Archives de catégorie : Pédagogie

Le latin (et le grec) au Luxembourg : un cas d’école

Le Grand-Duché de Luxembourg, approximativement de la taille d’un département français, est moins peuplé (635 000 habitants) que la Meurthe et Moselle voisine (734 000 habitants). On y parle le luxembourgeois, le français et l’allemand. Du point de vue scolaire cette diversité linguistique se traduit par l’usage du luxembourgeois de 3 à 5 ans, de l’allemand (6-12 ans) pour l’apprentissage de l’écriture, un cours de français oral (à 6-7 ans) et de français écrit (à 8-9ans). Au secondaire le français et l’allemand sont utilisés.

A la suite d’une procédure d’orientation à la fin du primaire basée sur le niveau et les motivations de la famille, l’élève peut être dirigé vers deux types d’enseignement : l’enseignement secondaire général (ESG) qui oriente vers la vie professionnelle, et l’enseignement secondaire classique (ESC) qui oriente, après un diplôme de fin d’étude, vers les études supérieures et universitaires. Pour l’année scolaire 2020-2021, l’enseignement général comptait 20 049 élèves et le classique 13 774 (59% contre 41%). Le classique est plus féminin (à 55%), le général à peine plus masculin (à 51%) [1].

Il faut noter que le terme « classique » n’a plus le sens d’enseignement avec latin qu’il a eu autrefois mais un sens plus général d’enseignement valorisé par un bon niveau d’études. L’enseignement secondaire se fait sur 7 ans (de la 7e à la première classique) l’âge théorique étant de 12 ans en 7e (où 83% sont à l’heure) et donc de 18 ans en première (où ils ne sont plus que 67% à y être).

Les matières fondamentales de l’enseignement sont : français, mathématiques, géographie, histoire, allemand, anglais, sciences naturelles. A partir de la 3e l’ajout de diverses spécialisations font se répartir les élèves en huit sections qui sont par ordre d’importance décroissante : sciences naturelles et mathématiques 26% (public plus féminin), sciences économiques et mathématiques 22% (plus masculin), sciences humaines et sociales 21%, puis viennent math-info 12% (plus masculin), arts plastiques 9%, langues vivantes 7% (plus féminin), musique 2%, infocom 1% (année 2019-2020).

à partir de la 6e (donc en 2e année de secondaire classique) l’élève doit choisir une option entre anglais, latin et chinois. Le choix de l’anglais est très majoritaire (autour de 90%) de la 6e à la première, le latin variant de 9 à 12%, le chinois autour de 2%. Pour le latin cela correspond à un effectif total de 900 latinistes répartis sur six classes ; ces chiffres sont stables depuis plusieurs années.

Le nombre d’heures de cours est de 6h par semaine la première année (6e), 4,5h la deuxième année (5e) puis 3h les années suivantes. De ce fait le programme de 6e est ambitieux : on veut y faire découvrir l’essentiel de la morphologie et de la syntaxe latines ainsi qu’assimiler un vocabulaire de base. Ce dernier point est essentiel car tout au long de la scolarité, l’usage du dictionnaire ne sera pas autorisé pour les devoirs sur table (et les examens, ce qui entraine des notes explicatives sur certaines particularités syntaxiques). On fait jouer aussi l’étude de la civilisation et de l’étymologie [2].

En deuxième année (5e), les nouvelles acquisitions sont les suivantes :

Continuer la lecture de Le latin (et le grec) au Luxembourg : un cas d’école
  1. Sources statistiques (PDF) pour l’enseignement secondaire général, pour l’enseignement secondaire classique []
  2. Lien concernant les programmes []

À propos du projet Français et culture antique

Le 8 décembre dernier sur BFM TV, Jean-Michel Blanquer annonce “que l’on va développer l’apprentissage du latin-français notamment pour les élèves en réseau d’éducation prioritaire en 6e à titre expérimental ». L’annonce a pris tout le monde de court mais dans une lettre du 24 décembre dernier, le ministre a saisi le Conseil supérieur des programmes (CSP) pour lui demander de réfléchir à la création d’un enseignement facultatif « Français et culture antique » en classe de 6e.

Continuer la lecture de À propos du projet Français et culture antique

L’enseignement du latin (et du grec) en Suisse (suite)

Mon dernier billet mettait l’accent sur ce qui se passe en Suisse romande et on m’a fait remarquer avec justesse que la Suisse alémanique n’avait eu que la portion congrue. Pour remédier à ce défaut, je vais examiner avec plus de précision le livre signalé par Martin Stüssi (Président de l’Association suisse des philologues classiques) : Sprache und Allgemeinbildung. Neue und alte Wege für den alt- und modernsprachlichen Unterricht am Gymnasium (Langue et enseignement général. Nouvelles et anciennes façons d’enseigner une langue ancienne et moderne au Gymnasium) [1]. On trouvera sur le site du livre beaucoup d’extraits des différents chapitres et du matériel pédagogique dont je vais essayer de rendre compte sous forme de traductions, de résumés et de présentation d’outils pédagogiques associés.

Continuer la lecture de L’enseignement du latin (et du grec) en Suisse (suite)
  1. Theo Wirth, Christian Seidl, Christian Utzinger, Sprache und Allgemeinbildung, (Langue et enseignement général), Lehrmittelverlag des Kantons Zürich, 2017 []

L’enseignement du latin (et du grec) en Suisse

En Suisse, l’enseignement relève des cantons et non de la confédération. Cependant, comme une uniformisation de la structure des enseignements paraissait s’imposer, une « votation » a eu lieu le 21 mai 2006 où de nouveaux articles constitutionnels ont été adoptés avec une double majorité, celle du peuple suisse à 86% mais aussi celle de la majorité des cantons [1]. Comme pour bien comprendre la place du latin (et du grec) dans l’enseignement il faut la situer dans l’ensemble du système éducatif, il est important de comprendre celui-ci [2].

Continuer la lecture de L’enseignement du latin (et du grec) en Suisse
  1. Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique []
  2. Structures scolaires cantonales []

Mordicus

Robert Delord vient de publier aux Belles Lettres le livre ci-contre intitulé Mordicus, mais avec un sous-titre qui correspond bien au contenu du livre : Ne perdons pas notre latin ! C’est un livre écrit à la première personne où le témoignage est très présent et souvent très savoureux mais qui défend le latin, peut-être mordicus, mais surtout avec des arguments qui portent.

Ce livre devrait être lu par tous les enseignants de LCA qui y trouveront d’abord des idées pour leur propre enseignement, mais aussi des arguments à opposer à des personnes réticentes, que ce soit des collègues ou des parents, mais surtout de bonnes raisons de se conforter dans leur choix. C’est aussi un livre qui peut être lu par un public large qui est quelquefois décontenancé par les soutiens réactionnaires des langues anciennes.

Ce qui rend ce livre attachant, c’est que l’on y découvre un enseignant de latin qui noue avec ses élèves une relation forte, exemplaire de ce que doit être la relation pédagogique et ceci du fait de la permanence du groupe de latinistes sur plusieurs années, du fait des voyages sur les terres de l’Antiquité (Italie mais aussi Espagne et à une époque Tunisie), du fait que les textes anciens confrontent à des sujets tels que la sexualité (et l’homosexualité) mais aussi le politique. Ces sujets restent d’actualité et les élèves de Robert Delord en discutent avec lui ce qui montre la relation de confiance qui s’est instaurée dans le groupe. Mais voyons les choses plus en détail.

Continuer la lecture de Mordicus