temps pour beaucoup de parents un souci culturel qui est tout à fait légitime : il faut l’affirmer contre Bourdieu qui, comme philosophe, était grand utilisateur de latin mais qui ne croyait qu’en la science.

C’est donc être parfaitement conscient de la situation actuelle, et non pas être paranoïaque, que de noter que l’unification du Capes de lettres se situe dans une évolution séculaire de réduction de la part du latin dans l’enseignement.

Comment réagir ?

Je me souviens avoir assisté, en tant que sociologue invité, à une rencontre au sommet de la Cnarela dans les années 1990 (c’était à Censier) : l’accent y était mis à la fois sur les moyens réglementaires de se défendre contre les tentatives de l’administration pour réduire l’enseignement du latin, mais aussi sur le refus d’un latin support de la distinction. À cette fin, on parlait de latin ou grec thérapeutique qui visait, au contraire des idées reçues, à favoriser l’intégration sociale. Il s’agissait là d’une utopie au sens le plus noble du terme car elle ne pouvait fonctionner que portée par des acteurs très mobilisés, ce qui fait que ces pratiques n’ont pas pu se répandre car elles étaient trop à contre-courant de l’évolution séculaire.

Aujourd’hui, la seule position prise par les instances qui représentent les enseignants du latin reste l’action réglementaire et la protestation, les deux étant liées car la protestation est nécessaire pour empêcher des évolutions réglementaires qui se feraient si des élites (comme Jacqueline de Romilly) ne venaient pas défendre les langues anciennes.

En tant que sociologue, je fais l’hypothèse que cette stratégie ne va plus être efficace longtemps simplement par effet de génération : les gens de cinquante ans aujourd’hui ont fait leurs études secondaires au moment où l’élitisme passe par les mathématiques et où le latin n’est plus qu’un parcours d’évitement réduit à quelques heures. Les protestations anciennes avaient du poids car elles émanaient non seulement de gens du domaine mais aussi de scientifiques comme Laurent Schwartz.

Alors ? Faut-il mourir la tête haute, le glaive à la main, c’est-à-dire en protestant et en luttant pied à pied contre l’administration ? Certainement pas : il faut un projet mobilisateur et celui que je vais présenter (en résumant ici plus de trois années de pratique du présent carnet de recherche auquel des liens actifs renverront) a l’avantage de s’inscrire dans l’évolution actuelle de l’unification du Capes.

Former au latin tous les professeurs de français

Si l’on compare les nouveaux textes des arrêtés du Capes aux anciens, on s’aperçoit qu’il s’agit d’un début d’unification dont l’objectif pourrait être de faire qu’un futur enseignant de français fasse la preuve de tous les savoirs qui lui seront nécessaires.

En voici quelques exemples dont le premier est le texte de la composition française, commune aux deux options (lettres classiques et lettres modernes) qui dit vouloir mobiliser « l’histoire littéraire de l’antiquité à nos jours », mention qui était absente des précédents programmes.

On formait donc auparavant des professeurs de lettres qui auraient pu ignorer l’Iliade et l’Odyssée ou l’Énéide et qui auraient eu à expliquer un texte de la Renaissance ou plus près de nous, la pièce de Giraudoux ? Je n’en crois rien, ils avaient ces connaissances, mais elles n’étaient pas explicitement vérifiées et il est très positif que l’épreuve écrite indique désormais cette référence. Il faut maintenant aller plus loin : est-il normal qu’un professeur de français ignore le français médiéval ? C’est encore possible s’il prend l’option lettres classiques.

Il faut donc définir ce qu’a besoin comme connaissances un futur professeur de français : le texte de l’épreuve de composition française précise qu’il s’agit de mobiliser, en s’appuyant sur des lectures nombreuses et variées « une culture littéraire et artistique, des connaissances liées aux genres, à l’histoire littéraire de l’antiquité à nos jours, à l’histoire des idées et des formes, et s’attachant aussi aux questions d’esthétique et de poétique, de création, de réception et d’interprétation des œuvres ». Il s’agit en un mot d’une vaste culture littéraire et hormis la mention de l’antiquité, il n’y a pas d’évolution notable d’un programme tout à fait acceptable.

Dans les épreuves d’admission, le problème de l’adaptation de la culture « à un public ou un contexte donné » est une préoccupation nouvelle dont on comprend bien la nécessité aujourd’hui.

Les programmes doivent être définis par les besoins de l’enseignement. Il faut définir ce que doit maitriser tout professeur de lettres, en plus de la vaste culture littéraire définie plus haut :
– le latin du français : tout professeur de lettres doit pouvoir rendre compte des centaines d’expressions du latin du français, du curriculum vitae au fait qu’un nihiliste n’est pas un partisan d’un monsieur nihil comme les gaullistes le sont du Général. Pour cela tous les enseignants de français doivent connaitre la morphologie du latin (et un peu de syntaxe) ;
– l’ancien français et l’évolution de la langue ;
– l’orthographe du français : elle est incompréhensible sans une connaissance de l’évolution de la langue certes, mais aussi sans connaissance de la dose de latin qui a diverses époques a été injectée dans la langue dans un processus de relatinisation qui explique les doublets. Là aussi des connaissances de latin sont indispensables ;
– théâtre ou cinéma : le nouvel arrêté propose une option très intéressante qu’un professeur de français, dans l’idéal, devrait pouvoir aussi maitriser puisqu’il s’agit de la culture littéraire contemporaine.

