Archives par mot-clé : IGEN

Le rapport de l’Inspection générale sur l’enseignement du latin et du grec

L’enseignement des langues et cultures de l’antiquité dans le second degré est le titre du rapport de l’Inspection générale de l’éducation nationale (IGEN) présenté au ministre en aout 2011 par Catherine Klein et Patrice Soler. Ce rapport vient d’être rendu public par le nouveau ministre Vincent Peillon ainsi d’ailleurs que beaucoup d’autres. Le but du présent billet sera de présenter les points forts de ce rapport d’une centaine de pages afin d’inciter à le lire et à en tirer les conséquences.
Ce rapport se divise en deux grands ensembles : description de la crise actuelle des Langues et cultures de l’Antiquité (LCA) ; propositions pour lui trouver une issue favorable.

La crise de l’enseignement des langues anciennes

Après avoir rappelé l’historique de la décroissance de 1902 aux années soixante et la stabilité des arguments pour ou contre l’enseignement du latin, le rapport affirme que l’enseignement des langues anciennes arrive à un moment de grande crise, « crise » devant être « pris dans son acception étymologique et médicale de « moment décisif dans l’évolution d’une maladie ». La situation d’ensemble des langues anciennes au collège et au lycée apparaît très dégradée. » (p. 19). Les symptômes en sont nombreux :

– Du point de vue de l’administration de l’Éducation nationale, les circulaires qui régissent l’enseignement des LCA sont rares et peu connues, le Socle commun des connaissances les ignore, cet enseignement sert de « variables d’ajustements » dans de nombreux cas (on ne le propose que si on a des heures disponibles).

– Les élèves qui font du latin sont soumis à des horaires dissuasifs. Au collège la concurrence s’installe entre le latin et les classes bilangues ou les sections européennes. Au lycée, la section L est devenue exsangue et il n’est plus possible d’y suivre un parcours d’excellence (monopolisé par la section S). La continuité entre le collège et le lycée n’est plus assurée partout.

– Du point de vue de l’opinion, l’enseignement au collège est jugé ennuyeux par les élèves, qui refusent d’investir un fort travail personnel dans une option. Au lycée le « plaisir du texte » semble inaccessible, les exigences pédagogiques se relâchent, le déchiffrage du texte devient une épreuve insurmontable.

– La politique de textes authentiques a des effets pervers : ils sont inaccessibles aux débutants alors que des expériences étrangères montrent que des textes fabriqués peuvent être efficaces. Cependant on montrera dans la deuxième partie que la notion de textes authentiques peut être étendue à des textes simples et formateurs.

– En termes d’effectifs, « sur 100 élèves qui choisissent de s’initier au latin en classe de cinquième, on n’en retrouve plus que 87 en quatrième, et 72 en troisième : en trois ans, un quart des effectifs s’est évaporé. En seconde, la petite cohorte se voit réduite à 17. Parvenue en première, elle ne compte plus que 13 élèves. Onze seulement poursuivent le latin en terminale, dont un à peine passe les épreuves écrites dites « spécifiques ». »(p. 32)

Le passage entre le collège et le lycée est très mal assuré pour des raisons liées à l’organisation des études au lycée : flou entre option ou enseignement d’exploration ; isolement des enseignants de lettres classiques par rapport aux enseignants de lettres modernes, voire opposition des uns vis-à-vis des autres ; pénurie d’enseignants de lettres classiques. Le lien avec les disciplines du supérieur n’est pas assuré : « On demande en effet désormais au professeur de langues et cultures de l’Antiquité au collège et au lycée de maîtriser un éventail de ce qui est autant de disciplines séparées à l’université (archéologie, épigraphie, littérature, linguistique, histoire, numismatique, céramologie). » (p.38).

Continuer la lecture de Le rapport de l’Inspection générale sur l’enseignement du latin et du grec