Archives par mot-clé : Rousseau

La fascination de l’Antique de Rollin à Rousseau

Les vies parallèles de Plutarque

Quand à mes débuts de latiniste, je traduisais le De viris illustribus, je pensais qu’il s’agissait d’une livre unique, sans plus d’auteur défini que les tables de multiplications. Je ne pouvais savoir que ce livre avait un auteur, Charles Lhomond, pédagogue à la manière de Rollin, comme lui clerc, mais non pas principal d’un collège mais simple régent de collège, c’est à dire professeur de collège. Il le restera jusqu’à la Révolution qui l’emprisonnera car il refuse de prêter serment à la constitution civile du clergé. Un de ses anciens élèves, Tallien le fera libérer, ce qui fait dire à Jacques Gaillard, préfacier d’une édition récente du de viris, « qu’on peut tuer son roi et vénérer son maitre d’école » [1]. La première édition de ce de viris est daté de 1779 : de ce de viris car il s’inscrit à la suite de nombreux autres : Cornélius Nepos, Suétone, Saint-Jérôme, Pétrarque ont rédigés des ouvrages qui portent un titre analogue, tous imitateurs les uns des autres mais, pour ceux qui lui sont postérieurs, influencés par Plutarque, auteur des Vies parallèles, qui associent un Grec et un Romain ayant eu des destinées comparables et illustres, César et Alexandre, Démosthène et Cicéron pour prendre les deux seuls couples qui soient encore connus aujourd’hui. Ces 50 vies ont été écrites entre 100 et 115 de notre ère par Plutarque, professeur réputé, notable de la partie grecque de l’Empire et auteur de nombreux traités philosophiques.

Plutarque est lu par tous car il récapitule l’histoire de la Grèce et de Rome. Citons François Hartog qui en préface une édition récente [2] : « les jeunes gens l’ont découverte et épelée chez lui, le trouvant dans les bibliothèques familiales, l’étudiant dans les collèges des Pères. (…) Chez lui, nos classiques se sont pénétrés des grands noms d’Athènes et, surtout, de Rome ; chez lui, les premiers humanistes ont redécouvert la sagesse des Anciens et ont été émerveillés par cette capacité à réfléchir à haute voix. Il a été une des pierres angulaires de l’homme des Humanités. » ( p. 11).

Continuer la lecture de La fascination de l’Antique de Rollin à Rousseau