Archives par mot-clé : Brassens

Sans le latin…

Sous le titre du livre ci-contre, les trois ronds avec des visages sont en réalité des points de suspension. Ils sont importants, car ils évoquent une suite, non imprimable sur une couverture, mais avouée dans le texte, « sans le latin, la messe nous emmerde », comme le chantait Brassens en 1976 peu après le Concile de Vatican 2 qui autorisait la messe en français.  «Sans le latin, plus de mystère magique » disait ce réputé agnostique qui selon un auteur récent gardait « une certaine nostalgie catholique » de son enfance [1].

Cette invocation au « pornographe du phonographe » des années 50 se veut une transgression mais relève plutôt de l’effet de génération car si Brassens n’est plus beaucoup entendu aujourd’hui, c’est bien que sa forme littéraire très élaborée n’est plus adaptée aux générations actuelles. C’est d’ailleurs la perte du patrimoine littéraire qui motive l’association qui est à l’origine du présent ouvrage : l’Association le Latin dans les littératures européennes (ALLE) et qui se donne le but suivant :

« promouvoir la reconnaissance du latin comme lien constitutif avec le français et sa littérature ainsi que la part évidente et forte qu’il tient, à titre de substrat commun et nourricier, dans le patrimoine des littératures européennes.
L’ALLE se propose d’atteindre ces objectifs essentiellement par l’organisation de conférences – au Lycée Henri IV et ailleurs – émanant de personnalités du champ littéraire entendu au sens le plus large : littérature de fiction, théâtre et poésie, histoire, philosophie, droit, sciences. »

Ce livre se présente comme le fruit du travail de l’ALLE puisque les trois quarts du livre sont issus des conférences organisées par l’association et le quart restant présente les positions des responsables. Les conférenciers, « personnalités du champ littéraire »  apportant ainsi leur soutien aux thèses de l’association.

Continuer la lecture de Sans le latin…

  1. Bernard Dicale, Brassens ?, Flammarion, 2011, p. 214 []