L’enseignement du latin (et du grec) en Suisse

En Suisse, l’enseignement relève des cantons et non de la confédération. Cependant, comme une uniformisation de la structure des enseignements paraissait s’imposer, une « votation » a eu lieu le 21 mai 2006 où de nouveaux articles constitutionnels ont été adoptés avec une double majorité, celle du peuple suisse à 86% mais aussi celle de la majorité des cantons [1]. Comme pour bien comprendre la place du latin (et du grec) dans l’enseignement il faut la situer dans l’ensemble du système éducatif, il est important de comprendre celui-ci [2].

Continuer la lecture de L’enseignement du latin (et du grec) en Suisse
  1. Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique []
  2. Structures scolaires cantonales []

John Scheid : Rites et religion à Rome

Paru en 2019, cet ouvrage de John Scheid est aujourd’hui la synthèse de ses travaux et de ses enseignements au Collège de France. Il ne sera pas question ici de le résumer mais d’entrer dans le détail d’un rite, le sacrifice animal afin de mieux le comprendre ainsi que ses interprétations, étant entendu que le rite n’en livre pas par lui-même, que les auteurs anciens divergeaient parfois sur le sens à donner au sacrifice mais que l’on peut aujourd’hui faire des hypothèses sur le rôle social qu’il jouait [1].

John Scheid ferraille encore [2] contre l’idée qu’il n’existe de religion que s’il y a des croyances auxquelles l’individu adhère et qui lui permettent d’affronter le mal ou la mort. Cette exigence a vicié longtemps la recherche parce qu’elle faisait de la religion chrétienne, même quand le chercheur n’était pas croyant, l’archétype de la vraie religion.

Continuer la lecture de John Scheid : Rites et religion à Rome
  1. J’utiliserai aussi le livre classique de John Scheid, La religion des Romains, Armand Colin, 1998 []
  2. comme il l’a fait dans John Scheid, Les dieux, l’État et l’individu, Seuil, 2013 dont j’ai rendu compte dans un précédent billet []

La langue gauloise

Dans un passage de la Guerre des Gaules, (VI, 14.3), César nous apprend que les druides n’écrivaient pas et confiaient leur savoir à leur mémoire, ce qui fait qu’il ne nous est pas parvenu d’écrits notables en langue gauloise. Notons que ce n’était pas rare à l’époque où par exemple les brahmanes ont transmis oralement les rites védiques pendant des générations  [1] . Quelques textes ont cependant été découverts que nous examinerons en suivant Pierre-Yves Lambert qui nous fournit une description de cette langue [2].

Le gaulois est une langue celtique (de la famille des langues indo-européennes) qui était parlée avant la conquête romaine et, avec des variations dialectales sur une vaste partie de l’Europe allant depuis l’Europe centrale jusqu’aux iles britanniques.

Continuer la lecture de La langue gauloise

  1. Xavier Delamarre, Que doit le français à la langue gauloise, France culture, 20/03/2003, en ligne []
  2. Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise, Errance, 1994 []

Tsunami à Genève en 563

Marius, évêque d’Avenches (au nord de Lausanne) a laissé une chronique dont il ne reste que quatre pages et qui couvre les années 455 à 481 : c’est l’époque du règne de Justinien en Orient et la datation des années se fait selon les consulats de Constantinople. Examinons sur le manuscrit de la British Library ce qui concerne l’année 563 ; c’est le seul exemplaire connu du texte [1] .

Pour rendre lisible et compréhensible ce texte, je vais lui faire subir, outre une opération d’augmentation du contraste, une mise en version sous-titrée avec un texte latin restitué et une version française [2]. Suivant les principes du présent carnet de recherche, l’ordre du texte d’origine est respecté si on lit ligne après ligne. Pour comprendre la traduction française, il faut lire d’abord la colonne de gauche où éventuellement se trouve le verbe de la phrase rejeté à la fin puis revenir à la colonne de droite pour trouver le complément du verbe.

Continuer la lecture de Tsunami à Genève en 563
  1. http://www.bl.uk/manuscripts/Viewer.aspx?ref=add_ms_16974_fs001r, il faut aller au folio 112v []
  2. issue, avec des modifications, de l’ouvrage suivant : La chronique de Marius d’Avenches : 455-581. Texte traduction et commentaire de Justin Favrod, Lausanne, Université de Lausanne, 1993 []

Quand commence la nouvelle décennie ?

A deux reprises pendant son allocution de fin d’année, le Président de la République a utilisé le terme de « décennie » pour désigner la période qui s’ouvrait au seuil de l’année 2020. Immédiatement, il s’est fait attaquer car pour certains, il avait un an d’avance. Comme le débat implique l’antiquité du fait du point d’origine de notre calendrier et qu’il est récurrent depuis plusieurs siècles, je vais essayer d’en mettre à jour la logique.

Continuer la lecture de Quand commence la nouvelle décennie ?
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search