Archives par mot-clé : Jean Onimus

Faut-il modifier le programme de français ? Réponse à “Sans le latin…”

Comme on l’a vu dans le précédent billet, le but des auteurs de Sans le latin… [1] est de remettre en cause le programme de l’enseignement du français :

« C’est de toute façon dans une refonte désormais indispensable des disciplines et des savoirs, un véritable aggiornamento des études littéraires que le latin devra trouver une place aussi juste et sereine qu’incontournable. Cette refonte devra d’abord concerner les filières littéraires, soumises durant des décennies à des protocoles technicistes d’autant plus pernicieux qu’ils étaient souvent aux mains d’épigones zélés, mais imparfaitement informés, des révolutions de la théorie littéraire » (p. 43). « Bien sûr aussi, cet apprentissage passe par l’étude des œuvres majeures de la culture française, et pas seulement littéraires » (p. 396).

Le but des auteurs (indépendamment de la réintroduction pour tous des bases du latin) est de remettre en cause les orientations liées à l’application des résultats de l’analyse structurale des textes et de revenir aux œuvres majeures de la culture française. Comme ces « protocoles technicistes » se sont développés après 1968,  je propose, pour mieux comprendre les évolutions, de revenir à la situation d’avant cette date puis de regarder les évolutions ultérieures [2].

Pour apprécier la situation d’avant 1968, je passerai par l’intermédiaire du livre de Jean Onimus L’enseignement des Lettres et la vie, qui est paru en 1965 [3].

Un point de vue classique des années 1960

Jean Onimus publie ses réactions face à ce qu’il considère comme la métamorphose de son métier de professeur de lettres, sous forme de conseils à un professeur. La situation de référence est le lycée, et évidemment le lycée quelques années avant 1968 où la discussion sociale avec des élèves marqués par le marxisme est très présente. Il est très critique sur l’enseignement du latin, qu’il fait par routine, qu’il considère hors du réel et inutile, mais par contre, il croit à son enseignement de professeur de Lettres tout en considérant « qu’il est mal adapté aux nouvelles générations d’élèves qui fréquentent nos lycées ». En effet, ces élèves ont les réactions de leurs contemporains et aussi leur inculture : comment peuvent-ils comprendre Polyeucte « s’ils ignorent tout des persécutions et des martyres, des vertus et des misères de l’Empire ? ». Comment obtenir cette familiarisation à la littérature classique « de jeunes barbares que leur ignorance rend orgueilleux ». Face à ces jeunes qui ont été formés à ne dire que des platitudes trouvées dans les manuels, l’enseignant risque de se décourager et de se replier sur ses loisirs ou sur une recherche universitaire qui lui permettra de rejoindre l’enseignement supérieur, où il connaitra d’ailleurs la même désillusion, les étudiants réagissant avec autant de passivité que les élèves, sauf dans un séminaire de recherche.

Continuer la lecture de Faut-il modifier le programme de français ? Réponse à “Sans le latin…”

  1. Cécilia Suzzoni et Hubert Aupetit (dir.), Sans le latin…, Mille et une nuits, 2012 []
  2. plusieurs passages de ce billet reprennent ce qui a déjà été dit dans un billet de mai 2010 en actualisant le texte en fonction de l’évolution des programmes []
  3. Jean Onimus L’enseignement des Lettres et la vie. Métamorphose d’un métier, Desclée de Brouwer, 1965 []