Concluons : la connaissance du latin est indispensable à l’ensemble des professeurs de français. Un premier pas vers une unification souhaitable a été fait par la mention de l’histoire littéraire de l’antiquité, il reste à aller plus loin et à faire que tous les futurs professeurs de français disposent de connaissances sur la morphologie du latin et sur l’ancien français.

Motivations pour le latin

Pour pouvoir exiger que tous les futurs professeurs de français aient fait du latin, il faut, en dehors de considérations de linguistique historique, mettre aussi l’accent sur l’importance de la connaissance des textes latins car ils sont à la base de notre culture. Cogito ergo sum n’est pas un texte latin de l’antiquité mais il est autrement plus d’actualité que Tityre, tu patulae recubans… car la science moderne qui pratique le more geometrico s’appuie toujours sur Descartes tandis que Virgile ne peut être mobilisé que pour comprendre les arts, ce qui n’est pas rien, mais ce qui n’est pas la dynamique de notre civilisation. Dans cet ordre d’idée, faisons aussi lire Archimède en grec.

Les textes latins qu’il faut faire étudier sont ceux qui sont sous-jacents à la culture actuelle, qui en sont une strate : on peut faire étudier le récit des Pèlerins d’Emmaüs de l’Évangile pour rendre compte du tableau de Rembrandt et le Fiat pour comprendre toute Annonciation. À une époque où les conflits de laïcité se situent ailleurs que vis-à-vis de la sphère catholique, il est loisible de puiser sans scrupule républicain dans l’ensemble de l’ancien et du nouveau Testament (en latin et en grec). Historiquement, la religion chrétienne a imprégné notre culture et pour comprendre Pascal, on peut lire autant Augustin que saint Paul. On peut faire lire le latin simple de Césaire d’Arles.

Dans le domaine historique, on peut faire lire le latin plus classique d’Eginhard, le latin médiéval célèbre des Carmina burana et les rapports tumultueux d’Abélard et d’Héloïse. L’humanisme pourra être vu à travers Pétrarque (et le récit de sa visite au Mont Ventoux). La Renaissance s’ouvre avec Laurenzo Valla et son étude sur la Donation de Constantin ; Erasme et son ami Thomas More nous conduiront aux Adages et à la naissance de l’Utopie. Nous pourrons montrer des textes de Luther (sa traduction de la sola fide), Melanchton et Machiavel (lecteur de Cicéron). Les guerres de religion nous conduisent aux Vindiciae contra tyrannos puis, progressant dans le temps, nous montrerons comment la philosophie de Hobbes propose une solution, par l’état fort, aux querelles religieuses. La philosophie de Descartes est contemporaine de Hobbes. Puis viennent Spinoza et Locke.

Ces auteurs ont plus de résonance aujourd’hui que Tite-Live ou César car ceux-ci ne sont objet que de relecture par Machiavel, Shakespeare ou par le cinéma contemporain qui appartient certes à la culture de notre temps mais qui, en termes cinématographiques y a moins d’importance que Marguerite Duras par exemple.

Restent Cicéron et Sénèque qui sont encore d’actualité car ils sont pour nous les témoins des stoïciens dont la philosophie est toujours présente et qui ont été instigateurs, avec d’autres courants philosophiques, des « exercices spirituels » dont la pratique a perduré jusqu’à Ignace de Loyola et dont l’examen de conscience et la bonne action quotidienne sont issus. Quant au droit romain, nous y participons toujours et son actualité reste entière.

On parle de néo-latin pour désigner la littérature évoquée plus haut et ce terme, chez certains, manifeste qu’on peut l’utiliser parce qu’il est plus facile que l’autre, le vrai. Il faut refuser cette perspective car ne vouloir prendre en compte que le latin antique, c’est se méprendre sur la perspective de ceux qui ont fait « renaitre » cet enseignement. Si à la Renaissance, on s’est tourné à nouveau vers les auteurs antiques, c’était pour y trouver la vraie science, revenir aux philosophes et principalement, à travers Cicéron, retrouver la rhétorique, ce souci d’argumenter sur le forum des choses importantes, pratique de la discussion éclairée que nous revendiquons toujours et qui est plus centrale pour la démocratie que le vote, qui n’est que l’expression (non violente, et c’est certes fondamental) d’un rapport de force.

Le latin a été la langue de la science jusqu’à Newton et a failli le redevenir sous la forme simplifié qu’en a proposé le mathématicien Peano. Cela aurait peut-être été le cas si la guerre de 14-18 n’avait imposé la domination de l’anglais aux deux langues scientifiques de l’époque, le français et l’allemand dont l’une est sortie de la guerre exsangue et l’autre moralement condamnée.

Le moment est venu d’un changement de perspectives : ce n’est pas la première fois dans l’histoire même récente (passage aux textes authentiques), mais le changement proposé est plus radical car de la focalisation sur l’antiquité on passe à l’étude de toute la culture utilisant le latin. J’appelle à une réflexion collective qui à la fois mette l’accent sur le nécessaire apprentissage du latin dans un Capes unique et rénové, et sur une modification profonde des finalités de son enseignement (et de ses méthodes : utilisation des expressions latines du français et sous-titrage des textes).