Archives par mot-clé : Mélenchon

Mélenchon, tribun du peuple, est-il « sacré » ?

Jean-Luc Mélenchon, lors de la perquisition de son domicile le 16 octobre dernier déclare : « ma personne est sacrée, je suis parlementaire » [1]. Trois jours plus tard, au cours d’une conférence de presse, il précise sa pensée :

« ceci vous expliquera un point de détail qui a échappé aux incultes : l’expression, « ma personne est sacrée », est une expression dont vous trouverez l’explication dans le Littré, un dictionnaire bolchévique bien connu, dans lequel on fait référence à l’histoire profonde qui fait que les tribuns du peuple, dont je m’honore de faire partie, et les parlementaires depuis la première République en France, sont déclarés inviolables et qu’ils bénéficient d’un certain nombre de protections, que ces protections font qu’il ne sont pas, sur tous les plans, sur le même plan que tous les citoyens » [2].

Cette explication qui confronte l’actualité à sa « profondeur » historique a fait que pour lutter contre l’inculture supposée de ses lecteurs, la presse s’est lancée dans des sessions de rattrapage : le Figaro le 28 décembre sous la plume de Stéphane Ratti et le Monde le 29 sous forme d’une supplément Idées intitulé « La politique option latin-grec » où philosophes et historiens sont convoqués car « L’Antiquité revient sur la place publique avec ses termes et ses concepts ». Rappelons que sur le présent carnet de recherche, on trouvera un billet précisément consacré à Plèbe et tribuns du peuple. Aux origines du populisme. Poursuivons donc cette réflexion à partir du statut du tribun du peuple dont Mélenchon dit qu’il est sacré.

La référence au Littré

« Dictionnaire bolchévique bien connu », le Littré donne en neuvième position le sens suivant : sacré « se dit des personnes que leur qualité rend inviolables. À Rome la personne des tribuns du peuple était sacrée ». Dans sa conférence de presse, Mélenchon précise les choses : son statut de parlementaire le rend inviolable et cela date de première République.

Revenons donc à cette première République qui n’est autre que celle établie par la Révolution : Guy Carcassonne dans son commentaire de la Constitution [3] met en rapport direct l’article 26 qui assure l’inviolabilité des parlementaires (mais qui depuis la révision de 1995 permet cependant des poursuites à leur égard) et le passage des États Généraux à l’Assemblée nationale qui se fait par un coup de force après le serment du jeu de Paume.

Aujourd’hui, ces évènements font partie de la légende dorée nationale et ne sont plus associés à une logique de coup d’état mais il faut bien voir la situation de l’époque où Louis XVI, affolé par l’évolution du tiers état qui cherche à rassembler autour de lui les représentants de la noblesse et du clergé, annonce le 23 juin en début de séance la dissolution de l’Assemblée. Le Roi sorti, Mirabeau énonce sa phrase célèbre « Nous sommes ici par la volonté du peuple et nous n’en sortirons que par la force des baïonnettes » et fait voter par l’Assemblée l’inviolabilité de ses membres, qui auraient pu être arrêtés individuellement [4].

Mélenchon possède avec le Littré une citation de poids mais cependant inexacte car les tribuns du peuple n’étaient pas « sacrés » mais « sacro-saints ». On comprend cependant le non-usage de ce dernier terme car il est le plus souvent utilisé en français de manière ironique : on parle par exemple des « sacro-saintes habitudes » [5]. Précisons les choses.

Sacré ou sacro-saint ?

Revenons à la source principale, Tite-Live (2,33). La plèbe a fait sécession sur le « Mont sacré » et tout le monde avait peur de tout le monde ce qui bloquait tout (metuque mutuo suspensa erant omnia). Pour résoudre le problème, Ménénius Aggrippa, plébéien et bon orateur, fut envoyé par le sénat : il exposa la fable de la révolte des parties du corps contre l’estomac. Ce fut efficace (on verra pourquoi plus loin) et :

«  on commença ensuite à s’occuper de la réconciliation ; on en vint au compromis suivant : la plèbe aurait des magistrats à elle, inviolables (sacrosanti), qui la protégeraient contre les consuls.(…) Pour certains, il n’y eut que deux tribuns, élus sur le mont Sacré, et c’est là que la loi sacrée fut votée  » (trad. A. Flobert).

Plus loin (3,55) Tite-Live précise ce qu’est cette « loi sacrée » : elle consiste à vouer à Jupiter (Ioui sacrum sanciri) ceux qui maltraitent les personnes protégées par cette loi. Être voué à Jupiter c’est devenir sacer. Homo sacer, dit le grammairien Festus, est celui qui a été jugé pour crimes et celui qui le tue ne sera pas condamné pour homicide [6]

Pour rendre cohérentes les diverses sources qui parlent de l’évènement de 494, Thibaud Lanfranchi [7] arrive à la conclusion qu’en plus du tribunat, la loi sacrée était une forme de serment analogue à une coniuratio de style militaire. Du fait d’une situation exceptionnelle on jure de combattre jusqu’à la mort et la sécession était bien de type militaire. Pour que les tribuns soient inviolables (sacrosancti) il fallait que la sanction contre ceux qui s’attaquaient à eux soit non seulement une loi, mais qu’elle soit soutenue par le serment des plébéiens qui y engageaient leur propre personne, c’est à dira qu’ils étaient voués à la même sanction s’ils ne faisaient pas respecter la loi.

