Archives par mot-clé : machiavélisme

Portraits de Machiavel

Les Anciens connaissaient parfaitement ce que, depuis Machiavel, nous appelons une conduite machiavélique : Thucydide dans la Guerre du Péloponnèse [1] raconte comment les envoyés athéniens auprès de leurs adversaires méliens font preuve de machiavélisme en leur expliquant que le but de la négociation engagée par la délégation est de leur faire comprendre que le rapport de force est en faveur d’Athènes et que tout appel à la justice est inutile.

Un tel propos semble cependant scandaleux à Rome, quelques siècles plus tard, au temps d’Auguste, où Denys d’Halicarnasse, inspiré par le stoïcisme de l’époque, juge que ce sont des propos indignes de grecs. Selon lui, le discours mis dans la bouche des athéniens n’est que le reflet de la haine que Thucydide portait envers sa patrie qui l’avait exilé. [2]

Dans un récent billet, nous avons montré comment Machiavel reprend le programme des anciens en matière politique et comment il le modifie cependant en assumant ce que les anciens considéraient précisément comme une infamie. L’appréciation de Thucydide, soit positive, soit négative, s’est répétée à propos de Machiavel et a entrainé des condamnations ou des louanges qui se poursuivent encore aujourd’hui dans les différents portraits qui sont faits de lui. Examinons-en quelques-uns.

Continuer la lecture de Portraits de Machiavel

  1. V,VII,89 []
  2. Les orateurs antiques, Thucydide, VII, 41, 8 []

Machiavel lecteur de Cicéron

Machiavel, né en 1469, est un presque exact contemporain d’Érasme né en 1467 mais l’idée que l’on se fait d’eux aujourd’hui est fondamentalement différente. Érasme est qualifié généreusement de Prince des humanistes, il est apprécié comme auteur de l’Éloge de la folie, mais est considéré comme un pur objet d’histoire qui n’a pas grand chose à nous apprendre. Machiavel lui  est étudié aujourd’hui par tout débutant en sciences politiques comme une des sources de la pensée politique moderne.

Une réputation de perversité diabolique de Machiavel est évidemment liée à son refus d’appliquer la morale chrétienne au prince : son nom sous diverses formes (machiavélique, machiavélisme) est devenu synonyme de « fourbe » et même son prénom est rapproché dans le monde anglo-saxon  d’une des appellations du  diable [old nick].

Machiavel est d’abord un humaniste de son temps, c’est-à-dire qu’il lit avec passion les anciens : écoutons-le nous dire comment il vit cette passion dans sa lettre à Francesco Vettori de 1513 :

Continuer la lecture de Machiavel lecteur de Cicéron