Les tribuns du peuple sont sacro-saints, mais ce sont ceux qui les attaquent qui sont sacrés, sacer au sens romain du terme, c’est-à-dire voués à Jupiter, c’est-à-dire voués à être tués.

Quel sens politique donner à la sécession de 494 ?

Un philosophe, Giorgio Agamben, a vu dans l’homo sacer romain le prototype de l’origine de la souveraineté politique[8]. En effet l’inviolabilité du tribun de la plèbe n’est que la contrepartie du nouveau pouvoir politique qui s’est formé à la suite de la sécession de la plèbe. On trouve là, à l’état naissant, la césure, l’exception, qui se crée dans le droit existant par la naissance d’une souveraineté : l’homo sacer est en dehors du droit humain car on peut le tuer sans être homicide (il est également en dehors du sacré puisqu’il ne peut servir pour un sacrifice). Seule une souveraineté autorise l’exception au droit et cette considération vaut encore  (Agamben : 79).

Un bon exemple de cette procédure se rencontre dans la manière dont furent éliminés les Gracques, tribuns de la plèbe donc protégés par leur inviolabilité. Le premier, Tiberius Gracchus, fut éliminé par une émeute, c’est-à-dire par une nouvelle sortie du droit qu’est une insurrection ; le second, Caius Gracchus, le fut par une nouvelle exception au droit que fut un sénatus-consulte ultime émanant du sénat.

Quand on s’affranchit du droit, on prend le pouvoir, soit d’une manière individuelle par l’infraction, et le pouvoir se rappelle vite à vous ; soit d’une manière collective et insurrectionnelle et joue alors le rapport de force. Ceci pourrait bien éclairer la situation actuelle de la crise des gilets jaunes.

Actualité de la sécession

D’une certaine manière, toute manifestation sur la voie publique est une sécession au sens ancien puisqu’on ne peut réclamer que ce qui n’est pas prévu par la loi. Le pouvoir désamorce la sécession en exigeant la déclaration préalable de la manifestation, ce qui conduit les organisateurs à s’auto-censurer en reconnaissant, par leur déclaration, la légitimité de l’état. Ceci laisse la place à toutes les manières dites précisément légales de protester (manifestations ou grèves).

En ce mois de décembre les gilets jaunes ont joué un remake de la sécession de la plèbe sur l’Aventin en investissant sans déclaration préalable les ronds-points et les Champs-Élysées et chacun à compris que l’appel au Peuple qui y était lancé avait certains aspects qui mettaient en cause les institutions de la République en la personne du Président, largement vilipendé. Le pouvoir jeta du lest et il ouvre un dialogue, comme le fit en 494 Ménénius Aggripa qui permit la fin de la sécession. Si son discours sur la fable de la révolte des parties du corps contre l’estomac fut entendu, c’est pour les raisons que Tite-Live indique (2,33) :

Eodem anno Agrippa Menenius moritur,
La même année Agrippa Menenius mourut
uir omni uita pariter patribus ac plebi carus,
homme apprécié tout au long de sa vie aussi bien des patriciens que de la plèbe
post secessionem carior plebi factus.
et plus apprécié encore de la plèbe après la sécession

Huic interpreti arbitroque concordiae ciuium,
À ce médiateur et arbitre de la concorde civique
legato patrum ad plebem,
à cet ambassadeur des patriciens auprès de la plèbe
reductori plebis Romanae
à celui qui ramena la plèbe à Rome
in urbem sumptus funeri defuit;
il manqua le cout de ses obsèques en ville
extulit eum plebs sextantibus conlatis in capita
la plèbe l’enterra en se cotisant d’un sixième d’as par personne.

Pour résoudre un conflit, il faut un médiateur, il n’est pas sûr que le tribun du peuple autodésigné convienne aujourd’hui car il doit être apprécié des sécessionnistes et avoir la confiance du pouvoir. Qui alors ? On verra.

  1. Source []
  2. Source []
  3. La Constitution, Introduite et commentée par Guy Carcassonne, Points Essais, 1999 []
  4. Carcassonne §180 []
  5. Trésor de la langue française []
  6. cité par Giorgio Agamben, Homo sacer. L’intégrale, Seuil, 2016, p. 69 []
  7. Thibaud Lanfranchi, Les tribuns de la plèbe et la formation de la République romaine, Rome, Ecole française de Rome, 2015, chap. 5 : « Plébiscites et évolution politique de Rome (Ve-IVe siècles) ». []
  8. Giorgio Agamben, Homo sacer. L’intégrale, Seuil, 2016 []